PAS – Parcours Audio Sensibles et Marchécoute, des générateurs d’émotions contemplatives

gilles-malatray_parcours-audiosensible-gare_city-sonic_art-sonore_transcultures-2016-1170x777

Un PAS – Parcours Audio Sensible, une Marchécoute doivent chercher l’empathie territoriale, sensitive, parfois transcendée via une forte charge émotive. Quitte à assumer une subjectivité à fleur de peau et de tympan. Ne pas ressentir une affinité pour le terrain, ses ambiances sonores, visuelles, lumineuses, olfactives, kinesthésiques, c’est risquer de passer à côté de tellement de micros événements, ceux qui donnent tout le sens, l’essence de la marchécoute.

…Une nuit, un lieu sombre, un commerce encore ouvert, un groupe qui devise en sirotant des bières, des espaces résonnants…Nous jouons les voyeurs auditeurs dénués de toutes mauvaises intentions, si ce n’est que d’emprunter quelques bribes sonores dans la chaleur d’une nuit d’été pour écrire notre histoire…

Marcher pour trouver des aménités, ce n’est pas refuser l’inhospitalier, c’est lui trouver son pendant, comme une réponse en négatif, un miroir ou un écho généreux. Je me sens souvent comme électrisé par l’immersion auriculaire que je mets en place par la marche, l’écoute, le déploiement d’antennes sensorielles qui vont puiser les sucs invisibles de la cité comme de la forêt. Je me nourris de mille détails qui mettront en branle mon récit.

…Une sente qui s’enfonce dans un espace indéfini, aux lisières de la cité, couloir vert habité d’oiseaux pépiants, espace abandonné, ou pas encore colonisé par l’excroissance citadine, espace fragile, entre les rumeurs de la ville et les abords d’une campagne voisine, entre-deux incertain et de ce fait attirant…

Marcher pour se sentir vivant, les corps animés d’une jouissance à pousser les pieds et les oreilles vers les frontières du tangible, de l’audible, vers d’autres corporalités en mouvement, vers l’in-habitude chronique des lieux sonifères. L’altérité est comme une rencontre permanente, laissant venir au marchécouteur les rumeurs les plus tenaces comme les douceurs sucrées de sonneries et autres tintements campanaires.

…Une traversée, elle aussi nocturne, d’un très ancien hôpital, des voûtes, jardins intérieurs aux fontaines accueillantes, des charriots qui émergent en ferraillant de ces couloirs enchevêtrés, les ronronnements de distributeurs de boissons, les souffles rauques d’une multitude de ventilations cliquetantes… Une cloche sonne au loin. Une science-fiction estivale, post Tarkoskienne…

La géographie des émotions, des sentiments, n’est pas chose délétère, mais source de plaisirs vagabonds, d’expériences sociales, humaines, affectives, tant avec les lieux arpentés qu’avec les êtres qui les parcourent, habitent, aménagent, racontent…

…Une balade de banc en banc, fabriquant des affûts auriculaires, espace matérialisés où s’assoir devant, au centre, contre, derrière, des scènes sonores dessinent un parcours singulier, des haltes comme des oasis sonores, accueillant le flâneur urbain avec tout l’égard qui lui est dû…

La marchécoute ne peut pas être simple outil d’analyse, d’expertise, carnet écritoire et réceptacle de données, elle doit remuer des émois, exalter des forces vives, riches en sons en couleurs, exacerber des ressentis, peut-être des résistances, comme une symphonie vibrante d’une orchestre chauffé à blanc…

…Une traversée d’un gigantesque marché à Tananarive; tout y est pour moi démesure, l’espace, la foule, les couleurs les odeurs, les sons… Je m’y noie avec au départ une certaine apréhension, puis avec allégresse. J’avale de tout mon corps ce maelström sensitif, ce torrent sensoriel, qui laisse pantois le primo promeneur que je suis, et marquera à vie ma mémoire, aujourd’hui encore stupéfaite…

La Marchécoute doit être une forme d’abandon, d’acceptation de l’imprévu, de l’irrationnel, du trivial, comme objets de surprises tonifiantes. Il nous faut quitter les sentiers rebattus pour les chemins de traverse canailles, ou bien alors avoir un regard/écoute qui va creuser notre connaissance des lieux, jusqu’à lui donner une autre consistance, une autre vie, une perception chamboulée, une remise en question du beau et de ce qui pourrait ne pas l’être, une exaltation de celui qui se défait pour refaire autrement, auraient dit les situs.

…C’est un long tunnel urbain, humide, sauvage, ténébreux, où coule une rivière, où les sons et les lumières paraissent, dans l’étalement, dans la durée, surréalistes, où le corps expérimente le passage avec la curiosité d’un explorateur qui ne risque pas de se perdre, juste de s’étonner d’être là, de vivre ce moment hors du temps où des ombres et des voix flottent sur sa tête, tout étourdi de vivre la ville dans ses dessous cachés…

La Marchécoute doit souder un collectif, ou tout au moins affirmer une action collective, une communauté d’oreilles grandes ouvertes, prêtes à ausculter les recoins du paysage sans a priori discriminant. Un guide écoutant est en mesure de proposer des espaces de contemplations auriculaires, une forme de visite tel un musée de l’écoute en plein-air, où les œuvres seraient sérendipitiennes, ou l’état contemplatif serait accentué par la valorisation d’une esthétique relationnelle – telle que la conçoit et défend Nicolas Bourriaud.

…Plus de trente personnes mirent presque deux heures, en nocturne, pour descendre les pentes de la Croix-rousse, lentement, très lentement, zigue-zaguant, en silence, s’arrêtant, traversant des terrasses de bars, des jardins publics, s’asseyant ici ou là sur des bancs, s’offrant aux regards étonnés des promeneurs croisés, bousculant les ambiances, passant d’ouvertures en fermetures spatiales, de rumeurs en sonorités ténues… Le groupe y résista, se solidifia, fit corps, et oreilles, adopta et partagea un rythme quiet de déambulation, des points d’ouïe mettant en scène le moindre son. Peu de consignes, beaucoup de postures non injonctives, plutôt généreusement proposées…

Je pratique et propose une écoute, ou plutôt une collection d’écoutes manifestes, volontaires, assumées dans un mixage esthético-écologique, ou plutôt écosophique, des cheminements avant tout sensoriels, souvent réfléchis par la suite, des constructions-traces mémorielles ne prétendant pas être la réalité environnementale, plutôt un faisceau de fausses ou de réalités biaisées de subjectivité, et pourquoi pas de pures inventions… Mais je doute que les pures inventions naissent ex-nihilo, le terrain, le vivant, l’arpentage, abreuvent sans cesse les récits, d’autant plus riches si collectifs, s’ils sont notre. Je construis également des collections de chemins, de terres sonores, de promenades, de rencontres, d’échanges, d’autre-parts itinérants, salons à la fois publics et intimes, au bord d’une route, d’un sentier, d’une place, d’une clairière… En duo ou en groupe, l’échange et la partage, le plaisir de faire, de se glisser dans l’espace sonore, y compris silencieux, sont les maitres mots.

Des lieux anachroniques déportent nos habitudes; parkings souterrains, terrasses de hautes tours, tunnels, chantiers, églises, impasses, gares, centres commerciaux, chemins et rivages obscures, forêts en nocturne… Ce sont des lieux de décuplement sensoriels, amplificateurs d’émotions, vecteurs de contemplations, prêtons leurs l’oreille, suivons des guides passionnés de curiosités en marge du rassurant, en marche jubilatoire et communicative…

Si nous considérons que les choses étant ce qu’est le son, il nous faut parfois aller à la limite de perdre connaissances pour remettre à neuf des modes perceptifs décuplés. Cent fois sur ton sentier tu remets ton courage.

A bon machécouteur salut !

Publicités

PAS – Parcours Audio Sensible, Mulhouse à portée d’oreilles

 

Un workshop en deux épisodes.
Première étape, nous faisons un repérage, arpentage de la ville en deux parties, de rives en marché et de cœur historique en friche industrielles.
Devisant sur l’histoire de cette cité textile, où filatures et tissages ont contribué à dessiner une architecture singulière, cités ouvrières de petites maisons ou bâtiments signés d’architectes renommés, nous arpentons la ville en quête de lieux bien-sonnants.
Le deuxième jour de repérage s’effectuera sous une bonne couche de neige, donnant à cette ville Alsacienne une atmosphère ouatée, quasi engourdie de silence, sorte de carte postale d’un Noël tardif.

Quelques mois plus tard, je reviens à Mulhouse pour emmener visiter de l’oreille deux groupes.
Le premier soir, un festival mixant sérigraphie et musique fait que je retrouve une dizaine de collègues activistes sonores, un petit monde et réseaux tissés de sons.
En une journée, nous marcherons six heures la ville.
Trois premières heures dans sa proche périphérie.
Des cités ouvrières qui se réveillent doucement, le bord d’une rivière bruissonnante, des friches industrielles endormies… et surtout, un lieu incroyable, comme je n’en avais encore jamais ni vu, ni entendu. Sous une dalle d’un très grand marché, un long et ténébreux tunnel traverse de part en part en souterrain, sur une assez longue distance, le quartier.
Ce passage assez incroyable est coupé en deux, une partie assez étroite étant le passage de la rivière, l’autre, beaucoup plus large, étant vraisemblablement un régulateur de crues, évitant que le cours d’eau enterré ne dévaste le quartier s’il venait à déborder violemment.
Un éclairage diffus provient de grilles régulièrement espacées au plafond, donnant sur le marché, à ce jour en pleine activité.
Il faut se garder de rester sous ces grilles car, dans certains secteurs, des marchands déversent régulièrement des sceaux d’eaux, cascades ponctuelles s’écrasant bruyamment au sol.
Ce immense tunnel est très réverbérant, et donne à chaque son une forte présence, accentué par la demie obscurité ambiante.
Au départ de ce long boyau, des canalisations nous font entendre toute une série de sons aquatiques d’une grande variété, renforçant la magie auriculaire des lieux.
Des voix étouffées, tels des murmures incompréhensibles, nous parviennent via les grilles donnant sur le marché.
Visuellement, certaines de ces ouvertures nous donnent à voir des contreplongées surréalistes de marcheurs sur nos têtes. Une visions digne d’un Tarkowski au meilleure de sa forme.
Ni les mots ni les sons enregistrés me semblent assez forts, assez parlants, pour rendre cette ambiance où sons et lumières nous ravissent. Il faut absolument vivre l’expériences si vous visitez Mulhouse !
Nous crions, chantons, sonnons de la trompe, accompagnons nos pas de notes d’harmonica, prenant un grand plaisir à faire sonner et résonner les lieux, comme à en écouter ses murmures.
Au loin se dessine une fenêtre verte, très lumineuse, marquant la sortie de ce passage dans un bel écrin de verdure, ce jour très ensoleillé.
Nous débouchons sur un passage en contrebas, herbeux et arboré, où les oiseaux nous saluent au sortir de notre déambulation souterraine. Le contraste du tunnel sombre et du plein-air lumineux, le changement radical de température et d’ambiances acoustiques est saisissant. Nous passons sans transition du monde mystérieux des ténèbres au soleil resplendissant, scénario digne d’un film fantastique.
Nous longerons par la suite la petite rivière de l’Ill, bordée de grands murs joliment ornés de graphes, et ponctuée de petites chutes d’eau bouillonnantes, puis de grands parcs périurbains que vient doucement animer le passage d’un train, avant que de retrouver les grandes cités textiles. Beaucoup sont abandonnées, ou en voie de réhabilitation, l’une d’entre elle transformée en friche artistique. C’est dans cette dernière que s’achèvera la première traversée auriculaire Mulhousienne.

L’après-midi, nous nous attaquerons au centre historique.
De toutes autres ambiances.
Au départ, une grande place centrale, cœur de ville emblématique aux belles architectures traditionnelles, qui est ce jour peuplée de terrasses accueillant un foule devisant tranquillement sous le soleil.
Nous pénétrons dans le grand temple, ancien église imposante, pour profiter un instant de son acoustique sereine, et mettre nos oreilles en condition, en état de marche oserais-je dire. Un duo de chanteuses y répète, le parcours débute musicalement, ce qui est très agréable aux oreilles.
A la sortie, un manège d’enfants et une fontaine conversent joyeusement, offrant au promeneurs écoutants que nous sommes l’occasion d’un intéressant mixage en fondue enchainée.
Je répète sans cesse que mes PAS sont des longues séances de composition en marche, où l’un des principaux intérêts est de se considérer comme une sorte d’orchestrateur de paysages sonores, mixant au gré de nos rencontres les sons de la ville, ou d’ailleurs.
Dés la place quittée dans un bel effet de coupure propre aux centres urbains, la rumeur de la ville s’atténue rapidement, pour focaliser notre écoute sur des émergences moins nombreuses, plus facilement localisables et reconnaissables dans leurs sources. La présence humaine, notamment par la voix reste prédominante.
De nombreuses acoustiques jalonneront notre parcours, dont une assez exceptionnelle.
Il s’agit d’un très long bâtiment arrondi, se refermant sur lui-même. Dans l’enceinte, un jardin est traversé par une allée centrale qui coupe l’espace bâti de part en part. Au centre de ce large rond, un gros point est peint au sol. Il marque incontestablement le centre de l’ensemble et pour moi, un point d’ouïe incontournable, un sweet-spot, comme dirait nos collègues anglophones, à ne pas rater.
Soupçonnant, au vue de la configuration des lieux, la possible présence d’échos, je sorts ma trompe test, celle qui me permets souvent de faire sonner des lieux, et d’en révéler des effets acoustiques.
Mon instinct ne m’a pas trompé. Les sons rebondissent de façades en façades, dans une série d’échos facétieux dont nous jouons joyeusement, sous le regard intrigué et amusé des passants.
Plus loin, ce sera la porte ouverte d’une très ancienne chapelle qui nous invitera à venir tendre l’oreille. Un orchestre à plectres y répète, jouant dans une magnifique acoustique qui nous révèle les moindre détails musicaux. Cette séquence fait écho avec la répétition dans le grand temple, au départ du PAS, une sorte de boucle impromptue mais qui au finale structure logiquement notre déambulation.
La nuit tombe doucement, et nos pas nous ramèneront progressivement vers la place centrale, repus de sons, fourbus de ces longues marches, mais néanmoins heureux de ces déambulations qui nous auront mis la cité à portée d’oreilles.

 

TRACES

Des images

https://www.flickr.com/photos/142233795@N02/albums/72157698014155180

https://flic.kr/s/aHsmwf9m8Q

 

Une vidéo

https://youtu.be/MMUuohyPuj0

Des sons

Autour de la marche, dans tous ses états

6bc21fbd-107e-4929-be73-cbefac66a1fb-original

 

Une ressource caminante In Progress

https://docs.google.com/spreadsheets/d/12Jzbj8RmY0zu-UAU1eX-jxR13N6KgRUCCPaV4lTfxzU/edit?usp=sharing

 

Des formes et des formats

Des articles de presse, documents de recherches, mémoires, thèses, présentations de projets, guides, flyers, programmes, dossiers de presse, dossiers thématiques, présentations de conférences, colloques, journées d’études, documents pédagogiques, administratifs, cadres juridiques, études techniques, rapports, ouvrages ou documents numérisés…

 

Des champs pluriels et pluridisciplinaires

Tourisme, patrimoine, valorisation territoriale, tourisme culturel…

Esthétiques, arts plastiques, visuels, numériques, sonores, arts-sciences, spectacle vivant, performances artistiques, poésie, littérature, intermédia…

Aménagement du territoire, urbanisme, architecture, paysage…

Écologie, environnement…

Pensées, philosophies, essais, critiques, pèlerinage et champ sacré…

Sports, randonnées, marches…

Santé, bien-être, développement personnel, méditation…

Société,  politique, contestation et résistance, politique de la ville…

Approches croisées et autres inclassables…

 

Le mouvement est en état de marche, il ne reste plus qu’à l’entretenir…

 

174362589_a60128fc31_b_d

 

Des partenaires et relais

Métropolitain Trail

Sentiers métropolitains, Grand Lyon et Lisières

Voyage Métropolitain, Sentier Métropolitain du Grand Paris

Provence Express

GR2013, Bureau des Guides

Made of Walking, The Milena Principal

Walking Artists Network

Caminar como Pratiqua Anarchista, ethica, esthetica, y de pensiamento

Muséem of Walking

Le bruit du frigo

Marcheurs d’ici et d’a(r)illeurs

International Federation of Pedestrians

A votre sentier !

affiche

Prologue pro podologiste

Au départ, j’avais pensé écrire un texte qui serpenterait dans les idées brassées par les marcheurs, et trop rare marcheuse, lors de notre rencontre Marseillaise, entre faiseurs de sentiers-parcours métropolitains.

Un texte un peu sage, ou pas sage, un passage.

Et puis tout c’est un brin entremêlé. Une incertaine Fédération à venir qui sort insidieusement des sentiers battus, une charte qui prend des chemins de traverse, une rencontre post rencontres, au pied de la gare Saint-Charles, où on re-questionne ce qui  semblait évident.

Les visées se révèlent, a postériori, plus dérivantes que prévues, de l’ordre d’une belle collection d’écritures multiples, sensibles, politiques, esthétiques, sociales, où chaque projet trace à sa façon des chemins singuliers, parfois en devenir, parfois aux lisières du non chemin…

Mais le chacun croise fort heureusement le brassage, et remet en question la singularité-même des projets.

Le chantier en sentier serait-il de l’ordre – ou du désordre, d’un laboratoire d’écritures in situ, ex situ, au foisonnement qui ne craint pas l’inextricable, le fil conducteur indémêlable, aux tracés qui ne sauraient parfois rester en place ?

Toujours est-il que mon projet de texte a cheminé autrement, de façon plus sauvage, b(r)uissonnant, aphorismatique, quitte à risquer le hors-piste.

Pré-texte et texte

C’est à Massalia, l’ancienne et bouillonnante cité, que nous avons été conviés à participer aux Assises Nationales – ce terme par trop statique remet déjà en cause le cheminement, ou propose la pause – des Sentiers métropolitains.

Rencontres, raout, retrouvailles, voire trouvailles, Saint Posium et autre conglomérations urbi et orbi, parfois péri humaines, avec autant de démarches, ou dé-marches.

Justement, des marcheurs, arts penteurs, déambulateurs, et à travers, activateurs écriveurs de chemins post Machado, constituent une brochette de gens qui, au final,  ne savent guère tenir en place.

Ils sont béta-testeurs en chantier, en sentiers, ou l’inverse, .

Ils marchent en maniant le stylo, poétisent, politisent, poëtisent, griffonnent, ont le verbe haut, le pied alerte (polysémiquement), sont agitateurs, Ik(r)éateurs, traceurs, tracteurs, des tracteurs en campagne…

Si bien que nous étions au MuCEM invités à fédérer, peut-être à nous fédérer, métropolitainement parlant, voire charter, voire friser ou oser du manifeste… mais l’heureux doute s’installe au fil des paroles. On re-doute la Grande Redonnée, en s’appuyant hardiment sur des lignes fuyantes, le point de fuite est une perspective paysagère en soi, sans compter des lignes brisées, si ce n’est tremblantes.

On refait le monde, un pied à terre, là où nous habitons, enfin on aimerait le refaire d’un pas qui ne serait pas ricide.

A votre sentier !

Carnets de sentiers, collections de traces partagées.

Sans forcément aligner des rangs donneurs.

On apprend par cours, ou presque, à dé-marcher, sans forcément baliser, des ports en peurs vagues, à l’horizon, où le marcheur n’aura plus pied. Ne restons pas pour autant en rade dans la cité Phocéenne.

Le menu est dense à la carte, au risque d’en perdre le Nord, et ses quartiers. Heureusement les hôtels (du Nord) restent de chaleureux guides, avec leurs bureaux attenants.

En bref, on devient plus sens cibles que prés vus.

Cependant, attention à la marche ! on se dé-file conducteurs, ductiles diraient certains d’entre nous, mais de quoi ils semelles.

Auteurs autour d’une table de dés-orientations pas noramique, l’axe, tout comme le centre, ne font plus toujours ni foi ni loi.

Alors on raconte, on se le raconte (le sentier), on brode, on tri-côtes, en montrant les évidences, les évidements. On invente celles qui le sont trop (évidences), dans le paysage de l’un connu et l’autre pas, de côté.

Traits, points, discontinuités, l’impasse (et l’autre pas), la trace ne fait pas le tracé, et inversement, sans parler du demi-tour ou du rebrousse chemin.

Voix, discours, théorie de la marche en marche, comment restons nous en phase avec le No Made, et le risque du méga pôle éthique.

On peut facilement se perdre en chemin, comme en conjonctures.

Si l’un passe, en silence, l’autre mure murs. Les frontières ne sont pas toujours aussi étanches que le marcheur, grand et généreux ordonnateur universel, le voudrait. Les franchissements parfois risqués, dans un chaotique droit du sol renversé à l’extrême.

Les pieds sur Terre gardons, en prose, en vers,  et contre tout.

De calanques en traboules, d’estuaires en portuaires, les lisières se brouillent, ou se débrouillent au mieux. L’écriture partagée tisse des iles marginaires, archipels et mouvants, entre utopies et hétérotopies. Les gros mots sont lâchés !

Territoires de flous s’il en est !

Chemins faisant, ou défaisant, on trace, on signe, on désigne, mais pas trop, on sonifie, on signifie, ou on tente de le faire. Battre le faire pendant qu’il est chaud n’est pas une posture tiède.

Certains ponctuent le parcours d’abris, nids, où les corps se couchent comme les écrits, en douces performances qui conduisent au rêve, partagé, co-habitatif, reliant des chemins habités.

Bords d’eau et des rivages des rivants.

L’inter se tisse entre des haltes, non injonctives.

Il y a également les ceintures, grandes ou petites, vertes ou noires, qui tentent de circonscrire la cité, barrant parfois la route au marcheur, celui qui n’a de cesse que de transgresser les obstacles, passer et outrepasser, pour relier le disjoint.

Mais les cités comme le marcheur sont indociles, indicibles parfois, à défaut d’invisibles.

Fédérer des marcheurs n’est pas chose facile. Il est toujours un franc-tireur qui vient casser le rythme, fait un pas de côté, quand ce n’est demi-tour; mais c’est là que réside la force,  qui ne nous fait que nous ne croyons guère en l’immobile absolu, quitte à ne jamais boucler la boucle.

Les péripraticiens que nous sommes au final, se rejoignent pour ne pas perdre pied, et résister à la grande route d’une pensée trop commune.

Apologie, podologie, promenadologie sont les semelles du destin cheminant.

Les talons sont mesures d’art d’ares, côtes comprises, et marché, si l’on fait œuvre.

On périurbanise en décentrant le cœur de ville, quitte à s’encanailler du quotidien trivial, caminant en étoiles, en grands huits, en Y, en virtualités des errantes.

Il nous faut chercher les limites pour mieux s’en extraire, ou les repousser plus loin.

Chacun à sa façon, ou en conjuguant nos pas, au risque d’aller vers l’extinction de voies.

Le tracé est-il rang donnable ? Soluble dans la marche ?

Le tracé est-il rassurant, ou somme de fuyantes à la recherche de vérités flux tuantes ? Il peut forcer le trait d’utopies bétonnées, de cités radieuses, ou de tiers-lieux politiquement corrects, ou non.

L’archi texture emboite la cité, comme on emboite le pas d’autrui. Mais le marcheur qui a l’âme pèlerine ne se laisse pas si facilement arrêter pas une mise en boite. Il a besoin d’aires plus vastes et de plus d’air qu’il souhaiterait moins vicié.

L’urbanisme est parfois producteur de chausse-trappes. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il n’est jamais trottoir pour bien faire, mais le terrain est souvent glissant, dans toute l’essence du terme.

Reste à creuser d’autres sillons à fleur d’asphalte, car le marcheur est citoyen, parfois en déplaçant les bornes, voire en les dépassant.

Méfiance, même le marcheur court le risque d’être borné !

Trouver les bords sans être débordés, aurait dit Debord…

GR de rien en réécrivant des prés sentis, ou vers les prés textes, pas toujours échos logiquement fleurs bleues.

Pro-meneur, pro-metteur – en scène, en espace – on conte nos pas super posés, on muse comme à musé. Mais que montrer dans les vitrines sentiers ?

L’entrelacs des sentes montre bien des différences de niveaux, au dessus ou au dessous de l’amer, mais le marcheur résiliant, résidant, résiste mieux aux pires des enlisements. Prendre racine n’est pas mieux que perdre ses racines.

Si le guide a le pied ferme, la ruralité n’est pas trop vacharde, comme traire d’union et pis encore, et pis aller. Le laid peut-être le calcium de nos pérégrinations.

Battre la campagne, sans méchanceté, n’exclue pas la péri-féérie, clin d’œil Nantais.

Périphérie Gonzo, je cite encore, un brin voyeuriste, qui surgit parfois sans prés venir, sujets à banlieues arts, écritures perverses, jouissives ou cathartiques.

Le péril urbain est-il ex-croissance mal ligne. Plus mégapole tumeurs ! Ou tu t’inventes, te réinventes dans l’urgence, comme fée Nixe.

Le syndrome de la grenouille qui périt sans s’en apercevoir, parce que la température de ses eaux ambiantes augmente très très lentement, est-il un symbole d’une décoassance inévitable ?

D’autre part, conter n’est pas duché, ni baronnie, quoique… Les châteaux s’écartent à jouer, pouvant s’écrouler, comme chacun sait. Et pourtant le marcheur s’écarte en corps.

Parler ici, à Marseille, d’écroulement est hélas relié à une funeste actualité, même si je sens la cité à la fois bouillonnante de rage et forte d’une solide résilience.

Le récit n’est jamais si loin du terrain que lorsqu’il y prend sa source, et si proche que lorsqu’il invente, sans vers grogne, le cheminement qu’il va, ou pourra  traverser.

 

Les participants aux Assises : Julie Le Muer, Noémie Galvez, Baptiste Lanaspeze, Philippe Piron, Jens Denisen, Paul-Hervé Levassière, Patrick Mathon, Gilles Malatray, Pierre Gonzales, Fabrice Frigout, Nicolas Maimain, Thibault Berlingen, Yvan Detraz, Alexandre Field, Denis Moreau

 

Suite aux Assises Nationales des Sentiers métropolitains, au MuCEM de Marseille, dans le train du retour, après une discussion impromptue avec Baptiste Lanaspeze au pied de la gare Saint Charles. Le 09 novembre 2018, Ouigo entre Massalia et Lugdunum.