UN PAYSAGISTE SONORE, PROMENEUR ÉCOUTANT?

Un paysagiste sonore, promeneur écoutant de surcroit, est un artiste engagé, qui puise dans le lieu investi, de la matière sonore pour nourrir des gestes d’agenceur, d’aménageur, de créateur sonore, in situ ou dans des formes d’exo-territoires, parfois virtuels.

Il plante des sons, sème de jolis bruits, bouture des vibrations., rhizome des écoutes…

Il échange aussi, et partage, surtout.

Il tente dés lors de donner forme à de nouveaux espaces inouïs, des jardins ou cités sonores à visiter de concert, toutes oreilles dehors.

Promeneur écoutant, il propose ainsi des PAS – Parcours Audio Sensibles, pour arpenter des sites auriculaires à découvrir au gré de marches-ateliers sensoriels, pour bien, ou mieux s’entendre avec sa ville, et au-delà.

Non content de cela, il inaugure officiellement et cartographie des Points d’ouïe remarquables entre autres excentricités auriculaires, cérémonie et discours à l’appui.

Il génère des cadres d’écoutes, met en scène des points d’ouïe, invite le(s) public(s) à expérimenter des postures, pour s’immerger dans les sons, (re)découvrir des lieux au gré de larges panoramiques ou de microcosmes auriculaires, espaces intimes.

Il s’interroge sur la création d’objets d’écoute, de longue-ouïes, interférant sur des postures spécifiques du citoyen écoutant.

Il invite à l’écriture-lecture des paysages sonores partagés, l’espace-temps d’une écoute collective, ou durant des expo-traces prolongeant les actions exploratrices de terrain, voire à plus long terme, si affinités.

Il convoque des champs d’expériences mixe-média, en sons, textes et images, danse et arts plastiques, gestes performatifs et autres hybridations, toujours à la croisée des chemins…

Il recherche des façons ad hoc de transmettre son expérience dans différents espaces éducatifs, de mettre en place des ateliers d’écoute en marche, entre récits, expériences in situ, et réflexions communes.

Il réfléchit à la constitution de données partagées, de réseaux d’acteurs, de communs accessible à tous.

Il souhaite intégrer des équipes d’aménageurs, qu’ils soient architectes, urbanistes, paysagistes, écologues, designers, soucieux de développer une esthétique du sensible, une recherche de bien-être par la qualité et la signature d’une belle écoute.

Il appréhende ainsi l’espace public, rural, naturel, urbain ou péri-urbain, jardins, sites architecturaux, comme autant de lieux où  se pratiquerait, de façon ludique,  une sorte de land art sonore, pour revisiter de l’oreille et repenser nos lieux de vie.

Le paysagiste sonore, promeneur écoutant, convoque des postures sensibles, artistiques, culturelles, éthiques, sociales, écologiques, dans des approches fondamentalement contextuelles et relationnelles, qu’on se le dise ! Jamais la perception auditive d’un lieu ne sera la même, d’un moment à un autre, ou d’une personne à l’autre.

Cultivons nos différences (sonores), mais dans une bonne entente, ça va de soi !

 

Gilles Malatray

Enregistrer

Enregistrer

Publicités