PAS – Parcours Audio Sensible, vers une esthétique de la fragilité

3375520115_47dc561be9_o

Est esthétique ce qui recherche la beauté, ou sa définition, voire ses différentes définitions, ce qui tend à cerner la perception, si ce n’est la fabrication du beau, avec toutes les variations culturelles et subjectives de ces notions. Le beau, ou la notion du beau, est donc de ce fait fragile

Est fragile tout ce qui peut se rompre, s’altérer, voire se détruire, ou être anéanti.

L’esthétique de la fragilité cherche à construire une beauté pouvant constamment être remise en question, sans canons académiques figés, mais plutôt dans une inconstance constructive, dans un ressenti aussi mouvant que la marche elle-même.
C’est d’ailleurs enfoncer une porte ouverte que de constater la fragilité des ressentis et sentiments humains. Il en est comme de l’état d’esprit, le moral, comme on dit, d’un marcheur, qui variera au fil des dénivelés, kilomètres, embûches du terrain, conditions météorologiques, forme physique…
Le marcheur peut-être fétu de paille dans la tempête, mais aussi, fort heureusement, roseau résiliant, plus tenace et coriace que jamais.

Quand au PAS – Parcours Audio Sensible, il nous ramène au promeneur écoutant, concentré sur des espaces et périodes où les sons prennent une place des plus importantes dans sa perception du paysage.
Là encore, la non matérialité et non visibilité du sonore, comme une trace vibratoire d’action énergétique, nous ramène une fois de plus à la notion de fragilité, de caractère éphémère.
Le parcours, fut-il tracé, balisé, cartographié, prolongé via différents média-supports, pourra lui aussi être dans une logique de cheminement non définitif, chemin de traverse, soumis à de multiples contraintes, modifiable à l’envi par d’innombrables variantes, ou variations, obstacles, égarements, détours, impasses, impraticabilités chroniques.

Si on considère le PAS comme un geste collectif, ce qu’il est intrinsèquement pour moi, vient alors s’ajouter l’aventure humaine, avec toutes ses beautés justement, mais avec aussi tous les risques de ruptures, de non collectif ou de sa dissolution, d’écoutants disparates, de mayonnaise non prise, quand ce pas n’est l’exacerbation de tensions durant de longue marches.

Dés lors, bâtir une esthétique partagée, sur des terrains semblant aussi incertains, peu balisés parfois, peut relever de la gageure, pour qui s’aventurera dans des territoires aux contours et aux contenus sans cesse mouvants. Mais la société, qu’elle qu’elle soit, n’est-elle pas constamment dans la fragilité et la force conjuguée, d’une perpétuelle transformation.

Par expérience, j’aurais tendance à prendre ici le problème via une pensée positive. Une esthétique de la fragilité viserait ainsi à resserrer des liens dans des territoires géographiquement et politiquement plus ou moins dissouts, si ce n’est dissolus, fragmentés, désagrégés, et à exploiter les faiblesses et situations parfois peu amènes, pétris de de tensions, comme une arme de cohésion massive.
Je parlais il y a peu avec un ami de l’ex ZAD de Notre-Dame-des Landes, terrain d’expérimentations sociales aussi fertile que fragile. Fertile parce que sa précarité, soudant sa militance, a conduit à revisiter et repenser des usages et des rapports sans passer par un modèle étatique souverain. Fragile, c’est ce qui lui a d’ailleurs valu d’être violemment détruit par ce type d’État compresseur, comme on désherberait un terrain envahi d’adventices* indomptées via une grosse dose de Round-Up. La métaphore n’est pas évidemment sans références.

Donc un territoire sonore, au sens large du terme, acoustique, esthétique, social, écologique… s’il est précisé par la marche de l’écoutant, des écoutants, via un dispositif a minima, éphémère et lié aux gré des pratiquants, peut construire des aménités et autres bénéfices équitables. La marche traversant des territoires parfois secoués de violentes crises sociales, ne peut ignorer les tensions, souvent nettement perceptibles à l’écoute, et devrait y trouver force de dialogue, de réflexions, bâties sur des politiques sociales de proximité.
Il ne s’agit pas de mettre en avant le bruit comme une violence supplémentaire, ce qu’il peut être parfois, mais aussi de le considérer comme un révélateur de tensions sous-jacentes, sans toutefois tomber dans un catastrophisme résigné.
Marcher, écouter, c’est aussi prendre le temps, prendre de la distance pour échapper au poncifs amplifiés par des média et réseaux sociaux avides de sensations bon marché et régulièrement fabricants de d’images et clivages populistes.
Occuper le terrain, l’arpenter, n’est pas une position conquérante, donneuse de leçon, mais un acte d’agir in situ, de tout simplement marcher à la rencontre de l’autre, pour entre autre sortir des grands discours pré-mâchés.

En déambulant avec une certaines ténacité, les failles et aspérités sociales du terrain nous apparaîtrons avec sans doute plus de force au tout au moins plus de clarté.
Un jour, marchant avec des ados d’une cité stéphanoise, l’un deux me disait » Ici, t’es comme dans le 9.3, mais la ville (ses politiques), elle s’en fout, elle vient tout juste éteindre les incendies de voitures qui crament, il faut que tu viennes la nuit pour écouter ce qui se passe, … » Alors je l’ai pris au mot, et je suis venu, la nuit, avec le même groupe. Force a été de constater que cette nuit là, tout était particulièrement calme. Le récit construit parfois en interne, fait de la cité comme un espace souvent plus violent qu’elle ne l’est en réalité, fort heureusement.
Ce qui n’exclue pas le mal-être de certains territoires, qui se traduit aussi par des pétarades de motos, rodéos de voitures et langages vif et colorés, à l’invective et à l’injure facile, et des voitures qui brulent. Mais reste l’écoute et dialogue, auxquels je suis très attaché, qu’un marcheur sait généralement enclencher, plus facilement en tous cas qu’un automobiliste plus soucieux de sa voiture, propriété intouchable sur quatre roues.

Marcher et écouter différents lieux, c’est explorer des lisières pas toujours très lisibles, entre centres urbains et périphéries, qui d’ailleurs peuvent glisser d’un coté comme de l’autre au fil des grands travaux d’aménagement et requalifications de quartiers.
Des zones deviennent de vraies enclaves, des presque délaissés, d’autres sont absorbées et nettoyées avec la bonne conscience d’une bienveillante gentrification.
Encore une source de fragilité sans doute, que ces porosités, lisières peu claires, parfois récupérées par des politiques instrumentalisantes, celles dont l’artiste marcheur urbain doit entre autre se méfier pour garder son libre arbitre.

Mais c’est bien sur toutes ces incertitudes et mutations constantes qu’une forme d’esthétique, non pas souverainiste, imposée comme un modèle labélisé « politique de la ville » mais plutôt comme une action concertée sur le terrain, ne serait-que prendre le temps d’écouter ensemble, doit se construire. Prendre conscience, avec le plus de partialité que possible, des fragilités d’un territoire, y compris par l’oreille, c’est aussi entrevoir des améliorations qui ne seraient pas de l’ordre du ravalement de façade, aussi coloré fut-il, mais plutôt d’un dialogue où chacun s’écouterait un peu mieux.
Mettre du rap, tout comme du Mozart, partout ne résoudra pas les problèmes si on ne les écoute pas de l’intérieur.
Ce que j’entends par une esthétique de la fragilité passe tout d’abord par des rapports humains, de bouche à oreille, dirais-je dans ce cas là. Construire de l’écoute, et au-delà une esthétique de l’écoute, c’est chercher des points d’apaisement à même le quartier, à même le social, à même l’écoutant.
Et avec ta ville, tu t’entends comment ?

* Une adventice, appelée également mauvaise herbe, désigne, pour les agriculteurs et les jardiniers, une plante qui pousse dans un endroit (champ, massif…) sans y avoir été intentionnellement installée1. Les adventices sont généralement considérées comme nuisibles à la production agricole, bien qu’elles puissent également être bénéfiques.
Leur contrôle est le principal objectif des pratiques agricoles de désherbage.

Publicités

Point d’ouïe, portraits, cartographies…

20180204_105930
Traces vibratiles de David Bartholoméo , PAS – Parcours Audio Sensible en duo –  Ile Barbe Lyon 9e – Projet collectif Titre à venir, autour de l’anthropocène

Supposons que le territoire, le paysage, soient aussi sonores. Et ils le sont, pour le meilleur et pour le pire.

Supposons que nous voulions, avec des résidents, des enfants, d’autres, tout d’abord les marcher, les écouter, les apprivoiser.

Supposons que, avec les mêmes personnes, nous voulions en dessiner leurs contours, même mouvants, à l’oreille, les cartographier, en faire, par différents dispositifs et médias, un, ou une série de portraits sensibles, auriculaires…

Il n’y a plus qu’à…

Points d’ouïe, Le paysage sonore, exercices de logique sans a priori, ou presque

 

9369_10200865785583470_211076436_nPar déduction (syllogistique)
Tous les paysages sonores sont bruyants
La ville est un paysage sonore.
Donc la ville est bruyante

Par induction (anti syllogistique)
Tous les matin, j’entends les sirènes des véhicules de pompiers qui quittent leurs casernes.
La ville résonne comme une caserne de pompiers.
La ville, et au-delà, est une immense caserne de pompiers, à deux tons.

Par analogie
L’environnement sonore urbain est au concert ce qu’est le grand vacarme qu’ont orchestré des Fluxus, Russolo et autres metallo-noisy réunis.

Par intentionnalité (phénoménologique)
A travers le chant d’un oiseau en cage (enfin des oiseaux !), j’entends la grande symphonie de la nature. Merci Monsieur Krauss !

Par l’effet de synthèse (a priori)
L ‘environnement sonore est menacé, comme du reste tout autre environnement. il est de ce fait dangereux car il sera à la fois le fossoyeur et le tombeau de nos oreilles exsangues

Par la compréhension (ou l’inverse)
Le paysage sonore est d’autant plus insaisissable qu’il nous révèle toute sa subjectivité culturelle et par-delà, le côté acoustiquement instable de son approche.

Par l’imagination
La sirène d’un camion de pompier est posée sur un rocher, au centre d’une fontaine, pour attirer à elle toutes les voitures de la villes.

 

Part du rêve. Bien sûr, au-delà de ces exercices de style, on peut toujours parcourir un paysage sonore, celui que l’on se construit en marchant par exemple, en recherchant des affinités plus généreusement apaisées…

Parcours et paysages sonores, des oreilles, des pas et des mots

IMG_5617

Depuis longtemps je me pose la question de ma propre perception du monde sonore environnant, et des interactions complexes entre vie sociale, monde sensible, création artistique, environnement, paysage et territoire auriculaires…

Comment les questions écologiques, écosophiques, sociales, patrimoniales, politiques, résonnent-elles entre mes deux oreilles ? Quelles sont les moyens de représentation, d’analyse, de partage, qui me permettraient de comprendre un tant soit peu plus finement mes espaces auriculaires, les stimuli qu’ils déclenchent, les modes de vie et de pensée qu’ils influent ?

Je relie alors des pratiques qui me sont familières, et au final chères. L’écoute est bien entendu au tout premier plan. La marche s’impose d’emblée comme une pratique spatio-temporelle, kinesthésique, sensible, vectrice d’une énergie intellectuelle connectée, traversant moult éc(h)o systèmes, m’immergeant dans des ambiances plurisensorielles. Et enfin, le mot, la description textuelle, voire même littéraire m’ apportent de nouveaux modus operandi, qui eux-même peuvent m’amener à une forme de distanciation féconde.

Je convoque alors le récit, la narration, la description littéraire, ou littérale, sensible, poétique, analytique, phénoménologique, sémantique, l’inventaire, la liste, le journal (de bord, de voyage, intime), le carnet de notes, la fiche (pratique, de lecture, de renseignement), le glossaire, l’abécédaire, le corpus, la note, le renseignement, la consigne… Je cherche l’espace, le moment où le mot, le texte, l’écrit, peuvent élargir, et/ou rafraichir l’écoute et ainsi l’appréhension environnementale pour les conduire vers des approches plus pertinentes. Quand le fait de s’assoir longuement sur un banc, ici ou là, ou de traverser la ville à pied, armé de mon carnet et de mon stylo, fait de moi un marcheur (plus) impliqué.

Un croisement d’actions et de réflexions est sans doute plus que jamais nécessaire pour démêler un brin la complexité du monde, en saisir les prémices de ses innombrables hybridations, ne pas trop s’y noyer, et surtout rester socialement connecté au territoire. Car si le paysage sonore est esthétique, le territoire sonore est tout d’abord et avant tout social. Dissocier ces deux réalités amputerait ma, notre perception environnementale d’une bonne partie de sa crédibilité, de sa force, voire de sa légitimité.

Points d’ouïe, florilège d’écoute(s)

19756602_2321879034704352_6077402660371555944_n

La pratique récurrente (et passionnante) des PAS – Parcours Audio sensibles, m’a amené à construire, petit à petit, une forme de mémoire vive, auditive, sensible, à fleur d’oreilles. J’en extrais ici un florilège de Points d’ouïe emblématiques, subjectifs et non exhaustifs, ayant marqué mon expérience d’écoutant, voire ma vie quotidienne dans son rapport à l’environnement sonore.

Ce sont, généralement lors de parcours d’écoutes collectives, mais parfois solitaires, des espaces temps auriculairement exceptionnels, ponctuels ou non, parfois très fugaces, vécus en général lors de PAS*, ou de repérages de ces derniers… Souvent survenus tout à fait à l’improviste.

Ils ne sont (pas tous) particulièrement beaux, esthétiquement parlant, mais généralement surprenants, poétiques, décalés, inattendus, et livrés ici par le prisme, le filtre culturel, donc forcément subjectif de l’écoutant promeneur que je suis…

J’ai déJa relaté, dans des articles antérieurs, certaines situations d’écoutes présentées ici, certes de façons assez différentes, souvent plus développées. Cependant, le fait de confronter des espaces/temps/événements se rapportant à des paysages sonores fort différents, joue des frottements inhérents à ces situations d’écoutes multiples. De résonances en dissonances, ces micro récits construisent in fine une trame support d’écoutes actives, des formes de process d’écritures auriculaires transposables in situ, c’est à dire à peu près partout, mais jamais répétés à l’identique.

En ce tout début d’année 2018, comme un best-off auriculaire, j vous en livre quelques exemples, sans chercher aucune forme de tri ou de hiérarchisation, plutôt dans l’ordre d’apparition capricieuse à l’écran de ma mémoire.

 

Fontaine des lépreux (Dole 39).
Au centre ville de Dole, sur un trottoir de la belle cité historique Jurassienne, se trouve un simple escalier descendant on ne sait où de prime abord. Celui qui aura la chance de s’y aventurer se retrouvera dans un espace magique, souterrain urbain conduisant à une vaste fontaine souterraine que l’on parcourt tous yeux et oreilles charmés. Des gouttes d’eau réverbérées, des voix, des sons de la ville qui nous parviennent par une sorte de puits à ciel ouvert. En ressortant d’un autre côté de la ville, le canal au bord duquel naquit Pasteur, des chutes d’eau alimentant un ancien moulin bruissent. Un oasis sonore et visuel rare, à ne manquer sous aucun prétexte, Dole étant une ville sonique autant qu’aquatique !

Un jour de grand vent, au pied du beffroi de Mons (Be)
Je suis assis sur de mes bancs (d’écoute) favoris, sur une hauteur de Mons, vieille cité Belge de la Région du Hainaut. Je suis en résidence Montoise pour le festival d’arts sonores City Sonic. Le vent souffle fort, très fort se jour là. Je me trouve juste sous le célèbre beffroi Montois, figure architecturale et monumentale emblématique dominant la ville et ses alentours de ses 87 mètre de haut, et qui plus est juché au plus haut d’une colline. Victor Hugo ne l’appréciait guère : « une énorme cafetière, flanquée au-dessous du ventre de quatre théières moins grosses » écrivait-il à son épouse Adèle en 1837.
Ce beffroi est également reconnu par tous les carillonneurs de Wallonie, de Flandres et de Navarre pour la qualité de ses 49 cloches. Ce soir là, la nuit est tombée, le fond de l’air très humide, charme de la Belgique en automne, et justement, un carillonneur s’exerce, passant en revue un répertoire varié, de Bach à la Vie en rose, des Feuilles mortes à un Ave Maria. Son jeu tout en élégantes fioritures d’influence baroque, est très virtuose. Le vent tourbillonnant en tous sens, joue avec les notes d’airain égrenées selon les caprices d’Éole. Les mélodies grossissent, disparaissent presque, reviennent, tournoient, virevoltent, comme sous les mains d’un mixeur fou se jouant de l’espace. Moment exceptionnel s’il en fût.

 

Tour d’une place d’une chanteuse nocturne à Orléans
Je réside une semaine durant à Orléans, lors d’un worshop autour du paysage sonore avec des étudiants de l’École des Beaux Arts et du Design. La nuit est tombée, je me suis posté sur un banc, en périphérie d’une place très tranquille, lovée au cour de la vieille ville. Il est près de minuit, l’ambiance est douce, calme, sereine. Quand soudain arrive une jeune femme promenant son chien, et chantonnant d’une fort belle voix « Summertime » de Georges Gershwin. Elle fera lentement le tour de la place, sans cesser de chanter, marquant son trajet d’une sorte de ruban mélodique aussi ténu que présent. Instant suspendu…
Le même jour, avec un groupe d’étudiants en exploration, nous étions surpris par le puissant grondement de la Loire en crue, elle qui est d’habitude très discrète dans sa traversée urbaine.
Les moments se suivent et ne se ressemblent pas.

 

Un périphérique routier, au travers un mur anti-bruit, vers Vaulx-en Velin
Qui a dit que les murs ont des oreilles ? Et bien dans ce cas oui ! Lors d’un repérage, nous sommes trois ou quatre promeneurs écoutants dans le cadre d’un projet « Des cartes pour mieux se perdre », où se retrouve chercheurs, aménageurs et artistes. Nous longeons un périphérique Lyonnais, à hauteur de Vaulx-en-Velin La Soie, en empruntant des itinéraires « traboulant » via des jardins, ilots d’immeuble, terrains vagues… Bref des espaces périurbains que le piéton lambda ne visite guère d’ordinaire. Au détour d’un petit square, une cité est construite tout près d’un périphérique très circulant, masqué par un mur anti-bruit assez haut, aveugle, et construit en une sorte de très grandes plaques de matières plastiques, l’ensemble placés sur un talus dominant les immeubles en contrebas. Le son de la voie de circulation est donc très filtré, amoindri, au détriment d’un horizon visuel pour le peu très rétréci. Cette imposante cloison offre néanmoins, pour l’écoutant curieux et aventureux, un terrain de jeu acoustique intéressant. En collant l’oreille contre ces murs, on entant, via un effet stéthoscopique, et une forme de conduction vibratile osseuse, le flux des voitures transformé en une sorte de musique, si j’ose dire, curieusement filtrée. On sent parfaitement les flux rythmiques, les déplacements stéréophoniques, à travers des timbres adoucis, épurés de leur agressivité mécanique… Une finalement belle découverte pour qui ose coller l’oreille à un objet au départ qui en dissuaderait plus d’un de le faire.

 

Une chanteuse dans une traboule des pentes de la Croix-Rousse (Lyon)
Après celle d’Orléans, encore une histoire de chanteuse. Cette fois-ci dans les célèbres traboules de la Croix-Rousse à Lyon. Avec une groupe d’étudiants designers, nous écoutons les pentes en passant d’escaliers en couloirs, de cours intérieurs en passages resserrés, un brin labyrinthiques entre de très hauts immeubles. Bref, nous traboulons de l’esgourde dirait-on chez les gônes. Au débouché d’une belle enfilade de cours intérieures, chacune avec ses ambiances propres, isolées des sons de la circulation via une série de sas architecturaux, nous attend une petite friandise acoustique. Dans un espace minérale resserré, donc résonnant, intime, s’élève une voix de chanteuse faisant ses gammes, ses échauffements, vocalisant des arpèges volubiles. Un piano exhorte notre chanteuse, à chaque pause, via un bref accord, à monter d’un degré de plus vers l’aigu, par demi-tons pour parler musique. Par une fenêtre ouverte, au-dessus de nos tête, les vocalises, trilles et autres enjolivures, emplissent joyeusement l’espace. C’est une scène dont il faut profiter sur le vif, un peu comme l’instant décisif de Cartier-Bresson, ni trop tôt, ni trop tard, sinon nous la manquons, irrémédiablement.

 

Les échos multiples du pont Schuman (Lyon)
Un tout nouveau pont a été construit à Lyon, enjambant la Saône à quelques encablures de chez moi. Ses quais ont d’ailleurs été réaménagés ces derniers années, avec de belles promenades piétonnes, avec un circuit parsemé de commandes artistiques en espace public. Alors que nous faisions, avec un collègue preneur de son un Parcours en duo d’écoute, nous passons sous ce pont sans rien remarquer d’ exceptionnel a priori. Arrive alors à notre hauteur, une dame promenant son petit chien en laisse, type fort en gueule et en aboiements m’a tu vu. Et là, merci toutou, nous découvrons stupéfaits une incroyable série d’échos digne des plus spectaculaires paysages jurassiens (des sites à échos remarquables). Nous en jouons bien sûr. Des cris, susurrement, claquements, face à la rivière ou dos tourné. l’écho toujours, comme dans le mythe, répète inlassablement nos productions sonores. Je ne manque pas depuis, lors de balades dans le quartier, surtout en nocturne, d’y revenir, d’y jouer de l’écho, voire d’emmener des promeneurs découvrir cette petite perle acoustique.

 

Une grue entre chiens et loups à Auch (Gers)
C’est un nouveau PAS avec un groupe d’écoutants, à tombé de nuit, dans la vieille ville haute d’Auch. Nous sommes en février, le temps est frais, le ciel dégagé, et les lumières hivernales parent le ciel d’une déclinaison chatoyante de rouges orangés, qui nous invitent ‘emblée à une belle promenade, yeux et oreilles à la fête. Des ambiances de rues piétonnes à la sonnerie majestueuse de la cathédrale, tout y est pour dresser le décor sonore ad hoc. Et c’est pourtant une événement curieux et inattendu qui captera notre attention et nous fera nous arrêter longuement sur une place dominant la vallée en contrebas où coule le Gers. Une grue, se détachant visuellement sur le ciel de fin de soirée, pivote lentement sur son axe, en émettant des sons somme toute très mélodieux, bien loin des grincements que l’on pourrait attendre de cette imposante masse métallique. Notre groupe restera un long moment à écouter/regarder cette musique et ballet mécaniques où un monstre de fer pivotant dans le ciel, produit une effet sirène, captivant son auditoire de voix enjôleuses. Écoute en chantier, écoute enchantée, la beauté des paysages sonores n’est pas toujours là où on l’attend.

 

Des grillons et autres animaux, nocturne à St Martin-en-Haut (Monts du Lyonnais)
Notre cortège s’ébranle, à nuit tombée, dans une site rural des Monts du Lyonnais, lors d’une rencontre universitaire autour des métiers des Arts et de la Culture. C’est un soir d’été assez chaud. Après avoir fait le tour d’un petit étang où coassent d’agiles batraciens qui plongent dans l’eau avec de multiples ploufs à notre approche, nous empruntons un sombre chemin grimpant à travers bois, à l’assaut d’une colline. Nous débouchons soudain en haut d’une vaste combe verte, des prairies en forme d’amphithéâtre naturel. Des milliers de grillons et autres insectes ponctuent le vaste paysage, profitant de la chaleur nocturne de la terre. Des chiens et des vaches au loin nous donnent la mesure du site, son échelle acoustique. La tentation de se coucher dans l’herbe pour profiter de ce concert nocturne est trop tentante pour que nous y résistions plus longtemps. Et c’est un long moment de quiétude qui s’installe tout naturellement dans notre groupe, soudé par ce paysage sensible qui nous est offert. Tant et si bien que nous auront beaucoup de mal à nous extirper de cette ambiance apaisée, pour redescendre vers notre village et retourner vers des sons plus festifs.

 

De l’eau et des ventilations à Victoriaville (Québec)
Lors d’une résidence québécoise où je travaille autour de l’écologie sonore, je décide de composer une petite carte postale sonore et nocturne de Victoriaville, mon camp de base. Cette cité est d’ailleurs considérée au Centre-Québec comme un berceau expérimental du développement durable. Parti pour une promenade nocturne, je longe le Nicollet, rivière traversant Victoriaville dans un vaste parc urbain. L’eau et ses multiples bruissements accompagnent mon trajet. En sortie de ville, des chutes d’eau alimentant d’anciens moulins et industries, grondent de part et d’autre du chemin piétonnier et cyclable. Je remonte la ville en empruntant cette fois-ci un itinéraire beaucoup moins bucolique, zigzaguant à travers des ilots d’immeubles, des arrières-cours et des parking, quasiment déserts à cette heure-ci. L’espace sonore est ponctué, comme dans beaucoup de sites urbains par les vrombissements et cliquettements ferraillants des ventilations et autres climatisations. Étrange musique minimaliste nocturne qui se mêle aux sons de roulements chuintants sur les chaussées humides de quelques voitures encore éveillées. L’eau et l’air brassé font finalement bon ménage pour composer une cartographie sonore de Victoriaville tout en flux et en variations de longues plaintes aqua-aériennes. Une vision parfaitement subjective du promeneur écoutant découvrant la ville.

 

Des RER à Vitry/Seine (région parisienne)
A Vitry/Seine, je suis invité par Gare au théâtre, structure culturelle installée dans le beau site d’une ancienne gare SNCF, à effectuer des PAS, diurnes et nocturnes. Sur plusieurs saisons, dans le cadre d’un programmation de recherche/actions « Frictions urbaines » autour de la ville, de l’urbanisme, d’aménagements et d’actions sociales, sont invités différents artistes à emmener le public arpenter le quartier des Ardoines, chacun à sa façon. La mienne sera bien entendu sonore et écoutante. Le quartier des Ardoines est surprenant, coupé par une ligne très passante de RER, bordé par de beaux quais de Seine où subsistent encore des infrastructures portuaires monumentales, on y trouve côte à cote un immense foyer de réfugiés Maliens, une impressionnante usine thermique désaffectée, aux tours totémiques rouges et blanches, sorte de marquer territorial repère visuel ardoinnais, des lotissements, des zones industrielles, le tout entremêlés façon patchwork. Un urbanisme de ville, de quartier, qui ont connu des développements tentaculaires et désordonnées lors des extensions du Grand Paris. Ce qui les rend tout à la fois curieuses, presque inquiétantes, mais aussi attirantes dans leurs brassages un brin sauvages. Lors de ces promenades, un lieu, parmi bien d’autres a fortement impressionné ma mémoire. Il s’agit d’une sente enfermée entre des clôtures, des murs, des végétations sauvages, longeant les lignes du RER toutes proches. De nuit, d’incroyables déchainements sonores explosent très régulièrement, à quelques encablures de nos oreilles. Il s’agit de nombreux passages des trains, certains faisant halte en gare, d’autres filant à pleine vitesse. On se sent presque broyé, malmené par ces féroces intensités ferroviaires, et à la fois exalté, un peu comme devant une déferlante de Hard Rock des années 70. Il faut le vivre pour en ressentir toute la poésie tonitruante, façon Pacifique 231 revisité par un acousmate futuriste contemporain.

 

Une obscurité silencieuse à La Romieu (Gers)
Après une déferlante sonore, un oasis de calme. Les vacances touchent à leurs fins, la chaleur est encore écrasante dans la petite ville de La Romieu, blottie sur des terres Gasconnes où se côtoient vignes et pruneliers, sans parler de toute la tradition culinaire locale née à l’élevage de volailles notamment. Nous sommes une quarantaine d’artiste marcheurs, venus du Monde entier ou presque, réunis pour une semaine de rencontres, d’ateliers, de réflexion, de partages, de marches sensible, expérimentales, de jour comme de nuit. Made of Walking, réseau international, à choisit de s’installer dans le magnifique site de La Romieu, de sa collégiale classée au patrimoine mondiale de l’Unesco, et lieu de passage incontournable pour des milliers de pèlerins en marche sur les chemins de Compostelle. Si la journée est assez animée dans ce petit bourg historique, la nuit tombée, les deux bars restaurants fermés, s’installe un incroyable silence. Un silence que je n’ai rarement entendu aussi profond, même en pleine montagne. C’est l’expérience que nous vivrons avec un groupe d’une trentaine de personnes, dans un étroit chemin très obscur, au sortir du village. Seuls quelques discrets grillons osent s’aventurer dans cette espace d’obscurité et de silence. Presque une chape tangible qui nous ferait toucher de l’oreille l’immatérialité d’une rare quiétude.

 

Une combe Jurassienne et des saxophonistes (Parc Naturel Régional du Haut-Jura, 39)
Années 80, nous travaillons, avec des collègues d’ACIRENE, à un inventaire des sites acoustiques remarquables du Parc Régional du Haut-Jura. Une commande qui infléchira fortement et irrémédiablement mon approche paysagère et tous les projets marchés que je pratique aujourd’hui.
Le territoire jurassien, gruyère karstique de failles et de grottes, de combes en reculées, de cascades en lacs, de forêts en prairies humides, sonne magnifiquement. Il possède notamment quantité de sites à échos vraiment incroyables ! Un lieu où aurait pu naître l’inspiration du mythe d’Écho. Ce jours-là, nous avons invité un quatuor de saxophones à venir jouer avec l’acoustique, dont les multiples échos, d’une vaste combe entourée de collines et moyennes montagnes. Une demi-journée durant, nos musiciens expérimenterons des émissions sonores, se déployant dans l’espace, se répondant, superposant leur jeu à celui des échos parfois bavards. La mise en son de l’espace est fascinante, digne de la plus belle installation sonore que l’on puisse rêver. Un musicien me dira plus tard qu’il a retrouvé dans ces rapports sons/espaces, des postures physiques et mentales quasi animales, sauvages, où il s’est mis à ramper dans l’herbe avec son saxophone. Je retrouverai ailleurs, dans le Parc Régional du Haut-Jura, des sites aux merveilleux échos dont j’ai parfois joué à l’envi. Moments inoubliables entre tous que j’espère bien un jour revivre, magnétophone en main cette fois-ci.

 

Un concert de cornes de bateaux à Cagliari (Sardaigne)
Nous somme de dernier jour d’un séjour – workshop consacré à la prise de son naturaliste, avec le GMVL (Groupe de Musique Vivante de Lyon), dans la belle ville de Cagliari, Capitale de la Sardaigne. Ce jour là, se déroule dans la ville une immense fête, la procession, ou pèlerinage, d’environ 60 Kilomètres de San Efisio. Des milliers de participants costumés, des chants, des bœufs et chevaux, chars et charrettes ornés, enclochetés, des couleurs, des ornements, des chants, des musiques, des prières, animent la ville sur leur long défilé urbain… De quoi à réjouir plus d’un preneur de son durant quasiment quatre heures consécutives. Le bouquet final, que je serai le seul à avoir la chance d’emprisonner dans mes micros, c’est le salut du port au Saint quittant la ville. Durant quinze minutes environ, tous les bateaux, petits et gros, mouillant au port de Cagliari, nous offre un incroyable concert de cornes de bateaux. Des sons graves, aigus, joyeux, disséminés aux long des quai, ou plus loin vers le large, une polyphonie, poly-rhythmie, des sortes de joutes et réponses sonores, l’effet est puissant, saisissant, magique ! On ne peut s’empêcher de penser au célèbre enregistrement des bateaux à Vancouver par Raymond Murray Schafer dans les années 70, ou aux symphonies portuaires de Montréal..

 

Une Valiha, un slameur et des musiciens danseurs à Antananarivo (Madagascar)
Lors d’un travail avec des musiciens, slameurs, danseurs, vidéastes Malgaches, nous expérimentons moult postures d’écoute et d’improvisations urbaines pour faire sonner le paysage et ses différentes acoustiques. Nous sommes sur une des nombreuses collines de la ville, dans un grand campus universitaire jouxtant un quartier populaire, riche en couleurs et en sons, à la lisière de la ville et de la forêt. Le site offre des points de vue comme des points d’ouïe magnifiques sur la ville et ses rizières en contrebas. Quelques expériences, a priori de simples jeux d’écoute et d’improvisation in situ, donneront lieu à des moments inoubliables. Un parc périurbain où chantent des centaines d’oiseaux, et dans lequel chacun se disposera dans des points stratégiques pour dialoguer avec la voix, le corps, les instruments en en écoute et en réponse à l’environnement sonore. J’entends encore la valiha (prononcer vali), harpe cithare cylindrique traditionnelle et spécifique à la Grande Ile, égrainer ses délicates perles sonores en contrepoint des chants d’oiseaux. Plus loin, sous une dalle très réverbérante d’un parking, c’est Tagman le slameur, accompagné de musiciens improvisant, qui fera sonner les lieux d’un texte « Écoute le son », écrit et lu pour la circonstance. Puis un danseur qui se jouera de l’espace urbain tandis qu’un joueur de didjeridoo scandera l’espace. Autant de séquences dont la prise de son aura bien du mal à traduire les émotions. Je retiendrai ici la joie d’écouter et de faire ensemble, dans l’espace public (ce qui n’est pas chose courante à Tana), aux yeux et aux oreilles de tous, au long d’une promenade écrite par les stagiaires, durant la dizaine de jour que nous aurons passé ensemble.

 

Un point focal en aveugle, des installations sonores et de l’eau et des canards à Neerpelt (Be)
Le centre Culturel Musica, à Neerpelt, dans le Limbourg Belge, m’avait invité a concevoir le tracé et l’animation d’un parcours d’écoute au sein d’un parc, dans lequel une imposante collection d’installation sonores pérennes est mise en place. Nombre d’artistes sonores internationaux de renom ont été invités à concevoir ou a contextualiser une œuvre, installée dans l’espace public du parc. Ce dernier résonne donc de toute une collections de sonorités surprenantes, que le visiteur peut découvrir en se promenant au sein de ce musée sonore à ciel ouvert, souvent de manière interactive. Le pari était pour moi de tracer un parcours d’écoute qui éviterait donc les œuvres pour s’attacher à entendre l’environnement sonore paysager, des forêts de pins et de feuillus, des dunes de sable, une rivière, des infrastructures sportives et hôtelières, une route avoisinante… Bien sûr, l’oreille n’échapperait jamais totalement à certaines sculptures sonores, mais je prenais le parti de les donner à entendre mixées au paysage sonore pré-existant, comme faisant partir d’une ambiance globale, et non comme un spot artistiquement installé. Une semaine de repérage a été nécessaire pour trouver les Points d’ouïe intéressants, en dégager un parcours cohérent, penser à des jeux et postures d’écoute qui seraient signalisés. Lors ces repérages, un passage m’a beaucoup intéressé, intime sente enfermée dans de hautes et épaisses haies de lauriers. En s’arrêtant au centre, on percevait mille sonorités alentours sans en voire aucune source. Point d’ouïe acousmatique* par excellence. Cette allée débouchait sur une sorte de caillebotis où le Dömel, petite rivière sinuant dans le parc, produisait tout une série de clapotis, de sussions gaves, et autres sons ténus, mais qui émergeaient nettement pour se frotter à ceux des installations proches. Sans parler d’un groupe de canards cancanant parfois joyeusement, qui adoraient visiblement cet espace.Un parfait mixage tout en finesse où je pouvais demeurer longtemps, oreilles charmées.
* Acousmatique : Fait d’écouter sans voir les sources sonores

 

Du vent dans le bâtiment d’une Minoterie du Pas de Narouze (Ariège)
Nous sommes le jour de la World Listening Day. je suis invité par le poète, musicien perforateur Alain Joule, à effectuer un parcours et une mini installation sonores dans et autour d’une très ancienne minoterie aujourd’hui transformée en partie en chambre d’hôte et restaurant. Cependant la grande partie historique des bâtiments, avec ses immenses greniers, sa fosse souterraine voûtée où se déverse un fracassant et assourdissant torrent d’eau, ses machineries désormais immobiles, mais encore quasiment intactes. Les alentours sont semi boisés, mais surtout parsemés de cours d’eau, de bassins, des aménagements d’un canal et de cours d’eau datant du règne de Louis XIV. Bref, le site, sur lequel se trouve une ligne de partage des eaux est tout simplement splendide ! Ce jour- là souffle très violemment le terrible vent d’Autant qui descend des montagnes noires. Le vent qui rend fou, ou des fadas, dit-on dans les terres sauvages du Lauragais. Ses rafales avoisinent les 100 km /heure faisant gémir et craquer les arbres, au bord de la rupture. Le paysage entier semble s’agiter dans un mouvement désordonné, violent et tonique à la fois. Notre balade se fera dans dette atmosphère des plus turbulente. A l’intérieur de la minoterie, tout craque, claque, planches et volets disjoints, tout l’espace semble remué par le vent furieux qui vient buter sur les épais murs, cherche le monde interstice pour s’y engouffrer, fait siffler les tuiles mal emboitées. Une atmosphère de tourmente sifflante et tourbillonnante, et pour autant incroyablement vivifiante pour les promeneurs aux cheveux et oreilles décoiffés que nous sommes.

 

Des échos de la Saline Royale d’Arc et Senans (Franche Comté)
Lors de mes nombreux passages dans le site majestueux de la Saline Royale d’Arc et Senans, j’avais très vite déceler une particularité acoustique intéressante : les échos générés par les vis à vis symétriques de très grands bâtiments en arc de cercle. C’est donc pour une résidence de création sonore, que je décidais de les ausculter de plus près. Le point focal étant visiblement, ou plutôt acoustiquement, le centre de la grande pelouse, centre-même du site architectural, armé d’une puissante trompe, je déclenchais différents échos en tournant lentement sur moi-même dans une rotation à 360°. Je visais ainsi alternativement chaque bâtiment pour en écouter ses réponses. J’avais d’ailleurs pris soin d’effectuer mes sonneries hors d’une période d’activité touristique, pour ne pas trop importuner les visiteurs. Tout le monde n’apprécie pas je de la même façon je pense, des échos longuement répétés, fussent-ils, pour moi en tous cas, très intéressants esthétiquement. Couplés aux longues résonances intérieures des bernes, immenses pièces où l’on faisait sécher le sel, ces échos ainsi repérés, écoutés, sonnés, et enregistrés serviraient de base à une installation sonore collective. Celle-ci se tiendrait dans une allée reliant des jardins Est-Ouest, au cœur de l’enceinte-même de la Saline. j’ai donc joué sur un recyclage de matières sonores itératives, transposées d’un espace à un autre, et recomposées pour faire sonner l’espace différemment, tout en conservant respectueusement « l’esprit des lieux ».

 

Des patineurs nocturnes au Stade Boucaud (Lyon)
Au cours d’un repérage pour le projet  Européen « Les paysages sonores dans lesquels nous vivons » nous parcourons le quartier de la gare de Vaise, à Lyon, une fois encore en nocturne.
Nous descendons dans l’enceinte d’un grand complexe sportif, où s’alignent plusieurs stades destinés différentes pratiques. Le lieu est une immense fosse construit sur une ancienne « Gare d’eau », port fluvial intérieur, aujourd’hui entièrement asséchée et comblée. Cette position en contrebas de ville environnante, non seulement isole acoustiquement les lieux des voies routières alentours, très circulantes, mais confère à l’espace acoustique une étrange réverbération, qui fait que l’on ne sait plus trop si l’on est à l’intérieur ou à l’extérieur. Ce soir là, sur la piste, anneau de vitesse, entourant le grand stade de foot, des équipes de rollers s’entrainent. Visuellement comme acoustiquement c’est un spectacle fabuleux. Des grappes de sportifs en rolllers, filant à une incroyable vitesse, soudés les uns aux autres par une précision virtuose dans la coordination des mouvements, passent devant nous, dans une traine de chuintements, de feulements. De nuit, ces mouvements véloces, ces sons extrêmement dynamiques et doux à la fois, les voix réverbérées des entraineurs qui managent l’ensemble, créent une scène aux ambiances chatoyantes, captivantes.

 

Des annonce SNCF en gare TGV de Massy Palaiseau (Région parisienne)
Plusieurs fois, j’ai transité par la gare TGV de Massy-Palaiseau, une grande bande couloir bétonné aussi chaleureux qu’un abord de périphérique aux heures de pointe. Bref, l’endroit qui ne donne pas trop envie d’y musarder, en tous cas au long des quais. Sauf peut-être pour une oreille curieuses de phénomènes et d’effets acoustiques surprenants. Et là, il s’agit de la sonorisation des quais, celle annonçant les arrivées, départs, et parfois retards, des convois ferroviaires. Ce très long couloir aux murs lisses est donc ponctué de haut-parleurs qui sont sensés nous transmettre des informations utiles pour entamer ou poursuivre notre voyage. Cependant, c’est sans compter sur les caprices acoustiques des lieu qui créent d’incapables effets de décalages, d’échos, de phasing, de superpositions, faisant que si on est placé entre deux haut-parleurs, le message entendu est pour le peu très « brouillon ». Intéressant certes pour un écouteur curieux, mais pas des plus efficace pour le voyageur indécis. Jacques Tati s’en serait sûrement inspiré pour sa célèbre scène ferroviaire de départ en vacances.

 

Les bords du Lignon (Forez, 42)
Invité par le Centre Culturel de Rencontres du Château de Goutelas (42) pour un colloque autour du paysage, en plein cœur de la magnifique région du Forez, à quelques encablures de Saint Étienne, je présentais, pour aborder pratiquement le paysage sonore, deux PAS – Parcours Audio Sensibles. L’un se déroulant dans une forêt en nocturne, l’autre le long des rives méandreuses du Lignon, rivière qui vit la naissance du célèbre roman fleuve l’Astrée d’Honoré d’Urfée. Le Lignon nous offrait un fil rouge d’écoute aquatique aux mille sonorités, déclinaisons de chuintements, de glougloutements, de ruissellements, tintinnabulis…Les méandres capricieuses de la rivière jouant un mixage sonore surprenant au fil de la marche, amplifiant ou diminuant les sons de l’eau, les faisant brusquement disparaître ou ressurgir au fil d’un détour du chemin. Un beau moment de poésie dans un paysage gorgé d’eau, de lumières et de sons.

 

Une Masscleta Façon Valencia à Besançon (Franche-Comté)
Il y a quelques années, lors de la dernière édition bisontine du festival « Musiques de rues », lequel brassait joyeusement et sans vergogne des fanfares de rues et des installations/performances sonores, j’assistais à une scène assez époustouflante pour mes oreilles. Les programmateurs avaient invité des « artificiers » spécialistes de la Mascletta, une tradition espagnole festive autant que tonitruante, tout droit venue de Valencia. La mise en œuvre est simple, mais bigrement efficace. Il s’agit de faire exploser, une bonne vingtaine de minutes durant, une impressionnante quantité d’énormes pétards, selon une succession, une progression assez apocalyptique et somme toute assez guerrière dans l’esprit. Surtout que ces dits pétards ressemblent plus à des bâtons de dynamite qu’à des objets festifs pétaradants ! Je vous laisse imaginer le résultat. J’avoue que ce jour là, n’ayant pas de protections acoustiques ad hoc, je me suis tenu à l’écart du lieu de ce déferlement sonore, juste ce qu’il faut pour assister à cette Masceletta sans y laisser mes tympans. Lorsque tout se tu, un immense nuage gris-blanc traversait Besançon, accompagné d’une forte odeur de poudre. Tonique voire brutale expression festive hispanique !

 

Déferlante de bagads à l’Interceltique de Lorient (Bretagne)
Les cornemuses, bombardes et percussions façon celtique, autrement dit les bagads, ou bagadoùs en Bretagne, ont toujours exercé sur moi une sorte de fascination, jouissive. Ces grands défilés, cette puissance sonore, ces timbres caractéristiques, ces mélodies ornementées, ces rythmes extrêmement rigoureux, se déversant au pas cadencés par les rues, et que l’on entend, de arriver de très loin, mettent en fête un espace public revigoré. C’est donc tout naturellement que j’assistais à une grande parade du festival Interceltique de Lorient, où moult régions et pays cultivant certaines traditions Celtes, de La Grande Bretagne en passant par la France, La Galicie espagnole, des régions de l’Inde défilaient de concert. Plusieurs heures durant résonnent ces ensembles colorés, grande vague de Celtitude d’où l’on repart un brin sonné, dans la plus traditions des anciens sonneurs bretons, mais généreusement repus. Fortement déconseillé à ceux qui n’apprécient pas bombardes et cornemuses !

 

Un bateau péniche dans un aber du Trieux (Bretagne)
Toujours en Bretagne, mais un un lieu et contexte très différents. Lors d’une rencontre autour du paysage sonore, nous sommes, à nuit tombante, assis sur les bords encaissés d’un aber, au pied du château de la Roche Jagu en Trégor, en compagnie de quelques audionaturalistes très expérimentés. L’un d’entre eux, Fernand Deroussen pour ne pas le nommer, a décidé de poser ses micros une nuit durant sur ce site, dormant tout près, dans son camion studio aménagé pour ce genre de pratiques. Il fait très doux, l’acoustique réverbérée de ce fleuve côtier qui serpente entre les collines est très agréable, la nuit est doucement tombée et nous pouvons, après une journée de colloque, nous laisser aller à une quiète et ressourçante rêverie. Soudain, un grondement puissant enfle rapidement, tandis qu’un éclairage type projecteur balaie les méandres du Trieux. Et débouche alors, au détour d’une courbe fluviale, un assez gros bateau (de pêche) qui vient radicalement chambouler tout le paysage de ses moteurs diésels pétaradants, et de son éclairage éblouissant. De quoi à nous tirer de notre douce torpeur ! Néanmoins, comme des soucoupes volantes surgissant des collines dans « Rencontre du 3e type », l’effet est spectaculaire, et pour tout dire assez magique. D’autant plus que, par un phénomène de résilience rapide et efficace, le bateau disparu de notre vue, le son de ses moteurs estompé, puis éteint, le site retrouve sa quiétude initiale. Et ceci pour le plus grand plaisir des micros de notre ami preneur de sons.

 

Le portillon chantant d’un parking souterrain à Saint-Étienne (42), et d’autres…
L’association stéphanoise « Cartons pleins », travaillant sur des vitrines de magasins fermés dans l’ancienne ville de Saint-Étienne, m’invite à effectuer un PAS, lors d’un Biennale internationale Design, explorant à l’écoute de ce territoire en pleine requalification. Comme à mon habitude, notre itinéraire, s’appuyant sur un repérage préalable, mais se jouant des événement sonores tels qu’ils surviennent, emprunte un parcours parfois surprenant, entre cours intérieures et parkings souterrains. C’est d’ailleurs dans ce dernier type de lieu que nous dénicherons notre pépite sonore du jour, parmi d’autres. Une porte-sas séparant la cage d’escalier d’accès au parking lui-même, et qui chante joliment, pourvue nous trouvions le doigté pour lui tirer des gémissements, cris, plaintes, appels insistants, et autres mélopées souterraines. Une manne pour créer un temps fort lors d’un montage type « carte postale sonore », composition trace de notre PAS collectif. Je commence d’ailleurs à collectionner quantité de chants de portes, portails, dans différentes régions, villes, villages, parcs publics, parkings… Chacun, une fois trouvé la façon d’utiliser le potentiel sonore et musical de ces instruments sauvages, offre une gamme de sons, de timbres et de rythmes très intéressants. Je ne sait pas encore comment je tisserai à partir de tout cela une pièce sonore, concert ferraillant, ou une installation entre deux ou plusieurs portes, mais j’y songe…

 

La Villa d’Este à Tivoli et ses eaux folles (Italie)
C’est ici le souvenir extrêmement présent d’une visite pourtant déjà ancienne à la célébrissime Villa d’Este et de ses eaux paysageant visuellement et acoustiquement le site. Passé les portes du parc, nous nous trouvons devant un jardin de fontaines, fantasmagorique, où sont mises en scène les plus belles installations hydrauliciennes que l’on puisse rêver. Ses fontaines, dont la célèbre dite « de l’orgue », orgue hydraulique cela va sans dire, habitent et façonnent le jardin de mille sonorités aquatiques, de la plus intime à la plus majestueuse. Une symphonie des (grandes) eaux qui inspirera sans doute une autre architecture paysagère, que pour ma part je trouve moins féérique, malgré sa qualification. Au détours d’une allée, du panoramique d’une terrasse, de chutes en ruissellements, les eaux se déploient tout autant aux regards qu’aux oreilles. Elle nous baignent dans un flux d’ondes soniques venant rafraîchir notre écoute. Et ce texte me donne sans doute l’envie de revisiter, physiquement, ce lieu de l’oreille.

Et tant d’autres Points d’ouïe vécus ici et là, ou à découvrir encore.

* ©PAS – Parcours Audio Sensibles – Gilles Malatray/Desartsonnants

 

 

Points d’ouïe et paysages sonores partagés ?

1640368242_a2e7c9e7b5_b

Construire un paysage sonore ?

Un paysage sonore n’est pas monolithique, Il convoque différentes strates acoustiques, esthétiques, sociales, écologiques, entre tourisme culturel et aménagement, pédagogie et création artistique… Je donne ici quelques approches, qui  peuvent, voire devraient s’envisager comme un tissage de différents gestes et postures.

– Des lieux révélés à l’oreille au cours de PAS – Parcours Audio Sensibles, leurs sources et ambiances sonores, leurs acoustiques et événements…
– Des ateliers d’écoute collective favorisant des échanges sur la qualité, ou les dysfonctionnements de nos lieux de vie.
– Un sujet valorisant la, les mémoires (vivantes) des lieux,des récits de vie liés au patrimoine industriel, aux différentes communautés, ethnies, aux mémoires et traditions locales…
– Une façon de parler de l’écologie sonore, concept et mouvement de Raymond Murray Schafer, de considérer des espaces urbains, périurbains, naturels, comme des lieux où nous devons prôner, conserver, voire aménager des espaces de belle écoute.
– Une approche esthétique conviant des artistes sonores plasticiennes, musiciens puiser dans les sources sonores pour composer, créer des installations sonores in situ… Une représentation artistique liée à un territoire en écoute.