LABEL ÉCOUTE

UNE CHARTE, DES LABELS, UNE RECONNAISSANCE POUR LA QUALITÉ SONORE DES VILLES ET DES SITES NATURELS, PATRIMONIAUX…

camping-belvedere

Il existe un classement « villes fleuries », des labels  « villes patrimoniales » ou « d’art et d’histoire » un classement des « plus beaux villages de France » des « stations vertes », des « petites cités de caractère » des « pavillons bleus » pour les plages et même des « villes internet »…

Il exige des sites naturels remarquables, parfois inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Il existe des labels gastronomiques, des tables de prestiges, des « spécialités traditionnelles garanties » des routes des vins…

Et certainement tant d’autres exemples

Pourquoi n’existerait-il pas des labels « Sites acoustiques remarquables », « Traditions sonores », des chartes « Site éc(h)osystème fragile et acoustiquement protégé », des classements « Qualité sonore urbaine »… ?

Pourquoi protège  t-on et valorise t-on essentiellement le visuel, et le gustatif, délaissant l’écoute (et souvent l’odorat) ?

Pourquoi nos oreilles n’auraient-elles pas droit à une prise en compte esthétique, sensible, qualitative, patrimoniale  de leurs environnements ?

Pourquoi ne garantirait-on pas aux oreilles futures, des lendemains qui chantent (un peu mieux?), au plus juste sens du terme ?

Certes, il existe un trophée national « Décibel d’or« , décerné par le CIDB (Centre d’Information Du Bruit), mais il reste encore très « bruit/nuisances/technologies d’isolation phonique » et  n’aboutit pas vraiment à développer des actions directement liées  à l’aménagement du territoire, y compris ici par le sonore. 

Certes, il existe également aujourd’hui une directive européenne  tentant de définir l’existence et la mise en place de « Zones calmes», mais cette dernière est encore essentiellement axée sur des mesures sonométriques, quantitatives, normatives et législatives (voire les définitions ci-après).

  • « zone calme d’une agglomération » (« une zone délimitée par l’autorité compétente qui, par exemple, n’est pas exposée à une valeur de Lden ou d’un autre indicateur de bruit approprié, supérieure à une certaine valeur déterminée par l’État-membre, quelle que soit la source de bruit considérée »)
  • « zone calme en rase campagne » (« une zone délimitée par l’autorité compétente, qui n’est pas exposée au bruit de la circulation, au bruit industriel ou au bruit résultant d’activité de détente »).

 

Néanmoins, les notions de patrimoine, d’esthétique, de culturel, de valorisation territoriale, de tourisme culturel (voire l’action menée dans le Parc Naturel Régional du Haut-Jura*) sont pratiquement ignorées dans cette approche réglementaire qui, si elle s’avère d’utilité publique, et donc indispensable, n’est pas en soit suffisante.

Label Écoute resterait- elle une notion du domaine de l’utopie auriculaire ?

Ou bien pourrait-il  mettre en branle des idées (et des sites) à valoriser, à défendre, vers des aménités paysagères qui nous éviteraient  une surdité physique autant que sociale ? (Voire le Manifeste Sommes nous tous devenus sourds ?)

 

http://www.saint-claude-haut-jura.com/sites-sonores.html#.V1-0mo6bHp8 – Action proposée et réalisée par l’association Acirène pour et avec le PNR du Haut-Jura

Enregistrer

SOMMES NOUS TOUS DEVENUS SOURDS ?

MANIFESTE POUR UN BON ENTENDEMENT

img-11775402e

Il y a quelques années déjà, disparaissait le projet « Centre du son ».

Ce projet était bâti sur un centre de ressources des domaines du son basé dans le Nord de l’Isère.

Il a notamment organisé les « États Généraux du Son », où se sont croisés  nombres de professionnels, chercheurs, enseignants, artistes, techniciens, élus, gestionnaires de projets culturels… œuvrant dans différentes branches professionnelles.

Le site du Centre du son ayant disparu avec l’association qui le portait, j’ai conservé précieusement ce texte manifeste qui amorçait les États Généraux du Son, et que je vous livre ici dans son intégralité.

 

Sommes nous tous devenus sourds ?

Nous vivons dans un monde sonore du premier cri au dernier souffle
Sommes-nous aveuglément sourds à tout ce qui nous entoure
Tout juste capables de nous indigner du bruit de l’autre le voisin

Par ce manifeste
nous affirmons
le droit de chacun à vivre pleinement la dimension sonore de son existence

tels
la qualité sonore des espaces publics des espaces privés
les sons de nos objets et des outils
la sonorisation des spectacles
la radio créative et créatrice
des sons pour dire une voix pour être
une technique son sensible et imaginative
des initiatives industrielles en faveur du sonore
des mémoires orales encore vives
l’exploration sonore dès l’enfance
l’écoute des paysages
le son à l’image
et tant d’autres

nous constatons
la méconnaissance générale de l’histoire humaine et technique du son
l’ignorance fréquente de la physiologie de l’audition de la phonation
une résignation à la médiocrité

nous refusons
que l’être humain se prive d’une source de satisfaction sensorielle indispensable à son équilibre
nécessaire à la constitution de sa mémoire à la formation de son esprit
à l’enrichissement de son imaginaire à sa vie en société

nous dénonçons
la faible reconnaissance de la dimension sonore dans nos vies professionnelles et au quotidien

nous proposons
une mise en évidence de l’étendue des domaines sonores
une valorisation de ses acteurs organismes recherches créations productions et cætera

nous décidons
de réunir les États généraux du son
pour établir des constats communs
pour définir ensemble des propositions à concrétiser d’urgence

nous lançons ce jour
un appel à doléances
à chacun professionnel ou non
à partir de votre expérience du sonore
vos colères vos désirs vos satisfactions

Faîtes-nous part
de vos constats
de vos propositions

Vos dires construiront les Etats généraux du son

Enregistrer

Enregistrer