Paysages toniques, micro récits auriculaires

Projet Titre à venir
Haut plateau du massif du Bugey

Centre d’Art Contemporain de Lacoux – 16/27 août 2018

43286532505_17a5267279_k_d

Lundi 8H15
Brume
Une brume effilochée, et pourtant tenace, court sur les arêtes boisées des combes environnantes.
Durant de longs moments, seul un vent tonique se fait entendre, déversant par à-coups une fraîcheur à la caresse par trop revigorante.

Mardi 6H30
Dialogue
Deux buses invisibles devisent, l’une dans une futaie en contre-bas, face au banc sur lequel je suis assis, l’autre à l’orée de la forêt, à flanc de coteau, juste derrière moi.
Elles entament un dialogue matinal, joute de cris-réponses perçants, entrecoupés de silences
qui tracent une ligne d’écoute quasi stable.
Je suis un point d’écoute focal, médian entre les deux rapaces bavards.

44196362921_46ff419d80_k_d

Mercredi 8H30
Rituel
Chaque jour ou presque, dans le champ voisinant notre campement, un rituel sonore se répète à mes oreilles.
Progressivement, une «enclochatement » paysager se fait entendre, poudrant la prairie de droite de tintements malicieux.
Le troupeau de chèvres de notre hôte s’installe en gambadant, parfois caché dans les prémices de la forêt, parfois courant à notre rencontre.
Ces animaux au regard malicieux et aux mouvements tintinnabulants nous font rentrer dans le vif de la matinée, si ce n’est de la journée.

Jeudi 7H30
Retournement
Ce matin là, le vent a tourné, et le paysage sonore semble avoir subi une révolution auriculaire conjointe.
De nouvelles sources sont ainsi apparues, mécaniques, en quasi opposition avec la quiétude pastorale visuelle.
Une carrière invisible, derrière la colline, assène des chocs métalliques au paysage, qui viennent buter en sourds échos dans le foisonnement de la forêt.
Ils jouent à tromper sournoisement la, notre perception des espaces sonores.
A ne plus savoir qui est l’écho ou la source initiale, comme matrice énergétique acoustique.

44196361931_227d9e4389_k_d

Vendredi 10H
Apparition – disparition
Je marche, nous marchons au fil d’une rivière, ou torrent, ou les deux.
A son extrémité, ou début, elle s’achève, ou nait au grand jour, tout en haut d’une falaise en imposante cascade jaillissante.
Sur le sentier capricieux, l’écoute nous joue des tours.
Au gré d’un dénivelé, d’un détour boisé, d’un obstacle minéral, des basculements incessants, glissements ou cassures acoustiques scandent un paysage aquatique en continuel évolution.
La rivière joue à cache-cache, je l’entends, elle disparait de mon champ auditif, puis revient, puis s’en va, se rapproche, s’éloigne, semble loin, puis toute proche… Méandres d’écoutes.

samedi 16H
Récurrence
Un groupe d’une dizaine de personnes entament un PAS – Parcours Audio sensibles aux alentours du village de Lacoux.
Marcher lentement, faire halte sur des points d’ouïe, écouter ensemble, les règles sont toujours très simples.
Au départ, une fête, repas villageois au lointain; puis une sente forestière; un silence presque (trop) parfait.
Le sentier nous ramène au-dessus du village où la fête en contrebas nous revient à l’oreille, invisible, claire, un brin fantomatique. Nouvel estompage sur le chemin du retour. Réapparition fugace à l’approche du centre du village, comme un yoyo sonore.

Dimanche 8H
Réminiscence
Le séjour touche à sa fin, le village s’ébroue, s’éveille doucement, très doucement, dans une fraîcheur automnale. Bientôt, les randonneurs arriverons. Bientôt, l’oreille reprendra sa place urbaine, avec l’empreinte prégnante de cette résidence montagnarde en contrepoint, tenace et douce réminiscence.

 

43290440765_b7a1cb78d6_k_d

Publicités

PAS – Parcours Audio Sensibles, Cagliari 2018

Vico Giuseppe Garibaldi

Cagliari , le retour.
Après un séjour fin avril 2017, lors d’un stage de prise de sons naturalistes encadré par Bernard Fort du GMVL de Lyon, et dans le cadre du projet Européen Erasmus+ « Le paysage sonore dans lequel nous vivons », nous sommes de nouveau accueillis par Amici della Musica di Cagliari.
Lors du premier séjour, nous avons arpenté la campagne, les lieux où l’eau et les oiseaux règnent en maître, et tenté d’en capter les ambiances significatives.
Mais nous avons aussi tendu oreilles et micros sur l’incroyable procession de la San Efisio.
Cette année, en mai 2018, c’est la ville même de Cagliari qui sera le décor principale de nos audioscènes. Il faut dire qu’elle s’y prête bien, et même joue le jeux de la diversité sonore, avec son port, ses ruelles, places, son marché couvert, ses hauteurs…
Notre séjour s’articule autour d’un très intéressant colloque « Natura percepita/Natura idealizzata » auquel je suis invité à intervenir, et guider en préambule un PAS – Parcours Audio Sensible dans la belle capitale régionale Sarde.

Cagliari m’ouvre, avenante et riante, de belles fenêtres d’écoutes.
La mer, le port, les clapotis, ressacs
Des avions à basse altitude, tout prêt d’atterrir aux abords de la ville
Des ruelles à la fois minérales et très fleuries
Des places, petites ou grandes, intimes ou populaires
Une galerie couverte toute bruissonnante
Un marché couvert, une profusion de, couleurs et odeurs
Une tour dominante et des terrasses surplombantes
De jour comme de nuit, je la marche avec plaisir.
Ensuite, j’en capterai des bribes en tendant mes micros.

Cette année, je guide donc un PAS. Nous y enchainons, comme de coutume, déambulations et Points d’ouïe statiques.
Une petite terrasse ouvrant une fenêtre en contrebas sur le boulevard longeant le port, la mer en toile de fond, muette à cette distance
Un parking souterrain où jouer de la voix pour exciter les capricieuses réverbérations
Des ruelles enchainées, d’ombres est de lumières, de sons et de presque silences
Un théâtre nous nous écoutons les rumeurs dans le hall de l’Auditorium, passage obligé
Encore un entrelacs de ruelles intimes
Une place où un guide commente une fresque à un groupe de touristes
Un guitariste, curieusement positionné à un carrefour assez bruyant, mixage de voix, musiques, voitures…
Encore des ruelles accueillantes
Une placette très doucement animée, une de mes préférées, de jour comme de nuit
L’intérieur d’une église, avec le même groupe de touristes et leur guide…
Pause et causerie informelle devant une boisson rafraîchissante.
La plupart des promeneurs sont de Cagliari. j’adore emmener marchécouter des résidents qui redécouvrent de l’oreille leurs lieux territoires de vie.
J’ai ici un grand avantage sur les autochtones, ne comprenant pas un mot d’Italien, je joui pleinement de la musique des mots et des voix sans cesse croisées.

p1050540

Cagliari en replis et déplis

Durant mes pérégrinations, repérages, flâneries, je tends parfois les micros.
Et construit un petit récit audio, des plus personnel, une vision auriculaire de la cité, parmi tant d’autre.
Cette fois-ci, j’ai envie de télescopages, de mixages, et autres incongruités acoustiques.
Je fais entrer le dehors dedans, fais sortir l’intérieur à l’extérieur, replie la ville en recouvrant le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest, mêle la gare au port, la fontaine aux ruelles, la place haute à la ville basse.
Un joyeux désordre qui n’en a que faire de la géographie bien ordonnée.
Une élucubration où jour et nuits se confondent.
Quelques maltraitantes sonores donc.
La nuit, presque omniprésente, et son gommage de certaines sonorités.
Un non-sens qui perd le promeneur en lui déboussolant les esgourdes, qui embrouille même l’idée de parcours dans une dé-linéarisé assumée.
Un jeu de l’ouïe, où les clapotis n’en font qu’à leur tête.
L’expérience d’une durée fugace.
Des réminiscences sonores, comme ces traces de formes et de lumières en persistances retiennes.
Les acoustiques brassent des lieux qui n’ont pas lieu d’être, si ce n’est dans l’imaginaire d’un écoutant fasciné par les espaces imbriqués d’une ville imprévisible et néanmoins amène.

Points d’ouïe, installer l’intangible

page_10

 

Installer sans presque rien installer
Ne rien ajouter
Ne rien enlever non plus
Ne rien modifier, pour ce qui est du sonore
Et pourtant installer
Ne rien installer d’autre que ce qui est déjà en place
ou disparu
ou en voie de l’être,
ou naissant
ou à venir
ou en transition/métamorphose
Ne pas installer d’autres sons que ceux qui se font déjà entendre, ou qui le feront
Par contre
Installer des Points d’ouïe
Installer des mises en situation
Des mises en condition
Des espaces d’écoute
Des haltes auriculaires
D’autres amènes oasis
Disposer ici et à
Quelques chaises en rond
Alignées
En file indienne
Face à face
Dos à dos
Dispersées
Nomades
Selon l’envie
Selon les lieux
Selon les sons
Des bancs aussi
Des nattes
Des tapis de sol
Des Hamacs
Des transats
Mais toujours pas d’autres sons
Que ce qui veulent bien être là
Et il y en aura toujours
Sinon, installer le silence
Utopie s’il en fût
Installer des signalétiques
Des cadres d’écoute
Des visées auriculaires
Des consignes/conseils/propositions/suggestions
Des phrases décalées injonctions à l’écoute
Des espaces de rêve aussi
Une clairière au creux des sons
Installer des objets amplificateurs
Une cabane affût
des longue-ouïes
A la rigueur un mobile tintinnabulant doucement
Un parcours balisé
Suivant la rivière
Une sente forestière
Une ruelle
Installer l’écoutant
Installer l’écoute
Des postures d’écoutes
L’écoute même.

 

desartsonnants@gmail.com

 

gilles-malatray_profil_city-sonic_art-sonore_transcultures-2016-02

 

Des PAS – Parcours Audio Sensibles, comme une action de décélération

32235338_797815800417356_1361879854059880448_n

A peine levé, il me faut répondre aux courriels accumulés, lire les nouveaux, penser au planning de cette nouvelle journée qui s ‘annonce d’ors et déjà chaotique… Puis régler l’administratif, mixer des sons en souffrance, passer quelques coups de téléphone, envoyer un devis, répondre à un projet, aller à un rendez-vous à l’autre bout de la ville, ne pas oublier la lessive, les courses…
Dépêche toi, dépêche moi, le temps presse !
Nous vivons dans un monde speed-action, où un flux d’informations, tout média confondu, nous inonde, où il nous faut répondre à de multiples sollicitations, où l’ère numérique nous désapprend la patience, celle d’attendre une réponse tardive, de prendre le temps d’échafauder des projets au long cours. Des clips, du zapping, un grignotage, physique et intellectuel, entre deux chaises, des actions qui devraient être terminées à peine commencées.
Certes, ces journées hyperactives peuvent être jouissives, exaltantes, brasser du projet, des idées, multiplier les rencontres, ne pas laisser de blancs comme on dit en radio, ne pas laisser de vide. La nature on le sait a horreur du vide, et sans doute nous aussi, inconsciemment. Problème métaphysique d’occulter certaines angoisses récurrentes, ou culture de l’entreprenariat moderne, ou bien encore mélange des deux, notre train d’enfer frise parfois le burn-out.
Entre Lao-Tseu qui déclarait « Accède à la vacuité, tu seras le centre du monde » et Sénèque qui argumentait «  Un travail sans arrêt brise l’élan de l’esprit; il reprendra ses forces en se détendant », deux organisations nous sont proposées, parmi d’autres. La non accumulation, le vide, la méditation pour se retrouver, retrouver une partie de l’essentiel, et une alternance entre activités et repos pour trouver un équilibre productif. Ces deux modes de vie, édictés entre le Ve siècle av. JC et le premier siècle de notre ère, n’ont me semble t-il pas pris une ride, et sont même franchement d’actualité. Pour ma part, la pensée Taoïste me semblant, outre sa belle invitation à l’émerveillement tranquille, à a quiétude, difficile à mettre en place, je pencherais pour l’approche fragmentée des rythmes de vie façon Sénèque.

32294381_797815103750759_4484229170246713344_n

C’est ici que mes PAS entrent en jeux.
Faire un PAS, c’est prendre le temps. Prendre le temps à bras le corps, ou du bout des pieds. Prendre le temps de prendre le temps.
Je cherche dans l’écoute convoquée par ces gestes sensibles et kinesthésiques, une brisure temporelle qui pourrait donner la sensation d’un ralentissement bienfaisant.
Je cherche dans les PAS, ce que je nomme souvent des aménités paysagères, et humaines, des rencontres entre des lieux et des personnes, qui laisseraient toute idée de brutalité et de stress au vestiaire.
Faire un PAS c’est marcher, s’arrêter, écouter, en silence. Le silence est aussi une façon de décélérer l’écoute, de minimiser et de contenir ponctuellement une production sonore parfois interrompue dans un flux de paroles envahissantes.
Cette pratique s’effectue en slow marche, qui ne cherche pas, bien au contraire, la performance des kilomètres/heures parcourus, mais plutôt une lenteur immersive, et qui plus est peuplée de haltes points d’ouïe.
Ces PAS sont un geste collectif assumé qui cherchent l’apaisement, soudent un groupe de résistance à la frénésie ambiante, qui d’ailleurs, en milieu urbain, se frotte avec l’agitation ambiante, et que l’on regarde comme une sorte d’étrange secte contemplative.
Cette forme décélération est, à notre modeste échelle, une résistance à l’accélération invasive et exponentielle, un contre-poids sans prétention, si ce n’est que celle de partager une synergie apaisante.
La décélération est en marche, tout au moins ponctuellement.
Ces parcours ne sont pourtant pas une panacée universelle, qui va soigner, et qui plus est guérir, toute la folle vélocité du monde, mais au moins tentent-ils, dans l’esprit de Sénèque, de ménager des zones calmes, des coupures régénérantes, des oasis d’espace-temps où prendre son temps n’est pas le perdre, bien au contraire.

Points d’ouïe en Stations d’écoute

10653396_847456401931423_4607522757846799105_n

Husserl disait que les choses n’allaient jamais de soi et méritaient toujours d’être questionnées. Questionnées notamment en terme de phénomènes. Le philosophe indique que par le questionnement, nous aurons une démarche d’explorateur qui pourra ainsi expérimenter le monde, ce qui me convient parfaitement dans la posture de promeneur écoutant.
Le phénomène n’est pas ici lié au phénoménal, à l’énorme, au hors-norme, mais plutôt dans son acception première « Ce qui apparaît, ce qui se manifeste aux sens ou à la conscience, tant dans l’ordre physique que dans l’ordre psychique, et qui peut devenir l’objet d’un savoir- source (Centre National Textuel et linguistique) », donc dans la description phénoménologique du terme. Or pour questionner le phénomène, il convient tout d’abord de le décrire.

Et pour décrire, il nous faut observer, ou dans le cas de phénomènes sonores, écouter.

Et c’est là que resurgit l’importance de la posture, celle qui poste notre corps, nos sens, notre attention, face à un objet, ici paysage sonore, dans une position favorable pour l’écouter, le questionner, et l’expérimenter, de préférence collectivement.

Après les PAS – Parcours Audio Sensible, qui impliquent une écoute en mouvement, même si cette dernière est ponctuée de Points d’ouïe stationnaires, et les inaugurations événementielles de certains de ces dits points d’ouïe, c’est maintenant autour de zones, ou stations  d’écoute que je recherche de nouvelles postures, méthodologies, protocoles, rituels…

En résonance avec ces expériences, toujours en chantier, je suis en train de mettre en place, à titre expérimental, des Stations d’écoute in situ, rassemblements ponctuels d’écoutants potentiels sur un site précis, dans une durée assez longue (quelques heures). Il s’agit de mettre en commun nos oreilles, les paysages sonores ambiants, nos ressentis, dans une posture d’écouteurs publics postés.
Je réfléchis donc à des sites pouvant accueillir ces Stations, places publiques, parcs, escaliers, rivages, clairières…
Ces lieux devront pouvoir offrir un certain confort d’écoute pour y stationner assez longtemps (bancs, assises, ombrages, possibilité d’amener ses fauteuils…) et bien entendu offrir une biodiversité auriculaire intéressante, même si elle n’est pas spectaculaire, sans doute bien au contraire.

L’écoute sensible doit tenter de revenir aux sources, sans autres artifices que l’attention portée aux choses, la synergie d’un groupe d’écouteurs publics, et de la mise en commun d’une écoute »partagée.

Remarques : Selon les cas, on pourra assimiler ces actions à des ZEP (Zones d’Écoutes Prioritaires), ou à des ZAD (Zones Auriculaires à Défendre)

 

Imaginons ici quelques dispositifs postés, comme assises d’écoute, dans tous les sens du terme.

10660095_847449711932092_9190762952213334244_n

 

10606347_847453971931666_3896924599817667710_n

 

10425078_847448948598835_2492915813000726613_n

 

12063659_1075531602457234_294173307775118979_n

 

Chaises bois

 

CHAISES ÉCOUTE

 

28435120926_008ab671cb_n

 

9d8a200a72aad0ea0d498cb55a9788b4

 

9369_10200865785583470_211076436_n

 

Chairs-Before-the-Circle-1024x768

 

Garden-Chair-Dallas

 

assiso

 

2777336221_e796161ec6_b

 

homepage-gallery-fall-chairs-field

 

Oak Meadows 1Chair Circle

 

yellow-feathers-5

 

IMG_3161

Points d’ouïe, un abécédaire

affiche-abecedaire-l-70-x-h-50-cm

 

En écho, en lien hypertextuel à un précédent article « Parcours et paysages sonores, des oreilles, des pas et des mots », traitant des rapports des PAS – Parcours Audio Sensibles et de l’ écrit, des procédés littéraires, voici un exemple d’abécédaire.
Dans une forme d’écriture quasi spontanée, d’élan instinctif, cet abécédaire n’est ni achevé ni parfaitement maitrisé. Il est un exemple parmi bien d’autres possibles. Il est un renvoi d’un texte à l’autre, dans un jeu de miroirs où le mot s’associe aux gestes d’écoute, de marche, et à des formes un brin oulipiennes de réflexions socio-acoustico-littéraires. Il est mien et peut être autre.

Mais commençons par le commencement, et suivons le programme à la lettre !

A – Audio (j’écoute) – Auriculaire – Acoustique – Admiration – Aménités – altérité – actions – anthropocène

B – Bruit – binaural – brisures – basses

C – Calme – couleur – colimaçon – créativité – colère

D – Densité – désinence – destination – drôle

E – Écoute – écho – éclats – extinction

F – Force – fragilité – fixation – fuite – fabrique – fête

G – Grâce – gêne – généralités – grelot – glissement (glissando)

H – Heurts, histoire – heuristique – Hululement

I – Indice – identité – incidence – irréversibilité – icône

J – Joie – jaillissement – jeux – je – justesse – juxtaposition

K – Kilowatt – kaléidoscope – Kermesse – Kant

L – Limite – lancinante – litanie – littérature – labial

M – Mouvement – micro/macro – musique – mixage – mort – monodie – mélodie marche

N – Nuisances – nuit – narration – neutralité – noir- neurones

O – Organisation – originalité – organisme – obsession – ouverture

P – Paroles – paysages – puissance – paix – phénomène – pluri – partage

Q – Quotidien – quiétude – quantitatif – qualitatif – quoique

R – Repos – ressac – rythme – résistance – résilience – récit

S – Silence – saturation – société – secret – suspension – soi-même

T – Timbre – ton – tension – tonicité – ténacité – terminaison

U – Uniformité – unicité – uchronie – utopie – ultime

V – Voyage – vie – vélocité – variantes/variations – versatilité

W – Web – Wiki – workshop

X- X/inconnu – xylophone – xénophilie

Y – Yoddle – Y avait-il ? – Y a t-il ? – Y aura t-il ?

Z – Zéro (absolu ) – zones – zénitude – zygomatiques

Point d’ouïe, un lieu, un moment, une image, des mots, des sens

19756602_2321879034704352_6077402660371555944_n

Un point d’ouïe


un groupe d’écoutants


une écoute collective


l’attention aux sons


des postures d’écoute


les yeux fermés


un espace sensible


la perception des aménités paysagères

une trace mémorielle


une pause dans un PAS – Parcours Audio Sensible


un arrêt sur sons


les sens émoustillés


une douce concentration


une écoute intergénérationnelle


le murmure de l’eau


un pont, architecture et acoustique


une chaleur printanière


un instant de quiétude


prendre le temps


la musique des lieux


une belle acoustique


les oiseaux pépiant


une géographie sonore


un instant de quiétude

un lieu auriculaire remarquable


la rumeur d’un village, au dessus


l’inauguration d’un point d’ouïe


le nouveau statut d’un espace


une légère brise dans les arbres

la 
fabrique d’un souvenir sensoriel


une instant de fraîcheur

une part de poésie

une émotion

une phénoménologie paysagère

l’attention, collective, au monde

l’essence des sens.

 

PAS et inauguration d’un Point d’ouïe – Saillans (Drôme) – Festival « Et pendant ce temps les avions » avril 2017