L’écoute manifeste !

L’écoute est un bien commun !

desartsonnants-semaine-2013-auch-promenade-ec-l-gb7r_a

Depuis 1986, époque où une série de rencontres ont ouvert les oreilles du jeune musicien et horticulteur paysagiste que j’étais  sur l’environnement, le paysage, des choses ont changé, avancé, évolué, d’autres non.
Certains domaines, pratiques, ont reconnu, plus ou moins, la nécessité d’intégrer la chose sonore dans  des actions de sensibilisation, voire, mais encore très rarement, dans des projets d’aménagement du territoire. Je ne parle pas ici des études qui incluent des cartes de bruits, des impacts mesurés essentiellement en terme de volume sonométrique, quantitatifs, des mesures législatives et réglementations diverses qui, si elles sont absolument nécessaires, ne suffisent pas pour autant à a offrir une lecture et un panel d’actions réellement pertinentes.
Certes me répond t-on souvent, le côté esthétique et l’approche sensible sont aussi convoquées. Pourtant, lorsque je rencontres des ingénieurs, techniciens, étudiants, élus, et des habitants de grandes métropoles comme de communes rurales, je me rends bien vite compte à quel point l’environnement, le paysage sonore, au-delà de quelques poncifs, restent de grands inconnus. La majorité des personnes rencontrées ne raisonnent qu’en considérant le son comme source de bruit, pollution, gène, ce qui peut d’ailleurs s’expliquer face à des aménagements parfois radicaux de grandes cités, le développement de couloirs aériens pour le moins intrusifs, la voiture reine… Néanmoins, lorsque l’on promène ses oreilles ici ou là, et que de surcroit on emmène avec soi d’autres paires d’oreilles, lorsqu’on établit de nouvelles règles du jeu, ou de nouveaux modes de jeu, que le dialogue collectif nous permet de laisser de côté des a priori réducteurs, les choses changent. On peut alors envisager nos rapports au paysage sonore sous des aspects plus positifs, et surtout plus ouverts, découvrir des aménités paysagères par l’écoute, s’apercevoir qu’il existe de véritables oasis acoustiques en plein cœur des cités, une diversité sonore beaucoup plus grande qu’on aurait pu l’imaginer de prime abord, des zones de calmes à préserver, à protéger, d’autres restant à construire…
Je déplore souvent que la sensibilisation aux « bruits » ne dépasse guère le stade de l’animation où il s’agira de reconnaître et de nommer les sources sonores écoutées. Bien sûr, je caricature un brin, quoi que… Nous manquons bien souvent d’outils, mais surtout d’imagination, et sans doute du plaisir de faire, et de l’envie de se faire plaisir, et de faire plaisir ! Il faut entrer amoureusement, avec délice, jubilation, dans les arcanes sonores d’un lieu pour entreprendre ensuite des scénarii qui seront vraiment pertinents, en adéquation avec les espaces. On ne peut pas transposer d’un quartier à un autre, de villages en villages, de forêts en forêts, des recettes toutes faites, ne serait-ce qu’une simple balade sonore. Il faut commencer par donner l’envie et le plaisir d’écouter, en se détachant autant que faire ce peut d’un catastrophisme sonore permanent. Rechercher les aménités, c’est déjà considérer qu’il puisse y en avoir, quelque soit le lieu appréhendé, même s’il faut les traquer dans de micros écoutes, des espaces surprenants, des parcours décalés. J’ai appris, à force d’écoutes, d’errances, de repérages, à trouver assez vite  l’oasis (sonore) que cache tout désert, pour reprendre une pensée de Saint-Exupéry. Je réfléchis  beaucoup aujourd’hui, à la façon de transmettre ces joies de traquer de belles ambiances sonores, fussent-elles éphémères et parfois cachées. Je pense que cette quête du plaisir, voire du bonheur d’entendre, de s’entendre avec, est une clé pour ouvrir des approches plus intelligentes, variées, entreprenantes sur l’idée d’un paysage sonore qui pourrait aussi se penser en amont, et non pas tenter de se soigner lorsque le chaos s’installe, et pire encore, est déjà installé entre les deux oreilles.
Le partage d’écoute, au-delà d’un simple exercice pédagogique, est au centre du projet. La relation instaurée entre un groupe de promeneurs écoutants doit être forte, l’expérience vécue intense, quitte à bousculer le train-train d’une l’oreille assoupie, voir refermée, sclérosée par le ronronnement ambiant. Il nous faut savoir plonger dans ce ronronnement pour en découvrir, au-delà d’une apparente uniformité, mille richesses intrinsèques, comme lorsque la loupe vient nous révéler l’extraordinaire complexité, et beauté, d’une simple roche, feuille d’arbre, ou sillons d’une main. C’est avec ce regard/écoute aiguisé, excité, que nous devons nous défaire de jugements par trop approximatifs, ou excessifs. Pour cela, chaque lieu, chaque moment, chaque groupe doivent être envisagés comme une nouvelle expérience, qui nous conduira à rechercher des postures physiques et intellectuelles des plus stimulantes, ouvertes vers l’espace acoustique, mais  aussi vers l’homo-écoutant.
Dés lors, le rapport que l’on pourra avoir avec l’aménageur, l’architecte, le paysagiste, l’urbaniste, l’écologue, le chercheur, l’enseignant, le promeneur, sera sans doute plus riche, plus dynamique, et plus fécond.
Envisager des écosystèmes acoustiques comme des espaces certes fragiles, comme tout écosystème du reste, sous des angles esthétiques, avec une recherche de la « belle écoute », comme des espaces publics où l’oreille a aussi son mot à dire, est un défi à relever, pour moi, au quotidien. Considérer que le son puisse être un véritable patrimoine à gérer, à transmettre, que le son d’uns cloche ne se mesure pas seulement en décibels, mais aussi en terme de phare auditif qualitatif, qui vient lutter contre l’uniformisation de la ville-voitures, que l’implantation d’une fontaine doit être réfléchie en terme de puissance sonore pour ne pas écraser acoustiquement une place, tout cela ne s’impose pas vraiment comme des réflexions et réflexes naturels.
Le fait de reposer une oreille neuve, curieuse, aventureuse, réjouie, de consigner ses écoutes, d’échanger, d’expérimenter mille parcours et postures ad hoc en fonction des lieux, de concevoir des conditions d’écoutes inouïes, même très modestement, et peut-être surtout très modestement, en se contentant de décaler le quotidien, est un programme des plus passionnants, et qui plus est bien loin d’être achevé. Avant tout, même si nous vivons dans un monde qui semble s’emballer, pour le meilleur et pour le pire, il faut faire en sorte que la joie demeure, celle d’écouter, qu’elle se partage, qu’elle nous questionne, qu’elle nous pousse à réagir, à agir, qu’elle nous procure des espaces de bien-être pour affronter de multiples tensions, en faisant d’ailleurs en sorte que l’espace sonore soit plus une musique collective qu’une tension supplémentaire.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

AUDIO SALINA

Lorsque la Saline Royale d’Arc-et-Senans s’éveille

arc-et-senans-saline-royale-monuments_9209

En marge d’une rencontre et de la poursuite d’un projet autour de l’installation sonore « Les échos de la saline »
7H30, le jour achève paresseusement de se lever, dans une belle lumière diaphane, oscillant entre bleu et blanc, jouant avec les façades de la saline qui s’ébroue de lumières.
Cette douce et fraîche ambiance célèbre à sa façon le premier jour d’automne.
Je suis assis sur un banc, sous de vénérables marronniers rougissants, respirant et aspirant la chaleur et les sons encore fragiles de ce majestueux enclos.
L’herbe est encore toute blanchie de rosée, se séchant au jour naissant.
De grandes envolées bavardes, dévalant d’un toit pendu, traversent à grands cris effarouchés la pelouse centrale pour se poser sur le toit opposé.
C’est un incessant ballet de choucas gueulards, décollant dans des bruissements d’ailes frottées, comme des tissus feutrés et sonores, fait entendre des appels de masses qui résonnent dans la quasi absence de bruits matinaux.
Des passereaux, eux aussi réveillés, se font entendre ici et là, à l’orée des jardins, beaucoup plus discrètement.
Deux sèches détonations claquent et résonnent dans la forêt voisine, des chasseurs déjà à pied d’œuvre.
Des premières portes et volets qui s’entrouvrent, claquent, grincent, et des voix encore timides et parsemées, comme engourdies, le site sort progressivement de sa quiète torpeur.
Les voix et les pas crissants se font petit à petit de plus en plus nombreux, égaillant et animant le site, alors que la lumière s’affirme sur les façades de pierres formant un hémicycle rigoureux.
Un camion s’infiltre entre les bâtiments, secouant sans ménagement les restes de tranquillité ambiante.
Suivi d’un tracteur ratissant dans de bruyants allers-et-retours les allées sablées, un brin (trop) imposant pour moi, après le progressif crescendo sonore dans lequel je viens de m’immerger.
Il est temps je pense, de couper les micros et de mettre l’écoute en veille.
Néanmoins, cette Saline dans laquelle je suis régulièrement revenu ces temps-ci, ne m’a pas tout livré de ses sons, tant s’en faut. Elle m’invite de la sorte à revenir. Elle me convie à guetter de nouveau, au lever du jour, ou à nuit tombée, ses secrets auriculaires, ses paysages sonores intimes qui parfois s’ébrouent de murs en murs, d’échos en échos, d’arbres en arbres… Audio Salina.

PS : J’ai effectué à ce moment là un enregistrement audio qui, au final, était si peu représentatif, si décevant, qu’après l’avoir écouté, je l’ai effacé dans la foulée pour ne garder que l’écrit.

Texte écrit suite à un banc d’écoute le jeudi 22 septembre à 07H30, à la Saline Royale d’Arc-et-Senans (25)

Enregistrer

Enregistrer

POINTS D’OUÏE ET DOUCES RÉSISTANCES

POINTS D’OUÏE ET DOUCES RÉSISTANCES

14389788_10153995809898207_1091199073_n

 

La résistance à une vitesse croissante, écoute et marche au ralenti
L’accélération comme un mode de vie n’es pas chose naturelle, ni souhaitable, et encore moins supportable. C’est une contrainte aliénante, regard fixé aux aiguilles d’une horloge, pied au plancher, fuite en avant, sans plus voir ni entendre ni paysage, ni congénères, ni paroles,ni conviction.
Lever le pied, façon marche qui semble perdre son temps et gagne celui de l’écoute, qui s’offre le luxe de décélérer, de ralentir, envers et contre tout, ce qui devient sereinement vital.

La résistance d’un paysage qui n’est plus (que) visuel
Et si l’oreille a droit de citer, de cité, ou ailleurs… Un paysage bâti sur des fragments sonores. Des fragrances vibratiles qui s’étirent jusqu’au creux du colimaçon, réceptacle où se distillent des espaces à ouïr, en toute auricularité, si surprenante soient les paysages.

La résistance de sons décalés, décontextualisés/recontexcontualisés
Transporter ici ce  qui devrait, ou pourrait être là, ailleurs, un bruissement de mer au cœur de la cité, par exemple… Et inversement… Ou plus surprenant… Un jeu de l’ouïe auquel peut s’adonner celui qui sait cueillir, conserver, déplacer, triturer, restituer, des formes éphémères de bouquets  sonores. De l’indigène à l’exogène, une certaine artificialité – constance paysagère en fait, un jeu de construction incontournable. J’extraie, je déplace, je force un peu l’espace, je fabrique de l’existant, qui avant n’existait pas, et très vite disparaîtra, pour un autre excitant, tout aussi fugace, vers une écoute sur mesure, je fabrique…

La résistance d’occuper l’espace public « sauvagement »
S’installer là où je veux, à l’instant que j’ai choisi, en optant pour telle ou telle écoute, posture – solitaire ou collective – pour tel ou tel geste, silencieux ou  non, hackeur respectueux d’espaces auriculaires à déflorer… Occuper un point d’ouïe, que l’on vient tout juste de décréter comme tel, lui donner une consistance du simple fait de le reconnaître ainsi, sans autre préavis – avec en bonus l’offrande vers de multiples oreilles tendues, qui pourront l’accepter, sans même le savoir, sans même s’en apercevoir !

La résistance du rêve et de la douceur, de l’aménité contre une violence latente
J’aspire aussi, par mes oreilles incluses, complices si possible, à un apaisement decrescendo, un fondu au son tranquille, un presque glissement vers un silence non oppressant, une calme dérive au pas à pas, des points d’écoute écoute tout en douceur, celle-ci fût-elle utopique –  oasis sonore où se ressourcer, se rafraîchir, réconcilier l’oreille parfois trop molestée dans un monde tourmenté… Quitte à convoquer l’utopie jusqu’au creux de l’oreille.

La résistance d’une géographie revisitée par l’oreille
Des terrains sonores résolument hétérotopiques – géographies soniques encore in-cartographiées, terrains vierges à imaginer au gré d’océans sonores, d’iles et de langues de terre matrices de chemins sonores in-foulés – dans l’idéal une géographie auriculaire de non-lieux, ou une exploration géomatique via moult cartographies sonores à dessiner en voyageant de l’oreille…

La résistance du non spectaculaire, et la trivialité en exergue
Pour fuir le tape-à-l’œil en même temps que le tape-à -l’oreille – Pour se rabibocher avec son quotidien, ne pas forcément chercher plus loin, trop loin,  toutes les richesses à portée de main, à portée d’oreilles – pour rester accessible à nombre d’écouteurs potentiels que le trop clinquant, ou le trop hermétique repousserait, sans toutefois tomber dans une populiste facilité – il nous faut résister à l’excès du spectaculaire auriculaire sur-affiché.

La résistance du relationnel du faire ensemble dans l’espace public
Pour ne pas faire, terriblement, seul, pour envisager l’altérité comme un salutaire échappatoire  à l’écoute individualiste, pour prôner le partage en valeur incontournable, l’oreille solidaire plutôt que solitaire – pour marcher en croisant les regards et les écoutes en confrontant nos émotions qui naitraient de la musique du vent, des machines et des voix, du monde.

POINTS D’OUÏE À MONS

IN THE MOOD IN MONS – Il y a quelque chose qui cloche ! »

629831777_b976497419z-1_20150910125618_000_guv55j9s9-1-0
Desartsonnants se remet à l’auscultation montoise, durant le festival City Sonic. Terre d’exploration de choix au fil des ans, Mons m’offre de nombreux points d’ouïe intéressants. Trois ont déjà installé ponctuellement mon écoute. Un banc sur le piétonnier, face au Passage du Centre, renommé par l’occasion Passage du son, un sur un banc de la Grand-place, et un dernier sur un banc contre l’église Sainte-Elisabeth. Écoutes en fin de journée, à nuit tombante.
Le premier à donné lieu à un paysage sonore – « IN THE MOOD IN MONS – Il y a quelque chose qui cloche ! »

Enregistrer

POINTS D’OUÏE – PRENDRE DE LA HAUTEUR…

Paysages entendus et vus d’en haut

c2a9nicolas-jacquet-guide-promeneur-lyon-vue-belvedere-larue1

Belvédère rue de l’Abbé-Larue – Jardin des curiosités – Lyon 5e

 

La question des points de vue et d’ouïe confondus, notamment s’ils sont panoramiques m’intéresse énormément. Y frotter le regard comme l’écoute, en mesurant la très grande différence d’appréhension spatiale par le prisme de ces deux sens, mais aussi en constatant leur indéniable complémentarité, leur intrinsèque complicité dirais-je même.
La ville, mais aussi des espaces naturels s’appréhendent d’autant mieux que l’on se place sur un point haut, qu’on les surplombe, en position dominante, d’un belvédère, d’une esplanade, d’une terrasse supérieure, d’un balcon, d’un mont…
Pour le paysage urbain, le panoramique permet visuellement de distinguer les grandes lignes, les structures, les ilots, les traversantes, les « labyrinthes, les grandes places, cours d’eau, coulées ou étendus végétalisées, monuments ou architectures émergents verticalement, ou plus horizontalement… Bref d’avoir une idée assez rapide et précise de ce qu’est la ville à nos pieds, de ces grands contours et quartiers, des époques qui l’on façonnée, et du chantier urbain en cours.
En ce qui concerne l’écoute, souvent (volontairement) concomitante au regard, on saisit l’ambiance, l’atmosphère sonore, le bruit de fond, les flux, les émergences, les plans acoustiques,  de la proximité au lointain, comme autant de signatures spatio-temporelles.
Pour saisir le détail, connaître l’immersion, il nous faudra descendre nous encanailler de plus près, plus intiment, avec la ville, plonger dans l’antre urbain, le bouillonnement environnant, quitte à perdre beaucoup de ses repères sensoriels et géographiques. L’approche y sera moins globale, plus morcellée, parfois façon puzzle, éparpillée en détails disjoints, dans un territoire émietté, à reconstituer.
J’ai souvent pratiqué, expérimenté, apprécié, voire plus, les points de vue/d’ouïe surplombants, des situations paysagères remarquables, étonnamment singulières, spectaculaires, comme mise en scène par des urbanistes ou paysagiste qui seraient, même involontairement épris du grandiose, quitte à friser la belle ostentation.
Paris ces souvenirs d’écoutes panoramiques, l’esplanade Saint-Jean et la place Bellevue ou le belvédère de l’Abbé-Larue, celui des deux Amants, et tant d’autres à Lyon, la terrasse supérieure des Gratte-Ciel à Villeurbanne, celle de la Maison de la Radio à Paris, le haut du parc Güell de Gaudi à Barcelone, quelques superbes échappées sur la ville basse de Tananarive de la colline d’Ankatso, le village balcon d’Isérables, dominant la vallée du Rhône valaisanne, certaines reculées belvédères du parc du Haut-jura, le parc du Beffroi à Mons (be), le panorama du cirque de Navacelle, le belvédère des lichens de Gilles Clément sur le sentier des Lauzes en Ardèche, la terrasse supérieure du parc du château Buffon à Montbard. (où ont été inaugurés des Points d’ouïe)… et tant d’autres encore !
Sur chacun de ces sites, qu’ils dominent une ville ou un vallée rurale, un village, une rivière, ma rétine comme mon oreille , que j’ai systématiquement fait œuvrer de concert, en connivence, ont été fortement impressionnées, et très durablement marquées de ces extraordinaires expériences sensorielles qui m’ont permis, littéralement, de prendre de la hauteur sur le paysage, d’en empoigner une large tranche, et d’en jouir à 360° parfois.
Mais il n’est pas toujours possible  de trouver des points hauts, de s’élever, dans de grandes plaines, des villages aux maisons basses, où il est difficile d’en décoller,   qui nous obligent à rester au plus près du sol, dans une approche de proximité, ce qui du reste n’a rien de catastrophique ni de rédhibitoire, chaque espace et chaque moment devant être abordé dans son jus contextuel, même en apparence plus trivial que la hauteur majestueuse. Le détail et le « normal », le non exceptionnel, à première vue, ou écoute, cachent souvent moult richesses et aménités à découvrir et à partager de l’oreille.
j’avoue cependant, ayant été habitué tout petit à des paysages fortement vallonnés, jalonnés de cols, préférer la dénivelé, l’étagement vers le haut, qui permet de s’échapper un brin de la ville, ou de la plaine, parfois pour moi trop « terre terre », ou « pierre à pierre ». En cela Lyon, ville aux multiples panoramas, me convient tout à fait, avec une sorte de collection de multiples points de vue/points d’ouïe, de ses « collines qui prient » ou ses « collines qui travaillent », et des franges des Mont d’or environnants.

c2a9nicolas-jacquet-guide-promeneur-lyon-vue-place-bellevue
Pace Bellevue – Quartier de la Croix-Rousse – Lyon 4e

LABEL ÉCOUTE

UNE CHARTE, DES LABELS, UNE RECONNAISSANCE POUR LA QUALITÉ SONORE DES VILLES ET DES SITES NATURELS, PATRIMONIAUX…

camping-belvedere

Il existe un classement « villes fleuries », des labels  « villes patrimoniales » ou « d’art et d’histoire » un classement des « plus beaux villages de France » des « stations vertes », des « petites cités de caractère » des « pavillons bleus » pour les plages et même des « villes internet »…

Il exige des sites naturels remarquables, parfois inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Il existe des labels gastronomiques, des tables de prestiges, des « spécialités traditionnelles garanties » des routes des vins…

Et certainement tant d’autres exemples

Pourquoi n’existerait-il pas des labels « Sites acoustiques remarquables », « Traditions sonores », des chartes « Site éc(h)osystème fragile et acoustiquement protégé », des classements « Qualité sonore urbaine »… ?

Pourquoi protège  t-on et valorise t-on essentiellement le visuel, et le gustatif, délaissant l’écoute (et souvent l’odorat) ?

Pourquoi nos oreilles n’auraient-elles pas droit à une prise en compte esthétique, sensible, qualitative, patrimoniale  de leurs environnements ?

Pourquoi ne garantirait-on pas aux oreilles futures, des lendemains qui chantent (un peu mieux?), au plus juste sens du terme ?

Certes, il existe un trophée national « Décibel d’or« , décerné par le CIDB (Centre d’Information Du Bruit), mais il reste encore très « bruit/nuisances/technologies d’isolation phonique » et  n’aboutit pas vraiment à développer des actions directement liées  à l’aménagement du territoire, y compris ici par le sonore. 

Certes, il existe également aujourd’hui une directive européenne  tentant de définir l’existence et la mise en place de « Zones calmes», mais cette dernière est encore essentiellement axée sur des mesures sonométriques, quantitatives, normatives et législatives (voire les définitions ci-après).

  • « zone calme d’une agglomération » (« une zone délimitée par l’autorité compétente qui, par exemple, n’est pas exposée à une valeur de Lden ou d’un autre indicateur de bruit approprié, supérieure à une certaine valeur déterminée par l’État-membre, quelle que soit la source de bruit considérée »)
  • « zone calme en rase campagne » (« une zone délimitée par l’autorité compétente, qui n’est pas exposée au bruit de la circulation, au bruit industriel ou au bruit résultant d’activité de détente »).

 

Néanmoins, les notions de patrimoine, d’esthétique, de culturel, de valorisation territoriale, de tourisme culturel (voire l’action menée dans le Parc Naturel Régional du Haut-Jura*) sont pratiquement ignorées dans cette approche réglementaire qui, si elle s’avère d’utilité publique, et donc indispensable, n’est pas en soit suffisante.

Label Écoute resterait- elle une notion du domaine de l’utopie auriculaire ?

Ou bien pourrait-il  mettre en branle des idées (et des sites) à valoriser, à défendre, vers des aménités paysagères qui nous éviteraient  une surdité physique autant que sociale ? (Voire le Manifeste Sommes nous tous devenus sourds ?)

 

http://www.saint-claude-haut-jura.com/sites-sonores.html#.V1-0mo6bHp8 – Action proposée et réalisée par l’association Acirène pour et avec le PNR du Haut-Jura

Enregistrer

SOMMES NOUS TOUS DEVENUS SOURDS ?

MANIFESTE POUR UN BON ENTENDEMENT

img-11775402e

Il y a quelques années déjà, disparaissait le projet « Centre du son ».

Ce projet était bâti sur un centre de ressources des domaines du son basé dans le Nord de l’Isère.

Il a notamment organisé les « États Généraux du Son », où se sont croisés  nombres de professionnels, chercheurs, enseignants, artistes, techniciens, élus, gestionnaires de projets culturels… œuvrant dans différentes branches professionnelles.

Le site du Centre du son ayant disparu avec l’association qui le portait, j’ai conservé précieusement ce texte manifeste qui amorçait les États Généraux du Son, et que je vous livre ici dans son intégralité.

 

Sommes nous tous devenus sourds ?

Nous vivons dans un monde sonore du premier cri au dernier souffle
Sommes-nous aveuglément sourds à tout ce qui nous entoure
Tout juste capables de nous indigner du bruit de l’autre le voisin

Par ce manifeste
nous affirmons
le droit de chacun à vivre pleinement la dimension sonore de son existence

tels
la qualité sonore des espaces publics des espaces privés
les sons de nos objets et des outils
la sonorisation des spectacles
la radio créative et créatrice
des sons pour dire une voix pour être
une technique son sensible et imaginative
des initiatives industrielles en faveur du sonore
des mémoires orales encore vives
l’exploration sonore dès l’enfance
l’écoute des paysages
le son à l’image
et tant d’autres

nous constatons
la méconnaissance générale de l’histoire humaine et technique du son
l’ignorance fréquente de la physiologie de l’audition de la phonation
une résignation à la médiocrité

nous refusons
que l’être humain se prive d’une source de satisfaction sensorielle indispensable à son équilibre
nécessaire à la constitution de sa mémoire à la formation de son esprit
à l’enrichissement de son imaginaire à sa vie en société

nous dénonçons
la faible reconnaissance de la dimension sonore dans nos vies professionnelles et au quotidien

nous proposons
une mise en évidence de l’étendue des domaines sonores
une valorisation de ses acteurs organismes recherches créations productions et cætera

nous décidons
de réunir les États généraux du son
pour établir des constats communs
pour définir ensemble des propositions à concrétiser d’urgence

nous lançons ce jour
un appel à doléances
à chacun professionnel ou non
à partir de votre expérience du sonore
vos colères vos désirs vos satisfactions

Faîtes-nous part
de vos constats
de vos propositions

Vos dires construiront les Etats généraux du son

Enregistrer

Enregistrer