De Points d’Ouïe en PAS – Parcours Audio Sensibles, des mots et des sons

Terminologie Desartsonnante, et acronymes associés

22303246823_2eabda1015_k_d
©photo Sophie Barbeau – Points d’ouïe avec des enfants du Joyeux Jardin – Marseille

Des mots et des sons
Pour moi, chaque mot a son importance.
Porteur de sens, chargé d’un imaginaire, d’une couleur, d’une « ambiance », voire marqueur esthétique autant que sémantique, nommer c’est faire exister affirment de nombreux écrits cosmogoniques. Le mot est en effet une forme d’incarnation de l’être, comme il peut être est l’injonction au faire, ou le terreau d’une imagination généreuse et constructive.
Le mot, ou l’agencement de mots, les expressions, les acronymes, sont autant de propositions à l’écoute, à l’entendement. Ils participent au faire sonner paysager, au fait d’inviter à la déambulation au cœur des paysages sonores investis.
S’ils ne remplacent pas pour autant l’action, sans laquelle ils resteraient lettre morte, vides de sens, ils impulsent et motivent cette dernière, ouvrant des voix parfois singulières pour un écoutant recherchant des moteurs lui permettant d’avancer dans ses travaux d’écoute, ses réflexions d’acteur impliqué.
Les mots sont avant, avant le projet, comme embrayeurs et catalyseurs d’actions.
Les mots sont concomitants, descripteurs et participant à la polyphonie-même, à la  poïesis du projet.
Les mots sont après, traces et analyses, forces de nouvelles propositions découlant de l’action révolue.
Ce chainage sémantique remet sans cesse en question le mécanisme d’un dispositif, d’une recherche-action, d’une réflexion alimentée de moult expériences de terrains, tout à la fois anticipées et projetées, et au final formant une sorte de récit transmissible autour du projet « Points d’ouïe et paysages sonores partagés ».

Points d’Ouïe
Une expression qui, chez moi, est souvent accolée à une sorte de titre générique « Points d’ouïe et paysages sonores partagés ». Façon, Desartsonnante, le point d’ouïe est assimilé à l’expression anglo-saxonne « Sweet Spot », utilisée par les acousticiens, audiophiles, et autres intéressés en règle générale par une écoute qualitative. C’est l’endroit précis où l’on doit se trouver pour jouir d’une écoute optimale. C’est par exemple, le point focal de la triangulation pour une écoute stéréophonique, ou le point central pour profiter pleinement d’une mutidiffusion. C’est également, pour Desartsonnants, le lieu d’écoute idéal, ou en tout cas le meilleur que possible, dans un espace/paysage, qu’il soit urbain, rural, naturel, architectural…
Le Point d’ouïe se veut représentatif d’un lieu, et il peut être en cela être multiple, ou en tout cas démultiplié. l’essentiel est  que l’oreille s’y sente bien, ou s’y sente fortement questionnée, impliquée, pour qu’elle capte la ou les richesse(s) auriculaire(s) intrinsèque(s).
Le Point d’ouïe nous fait découvrir les aménités d’un paysage, mais peut aussi en révéler ses fragilités, voire ses dysfonctionnements.
Le point d’ouïe est sensible, subjectif parfois, questionnant des individus à leur rapports aux sons quotidiens, ambiants qui me font par exemple poser cette question récurrente « Et avec ta ville, tu t’entends comment ? »
Mais cette question est bien évidemment transposable en milieu rural, ou naturel.

Inauguration de points d’ouïe
Le Point d’ouïe, lorsqu’il est inauguré, façon désartsonnante, offre l’occasion de partir à sa recherche, dans une quête, chasse au trésor d’oasis sonores à portée d’oreilles. Cette recherche s’effectue autant que faire ce peut avec des habitants du cru, dans une implication d’écouteurs citoyens, sous forme de rencontre publique, cérémonie avec discours à l’appui, minutes d’écoute, matérialisation et géolocalisation cartographiques… Des élus et habitants sont convoqués par cette fête de l’écoute dans la prise en compte de leur espace sonore local, et surtout celle des lieux qualitatifs à défendre, à protéger…
Il s’agit bien d’une manifestation publique, cérémonie officielle, certes décalée, mais qui célèbre la belle écoute partagée, à un endroit et à un instant précis, en espérant qu’elle laisse des traces durables dans le paysage, et surtout dans la mémoire des participants.

PAS – Parcours Audio Sensibles
Le PAS – Parcours Audio Sensible est une extension active, ou plutôt une conception propre de la balade sonore, toujours façon Desartsonnants.
Parcours : Le terme de balade me paraissant convoquer une action un peu frivole, légère, superficielle, je lui préfère le mot parcours.
J’envisage un parcours comme un itinéraire d’un point vers un autre, un acte volontaire, une trajectoire assumée, une mise en mouvement du corps écoutant, mais aussi, parallèlement,  de la réflexion, de la pensée.
Un parcours physique, impliquant un mouvement, peut être également mental, intellectuel, philosophique, voire initiatique. Il s’envisage comme un déclencheur, ou un enclencheur, qui change nos rapports à l’écoute, à l’espace, qui ouvre des sensibilités accrues, qui offre de nouvelles perspectives d’écritures.
Audio : J’écoute. Un terme qui met le son au centre de l’action, de l’action d’écouter en l’occurrence.
Sensible : Ce qui convoque un champ de sensibilités multiples, dépassant le seul sens de l’ouïe, même si l’écoute reste le pivot des PAS. Le sensible joue de la superposition, de la complexité des sens – l’écoute, je regarde, je sens, je touche, je ressens… Nous sommes fondamentalement polysensoriels, et l’écoute réactivée par les PAS stimule également d’autres sens qui participent à saisir et à construire nos environnements, dans une approche esthétique, sociale, écologique…

ZEN – Zone d’Écoute Naturelle et DON – Dispositif à Oreilles Nues
L’écoute naturelle est celle qui nous plonge, sans apriori et sans complexe, au corps des sons, de quelque nature qu’ils soient. Si l’écoute sans autre artifice que l’oreille de l’auditeur peut-être qualifiée de naturelle, les espaces où elle s’exerce ne le sont pas forcément pour autant, dans un sens topologique en tous cas. Il peut s’agir de places urbaines, périurbaines, comme de parcs entièrement construits et façonnés par la main de l’homme.
Les ZEN sont et restent néanmoins, des espaces de ressourcement, qui tentent, à force d’écoute, de rechercher l’oasis sonore le plus apaisant que possible, y compris au cœur-même de la cité.
La quiétude de certaines zones ou ZEN contrastant avec la frénésie sonore d’autres peut nous amener, par comparaison, à pointer les dysfonctionnements, les paupérisations d’un espace sonore.
 
Quand au DON, Dispositif à Oreilles Nues, il s’agit là d’un outil, mais aussi d’une posture, d’un choix a minima pour dénicher et profiter de Points d’ouïe ou de ZEN, révéler des paysages sonores des plus intéressants.
Le DON est autonome, portable, personnel, non énergivore, si ce n’est l’attention portée au monde, à ses habitants et paysages sonores, énergies positives. Le DON est du fait de nos seules oreilles, et bien sûr des sons qu’elles captent.
Le DON fait implicitement appel à la générosité entre écoutants, à l’offrande et au partage de richesses auditives, à l’écoute de l’autre, mettant le relationnel au cœur de l’action, c’est à dire de l’écoute.

Art contextuel, art relationnel
Le terrain donne le la.
Le lieu aspire à s’exprimer, voire infléchit sans conteste un projet, un mode opératoire, un dispositif ad hoc, un ou des publics…
L’espace ne demande qu’à être invité, valorisé, transcendé, dans la mesure où l’on évite l’intrusion, l’invasif, une artialisation forcée, ou pire, forcenée…
Rien ne naît ex nihilo, l’action, la pensée, les outils, sans pour autant être inféodés, ou rigidifiés, sont liés au contexte, à ses multiples contraintes, à l’évolution du projet. Ce qui est dessiné hors terrain demande une marge de manœuvre, d’ajustement, une souplesse pour prévenir tout enfermement dans un dessein somme toute inadéquat, des circonstances qui ont évolué, des demandes qui se sont affinées, sans parler des remises en causes et autres tâtonnements des projets en chantier
Le copié collé est une impasse paysagère assurée.
L’enfermement dans un champ esthétique trop cloisonné, dans une pratique trop contrainte, dans un secteur d’activité unique est  trop consanguin, et se révèle très vite sclérosant. Se frotter aux musiques improvisées, lutheries expérimentales, aux arts numériques, installations sonores et plastiques diverses, aménagement du territoire, écologie et modes d’actions alternatives, participatives, tout en gardant l’exigence d’une belle écoute environnementale, est gage de liberté et de renouvellement rafraîchissant l’écriture et la pensée sonore. Vision évidemment Desartsonnante et assumée en tant que telle de la chose.
La chose vécue prime d’ailleurs sur la chose fabriquée.
La sociabilité d’un projet impliquant un public, même très ponctuellement, des acteurs locaux, des décideurs, amène une indéniable valeur ajoutée, humaine avant tout.
Le partage et la transmission sont des leviers permettant, modestement, de défendre des valeurs morales dans le respect de la personne et de son environnement, et cela dans un processus interactif. Et nous revenons là au DON comme pratique relationnelle privilégiée.

22301679574_12b6e9df80_k_d
©photo Sophie Barbeau – Points d’ouïe à Joyeux Jardin, signalétique de Colin Bailleul, les Rudologistes associés

Multi et transmédia, savoir-faire partagés
Envisager un paysage sonore comme une réalité complexe, hétérotopique*, mouvante, multidirectionnelle – esthétique, sociale, économique, politique, écologique, philosophique – façon écosophie**, implique une approche convoquant de nombreuses affinités, compétences et savoir-faire.
Or, les capacités d’un modeste marcheur, écouteur, artiste chercheur sont forcément limitées, ou privilégient parfois sciemment, ou non,  des affinités influant ses propres champs de compétences.
Entre le fait d’écrire une projection « idéale » et de la réaliser, de lui donner corps dans sa matérialité de terrain, il y a parfois un, voire plusieurs grands PAS à franchir.
Si je peux, personnellement, développer une écriture sonore qui me convienne un tant soit peu, pour mettre en scène des espaces d’écoute significatifs, concevoir des objets, mobiliers, signalétiques, Il me faudra l’aide de plasticiens, graphistes, designers, bricoleurs et  autres imaginatifs de tous crins…
Les échanges transmédia sont incontestablement riches, on ne peut plus stimulants, pour autant qu’on laisse s’instaurer un dialogue, une confiance mutuelle.
L’âge de l’artiste démiurge, omniscient, enfermé dans sa tour d’ivoire, ou dans une rêverie auto-suffisante, le promeneur solitaire et autre Wanderer romantique, tout cela semble définitivement révolu, en tout cas dans le processus créatif, à l’heure d’une hybridation multiple que la technologie semble accélérer de jour en jour.
Heureuse perspective, à condition toutefois de ne pas s’y noyer, et de conserver un cap soutenable.
Encore une fois, une fois de plus, se dégage ici une notion de partage(s), d’auto-enrichissement, de transmissions de savoirs, d’échanges liés à nos sensibilités respectives, sans quoi le projet, pour moi en tout cas, ne serait pas ce qu’il est, un creuset bouillonnant, donnant du sens à l’écoute, aux questionnements autour des Points d’ouïe et paysages sonores partagés, aux valeurs humaines intrinsèques..

* Michel Foucault – http://desteceres.com/heterotopias.pdf
** Félix Guattari – https://www.editions-lignes.com/FELIX-GUATTARI-ECOSOPHIE.html

22910907722_179b16bcb8_k_d

©photo Sophie Barbeau – Points d’ouïe à Joyeux Jardin, signalétique de Colin Bailleul, les Rudologistes associés

 

 

Publicités

Point d’ouïe campanaire à Lyon

 

Place des Terreaux, y’a quelque chose qui cloche(s) !

1-345146

Lors d’une balade repérage à Lyon, un carillonneur joue sur le fabuleux, et trop méconnu carillon de l’Hôtel de Ville. Une douce pluie de notes cristallines, virtuoses, bataillent contre les flux routiers.
A l’instar des grandes villes du Nord, 65 cloches de 6 à 4 800 kg font du carillon de l’Hôtel de Ville de Lyon l’un des plus grands d’Europe, et l’instrument a été joué par des musiciens internationaux. On ne l’entend hélas que trop rarement.

Fort heureusement, ce jour là, j’ai un magnétophone à la main.

http://aporee.org/maps/work/?loc=35836

https://www.mixcloud.com/desartssonnants/place-des-terreaux-ya-quelque-chose-qui-cloche/

Enregistrer

Points d’ouïe et PAS – Parcours Audio Sensibles à Saint Étienne

Des sons et des espaces, de flux en ruptures

977163679_4df774c6de_b_d

C’est un nouveau PAS.
Une ville industrieuse
sursautante et comme parfois encore endormie
des machines muettes
des stigmates d’épopées minières
un réseau souterrain de galeries
quasi  prégnantes et vibrantes sous nos pieds
des vitrines closes
d’autres fragiles
éphémères
d’autres enfin bouillonnantes
une ville qui s’ébroue
une ville de collines
qui allait au charbon
ville noire et ville verte
une ville singulière
qui accroche mes pas
je sens battre son pouls
crassiers par  ici
et par là
monts érigés en toile de fond
et des sons plein les rues
des voix
des voix
des voix
chaleureuses
un tram ferraillant
sa cloche emblématique
ses grondements profonds
carte postale à l’oreille
je me glisse dans les flux
cherche et
créé des ruptures
par exemple
une église
intérieur
presque silence soudain
résonance apaisante
puis la rue trépidante
autre rupture
parking souterrain
autres résonances
crissements violents
basses profondes
un sas
une porte qui chante
j’en joue
instrument métallique
un brin synthétique
puis un quartier tiers lieu
un goût d’inachevé
mais des espaces passages
oasis sonores
la vie sourd autour de nous
un banc d’écoute mosaïque
une longue pause collective
puis une rue montante
bercée de calme
premiers passereaux piallant
au sortir de l’hiver
rude en cette ville colline
une butte
un jardin
une terrasse
autre pause
panoramique
point de vue et point d’ouïe mêlés
accoudés à une terrasse Ursuline
la ville au pied de nos oreilles
puis redescente progressive
rentrer dans le flux
retrouver les flux
se noyer dans le flux
s’y noyer consentants
une heure trente de silence
silence entre nous promeneurs
acte en synergie d’écoutants
silence tellement peuplé de sons
puis à nuit tombante
une fête bruissonnante
inaugurale
voix proches
bourdonnantes
amplifiées
puis le cycle continue
hors micros…

3-rue-de-la-ville

Puis le lendemain, un parcours au casque, initié et créé par Carton plein, presque le même circuit que le PAS, géographiquement, mais si différent pourtant. Témoignages émouvants, commerçants, résidents, histoires locales, le passé, le présent, les rêves et espoirs… Vous pouvez l’écoutez encore, ne vous en privez pas… Écoutez, téléchargez le fichier de la balade et le plan ici  Lien

Puis ce même lendemain, une autre promenade, sur une autre colline, celle du crêt de Roc. La ville en Mythorama, initiée par le collectif La laverie, et le compteur marcheur Julien Tauber. La quête des Argonautes vers la Toison d’Or, Saint-Étienne ponctué de symboles architecturaux, de combattants mythos, de super héros parfois cruels et perfides, comme dans toute mythologie qui se respecte… Saint-Étienne décalé, initiatique, les promeneurs embarqués dans un histoire gigogne qui tisse un imbroglio d’histoires. La colline de Montreynaud comme une Troyes contemplant la ville grecque à ses pied, de décalage en décalage, le bonheur de la balade entre mythe et réalité.
Et des idées sonnantes à suivre, sur une autre colline sans doute, la ville n’en manque pas.

Texte rédigé le 26 mars 2017,  après l’invitation de Carton Plein, dans le cadre de l’action Ici-Bientôt, et de la Biennale du Design de Saint – Étienne

Liens

Ici-Bientôt

Carton Plein

La Laverie

Julien Tauber conteur

Biennale Internationale du design de Saint-Étienne

En écoute, un parcours repérage, micro concert portière, extrait de la fête finale…

 

PAS – Parcours Audio Sensible à Mons

Carillons et valises à roulettes

69572736

Mons, petite bourgade aux belles et douillettes bâtisses de briques, que surmonte un beffroi monumental juché au fait de la colline, d’où le nom de la cité, fut pour moi, pendant plus de 10 ans,un territoire d’exploration sonore tous azimut.
Ce long cycle de ville sonore laboratoire s’achève par un workshop d’une semaine avec des étudiants de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de Mons, avant que de rejoindre Charleroi, prochain territoire d’écoute.
Mons est une ville qui sonne donc familière à mes oreilles, tout comme Lyon, autre terrain d’investigation, principalement en marches d’écoute.
J’en connais les tonalités de sa grand place, de ses pavés, de sa collégiale, de ses ruelles et parcs, de son carillon, de ses accents du Hainaut, de ses commerces…
C’est de plus un rendez-vous annuel international des arts sonores, qui développe des parcours d’écoute, sous la houlette de l’association Transcultures, et qui m’a permis de rencontrer de nombreux artistes sonores aux travaux riches et passionnants.
Bref, Mons est une ville port d’attache pour mes oreilles, où j’ai développé, en fin d’été comme en hiver, de vraies affinités acoustiques, traqué des aménités urbaines, errer de jour comme de nuit, déambulant ou posté sur mes bancs d’écoute, à la recherche de perles sonores, qui ne manquent pas des ces espaces riches en recoins réverbérants.
C’est donc sur une pointe de nostalgie, mais également avec l’impatience de découvrir le bouillonnant Charleroi que s’achève ce cycle de balades auriculaires en Hainaut.
Durant une semaine, par ailleurs très humide, sept étudiants vont parcourir avec moi les rues parcs et places, pour en découvrir les paysages sonores superposés. Nous avons ainsi tenté d’en dégager une identité, des tonalités, des ambiances caractéristiques, d’en fabriquer des cartes postales sonores, d’extraire la substantifique moelle acoustique, au fil de balades régulières, d’enregistrements et de notes.

La première question qui s’est posée pour nous est celle des récurrences, des occurrences, des sources significatives, emblématiques, parfois symboliques, comme des images de marque ou des signatures sensibles de la ville.
Le carillon s’impose d’emblée comme une évidence. Tous les quarts d’heure, il égraine de délicates mélodies, une délicieuse cascade de sons ciselés, cristallins, aux timbres très typiques des systèmes campaniles du Nord.
Rappelons que la cloche, et tout particulièrement le carillon est une des première installation sonore et musicale installée dans l’espace public, et ce depuis bien longtemps déjà.
Tout à la fois journal sonore et instrument de musique arrosant la ville, il donne aux résidents un sentiment d’appartenance qui les fait s’ancrer par l’oreille dans un territoire marqué d’un halo bienveillant.
Ce signal auditif, marqueur du paysage sonore, apparait donc comme un élément incontournable, d’autant plus qu’il est resté muet de très nombreuses années, suite à une longue restauration du beffroi. Sa réapparition dans l’espace public est un vrai plaisir pour moi, j’en savoure les moindres mélodies tenues et fuyantes sur différents axes urbains, selon les vents dominants.
Un soir, -justement très venté, assis au pied du beffroi, j’écoute un carillonneur qui exerce son art, passant sans transition de Bach à Jacques Brel, de Mozart à Edith Piaf, de Queen à l’hymne locale chantée durant le carnaval… Les bourrasques de vent tourbillonnantes sont tempétueuses, emmenant ci et là les mélodies, tantôt proches, tant dispersées aux quatre coins de l’espace, dans la plus parfaite pagaille sonore. Ce vent très violent interdit hélas tout enregistrement, qui serait réduit à un long grondement illustrant la souffrance des membranes de mes micros bravant la tempête. Ne reste donc juste un souvenir, précis, mais pas aisé à raconter devant la richesse de l’instant.

Un autre élément important de la scène sonore montoise est sans aucun doute ses nombreux pavés ancestraux.
Pavés anciens, grossièrement dégauchis, souvent disjoints, soulevés ou abaissées au fil du temps en reliefs chaotiques qui malmènent les pieds et la mollets, ils font sonner gravement la ville  peuplée de bruits de roulements, nappes grondantes en flux de basses profondes.
Rythmes singuliers, pas toujours très organisés, ces roulements sonores envahissent le paysage des claquements, comme des riffs de basses désobéissantes, dans une musique à l’omniprésence capricieuse et fractale.
Pavés innombrables, acoustiquement collés au sol comme une peau indissociable, sonnante, minérale et granuleuse, dans l’épicentre de la vielle ville.
Pavés policés par de milliers de voitures en tous genres, depuis longtemps déjà, délavés par la pluie, donnant dans des nuits humides une luminescence fractionnée, quasi pixellisée, s’étalant dans les  rues et places empierrées.
Pavés de sons et de lumières donc.
Pavés sur lesquels déambulent des gens.
Et une autre constante nous apparait comme une évidence, traçant un sillage sonore de la gare de Mons (la fameuse gare fantôme à ce jour inachevée), jusqu’au centre ville.
Un sillage de valises à roulettes multiples, semblant claudiquer bruyamment, sur les pavés justement.
Une série de roulements, grondements s’échappant des coffres amplificateurs que constituent les valises à roulettes.
Ces cheminements audio ambulants se suivent parfois, en flux assujettis aux trains, se croisent, se dispersent au gré des rues, dans des traines sonores persistantes à l’oreille.
Ils dessinent une sorte de carto/géograhie mouvante où l’on suit de l’oreille, souvent hors-champs, les déplacements d’hommes à valises.
Les pavés aidant.
Nous déciderons alors, avec un groupe d’étudiants, de nous mesurer à la ville, à ses pavés, de la faire sonner, armés de valises à roulettes. Nous en enregistrerons les réponses acoustiques, dans des grandes rues, cours, églises, passages de gares, ruelles, sur différents pavés, matériaux.
Nous tracerons un voyage sonore de la gare à l’école d’architecture.
Nous emmènerons, le dernier jour, des promeneurs écoutants visiter de l’oreille la cité, entourés de valises grondantes, qui nous permettrons de mieux entendre les paysages lorsqu’elles se tairont en s’immobilisant brusquement, stratégie de la coupure.
Nous n’oublieront pas les carillons.
Ni les voix et autres sons de la vie quotidiennes.
Nous en écrirons une trace vidéo donnant à entendre, une audio vision très subjective de Mons, à l’aune de certains prégnances acoustiques, de cheminements pavés, d’ambiances mises en exergue, de curiosités révélées, amplifiées, aux sonorités mises en scène par un PAS – Parcours audio Sensible.
Ainsi s’achèvera pour moi ce long cycles d’écoutes montoises, avant que d’aller, dans quelques mois, frotter mes oreilles à la turbulente Charleroi.

Texte écrit suite à un workshop « Paysage sonore » avec des étudiants de Master de l’École supérieure d’architecture et d’urbanisme, et un PAS – Parcours Audio sensible, en présence d’autres étudiants, notamment de l’École des Beaux arts de Mons.
Partenariat Transcultures, École d’architecture et d’urbanisme, Desartsonnants.

Workshop son from DES ARTSONNANTS on Vimeo.

 

Cliquez sur l’image pour accéder à l’intégralité de l’album – ©photos Drita Kotaji

PAS - Parcours Audio Sensibles à Mons (BE)

PAS – Parcours Audio Sensible « Échos de la Saline »

Saline et pluie voila !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Semaine en saline
écoutes en projet
projet en écoutes
cristallins salins craquants
et l’eau révélatrice
et l’eau décantatrice
et l’au génitrice
du grain de sel aqueux
hors cette semaine
la saline plic
la saline ploc
la saline s’égoutte
la saline s’écoute à gouttes
n’en finit pas de s’éponger
n’en finit pas de s’ébrouer
ruisselle quasi sans sel
paysage dissout noyé
plic ploc de métronomes
désaccordés
arythmiques à souhait
les chemins plaqués de flaques
les marches entre-deux
dans les intervalles de trêves ondées
l’intérieur en audio refuge
le parapluie comme amplificateur plicploquant
horizon barré gris souris nué de blanc
les sons giclent vivaces
malgré tout ces déversements
ces écoulements aqueux
la saline se rit de la pluie
et nous avec de concert
heureux écoutants
écoutants contaminés
des sons jubilent en averses
des lumières mouillées
les gouttes explosent doucement
indociles éclats de sons
qui dessinent l’espace au goutte à goutte
aqua ? Répond l’oreille…

Saline Royale d’Arc et Senans – Résidence écriture sonore « Échos de la Saline » – 09 mars 2017

POINT D’OUÏE GARES TRACES

TRACES Z’AUDIBLES

9369_10200865785583470_211076436_n

Assis, chaise urbaine ou
une gare
un banc
ou marchant
selon
la ville gare trace l’oreille
comme
l’oreille trace la ville gare
bips
bips
bips signe
pas
voix
trains
encore voix
encore train
train train
et pourtant non
question d’apaisement bruyant
et d’absence de silence
sonic Station list
la rumeur
diffuse
alentours
ou
le détail
juste à côté
juste devant juste derrière juste présent
souffles
des souffles
ses souffles
à quasi perte d’entendement
ventilation anthropomorphique comme in/expirante
gare toujours encore peut-être sûrement passages
hybridation de mon ici et de mes ailleurs
on ne sait où d’ailleurs
voix et autres voies
chants – gutturalités – tonalités
crissements à même les dalles
et autres contaminations et autres…
traces et fondus de métal sifflant
des collections ambiantementales
éclaboussées parmi d’autres
postures immobiles
propices à
ou
remises en marche
tout aussi propices à
halte stop pause arrêt sur dans pour
un cri des cris j’ai cris
…………………..
observatoire noyé
discret comme présent
assis dans les flux-mêmes
je suis-je siège écoutant
j’ai ouï je vois, cadrages enfilade de couloirs en perspectives
Je sens pressens ressens
espace gare à nous à vous à eux
terrain dit sonnant
je dis-je ludique
en écoute postée
je mes gares m’entendez-vous ?

saxe_interieur

 

Et les sons