L’ÉCOUTE EN MARCHE

img_0322

Le sens de la marche,

celui qui fait sens

celui qui fait que,

la marche appelle la marche

inlassablement

pour ne pas sombrer dans l’immobilité

ne pas se fermer les oreilles

ne pas se couper du monde

même s’il est parfois cruel

prendre son pied

en allant de l’avant

toujours

encore

en corps

chercher ce qui m’émeut

chercher ce qui me meut

ambulator auditor

walker listener

et inversement

l’effet piétonnier

pour ne pas piétiner

ou pas trop

pour fuir l’étiolement

évincer la sclérose

chercher du calme

au pas à pas

en ouvrant les écoutilles

les synapses pieds oreilles

comme moyen de transportage

comme moyen de transpartage

la semelle légère

et l’oreille amène

comme un embellissement du monde

comme un apaisement du monde.

 

 

PAYSAGES SONORES ?

SONY DSC

Après une journée de travail autour du paysage sonore et du montage audio-numérique avec des étudiants designers, toujours de belles questions, 15 ans après avoir initié l’atelier. C’est quoi un paysage sonore ? Ça s’écoute comment ? Sur quels lieux travailler ? Pourquoi ? Comment ? Ça se note comment ? Ça s’enregistre comment ? Ça se (re)travaille comment ? Ça nous apporte quoi ? Ça se partage comment ? À chaque session, ces questions me paraissent de plus en plus pertinentes, et favorisent de beaux échanges qui enrichissent chaque fois mon questionnement sur le sujet.

AMÉNITÉS FERROVIAIRES

OÙ L’ÉCOUTE VA BON TRAIN

2016-04-01-02-32-59-9431

Ce soir, de nouveau assis sur un de mes bancs d’écoute favoris et récurrent, je me pose la question d’une collection de sons, collection virtuelle, à construire, juste dans ma tête. Par exemple ici, des trains. Trains de marchandises notamment. Une butte où il passent devant moi, s’étirent, disparaissent, imprévisibles, de droite à gauche, ou à l’inverse, un pont qui les amplifie, des rythmes ferraillés… Et chacun différent, musique urbaine et ferroviaire, tranche de quartier à l’oreille, sur banc d’écoute. Je les apprécie d’autant plus que je les écoute attentivement, comme de vrais micros concerts impromptus.

Là où l’on pourrait y voir excès, nuisances, désagréments, mon oreille cherche, en toute bonne foi, les aménités du paysage, celles, esthétiques, qui me permettent de bien m’entendre avec ma ville, et au-delà. 

Ce point d’ouïe est singulier, lié au lieu, à l’instant et au geste de l’auditeur, signant sa propre écoute.

Ce point d’ouïe est également universel, susceptible de relier à l’envi une communauté d’écoutants partageant un paysage sonore comme une composante d’espaces communs, voire d’espaces où fabriquer du commun.

Lyon 9e arrondissement, un dimanche  à 23H

BANC D’ÉCOUTE EN SOLITAIRE

POINT D’OUÏE – GARE DE VAISE À LYON

GaredeVaise_1

Intérieur gare
point d’ouïe
logiquement statique
assis
comme un voyage auriculaire immobile.

Les oreilles calées
au centre même
 de la scène acoustique
point zéro
point référence
point balance
d’où et autour duquel
bougent
s’installent et se désinstallent
les sons.

Plans séquences
plans
séquences
premiers plans
seconds plans
arrières plans
plans intermédiaires
et autres
car non localisables
géographiquement parlant.

Marqueur spatio-temporel
Une porte
toute proche
coulissante
découpe ponctuelle
dedans/dehors
chuintements
coulissements
selon les passages activeurs
des piétons détectés.

Événement saillant
Train
grondements
ferraillements
fondu sonore en entrée
fade in
fondu sonore en sortie
fade out
le tout de droite à gauche
ou l’inverse.

Trame
fond sonore
musique d’ambiance
pénible envahissement
usure
érosion acoustique de l’espace
applanissement affadissement.

Émergence
des voix enfantines,
riantes
dynamiques,
figures sur fond.

Mouvements
silencieux piétons
au pas non perçus
par l’écoutant
passages furtifs
voire plus
ou moins
rien à ouïr
on pourrait les imaginer
(les pas)
à talons claquants audibles
mais ils ne sont pas
silence
en mouvements…

Bis
La porte coulissante
encore
hachure de l’espace
de l’espace à entendre
de l’espace à sentir
ponctuations frissonnantes
en flux refroidissants
entrecoupés de chaleur
entre-deux ponctuels…

Mixage
un métro en contre-bas
droite
un bus au dehors
gauche
superposition
frottements motorisés
trajectoire en directions opposées
balance croisée
mes oreilles suivent
imaginez !

continuum
ambiance réconfortante

Jalonnements
des bip-bip-bip
fermeture de portes imminente

Suite logique
chuintement d’une rame
métropolitaine
rame qui s’ébranle
rame qui s’éloigne
invisible
audible.

Événement de proximité
une voix africaine
exotisme
dépaysement
oreille droite
derrière
tout près
quelques centimètres
sur le banc adossé
de mon poste d’écoute.

Frémissements
Affleurements progressifs
rumeur
brouhaha
sources sonores crescendo
impossible de tout transcrire
densité renforcée
juste quelques émergences
choisies à la volée
coup d’oreille.

Équilibre relatif
Tout semble se calmer.

Réitération
Voix encore
la voix africaine
derrière moi
perdure
rythme contrapuntique
musique.

Répétitions,
nouveaux pas
sonores ceux-ci
arrivent derrière moi
arrivent à ma hauteur
me dépassent
se perdent
dans l’enfilade
des couloirs fuyants.

Et si,
si j’étais musicien
rien à composer
rien à recomposer
ni trop
ni pas assez
le décor est planté
il sonne juste.

Gageure
transcrire des flux
vivants
transcrire des rythmes
des ressentis
de l’indicible
du sonnant
du trébuchant
relater
une parcelle de gare
gare aux oreilles
en pâture de l’écrit
qui la ferait sonner.

Approximation
elles font partie du jeu
sans elles
point de constructions
ni sonores
ni autres.

Jeu(x)
idem approximations
mais sans doute encore plus
nécessaires au récit.

APPEL À PARTICIPATION – POINTS D’OUÏE – POSE

POINTS D’OUÏE PARTAGÉS EN BANCS D’ÉCOUTE

POSE – Point d’Ouïe Sur Écoute

 

Gilles Malatray Desartsonnants

Après avoir invité différents promeneurs à m’emmener dans leurs propres PAS – Parcours Audio Sensible, en duo, et avoir investit différents lieux, à différentes heures, deviser de concert, participer à la construction d’une petite collection de promenades-écoute, qui sont d’ailleurs toujours d’actualité, avis aux écoutants potentiels, j’aimerais vous proposer un autre projet d’écoute.
Depuis quelques années déjà, j’ai  élu, ponctuellement je vous rassure, résidence d’écoute sur des bancs publics, urbains ou non. Je l’ai ai ainsi érigés en bancs d’écoute, statut qui transforme ces mobiliers urbains en postes d’observation, cadre d’écoute, dans un lieu spécifique. Je suis parfois surpris de leurs emplacements, de leurs implantations, qui réactive d’ailleurs de nouvelles perceptions du paysage, par la mise en situation de postures étranges, anachroniques. A Sète par exemple, vers le village de pêcheurs, des bancs tournent le dos à la mer pour regarder un grand mur surmonté de la voix ferrée. A quelques mètres de chez moi, un banc meuble un pan coupé de mur, dans un espace très réduit, bouché par des immeubles, et au centre d’un carrefour hyper circulé. D’autres au contraire profitent de vues panoramiques magnifiques… Chaque fois, la place de ces bancs proposent des scènes acoustiques locales où, des voies de chemins de fers, des commerces, des écoles, des embarcadères, des gares, jeux d’enfants, quais… affichent leurs signatures sonores qui s’offrent joliment à l’écoutant assis. Ces bancs sont aussi parfois des espaces de rencontres éphémères, où l’on échange quelques paroles sur la vie qui passe, plus ou moins bien d’ailleurs, car ce sont souvent des personnes en grandes difficultés qui viennent confier leurs détresse, ou leur colère, à un écoutant qu’ils voient souvent assis à ne rien faire d’autre que de rester là, un brin désœuvré, ou désœuvrant, en apparence. Bien sûr, la finalité de mes stations d’écoute n’est pas de me transformer en éducateur social, ni en cellule psychologique, ce dont je suis d’ailleurs bien incapable, mais le fait de tendre l’oreille à l’autre, comme au paysage ambiant, semble bien faire partie de ces postures auriculaires.
Laisser venir les sons à soi est en fait un complément au PAS, où l’écoute est en marche, et a donc tendance à proposer à l’écoutant d’aller vers les sons.
Je me suis également confectionné, dans quelques villes ou villages où j’étais en  résidence, de petits parcours de bancs d’écoute, de Lyon à Mons en passant par Sète, Vienne, Madagascar, Victoriaville, Malves en Minervois, Paris… J’ai ainsi joué de la diversité des cadres d’implantation, des acoustiques, des activités environnantes, intérieures, extérieures, panoramiques ou enserrées, étranges et incongrues, comme une série de ruptures, de plans fixes, de stations rituelles, postes d’observation emblématiques, repères, points de référence… Et il y aurait sans doute beaucoup plus de choses à dire, à développer sur le sujet, les choix…
J’ai parfois, rarement, pratiqué ces écoutes postées avec quelques personnes, en général de façon éphémère et impromptue.
J’ai régulièrement écrit, décrit des ressentis, des ambiances, des attentes, des surprises…
J’ai parfois enregistré ce qui s’y passait, parfois commenté vocalement, en direct, in situ…

GIVORS BANC

Je voudrais maintenant passer à une étape où ces expériences, plutôt solitaires initialement, puissent être, tout comme les PAS, prétextes à des écoutes partagées, à des échanges in situ, sur un ou plusieurs bancs.

Le principe, comme sur les PAS, est de se retrouver à un endroit donné, à une heure donnée et d’écouter /regarder  en duo, posté cette fois-ci, débutant ainsi une nouvelle collection d’expérimentations, toujours dans l’idée de construire, inlassablement, des points d’ouïe à partager.

Cet article se termine donc sur un appel à participation vers des écoutants posés
A Lyon, ou dans d’autres lieux que mon travail m’amèneront à arpenter.
Par exemples :
29 22/23 avril à Lyon
20/21/22 mai à Arc et Senans (25)
28/31 mai à Montbard (21)
24/25/26 à Arc et Senans (25)
1/2/3 juillet à Loupian (34)
5/6 août à Vitry/Seine
6 au 16 septembre à Mons (BE)…

Me contacter : desartsonnants@gmail.com

POSE – Point d’Ouïe Sur Écoute@ Desartsonnants – Gilles Malatray 2015/2016

262184_585424544801278_1514331665_n

10983353_965152116828517_5121559582083903575_n

544392_564125500264516_688697015_n

PAYSAGES SONORES PARTAGÉS, DES VALEURS EN ÉCOUTES

Des écoutes, des marches, et au-delà, des valeurs à défendre

14729185947_944331ed94_h

 

Mes modestes réflexions, et les événements actuels, confortent l’envie d’associer ma pratique à la défense de certaines valeurs, qui me semblent plus que jamais nécessaires pour tenter de rester encore, autant que faire ce peut, debout.

L’écoute est une façon de garder le contact, mais aussi de se protéger de quelques préconçus réducteurs, de respecter l’autre, même si beaucoup de choses peuvent a priori nous séparer, voire nous opposer, dans une altérité ambivalente.

Si, depuis longtemps, je constate, au-delà des grands discours, les limites d’une sacro sainte démocratisation culturelle, je tente de proposer des actions simples, des ambiances collectives, dans des territoires de vie au quotidien, accessibles… Si ensemble, nous donnons d’un quartier, d’une ville, d’un village, un éclairage légèrement décalé, laissant une petite place au rêve, à une poésie qui viendrait adoucir les aspérités et les tensions du terrain, ne serait-ce qu’un instant… Si nous pouvons retraverser un espace, avec un œil et une oreille bienveillants, ré-étonnés…

Je puise l’essentiel de mes forces dans le quotidien, le trivial, le geste simple, la proximité, le partage d’expériences, de paroles, d’énergie, de relationnel…

J’essaie de ne pas (trop) participer à une surenchère généralisée, d’objets, de gestes, de paroles, de choses sonores rendant illisible un monde souvent plongé dans un brouhaha chaotique effréné, schizophrénique…

17828026848_35a0746c7d_o

J’essaie de prendre le temps, ce qui est bien difficile dans une société zapping, dans une course pour survivre, gagner plus, étendre son territoire… Prendre le temps de marcher la ville, la campagne, à deux ou en groupe, prendre le temps d’actions simples, collectives, intimes, en dehors des paillettes et des artifices clinquants…

Il n’y a pas dans mes propositions, d’injonctions sans appel. Plutôt des propositions, des aspirations, à construire des valeurs communes  sans autre prétentions que de croiser humainement nos routes, à l’aune de paysages sonores partagés.

Tendre l’oreille est un geste social, politique, au sens premier du terme, une façon d’interroger et j’espère de participer à une construction, plus respectueuse et apaisée, de notre société oh combien malmenée par des tensions et des violences parfois insoutenables.

Un promeneur écoutant debout.

15023385172_2037b27f9c_o

PAS – Parcours d’écoutants en duo à Vaulx-en-Velin

PAS – Parcours Audio Sensible en duo, avec Pauline Sémon, Vaulx-en-Velin centre

 

3269323-710435-jpg_3085408

Rendez- vous très matinal, 6H30 devant le planétarium de Vaulx-en-Velin, les oreilles presque sous les étoiles. Le temps est assez humide, l’heure bleue, la nuit cède progressivement la place au jour, fondu au gris troué de belles couleurs roses orangées, sur fond de piaillements d’oiseaux prolixes.
Nous partons lentement vers l’intérieur d’îlots bâtis, à travers allées, parcs, cours et espaces de jeux. Le sablé des allées crisse sous nos pas, rythme de marche apaisée. Peu de monde à cette heure, l’espace est essentiellement occupé par les oiseaux qui s’en donnent à corps joie pour saluer le lever du jour et affirmer, entre cris rauques et vocalises virtuoses, leur territoire urbain. Des grands platanes abritent d’innombrables corbeaux, qui nous saluent en croassant avec énergie. Les arrières du campus de l’école d’architecture et de l’ENTPE sont en fait d’agréables espaces, protégés des grands axes, très verdoyants et aérés, résultat d’une recalcification assez radicale du quartier.
Nous arrivons progressivement sur de grands axes routiers. Le niveau sonore s’amplifie graduellement mais sûrement. La voiture (re)devient omniprésente, écrasant le paysage sonore de ses flux parfois hégémoniques. Le contraste entre les allées et parcs que nous avons parcouru en début de promenade et ces artères tracées au cordeau est saisissant, tant visuellement qu’acoustiquement. Zones calmes où il fait bon flâner derrière, zones assez saturées et agressives devant, à l’oreille j’entends. Le point commun est la rareté du piéton, de l’humain, entre heure indue et temps maussade, plus le fait que nous soyons en période  de vacances scolaires, ce qui diminue fortement les flux d’écoliers, de lycéens et d’étudiants dans le centre ville.
Les lumières sont magnifiques, ciel plombé de noir, troué de gris, de rose, d’orangé, de bleu, hésitant à s’obscurcir ou à s’éclairer, jouant de belles et instables variations colorées.
Au terme d’une boucle autour du campus universitaire et de la rue centrale, l’espace se réveille progressivement. Une manifestation sportive, autour du basket a priori, se met en place. Des voix, de l’activité humaine qui nous ont un brin manqué durant votre périple, s’installent en douceur dans l’espace public, révélant à un moment un magnifique et fugace écho.
Aucun PAS, aucun duo ne ressemble à l’autre, tant les lieux, les sons, les couleurs, les espaces, les odeurs, et les dialoguent qui s’installent entre les deux protagonistes écoutants marcheurs raconteurs sont à chaque fois très différents.
Ce sont toujours des tranches de ville, tranche de vie que j’apprécie tout particulièrement. Prendre le temps de marcher en discutant, et vis et versa, c’est s’offrir le luxe d’un partage au rythme des pas, de beaucoup d’improvisations spontanées, sans hâte, plutôt avec quiétude, de belles pages relationnelles.

Pauline Sémon : http://www.p-sem.com/

En écoute

 

 

DÉCALAGE VISUEL, DISTORTION PAYSAGÈRE ET CHAMBOULEMENT LA PERCEPTION SONORE ?

Extensions, décalages du domaine du visuel vers le paysage sonore

L’écoutant que je suis aime parfois, par une sorte de jeu un brin pervers, détourner la « fonction esthétique initiale d’une œuvre, d’un objet, d’une installation, pour substituer au regard l’écoute.

Il ne s’agit pas pour autant de contester, et encore moins de dénigrer les qualités d’une création, mais plutôt d’en étendre les perceptions, de se servir de leur implantation sur le site comme de potentiels points d’ouïe non forcément envisagées a priori, par acte de détournement respectueux.

Pour cela, certaines œuvres de land artists fonctionnent à merveille, rétrécissant, obturant ou cadrant des champs visuels, et créant ainsi de nouvelles postures acousmatiques (écouter sans voir), installant des fenêtres d’écoute, des hors-champs…

 

Centrer, recentrer et décentrer

Se poser, ou inviter à se poster au centre d’une scène singulière… La vue et l’oreille titillées.

 

Parallèles, à voir et à entendre

8020889957_7e324f50fe_k

observatory-1997

Observatory de Robert Morris (1970-77)

 

 

Cylindre_Sonore_Foto_Boudart_01

-jhvlvljhv

Le Cylindre Bernhard Leitner – Parc de la Villette à Paris

Dans les deux cas de figure, les artistes ont positionné le spectateur, le visiteur, l’auditeur, au centre d’un espace clos, ou avec peu d’ouvertures. Ils ont cerner le regard,l’écoute, les coupant plus ou moins du milieu ambiant initial, modifiant les champs perceptifs, filtrant le monde environnant…

Dans un cas, le regard est sollicité au départ, mais on peut envisager que l’écoute sera également impactée, qu’elle pourra connaître d’intéressantes et surprenantes modifications, pour peu que l’on y prenne garde. Dans un autre, c’est bien l’oreille qui est au départ concernée, l’auditeur étant placé sur un cercle d’écoute multi-pistes, qui vient se frotter à l’environnement sonore ambiant, mais l’atmosphère visuelle créant également des sensations d’ouvertures fermetures, teintées d’inimité et à la fois de porosité…

Les perspectives sont ainsi redessinées, proposant de nouveaux angles d’attaque qui viennent questionner le paysage via des architectures/installations éminemment contextuelles.

C’est de l’espace et de sa mise en scène que se déroule un imaginaire fertile, la part d’un rêve paysager qui s’annonce prometteur d’expériences réjouissantes.

Auditorium sylvestre

BAILLY

ZN- plan projet

Installation Land Art de Dominique Bailly « Spirale Sonora » – Trente – Italie

Une clairière d’écoute, un point d’ouïe collectif, un auditorium en prise directe avec les bruissonnements de la nature.

L’artiste ne ramène ici aucune sonorité exogène. Tout au plus,souligne t-il la richesse sonore intrinsèque, en proposant une sorte d’espace scénographié, invitant à l’écoute collective, une scène de recueillement quasi rituelle, voix des génies de la forêts comprises…

L’imaginaire peut laisser se développer une écoute à la fois « naturelle » et élargie vers des espaces acoustiques bien souvent, trop souvent ignorés.

Lieux non dédiés et expériences in situ

Il n’est parfois pas nécessaire d’installer une œuvre artistique qui se poserait comme un endroit stratégique exacerbant des perceptions environnementales. On peut également stimuler nos sens en se plaçant, à un moment et dans un lieu qui fera office de catalyseur, temps pour la vue que pour l’écoute. Par exemple sous un pont routier imposant, à tombée de nuit, expérience vécue et approuvée.

16-04-2015_19.32.38_P1230013_cb

16-04-2015_19.43.58_P1230050_cb

PAS – Parcours Audio Sensible – Géophonème 2015 – Desartsonnants/CRANE Lab/ Collectif La Méandre – Moment d’écoute sous le pont Nord de Chalon-sur-Saône

 

Choisir des fenêtres d’écoute existantes, ou les ériger en temps que telles

25228809582_1090730d06_k

PAS – Parcours Audio Sensible – Desartsonnants/Transcultures/ École supérieure d’arts de Mons Arts2Exploration auditive d’un parking souterrain avec fenêtre d’écoute – Mons Février 2016

 

Une porte sur la ville, un cadrage improvisé, matérialisé par une fenêtre ouverte sur… L’œil et l’écoute guidés…