PAS – PARCOURS AUDIO SENSIBLE À LYON

PAS – Parcours Audio Sensible en duo d’écoute, avec Péroline Barbet

PLACE MONCEY

Mercredi 13 janvier, Place Bahadourian, Lyon 7e, 10H du matin, temps un brin frisquet, mais très ensoleillé. Lumière hivernale superbe.

Départ. Nous somme devant le magasin Bahadourian, lieu emblématique de Lyon, une caverne d’Ali Baba, foisonnante d’épices, de fruits séchés, de boissons, de produits des quatre coins du monde, univers haut en couleurs et en odeurs, et en sons… Un endroit incontournable de ce quartier de la Guillotière, lui aussi incontournable…
Petit tour de place, encore très calme, pour notre plaisir.
Des voix d’enfants attirent nos pas, nous nous dirigeons vers une école toute proche. Des enfants d’une école maternelle jouent. Une véritable fourmilière. Des véhicules à deux à trois et à quatre roues, sillonnent la cour dans une frénésie toute juvénile. Nous espionnons, micro en main, de l’autre coté d’une barrière de béton, lorsqu’une surveillante nos aperçoit et nous donne l’ordre de déguerpir illico presto, d’un ton très agressif, qui ne supporte aucune contestation ni argumentation de notre part. La hantise sécuritaire semble bien installée dans l’espace public.
Nous optempérons donc. Nos pas nous conduiront au travers la ville, en direction de l’hyper-centre de la presqu’ile. Passages successifs de ponts, de grandes rues, de ruelles, plus ou moins agités, bruyants…
Des travaux, toujours, stigmates de la ville en perpétuelle reconstruction. Ceux devant lesquels nous nous trouvons sont assez gigantesques, reconversion de l’ancien hôpital de l’Hôtel-Dieu en un centre hype, tourisme de luxe largement affiché… A chaque passage devant ce lieu, je regrette la magie des anciens espaces, surtout de nuit, dans un dédale de couloirs, passages voûtés, cours intérieures, aux mille sonorités et lumières feutrées… Nostalgie.
En chemin, une autre école. Autre récréation fébrile, autre ambiance, une cour très resserrée sur une rue elle aussi très resserrée, sorte de cage très sonore, pas très accueillante, et pourtant, les enfants s’en donnent à cœur joie et à plein poumon dans leurs jeux. Decrescendo, fin de récré, tout redevient calme, la rue s’apaise, voire s’assoupit, car les cris d’enfants sont plutôt agréablement toniques.
Midi approche. Des restaurants, des sons, odeurs, cartes des menus qui font rêver nos papilles… Lyon, et ses promeneurs, toujours gourmands…
Niveau moins 7 du parking des Célestins. Un passage devenu quasiment habituel dans les déambulations urbaines. Pénombre, résonances, réverbérations, basses grondantes des moteurs amplifiés dans le bas de leur spectre acoustique, crissements de pneus, cliquetis de la sculpture-installation de Buren, lumière réverbérée par le kaléidoscope géant de cet artiste… Nous avons là un univers singulier. Il faut le voire et l’écouter en live pour en saisir cette sorte d’étrange magie qui s’en dégage.
Retour vers la Guillotière, quartier Saxe Gambetta. Le charme de l’endroit, espace de brassage en pleine rénovation, certainement pour le meilleur et pour le pire. Gentrification oblige. Une place triangulaire étrange, ni sauvage ni vraiment aménagée, faux rond point autour duquel tournent des véhicules assez agressifs. Un lieu somme toute inhospitalier, et pourtant dont l’étrangeté nous questionne. Des franges de villes, des implantations florales urbaines, des graphes, des groupes qui devisent, profitant du soleil, des espaces à marcher, à écouter, à voir, comme une collection d’ambiances propre à une ville qui se livre, sans pour autant se dévoiler vraiment. Il faut gratter, ausculter, prendre le temps, arpenter, persévérer, user… Mais à chaque nouveaux PAS, j’ai l’impression de sentir, de ressentir la ville, de m’y ancrer un peu plus profondément, tout en gardant intact l’envie de parcourir d’autres métropoles, villages, d’autres forêts, d’autres paysages… Envie d’y trouver tout à la fois le commun et le singulier, ce qui peut en même temps m’étonner, m’ébahir, et me rassurer.

En écoute ICI

MUSÉE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU PAYSAGE SONORE

MUSÉE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU PAYSAGE SONORE

CULTURE, PATRIMOINE, TOURISME, ART

12510520_1134932063183854_493811992667129011_n

Savez-vous que nous pouvons visiter ensemble le musée de l’environnement et du paysage sonore, chez vous, tout simplement ?

Demandez moi, vous entendrez !

desartsonnants@gmail.com

BANC D’ÉCOUTE MULTIMODAL INTÉRIEUR

GARE AUX OREILLES !

Un soir, vers 20H, milieu janvier, Gare de Vaise à Lyon. Temps neigeux.

maxresdefault

Les frimas hivernaux venus, je teste un banc d’écoute intérieur, dans un espace qualifié de multimodal, une gare urbaine en fait.
À ma droite, quelques mètres en dessous, invisible, la fosse d’un métro.
À  ma gauche un couloir de bus, lesquels scandent l’espace aux rythmes de leurs arrêts/départs.
Un peu en dessus, à gauche également, sur un talus, la voix ferrée Lyon/saint-Etienne.
Devant et derrière moi, un long couloir, ponctué de bancs, qui distribue les piétons usagers vers les différents modes de transports.
C’est donc un véritable point stratégique d’écoute, qui se centre au cœur d’un nœud urbain où alternent sans cesse  différents flux motorisés, chacun laissant derrière lui une traine/trace sonore bien spécifique.
Le lieu est baigné, comme il se doit avec ce type d’espace public, d’une musique de fond type « variété française » en tuyau musak. Cette dernière  semble s’interrompre à chaque passage d’une rame de métro, pour ré-émerger de plus belle, inlassablement. Elle est jusque périodiquement masquée.
Des bips incisifs annoncent la fermeture des portes du métro (que je ne vois pas), avant le claquement précédant un départ souligné de sons chuintants, que l’on perd rapidement à l’oreille, happés par le sombre tunnel  métropolitain.
Rythmicités.
Des portes coulissantes fractionnent temporairement l’espace acoustique, interpénétrations dedans/dehors, à la fois de sons, et de courants d’air glacés.
Les lieux sont réverbérants, juste ce qu’il faut pour construire différents espaces et reliefs sonores, où les sensations de profondeurs et de plans permettent à l’écoutant de se positionner au centre d’une scène acoustique riche en volumes spatiaux.
Des cliquetis d’escaliers roulants conversent avec une ventilation persistante,  les clacs et tûts des composteurs de billets, et un ascenseur  tout proche. Mixage.
Des voix, des rires, des cris, multiples, qui s’approchent et s’éloignent sans cesse, brouillées au loin, capturées distinctement dans des bribes de vie intime toutes proches, animant le couloir de d’une volubilité babillarde. La froidure a conduit nombre d’adolescents à transporter leur territoire de jeux et de séduction à l’intérieur.
Tout semble en mouvement, dans une sorte d’orchestration mi-sauvage mi-organisée, et ma foi assez intéressante à entendre.
Il y a des couleurs, des timbres, des dynamiques, des mouvements dans l’espace, des superpositions, des fondues, de brusques coupures… L’oreille y trouve largement son compte, sans pour autant se sentir agressée, noyée, malmenée, ni au contraire esseulée.
Une annonce, par haut-parleurs, prévient parfois que « la prochaine rame ne prendra pas de voyageurs… », avec voix colorée d’un accent méditerranéen un brin exotique dans cette gare lyonnaise.
Le lieu mérite une écoute prolongée. Pour sûr, on ne s’y ennuie pas.
De nouveaux rires fusent, en écho aux stridulations d’une sirène de police dont le véhicule en chasse déboule sur le couloir de bus.
Finalement, tout semble à sa place, dans une cohérence à la fois agitée et tranquille, selon les épisodes, qui donnent au lieu un air de « déjà entendu » et la fois une sorte de rafraîchissement permanent des ambiances sonores. Lesquelles sources me paraissent séquencées par un compositeur qui manierait avec finesse et dextérité les sons urbains.
Gare aux oreilles !

RADICALISATION DOUCE DE L’ÉCOUTE

RADICALISATION DOUCE DE L’ÉCOUTE, paysages à perte d’ouïe

Choisir un lieu

Quel qu’il soit

Choisi comme point d’ouïe

S’y arrêter

S’y asseoir

Y écouter

Longuement

Très longuement

Très très longuement

Voire plus

Si affinité

Seul

Ou en groupe

A perte d’entendement…

Recommencer

Inlassablement

Ici-même ou ailleurs

Ce geste d’entendement

Jusqu’à saisir enfin

A force d’obstination

L’altérité sonore

Des lieux auriculés

N’en garder à l’esprit

Que leur trace éphémère

Collections sonifères

Des écoutes entêtées…

 

Point d’ouïe et glougloutis

12341361_10206549583671930_569784207082637049_n

 

Point d’ouïe, point de fuite sur bancs d’écoute

2114802631_6b8959ec7e_b

 

Point d’ouïe, dans le calme de la nuit épiée

4583759659_b930d09f9f_b

 

PAS – Parcours Audio Sensible autour de l’écologie sonore

PAS - Croix-Rousse - Nomade Land deqartsonnants

 

ET AVEC TA VILLE, COMMENT TU T’ENTENDS ?

 

Samedi 16 janvier, 14H, place Bellevue à Lyon 1er

C’est une nouvelle balade sonore, ou PAS – Parcours Audio Sensible, un samedi de janvier, assez frisquet, que je commente ici, et qui a démarré  place Bellevue, la bien nommée, sur les hauteurs de Lyon Croix-Rousse, pour s’achever un peu plus bas, place des Terreaux.
Cette fois-ci, nous avions une thématique : parler de l’écologie sonore, tout en marchant (Sound ecology and sound walking).
Nous sommes une vingtaine de courageux promeneurs écoutants à avoir bravé les frimas hivernaux, pour nous frotter les oreilles rafraîchies au terrain.
Nous sommes des promeneurs urbanistes, architectes, designers, illustrateurs, et autres écoutants curieux de la ville…
Il s’agit bien sûr de faire écouter une petite parcelle de Lyon, une descente de la colline de la Croix-Rousse, en traboulant*, dans un parcours ponctué d’arrêts écoute, de lectures, d’échanges, d’une installation sonore éphémère, et de jeux d’écoute appareillée en fin de parcours…
Comment sonne la ville ?
Comment l’entendons-nous?
Comment nous entendons-nous avec elle, plus ou moins bien ?
Comment y agissons-nous, plus pu moins consciemment,  en tant qu’être sonores, acteurs ou sonogènes ?
Comment des musiciens comme Murray Shafer et Max Neuhaus, ou d’autres, ont parcouru, écouté, théorisé, partagé le paysage sonore urbain ?
Comment en parler, avec tout un chacun, via l’écoute en marche ?
Quelle motivation à marcher, pour écouter ou plus, de concert ?
Des problématiques initiales, des sujets récurrents, des sujets à creuser en cours de route.
Se posent également des questionnements qui ne trouvent pas forcément des réponses satisfaisantes, mais des interrogations soulevées, mises à l’épreuve du terrain et de l’écoute.

Points d’ouïe

Ici devant un panorama, place surplombante, où la rumeur urbaine prédomine.
Là dans une cour intérieure resserrée et intime. Des sons de proximité.
Ailleurs dans un lieu entre-deux, ni fermé ni ouvert, ni intérieur ni extérieur, ni privé ni public, des sonorités diffuses mais prégnantes…
Une densification auriculaire se fait sentir au fil de la descente.

Lectures et commentaires

Des références, des textes des lectures… Murray Schafer bien sûr. Mais aussi Max Neuhaus, Luigi Russolo, Franscesco Careri, (Stalkers), qui alimentent l’action/réflexion…

Sérendipité

Comme toujours, beaucoup de surprises, beaucoup d’incontrôlé, pour mon grand plaisir, et celui je pense du groupe.
Séquences de pas et de voix dans un escalier, tensions/détentes, rythmiques impromptus, rumeur et détails.
Une église d’ordinaire très calme,sereine, ce jour là très animée par des travaux de nettoyage, aspirateurs  tonitruants et réverbérés… Surprenant décalage.
Les jardins du palais des Beaux-Arts, havre de paix, espace repos, toujours aussi magnifique en écoute, été comme hiver.
Une fanfare festive à l’arrivée, sur la place des Terreaux, qui met un joli point final au parcours.
Et moult sons  et ambiances tout aussi inattendus.

Surprise

Comme souvent, étonnement, regards circonspects, amusés, inquiets, ironiques, des passants observant curieusement, du coin de l’œil, ce groupe d’écoutants immobiles, ou à la marche lente.

Suite(s)

J’ai beau faire cette promenade assez régulièrement, à chaque fois elle se révèle si différente, si captivante au final, dans son infinie diversité au jour le jour.
Nous la referons donc, promis, sous d’autres formes, peut-être, à une autre époque, sur un autre parcours.
En tous cas, les relations humaines sont vraiment, je le constate de façon plus affirmée, au fil des balades, être au centre de ces actions d’écoute déambulatoire.
Questionnements personnels autour de l’art et de l’esthétique relationnels, qui m’interrogent beaucoup ces temps-ci.

Échanges

En fin de parcours, les discussions continuent à chaud,  au chaud, dans un bar…
Pédagogie, ressources, réseaux, projets, croisements  d’idées à l’improviste,  la balade connait de sympathiques extensions, à bâtons rompus.
Je me rends compte que les PAS-Parcours Audio Sensibles constituent pour moi, de plus en plus,  une expérimentation des territoires, en même temps qu’une expérimentation des rencontres (humaines).

*trabouler/traboules : https://fr.wikipedia.org/wiki/Traboule

Liens

Nomade Land

Voir l’album photos Croix-Rousse

POINTS D’OUÏE – OPEN LAB CAFÉ DE LYON/BRON MERMOZ

POINTS D’OUÏE – OPEN LAB CAFÉ DE LYON/BRON MERMOZ

Venez écouter votre quartier !

Samedi 30 janvier 2013 : 15:30 – 18:00
1914128_882999308480793_5522757492273482409_n

Dans le cadre de la thématique « Matières, sons et lumières » de janvier/février à l’Open Lab Café, Gilles nous invite pour une balade sonore urbaine.

Une promenade sonore est un parcours effectué à pied, après repérage, en privilégiant l’écoute, en focalisant toute son attention sur les sons ambiants, les ambiances acoustiques des lieux visités.
Elle est est généralement rattachée à différentes approches sensibles du paysage environnant.
Une plutôt écologique, mettant en avant les caractéristiques des sites sonores parcourus, avec leurs beautés, leur fragilité, et parfois leurs dégradations dues à différentes pollutions sonores, liées notamment au développement urbain.
Une autre participant plus à une approche esthétique, inhabituelle, privilégiant le sensoriel et générant de l’émotion en nous immergeant dans la «musique des lieux».
La balade sonore est un moment de partage pour tout un chacun, guidée par un promeneur écoutant, et réservant ici et là quelques surprises. Une autre façon, décalée, poétique, de (re)découvrir la ville, son quartier.
Un moment, atelier d’échange, d’écriture, suit la promenade in situ, permettant de mettre en commun les expériences sensibles, vécues de concert lors de notre PAS – Parcours Audio Sensible.

Gilles Malatray – Desartsonnants
Artiste, formateur, promeneur écoutant

Inscription Facebook

Site Open Lab Café

POINTS D’OUÏE – NOMADE LAND + DESARTSONNANTS

FABRIQUE DE PROMENADES (SONORES) URBAINES

PROMENONS NOUS DANS LES SONS !

10516799_874788892531507_581144516514587621_n

NOMADE LAND, fabrique de promenades urbaines et DESARTSONNANTS, promeneur écoutant, vous proposent de marcher de concert… Écologie sonore, sons de la ville et du quartier, autour du chemin de l’école, lycées, universités, manufactures d’écoutes pour les comités d’entreprises, auscultations paysagères pour les centres hospitaliers… Et plus encore, taillé sur mesure pour vos oreilles…

Intéressés ?

C’est par ici : http://www.nomade-land.com/…/01/10/lecologie-par-les-oreil…/

Contact : NOMADE LAND

MARCHER, ÉCOUTER ?

POURQUOI PAS ?

tumblr_np5m1eo3nv1tgpca3o1_500

Marcher, y compris pour écouter, n’est pas satisfaisant en soi. L’important est de savoir, de comprendre, pourquoi et comment je marche, pourquoi et comment j’écoute, qu’est-ce que j’écoute, avec qui et pour qui…. De savoir et qui plus est, in fine, de faire savoir, non pas pour satisfaire un « moi je », mais pour partager tout à la fois les beautés et l’extrème fragilité de notre monde commun. Il me faut donc assumer une place de promeneur écoutant concerné, dans une société de plus en plus complexe et agitée. Il me faut savoir où placer le curseur entre l’écouteur contemplatif et l’acteur militant, qui engage une oreille active, politique, dans un monde plus que jamais en profonde métamorphose.

POINT D’OUÏE – UNE ESTHÉTIQUE DU PAYSAGE SONORE AU PAS À PAS

UNE ESTHÉTIQUE DU PAYSAGE SONORE CONSTRUITE AU PAS À PAS

Réflexion 1
Marcher…
Écouter…
Ressentir…
Comprendre…
Goûter…
Les pas guidés par les oreilles, les oreilles guidées par les pas, aller se frotter aux multiples sources sonores.
Aesthesis, le promeneur écoutant cherche t-il à trouver, ou à retrouver la perception, la sensation, du beau, quitte à le construire de toute pièce dans une sensibilité aiguisée à l’aune de l’écoute, voire du bon entendement.
La promenade qui s’articule autour des sonorités paysagères fait incontestablement naître des émotions.
Sons souvenirs, sons harmonieux, apaisants, évocateurs, musicaux ou musicalisés, de l’allégresse à la douce mélancolie, l’écoute en marche se teinte de ressentis, de sentiments amplifiés.
Pour autant, l’esthétique des ambiances sonores n’est pas toujours des plus sereines. Un marcheur urbain pourra se sentir agressé, stressé, angoissé, à l’écoute des flots parfois assourdissants et chaotiques du vacarme urbain.
L’esthétique du beau peut être également celle du chaos, de la laideur, de la surenchère.
Fait-il d’ailleurs rechercher à tout prix une esthétique dans le couple d’actions concomitantes marche-écoute ?
N’affaiblissons nous pas le beau, à vouloir le trouver partout ?
C’est une question qui peut tarauder un artiste marcheur, un promeneur écoutant, et sans doute bien d’autres, sans forcément trouver une réponse satisfaisante. Autant dans ce cas là, chercher à jouir de plaisirs auditifs, en construisant inlassablement une ou des esthétiques à portée d’oreille.
Platon concevait le beau non seulement comme une chose uniquement sensible, il était d’ailleurs assez hostile à la conception de l’art, mais aussi comme une idée. L’idée du beau, celle qui s’adresse à l’intelligence, à l’intelligible, et nous aide à la compréhension du monde. Le marcheur pourrait, dans les trace de Platon, comprendre un peu mieux le monde en l’écoutant plus attentivement, en s’immergeant dans les sons, en prenant toutefois garde de ne pas s’y noyer totalement, pour garder suffisamment d’entendement dans son expérience d’écouteur acteur.
Kant parlait d’esthétique transcendantale, une science de l’intuition et des concepts relatifs à l’espace et au temps, en tout cas du point de vue de la connaissance. L’esthétique peut approcher une sublimation de l’espace, y compris par le geste d’écoute. Un environnement sans réelles beautés apparentes peut, lorsque la sensibilité de l’écoutant s’y développe, amener vers une forme d’allégresse transcendantale, du plaisir.
Marcher, écouter, sortir de ses routines, emprunter des chemins de traverse, traverser une ville ou une forêt comme des espaces de transfigurations sensorielles, peut-être même comme un rite initiatique post médiéval, qui nous ferait trouver ne serait-ce qu’une infime parcelle de la beauté.
L’artiste marcheur doit sans cesse faire ses gammes pour maîtriser sa pratique, et sans doute entretenir la capacité d’improviser selon les aléas des déambulations.
Chemin faisant, la construction esthétique est, de façon quasi incontournable, tributaire des surprises rencontrées ici et là. Du fait même d’une sorte d’instabilité volatile des ambiances acoustiques, une balade sonore, ou un PAS -Parcours Audio Sensible, comme j’aime à nommer cette action, ne sera jamais écrite aussi précisément qu’un texte couché sur le papier, ou une construction architecturale.
Il faut savoir se ménager la part de l’imprévu, et l’inclure dans le processus de lecture/création.

Séquence 1


Une ville, Lyon, un quartier, Vaise, 9e arrondissement, une heure,minuit.
Marche lente, coupant de grands axes urbains, de petites rues, des zigzags en alternance. Ambiance fraîche, humide, encore poisseuse de la pluie qui vient tout juste de cesser. Vie ralentie, quasiment aucun promeneur, les voitures sont très rares. Lumières omniprésentes, la ville nocturne, ou peut-être ses résidents, semblent avoir très peur du noir. Mes pas bousculent des flaques d’eau dans de petites éclaboussures sonores. J’entends ma propre respiration, ce qui, en ville, n’est pas si fréquent. Un groupe d’adolescents, que je croise au détour d’une ruelle, secoue l’endormissement du quartier de ses rires décomplexés. Le silence, ou le presque silence, revient très vite ensuite. Impression d’un Robinson urbain, égaré dans une ville fantôme, ou tout au moins assoupie. Pas de stress, au contraire, juste un dépaysement somme toute assez serein. Sentiment de nuit ouatée, imbibée d’une humidité tenace qui amortit toute émergence saillante, mais aussi me semble t-il, toute violence. Esthétique noctambule, une sorte de rêve éveillé, entretenu par une marche un brin somnambulique. La traversée est intuitive, erratique, au gré de lumières, ou d’ombres portées. La construction du parcours se fait néanmoins sans heurts, sans hésitation, dans une recherche  esthétique  fluide, liée à la surprise du moment, ou à l’infime et bel accident de gouttes d’eau venant tambouriner un auvent de magasin. Le promeneur que je suis entre dans un état semi-contemplatif, tout en conservant une certaine maîtrise dans l’analyse du paysage traversé. Un entre-deux intello-sensoriel très agréable à vivre dans l’instant.

Réflexion 2
La quête du beau, dans l’exercice d’écoute déambulatoire, devient objet artistique, esthétique. Le geste de marcher dépasse le simple fait du déplacement physique, utilitaire. Couplé aux sens en éveil, en surexcitation parfois, conditionné par des concepts, postulats, réflexions, les PAS sont tout à la fois outils de production esthétique, et eux-même productions esthétiques à part entière. Sans esthétique, il semble que toute proposition, si affutée, travaillée et perfectionniste soit-elle, s’écroule, comme vidée de toute substance, celle qui maintient l’artiste ou le promeneur en état d’ébahissement, de sublime dépaysement.
Cette sensation du beau, de beautés, qui viennent transfigurer l’espace, se construit sur une expérience pluri-sensorielle, où la vue et l’ouïe, mêlées à une action kinesthésique, catalysent les sens du promeneur. Ce dernier devient réceptacle de sensations bienfaisantes, stimulantes, même si parfois déclenchées par des situations inconfortables, des tensions, voire des peurs ou des formes d’agressions psychiques.
La marche est érigée en une construction d’œuvre artistique immatérielle, mais produisant l’écriture de territoires sensibles bien réels, plus ou moins manipulés par l’artiste. Ce dernier, emmenant dans son sillage un groupe d’écoutants, lesquels assisteront à un spectacle de sons, mi-agencés, mi « sauvages », exposition interactive à ciel ouvert.
Une sorte de collection, catalogue de marches, pouvant d’ailleurs être prétexte à construire des traces tangibles, itinéraires, guides, carnets de notes multimédia… contribue à la construction d’une esthétique sonore paysagère singulière. Cette dernière dessine les contours de paysages sonores qui seront  incarnés au fil des marches/écoutes.
L’esthétique dépasse donc le simple ressenti, la sensation du beau, pour se concrétiser dans le geste et la trace du geste de l’artiste et des promeneurs écoutants, embarqués de concert dans des aventures soniques partagées.
Faut-il y voir une volonté d’artistes démiurges voulant à tout prix construire, imposer, un univers, même intangible et sensible, qu’ils tenteraient de dominer, de maîtriser ? Serait-ce aussi, de façon plus ou moins conscience une façon de se rassurer face à un monde qui s’emballe? Ou faut-il, plus modestement, entrevoir une tentative d’élargir notre sphère de perception vers une réenchantement nous permettant d’échapper un tant soit peu aux tragédies du monde, et aux nôtres propres ?
Toujours est-il que le geste et la plongée de l’artiste promeneur écoutant dans un univers sonore complexe, intriguant, parfois envoûtant, forge une tension esthétique sans laquelle les PAS resteraient de simples (dé)marches relativement insipides.

Séquence 2


Un petit lac  enchâssé dans un écrin de verdure, lui-même niché dans un immense parc péri-urbain. Le Grand Parc de Miribel Jonage, tout près de Lyon
Temps chaud, ensoleillé, agréable, estival.
Une marche calme, sur un petit chemin de terre ceinturant le lac.
Passages herbeux, arborés, espace champêtre, bucolique, bien que proche de la ville.
Des groupes pique-niquent ici et là, leurs voix sont réverbérées et portées au loin par la nappe d’eau immobile, miroir acoustique efficace.
Des chiens jouent, poussant de temps à autres de petits glapissements, joyeux aboiements dénués de toute colère.
Des oiseaux chantent à syrinx déployés, pointillismes secouant les branchages de piaillements impatients et d’apparences frivoles.
Nos pas froissent l’herbe, font crisser des feuilles sèches, ou du gravier, selon les textures changeantes du chemin.
Nous ne parlons pas, il nous suffit de profiter de ces douces caresses sonores, sans commentaires inutiles.
Un grondement background  lointain vient rappeler la présence de la ville voisine.
Ambiances plutôt apaisées, propres à une déambulation rêveuse, chauffée d’un soleil bienveillant.
L’eau miroitante, omniprésente au regard, discrète à l’écoute, reflète les paysages arborés, miroirs inversés d’un monde la tête en bas.
Les couleurs sont chatoyantes, changeant au gré des frémissements aquatiques, comme hypnotiques lorsque l’œil s’accroche longtemps à un point de la surface du lac.
L’oreille est attirée par des bruissements furtifs dans les herbes, d’animaux invisibles, détalant à notre approche.
Instant de calme suspendu à l’orée de la métropole grondante.
Instant de méditation nous rapprochant d’un Rousseau marcheur philosophant.
Instant où nos sens se déploient sans efforts, nous plaçant au centre d’une incroyable scène à 360°, qui nous ravit jusqu’à une forme d’extase tranquille.