Situation d’écoute, musée sonifère à ciel ouvert – opus1

Préambule
Je commence aujourd’hui, officiellement à construire mon propre musée des situations sonores.
Je précise ainsi que :
– Chaque situation est singulière, unique, impossible à reproduire, éphémère, et sans doute invisible
– Chaque visiteur se construit sa situation et l’expose à ses propres oreilles
– Cette situation peut être partagée, effectuée de concert, même si elle restera personnelle à chaque auditeur
– Un auditeur est à la fois bâtisseur de situations et réceptacle, avec l’interaction intrinsèque que ces gestes peuvent produire
– Il n’y a pas de règles strictes pour cadrer une action , ni dans les choix spatio-temporels, ni dans les postures adoptées, objets rapportés, sollicitations extérieures… Tout lieu et tout instant, toute circonstance peuvent être considérée comme une scène propice à la construction de ce musée sonifère.
– Les scénographie des espaces sonores varient fortement selon les espaces, les moments de la journée, ou nuit, les saisons, les transformations urbaines, les occupants et leurs occupations, tout en restant reliées par le geste d’écoute-même.
– Le projet est librement ouvert à tous les écoutants potentiels, où qu’il se trouvent
– Il est bon de garder la trace de ces situations, non pas pour les ériger en modèles absolus, mais pour éventuellement que d’autres puissent s’en inspirer, s’en emparer pour en bâtir de nouvelles, en construire des prolongements, des variations…

PDPMARCH2

Situation d’écoute Opus1 – Où je fais mon marché de sons
Le 3 juin 2017
Un marché, vers 10H du matin, place de Paris, quartier Vaise, Lyon 9e arrondissement, un banc sur le marché-même.
Soleil et chaleur.
Le commerce bat son plein, chalandise vocalisée, des voix, des voix, des voix… Même les voitures semblent avoir mis la sourdine !
Scène politique, campagne législative oblige, quelques militants, tracts en main, ici mélanchonistes, là macronistes, tentent de se rassurer avec leurs sympathisants, ou d’appâter les autres, encore des voix, pré électorales celles-ci, ou à venir, dans le silence des urnes.
Le marché et une scène sonore qui met les productions vocales au tout premier plan, couleurs, accents, intonations, haranguent… On y raconte ses potins, marchande, se hèle, rit ou énonce doctement…
L’espace est large, les sons s’y déploient, s’y ébattent, s’y répondent, s’ignorent, se mêlent, s’emmêlent, sans même le savoir, dans une polychromie acoustique – cherchez le détail dans une masse grouillante car organiquement bien vivante.
Cherchez les plans, à côté de vous, à l’autre bout, sans ligne d’horizon bouchée, tant par la gare barrière que la masse sonore impassible.
Un continuum qui résiste en toile de fond, percé d’émergences, elles encore humainement vocales, essentiellement, si ce n’est parfois l’énervement d’un klaxon furibard. Eclat coloré.
Midi, les cloches prennent le dessus de la scène, écrasant tout sur leur passage en volée, mais un joli vacarme qui fait presque danser l’espace.
Puis se taisent, comme regrettant d’avoir trop parler, ou trop fort, sans prévenir. J’en arrive à les regretter, alors que d’autres soulagés reprennent le fil de leurs discours.
Ainsi les voix reviennent en surface, et les voitures en arrière-plan, presque une quiétude après le bel orage cuivrée.
13 heures, l’estompage est amorcé, decrescendo incontournable, des étals claquent, des portières aussi, les voix se raréfient, les voitures reprennent de l’espace, la scène évolue vers d’autres équilibres, eux aussi instables, à saisir dans l’instant.
3 heures d’immersion, comme face à une toile trop grande pour être appréhendée d’un seul coup d’oreille, comme une sorte de fresque à la Géricault, qui nous aurait noyé de prime abord, puis de laquelle on s’extirpe pour plonger vers le détail, histoire de ne pas se laisser engloutir sans résistance.
Diriger l’écoute à droite, à gauche, zoomer sur nos voisins, aller chercher le lointain, si possible, tout en ayant l’air de ne rien faire, sans bouger d’un iota. Ruse d’écouteur anonyme, qui vous pille sans vergogne vos bribes sonores, sans que vous vous en doutiez le moins du monde.
Faire son marché de son sans bourse délier, un bébé  crie de faim ou de colère, deux commerçants chargent de lourdes caisses en les faisant claquer sur les hayons métalliques des camions, les arroseurs du service de nettoyage friturent l’espace par de longs chuintements asphaltés…
Pour cette première scène de ma sono-muséographie naissante, j’aurais pu choisir un espace moins rempli, faisant place à des vides et des creux, des respirations plus apaisées. Mais sans doute le marché s’imposait aujourd’hui comme un début logique, une évidence à portée d’oreilles, un terrain connu aussi, une source qui ne laissera que peu de repos à l’oreille, mais à la fois la sauvera de l’effet page blanche.
Sans doute aurais- je pu également appuyer l’écriture de cette situation par une prise se son.
Mais sans doute était-il plus sage que seules les oreilles soient principalement sollicitées, pour ne pas que les vu-mètres de l’enregistreur ne se montrent trop présents.
Sans doute les trois heures n’ont pas été dans une écoute contemplation sans faille, sans relâche, sans égarements rêveurs, comme toute visite de musée, à l’heure où les sens saturent de matière prolifique engrangées.
Mais voila, c’est au cœur de ce Point d’ouïe lyonnais que s’inaugure, sans autres invités que moi-même, mon musée sonifère, avec la néanmoins précieuse collaboration des lieux et des gens ignorant combien ils m’ont été très agréablement utiles.

Publicités

Paysages – espaces sonores, une prolifération mise en récit

3545982332_be2a839ddb_b_d

L’écouteur, et qui plus est le promeneur écoutant que je suis est un vaste réceptacle sonore. Il reçoit en lui, parfois à son corps défendant, via l’oreille et tout un système de capteurs sensitifs osseux, aqueux, neuronaux, des milliers et des milliers de sons.
Par exemple, je suis ici, à ce moment, sur un banc, urbain (moi et le banc), écouteur assis au centre du paysage
moteurs cliquetants
voix à droites, étouffées
voix à gauche, criardes
train devant, en hauteur, sur sa voie talutée, ferraillante, coulée mécanique
bus à l’arrêt, soufflant et haletant
poussettes et planches à roulettes conjointes
voix riantes, derrière moi
claquements des perches de trams sur les lignes électriques…
Il y va d’une formidable accumulation a priori sans fin, exponentielle déferlante.
Fort heureusement, des portes, des masquages, des gommages, des évictions, un panel de filtres psycho-acoustiques, régulent le flux, rangeant au passage dans des casiers le déjà entendu, le déjà nomenclaturé, le (re)connu, et engrangeant et domptant l’inouïe.
Mais à certains moments, le rangement ne suffit plus. Il me faut aller plus loin pour ne pas me noyer  dans une méandreuse galerie sonore, labyrinthique à souhait, pour la requestionner à l’envi.
Peut-être, même certainement user du mot, de la phrase, de l’énonciation, chercher l’incarnation. La parole, comme verbe incarné, ou incarnant, tel un prédicat prenant possession des sons jusqu’à leur adjoindre une vie dans une histoire retricotée.
Le récit s’avance alors.
La parole se déploie, métaphorisant de multiples écoutes où des traces sonores, des particules mémorielles partiellement enfouies, sont réactivées dans des moments d’audition contés.
La ville à cet instant et dans ce lieu, vue et entendue comme un agencement métastasé et proliférant de grincements, de vocalises, de bruissements, souffles, tintamarres, ferraillements, tintements et mille autres sonifiances.
Les sons s’agencent par un récit qui les décrypte, les convoquant dans une forme de matérialité, les reconfigure à la lettre près, à la phrase près, à la métaphore près, néanmoins approximativement.
Le tissage de mots tire les sons vers une vie organique, les extrayant d’une éponge captant sans égards ni filtrages, la moindre vibration acoustique, ou presque, harmonique ou dysharmonique.
C’est l’instant de la matière extirpée d’un magma informel, reconstruite par un récit multiple et ouvert.
Ce sont des flux de vibrations du dehors – la ville, l’espace ambiant, et du dedans – une forme de construction, d’abstraction intellectuelle, sans compter d’innombrables  allers-retours et chevauchements entre ces pôles.
Des cheminements incertains, qui se déclinent au fil d’une mémoire, d’une trajectoire validant les zones d’incertitude, quitte à les prendre pour des réalités, tout en sachant bien qu’elles ne le sont pas, ne le seront jamais.
Nous voila à l’endroit où la matière sonore impalpable se cristallise  comme une cité Phénix renaissant de ses propres ondes.
Nous voici dans l’usinage d’un paysage sonore puisant dans une forme d’immatérialité hésitante, elle-même croissant sur un terreau de sono-géographies fuyantes autant qu’éphémères.
Le récit aura sans doute charge de faire un tant soit peu perdurer ce ou ces paysages complexes.
C’est donc d’ici, assis sur un banc par exemple, stylo en main, à  l’ancienne, que peut se rebâtir un espace sonore parmi tant d’autres, reliant oreille, parcelle de ville, images, stimuli, pensée, à un territoire vibratoire bien vivant.
C’est donc également à cet endroit-ci que les sons matières engendrerons par le récit leurs représentations, toutefois propres à chacun.
C’est sur ce banc de bois, ici en espace stratégique, symbolique, que des trajectoires ponctués d’ingurgitations, d’emmagasinements, de régurgitations, feront que l’écoutant que je suis ne sera sans doute jamais assez repu pour capituler devant une pourtant surabondance chronique.
J’en arrive à penser parfois qu’une forme de  récit, par définition fictionnel, est plus bénéfique que la tentative d’embrasser une insaisissable réalité, bien trop complexe dans sa perpétuelle mouvance. Tout au moins dans un récit qui soit, qui reste nourricier, gorgé d’aménités échappant à une matière trop plombée d’expansions systémiques.
Toujours à l’endroit de ce banc d’écoute, parcelle de ville comme de Monde, point d’ouïe, sweet-spot, mille et une sonorités ne renoncent jamais à me raconter un paysage sonore singulier, un récit auriculaire urbain, écrit et réécrit à ma façon, comme un territoire audio habitus, quitte parfois à rechercher la jouissance dans l’excès magmatique de la chose sonore.

PAYSAGES SONORES EN RÉCITS ANECDOTIQUES

RÉCITS – TRACES

 

25254124531_94d0a7d7dd_k

 

Les détails, les anecdotes, les courts récits, ce qui peut paraître anodin, trivial, sans importance, constituent, sans doute ce qui, à la lumière de l’expérience, de la trace/mémoire, feront qu’un paysage sonore prendra véritablement corps.

LYON – PRINTEMPS

Des oiseaux, nombreux, prolixes, réveillés par les prémices d’un printemps proche, la douceur installée, pépient aux quatre coins d’un espace urbain bariolé de sons. La ville se redéploie à l’oreille dans moult ponctuations avicoles, spots rythmiques, toniques et enjoués. L’espace se révèle, autrement, plus joliment capricieux que jamais. La ville s’en trouve, tout comme l’oreille, ragaillardie, subtilement enrichie, réchauffée par l’approche d’un printemps qui s’annonce à l’écoute.

AMPLEPUIS – FIN D’AUTOMNE
Matin gris, doux et calme. les chuintements des feuilles mortes ont cessé sur
la terrasse, épuisés d’un vent cessant, comme une pluie sèche et tarie au sol,
flux automnal qui se serait évaporé…
Le village s’ébruite lentement, cloches encore endormies.
La maisonnée s’étire dans le vrombissement d’objets réchauffants, le fond
sonore est calme…

LYON – ÉCOUTE ET GOUTTES
Lyon, quartier Perrache, vers 23 heures, en rentrant d’un concert, une pluie
très dense, violente, soudaine… Un pont – tunnel de chemin de fer, assez long
car juste avant la gare de Perrache, donc un abri idéal. Des gouttes d’eau, à
l’entrée, et au milieu, offrant tout une gamme percussive de clapotis
réverbérés à souhait.. Un magnifique concert acousmatique naturel. La ville de
nuit, sous la pluie, sous un pont à l’acoustique ad hoc, un moment somme
toute rare, privilégié, à savourer sur place !

LYON A L’IMPROVISTE
Aujourd’hui, trois heures de déambulations urbaines et lyonnaises
consécutives. Une errance auraient dit les situationnistes. Beaucoup de
dénivelés, de petites rues, passages, escaliers, places… Beaucoup de sons, de
couleurs, de rumeurs, de surprises (un clocher carillonnant la Marseillaise, un
défilé militaire puis une manifestation sociale dans la foulée), de formes, de
perspectives, de points de vue, de points d’ouïe, d’ambiances… Une bonne
fatigue et l’impression d’avoir assimilé un peu plus l’esprit de ma ville, et par
extension, de bien d’autres cités ou lieux. Le sentiment également que plus
j’arpente et ausculte des paysages au quotidien, plus ils m’échappent en se
ramifiant dans d’infinies déploiements et subtilités. Cette impossibilité, ou
improbabilité, d’en embrasser l’essentiel, d’en faire le tour, même a minima,
est d’ailleurs plutôt réjouissante tant elle me laisse d’attrayantes perspectives.

MONS – POINTS D’OUÏE
Différentes ambiances acoustiques à Mons, aujourd’hui vers 14 heures. Le bas
de la ville est un gigantesque chantier, un grand lifting pour Mons Capitale
culturelle 2015, avec tous les sons qui vont avec. Pelles mécaniques, camions
et marteaux piqueurs s’en donnent à coeur joie, alors que le piéton en
chaussures de ville effectue un vrai parcours du combattant entre sable et
pavés.
Sur le haut de la ville, la grande place inondée de soleil s’agite joyeusement.
Les terrasses font recette, les conversations vont bon train, un saxophoniste
vient jouer, assez bien du reste, des airs rétros, en se posant à quelques
mètres de moi. Et toujours le grand jet d’eau en fond. Je profite de la scène
assis sur un plot de béton, au centre de toute cette frivole effervescence. Le
grand jet quand à lui, a d’ailleurs perdu de sa rythmicité. Il reste bloqué sur un
jet haut et continu qui écrase un peu trop le paysage, visuellement et
auriculairement, alors qu’auparavant, il effectuait tout un cycle, variant
l’intervention des jets, leurs hauteurs, dans différentes temporalités
rafraîchissantes, si j’ose dire…
J’emprunte ensuite la grande rue où là, c’est la Muzac qui anesthésie en partie
l’écoute, malgré la diversité et la richesse des voix et des ambiances
résonantes rencontrées. Pour échapper à cette invasion de très mauvais goût,
je m’engouffre au coeur d’une galerie marchande, dans un passage couvert,
lieu animé de belles réverbérations, où les conversations et autres modestes
sonorités prennent juste ce qu’il faut de présence et de couleurs. Hélas, il faut
ressortir de ce petit oasis acoustique pour retrouver l’agression d’une radio
commerciale, infligée sans discernement ni mesure à l’oreille de tout un
chacun… Dommage qu’une des rues principales de la ville, qui pourrait se
révéler très belle à l’oreille, se voit ainsi acoustiquement dévalorisée, voire
même franchement dégradée !

LYON – ENTRE DEUX PORTES
J’adore les portes coulissantes automatiques. Celles que l’on trouve dans les
sas d’entrées des bâtiments publics, des grandes surfaces, dans des halls et
salles d’attente des gares par exemple. J’aime me tenir à proximité de ces
objets rythmiques, de ces zones tampons, qui parfois forment un sas
intéressant par ses doubles cloisons mobiles. Ce ne sont pas tant les propres
sonorités des portes qui retiennent le plus mon attention, même si elles sont
parfois très originales et intéressantes, ce sont plutôt les effets rythmiques et
dynamiques d’ouverture fermetures, de coupures, d’atténuations, de jeux
intérieur/extérieur qui sont pour moi remarquables. Le passage aléatoire de
personnes entrant ou sortant modifie constamment l’ambiance sonore des
lieux, élargissant ou refermant le paysage à l’oreille, mettant en avant les sons
de l’intérieur, ou ceux de l’extérieur, créant une chambre de subtiles mixages
en fondus enchainés plus ou moins rapides… Deux espaces publics se frottent,
s’interpénètrent au gré des va-et-vient des portes. L’oreille est parfois confinée
dans un intérieur spécifique, parfois aspirée vers un extérieur qui lui donne de
nouvelles perspectives, de nouveaux champs (chants) d’écoute, un espace
sonore en mouvement. Dans un PAS-Parcours Audio Sensibles, il y a des points
d’ouïe très riches, presque incontournables, entre fontaines, espaces
résonnants, événements festifs et des entre deux portes…

VILLEURBANNE – ÉCOUTE PANORAMIQUE – TOITS TERRASSES
Villeurbanne, sur le toit Terrasse de la colossale mairie venant barrer
l’emblématique quartier des Gratte-Ciel, dans une architecture post
stalinienne. Temps ensoleillé, et belle lumière hivernale. D’incroyables
perspectives visuelles quasi aériennes, le centre ville à nos pieds. Une douce
rumeur de laquelle se détache de multiples sons de voix, musiques du marché
de Noël, voitures (non envahissantes). Un exemple archétype d’équilibre
son/image, de la proximité au lointain, d’un surplombant où les sons montent
sereinement vers nous.

VILLEURBANNE – ECOUTE UNDERGROUD – PARKINGS SOUTERRAINS
Villeurbanne encore. Niveau – 7 d’un parking souterrain. Aucune
voiture à cet étage ce jour là. Grondement des ventilations. Incroyables
résonances de chaque sources sonores s’enroulant autour d’une immense
rampe hélicoïdale bétonnée. Une pénombre minérale qui renforce cette
ambiance véritablement underground.

ORLÉANS – FLUX AQUATIQUES – LA LOIRE EN FURIE
Orléans un jour pluvieux et très Fraîchement humide. La Loire en crue
sauvage gronde ! Des bancs la surplombant nous offrent un point de vue-point
d’écoute où le forts courant des eaux plaque sur les quais un continuum sonore
impressionnant. La lumière comme l’eau est grise et vibrante. Rarement je
n’aurais entendu grogner si fort un fleuve sous un ciel d’un gris sourd et
menaçant. Paysage d’un pays de Loire souvent assez serein mais ici tourmenté
entre nuages pluies et eaux tumultueuses.

MADAGASCAR – VILLE MARCHÉ
Madagascar, Tananarive, quartier d’Anakelele, plein centre ville, fin d’après-midi,
une belle et chaude journée d’hiver (tropical). Un immense escalier
descendant d’une colline, et remontant sur une autre en vis à vis. Dans
l’escalier, une foule de marchands, de promeneurs, de passants. Au bas, un
gigantesque et tentaculaire marché à ciel ouvert et dans des allées couvertes,
le tout bruyamment coloré et teinté d’une myriade d’odeurs enivrantes.

 

APPEL À CONTRIBUTIONS – RACONTEZ CE QUE VOUS ENTENDEZ

RÉCITS DE PAYSAGES SONORES

IMG_2656

Un paysage sonore comme le support, ou comme l’acteur d’un récit….

C’est la question principale qui me préoccupe actuellement. Comment le raconter, le partager, le transmettre ? Par des mots, des images, des sons… ?

Sémiologie et narratologie sont convoquées pour construire et instruire le récit.
Je recherche de l’aide, des coopérations, des expériences, de la matière.

Vous avez envie de dire ou d’écrire un, ou des paysage(s) sonore(s) ? Je vous invite cordialement à le faire. Par écrit, ou enregistrement audio – n’enregistrez pas un paysage, mais vous commentant/ décrivant un paysage (sonore). Pas de format imposé; texte libre, sans contraintes.

Si cette idée résonne ou trouve écho en vous : desartsonnants@gmail.com

Merci par avance aux généreux donateurs.

 

GÉOGRAPHIE AURICULAIRE – QUIET SOUNDSCAPE

s

Géographie auriculaire et récits de calmes paysages

Sonic Geography and quiet soundscapes stories

18012946352_57c6770759_c

Marcher n’est pas une finalité en soit, ni même écouter, serait-ce en marchant.
Un marcheur écoutant sachant marcher et écouter marche t-il toujours en écoutant, ou bien écoute t-il toujours en, marchant ? Question métaphysique, rien n’est moins sûr.
Les soundwalks, ou balades sonore ou PAS – Parcours Audio Sensibles, dans la terminologie desartsonnantes, seraient-elles propices à créer et à entretenir le récit, un récit, des récits, ceux d’univers sonores aussi multiples qu’il existe de lieux, de situations, et sans doute de paires d’oreilles ?
Le récit fait-il vraiment état de l’audible, au même titre que l’audible s’écrirait dans un récit ?
Récits de ville, expériences de terrain, parcours partagés, tranches de ville et de vie, choses entendues, sous-entendues et imaginées, quelque soit le sens, les sens, l’essence de la marche, la chose entendue et racontée me semble  primordiale, même dans son intrinsèque fugacité sonifère.
Avec ou sans parole, la transmission, le partage d’une exploration sensible, paraissent mettre au diapason de l’écoute différentes sensibilités, en même temps qu’ils font émerger des degrés d’analyses plus ou moins consciente, des situations d’immersion existantes, des plongées urbaines, ou non, concertantes et concertées, des menus ou de grands plaisirs, a priori à portée d’oreilles.
Mais à quelles, ou de quelles oreilles parle t-on ? Oreille interne, externe, impliquée, appliquée, novice, habituée, experte… ?
Pour en revenir à a marche versus écoute, elle nous construit en même temps qu’elle participe à construire nos propres environnements, y compris sonores.
La marche, ici envisagée comme une soundwalk, nous stimule dans l’approche d’une géographie auriculaire – auriculaire donc très singulière.
Nous avons affaire à la singularité de l’inouï, de l’in ouïe, du décalage induit par la mise en avant du sonore, qui prend ici la pas sur d’autres modes de perceptions, tout en ne les effaçant pas.
La marche, et en particulier la balade sonore, nous questionnent et peuvent nous aider à :
créer des chemins d’écoute, les nôtres propres, ou ceux qui seront arpentés, voire conçus collectivement
en dresser les profils, les reliefs, les détours, les embûches, les spécificités, les attraits
entrevoir et concevoir des espaces comme de véritables  territoires inouïs, avec leurs espaces spécifiques, leurs volumes, plans, fonctions, usages
Imaginer et fabriquer des représentations, des images, des partitions, des collections, des inventaires, des cartes
trouver des points de repères auditifs structurant de façon spatio-temporelle l’espace, ou s’y perdre, à l’envi
aller de points d’ouïe en points d’ouïe, cheminer, s’inventer des sortes de pèlerinages sonores, se fixer des marqueurs auriculaires nous ancrant dans les paysages familiers ou exotiques, endogènes, ou exogènes
guider, flâner, parcourir, arpenter, se laisser conduire ou bien errer, tout simplement, si tant est que l’errance soit vraiment chose simple
baliser son chemin, le faire itinéraire, parcours repéré, tout en restant ouvert à l’imprévu, aux chemins de traverse, à l’improviste et à une forme d’improvisation en marche
chercher à bien, ou à mieux s’entendre, ou non, avec des lieux, sa ville, son quartier, les écoutants potentiels avec lesquels nous pourrions partager nos écoutes…

Ces propositions s’appuient en fait très largement sur les expériences in situ, à un moment donné, sur des récits personnels, des géographies sensibles, n’étant peut-être qu’hypothèses, tentatives d’échappées, ou rêveries. Sans doute n’influeront-elles que le marcheur qui veut bien y prêter l’oreille.

Ce sont là  des axes de recherches et de réflexion  bâtis sur de l’immatériel, des objets d’écoute et ambiances  intangibles, éphémères, laissant ainsi, fort heureusement, prise à un imaginaire latent. Cet imaginaire pourrait d’ailleurs bien vite brouiller les cartes, dans toutes la polysémie du terme, et ainsi détourner, mettre en difficulté toute orientation, même des écoutants les plus avertis et aguerris.

Géographiquement parlant.
C’est une géographie bâtie sur la fragilité, la versatilité et les caprices du récit, et donc aussi sur les lacunes du récitant, de sa partialité, de sa mémoire subjective, versatile et fragile.
C’est une géographie du sensible qui sera donc décryptée très personnellement, selon les personnes qui voudront bien prendre pied sur les territoires qu’elle tend à dessiner, et en fonction de ce qui s’y passera.
C’est une géographie de l’instant, du moment, susceptible d’être remise en cause par le chamboulement urbanistique d’une métropole, un orage subit, le passage d’un troupeau ensonnaillé, l’envol d’un oiseau, et bien d’autres micro ou macro événements, à court ou à long terme…
C’est une géographie qui trace des contours incertains autant que mouvants, des espaces poreux, des transversalité, des interstices capricieux, des trompe-l’oreille pouvant égarer, souvent avec bonheur, le promeneur écoutant.
C’est une géographie qui n’est pas pressée de se construire, déployant ses cartes au pas à pas, dans le sens de la marche, ou à contre sens, y compris lorsque la déambulation tend à devenir erratique.

18016955521_dd61128a5f_c

Bref les paysages sonores, dans leurs dimensions spatio-temporelles, qui alimenteront les récits, ce derniers pouvant, par réciprocité, créer les paysages, n’auront de véritables existences qui si nous les entendons, voire les écoutons, et plus encore, les pratiquons. Pratique d’arpentage parfois obstinée qui peut aller jusqu’à une forme d’usure, une érosion du terrain comme de sa représentation, qui mettrait à nu de nouvelles strates soniques.
Il en ira de même pour une géographie sonore, tissée de récits, et/ou tissant des récits, qui n’existera que si des écoutants veulent bien s’engager dans des terrains semés et tissés de sonorités, parfois clairsemées, parfois touffues, où il s’agira de se frayer un chemin d’écoute à travers sons, voire de le débroussailler. Du magma sonore initial à l’apprivoisement de particules auriculaires, vers l’invention du quiet soundscape.

Il convient en tous cas de se garder une marge de manœuvre qui préservera des espaces acoustiques imaginaires, des lieux où l’oreille puisse encore rêver, s’évader, détourner et tordre les paysages quotidiens, pour ré-émerveiller la cité, la forêt, le jardin… La géographie, plus qu’une matière scolaire ou scientifique, nous permettant de situer des lieux, des pays, des villes, m’a toujours fait rêver d’horizons lointains, iles de Robinson ou grand Nord de Jack London, villes du passé ou cités du futur, façon science friction… L’utopie de paysages sonores qui seraient inscrits dans une géographie à la mesure d’un promeneur écoutant, dans sa quiète et longue temporalité, qui résisterait tant que faire ce peut à la folle course/croissance/excroissance, reste un projet collectif. Un projet de terrain, de territoire, une quête d’espaces qualitatifs, auditivement vivables,  jalonnés de « Points d’ouïe », façon Desartsonnants, des sortes de bornes-repères, aussi réels et identifiés qu’immatériels et symboliques, objets d’étude comme espaces oniriques et oasis de calme. Espaces où le promeneur écoutant pourrait faire halte pour y retrouver des équilibres salutaires.

17395666153_95ddfb0323_c