Audiobaladologie, PAS – Parcours Audio Sensible, Partition Guide d’écoute 1

PAS – Parcours Audio Sensible
Partition Guide partition d’écoute 1
Quartier de Vaise/industrie

 

Notice : Ce premier guide partition d’écoute s’appuie sur une série de repérages dans un site donné. En l’occurrence mon quartier, terrain favori et privilégié pour mener mes explorations et expérimentations audio-sensibles. Il propose un parcours pédestre d’environ deux kilomètres, en boucle, partant d’une station de métro, et nous y ramenant. Il ne demande aucun équipement spécifique, ni ne propose aucune installation sonore amplifiée, s’effectuant via des situations d’écoutes purement acoustiques. Cet itinéraire s’appuie au mieux que possible, sur une éco-audiobaladologie non énergivore, non intrusive, non invasive, privilégiant l’oreille, nue pour aborder des formes d’installations sonores quasi aléatoires, au final déjà pré-existantes, et éminemment contextuelles et interactives. Les PAS ainsi encartés œuvrent à créer des partitions de marches sensibles où la mise en situation et la posture sont au centre de processus créatif, tant en lecture qu’écriture paysagère. Il s’agit de goûter, de savourer des paysages sonores ambiants, en pour moi d’en faire collection. Ce jeu de partitions marchécoutées s’inscrit dans un long processus d’actions récurrentes, avec tout un contexte de variabilité in situ, impulsé il y a déjà une dizaine d’années maintenant, « Et avec ta ville, comment tu t’entends ? »

En pratique : Prévoyez une heure trente à deux heures pour le parcours intégral. Il est possible de le faire de façon fractionné, ou point par point, bien qu’il soit préférable de l’envisager comme une continuité spatio-temporelle qui gagnera à être appréhendée dans sa totalité. Vous pouvez télécharger et imprimer le plan guide, le consulter sur votre smartphone.  Une application autonome est en cours d’écriture. Votre marche doit être apaisée, sans presser le pas, comme un geste d’arpentage non stressant. Libre à vous de choisir la durée des points d’ouïe immobiles, sachant que deux à trois minutes sont des valeurs propices à apprécier les ambiances à leur juste valeur, à « rentrer dedans ». Selon les moments, les événements sonores, vos humeurs d’écoutants, ces durées pourront être adaptées à chaque situation. A chaque point d’ouïe, il est intéressant de tester plusieurs postures d’écoute – yeux fermés, en tournant le dos à la source sonore, en mettant ses mains en pavillon derrière (ou devant) les oreilles, en tournant lentement sur soi-même, en faisant de lents aller-retours entre deux sources sonores… L’écoute reste ici le geste privilégié, mais n’exclue en rien de se délecter des couleurs d’une nuit tombante, des reflets de l’eau, des odeurs, des textures sous nos pieds, du vent sur le visage… Nous restons des être fondamentalement multi-sensoriels ! Vous pouvez effectuer ces parcours en solitaire, ou à deux ou trois. Au vue de leur caractère intime, où le silence est de mise, il est beaucoup plus difficile de les pratiquer en groupe plus conséquent.

Bonne déambulation, bonne écoute, bon PAS !

 

Calcul d'itinéraires - Course à pied, Vélo, Randonnée, Roller...

Parcours Vaise Industrie (Lyon9) : Rendez-vous sur le parvis de l’église Notre-Dame de l’Annonciation, place de Paris à Lyon 9, de préférence en fin de journée, dans l’idéal entre chiens et loups, nuit tombante.
Regardez et écoutez en direction de la place, ou plutôt des deux places, celle du marché, devant vous, celle de la gare, plus à gauche. Un cœur urbain généralement très fréquenté et animé.

Prenez à gauche, traversez la rue de la Claire, puis celle du 24 mars 1852. Légèrement sur votre gauche, empruntez le passage couvert qui passe sous le bâtiment qui, longez le sur votre droite.
Sur votre gauche, le talus de la voie de chemin de fer. Avancez jusqu’au premier embranchement, par où sortent les bus. Arrêtez vous dans l’avancée du trottoir.
Écoutez ! passage de bus, soufflerie, trains, rythmes de grilles métalliques sur la chaussée au passage des bus, voix. Un espace entre-deux, singulier, plein de sonorités et rythmicités toniques !

Continuez en longeant le trottoir jusqu’au deuxième passage de bus, suivez le trottoir sur votre droite jusqu’à l’arrivée aux portes de la gare routière, sur votre droite également.
Entrez dans le couloir intérieur d’attente des bus.
Accoudez vous sur la rambarde dominant la fosse du métro au niveau inférieur.
Écoutez la surprenante polyphonie du lieu. Voix, trains, métros, pas réverbérés… Un véritable concert multimodale !

Continuez le couloir jusqu’aux commerces (bureau de tabac, boulangerie). Contournez les par la droite pour prendre le couloir et l’emprunter vers la gauche. Peu après la boulangerie, quittez le hall par une porte coulissante à droite, avancez jusqu’au coude de la voie des bus. Traversez via le passage piéton pour vous diriger vers un passage couvert.
A l’entrée de celui-ci, sur l’avancée de trottoir, vous pouvez écouter un nouveau point d’ouïe, surtout animé par le passage fréquent de bus dans un acoustique très réverbérante.

Empruntez le couloir à droite de la fresque murale, ressentez la transition acoustique. Des voix et des pas, tout s’apaise soudain.
Légèrement sur votre gauche, empruntez l’escalier menant au premier niveau des parkings. Entrez dans ceux-ci.
Traversez le parking en largeur, pour venir contre la paroi de grilles métalliques, d’où vous pouvez entendre la gare juste en face. De belles sonorités ferroviaires.
Des voitures qui entrent ou sortent du parking font joliment claquer des joints métalliques au sol.
Longez la paroi sur votre droite. Vous vous retrouvez juste au dessus d’une voie d’arrivée de bus.
Une grosse dynamique visuelle et sonore, juste sous vos pieds.
Au centre du parking, des grondements de basses sur la dalle au dessus de votre tête.
De nuit, l’ambiance est assez saisissante.

Quittez le parking, rejoignez le passage couvert, sortez en direction de la rue de Saint-Cyr – Quai de la gare d’eau. Traversez cette dernière, longez le bâtiment Groupama sur votre droite, puis pénétrez par un chemin descendant dans l’espace extérieur des stades Joseph Boucaud, et des pistes de vitesse “Sport dans la ville”.
Promenez vous le long des stades, dans les tribunes, écoutez l’acoustique très réverbérante des lieux, la rumeur de la ville étant sensiblement étouffée. Les jeux de ballon et parfois les courses de rolliers donnent à l’espace de belles dynamiques acoustiques, joliment spatialisées.

Ressortez par le même chemin, continuez sur votre gauche, en direction du Pont Schuman. Traversez la rue à l’angle du quai du Commerce – Quai Hyppolythe Jaÿr, empruntez le pont Robert Schuman par la large allée côté gauche. Arrêtez vous quelques minutes sur un banc vers le centre du pont, tourné vers la Saône. Écoutez.

15951064463_7b12219069_z_d
Pont Schuman

 

Reprenez votre chemin vers le quai Joseph Gillet, parvenu à l’extrémité du pont, empruntez l’escalier à votre gauche qui descend vers les bas-quais des rives de Saône. Revenez légèrement sur votre droite, pour vous arrêter sous le pont, au milieu de préférence. Regardez la Saône. Écoutez. Après quelques instants, claquez dans les mains, ou poussez de brefs cris, assez forts. Écoutez les incroyables échos du pont. Jouez à les faire sonner, en tournant le dos à la Saône, testez différents sons, courts, longs, vous êtes au cœur d’une surprenante chambre d’échos !

Reprenez votre chemin sur le cheminement piétonnier des bas-quai, en vous dirigeant vers la passerelle Masaryk, sur votre gauche en regardant la Saône.
Écoutez les clapotis, remous, les grincements des amarres et des gréements des péniches. Les sons des coureurs, promeneurs et parfois festoyeurs animent ces aménagements piétons très empruntés…

Continuez jusqu’à la passerelle Masaryk. Arrêtez vous au-dessous. Écoutez le grincement de ses haubans et les rythmes et percussions sur vos têtes, des piétons et vélos qui l’empruntent.

Remontez par les escaliers sur les quais hauts. Empruntez la passerelle Masaryk en écoutant sonner vos pas, ceux des promeneurs croisés, les sons des bicyclettes, skates, trottinettes et autres engins légers, éventuellement le passage de bateaux, péniches, sur la Saône, en contrebas…

Prenez droit devant vous, la rue Mazarik, jusqu’à revenir place de Paris, en face l’église Notre-Dame de l’Annonciation. Dernière petite halte d’écoute sur le parvis, pour voir ce qui à, ou non changé à l’oreille depuis votre départ.
La boucle sonore est alors bouclée !
Vous pouvez la réempruntez à d’autres moments, plus tôt, plus tard, un jour de marché (Mercredi samedi et dimanche matin, de jour, de nuit…) J’avoue avoir une préférence pour la nuit, juste après la tombée du jour.

 

Parcours online : https://www.calculitineraires.fr/index.php?id=872401#tab-Export

 

332066324_ebaf5de499_o_d
Gare de Vaise nocturne

 

1211902014_d6fd86d025_z_d
Passerelle Mazaryk
quai-du-commerce
Stade Joseph Boucaud – Gare d’eau

Audiobaladologie, une démarche de l’indicible

20170320 - Explo axe 3e - 9e 040
 
 
 
L’Audiobaladologie est une esthétique nomade, se revendiquant comme non matériellement tracée.
Elle m’amène ici à penser mes marches dans une éthique sensible, qui écrirait une forme de charte à l’adresse du marcheur écoutant.
 
 
« Ne laisser comme traces que son empreinte éphémère sur la boue des pavés et des champs.
 
Ne laisser comme trace que quelques sons cueillis, quelques mots couchés, quelques images glanées, quelques récits colportés.
 
Ne laisser comme traces que la ou les mémoires kinesthésiques, celles du vent, des tiédeurs ou froidures, des courbatures du corps, des gestes répétés, transes physiques de paysage en paysage…
 
Ne laisser comme traces, si nécessaire, que le croquis griffonné de lignes et de courbes, de signes et de légendes polysémiques.
 
Ne laisser comme traces que le ressenti auriculaire, les sensorialités bues à fleur de peau dans nos marches intimes.
 
Ne laisser comme traces que la mémoire des belles énergies croisées sur le chemin.
 
Ne laisser comme traces que le tracé intérieur, intime, des sentes et avenues parcourues, y compris dans toute sa fragilité de l’incertitude.
 
Ne pas apposer de marque pérenne.
 
Ne pas ajouter de couches sonores hégémoniques, ou même discrètes, si ce n’est le son éphémère de sa voix, de ses chants, de ses pieds foulant des sols multiples.
 
Ne pas avoir peur du vide, du désœuvrement, de l’apparente inaction, de la production qui se défie de la matérialité comme norme incontournable de faire et de garder trace.
 
Accepter le silence, y compris et surtout pour tout ce qu’il est de bruissonnances.
 
Ne pas imposer une géographie par trop cartésienne.
 
Ne pas tracer le chemins en sillons, en ornières incontournables, se laisser des marges de liberté dans des parcours que trop de contraintes verrouilleraient.
 
Ne pas imposer sa présence, garder une juste place de marcheur écoutant amène.
 
 
 
 
20170320 - Explo axe 3e - 9e 056
 
 
 
 
20170320 - Explo axe 3e - 9e 028

Explorer les seuils, une marche Vénissianne

seuil_670
©Claire Daudin

Claire Daudin, artiste plasticienne marcheuse, nous convie, lors d’une sortie de résidence artistique à lEspace d’Arts Plastiques, à une traversée Nord-Sud de la ville de Vénissieux. Une quinzaine de kilomètre à pied, en mode urbain et périurbain, pour arpenter les seuils de la ville. Seuils que l’artiste à découvert avec la complicité des habitants qui l’on emmené marcher à Venissieux.
Ces résidents, avec l’équipe du centre d’art et quelques curieux, lui emboiteront le pas, dans cette sortie de résidence singulière, tout en mouvement.
Les seuils sont multiples, nous le constaterons, des plus imposants au plus modeste, minimaux, quasi invisibles, imperceptibles.

Limites de la ville, lisières parfois affirmées et parfois ténues, voire indicibles, pas de porte où l’on échange entre le dedans et le dehors, y compris comme des espaces symboliques ou métaphoriques, lignes de tram, entrées de métro en espaces de télétransportation qui nous emmènent rapidement au centre de Lyon, vieille ville industrielle et post industrielle, immense cité des Minguettes des années 60, marchés, zones commerciales, écoles, périphériques franchis par dessus et par dessous, chantiers, jusqu’à la petite bordure de trottoir qui vient entraver la circulation d’un fauteuil roulant, les seuils nous montrent une ville qui ne cesse de se redessiner.

Autant de riches sujets d’échange lors de cette marche urbaine, dans une ville d’ailleurs déjà connue pour une longue déambulation historique, celle pour l’égalité et contre le racisme (1983), rebaptisée Marche des beurs.

Je laisserai ici à Claire l’exploration plastique et kinesthésique, et la construction de ses récits des seuils, d’entre-deux, sur lesquels elle a œuvré plusieurs mois durant, et qui lui a permis de rédiger un blog carnet de notes avec textes et photographies à l’appui.

52263823_10155713926640672_5540326800443310080_n

Ce jour là, j’avais pour ma part décidé, en contrepoint au travail de Claire, de tenter de comprendre si un seuil était décelable à l’oreille, et si oui, comment le retranscrire par la captation et le montage sonore. Un seuil est-il (aussi) auriculaire, acoustique, sonore ? Les ambiances écoutées au fil de cette marche tracent-elles des lisières, dessinent-elles des espaces, des passages, des contrastes, des fondus progressifs, des îlots, des porosités, des fermetures, des sas… ?
Bien sur, à force de promener mes oreilles urbi et orbi, j’avais déjà une petite idée de la chose. Néanmoins, sur cette longue traversée, pourrais-je, avec les autres marcheurs, construire une trace audible qui confirmerait, infirmerait ou nuancerait l’idée de seuils acoustiques ?

J’allais donc, micros en main, capter non pas l’intégralité de la marche, mais ici et là, de petits espaces-temps qui me semblaient significatifs. La ville quadrillée de ses axes de circulation, où s’infiltrent parfois de façon virulente et intrusive, voitures et autres engins motorisés, y compris sous-terrains. Ville ponctuée de voix, les nôtres, d’autres, de travaux, d’activités diverses, d’oiseaux, même en cette période hivernale, des bruits de pas, des commentaires, de questions… Un patchwork sonore montrant une cité multiple, complexe, parfois bouillonnante, parfois apaisée, parfois dans un entre-deux.

La réécoute des sons enregistrés me confirme qu’ils y a bien des espaces sonores qui font seuils, qui font entre-deux, qui font coupures, qui font transition, donc qui font sens.
Émerger d’un chantier, traverser une immense cité d’habitations, la regarder du haut d’un tertre enherbé, y assister au nettoyage d’un imposant marché achevé, se tenir sous un pont au cœur d’une circulation tout autour et au-dessus de nos têtes… des expériences sensorielles parfois déroutantes, mais qui nous font cheminer de l’oreille dans les méandres urbains. On passe parfois très rapidement d’une ambiance à un autres, seuils de coupures où tensions et apaisement se succèdent au fil d’une urbanisation chaotique, incertaine, surprenante.

Comme souvent, j’ai pris le parti ici de ne pas suivre un trame purement chronologique. Le parcours est revisité plutôt comme une forme de partition sonore discontinue qui, si elle reste assez fidèle à l’esprit des lieux, est réagencée pour nous faire sentir des seuils montrant une ville sans cesse en mouvement, à la fois tonique, parfois oppressante et parfois plus intime, où des oasis de calme installent des espaces de vie quiets, des proximités rassérénantes.

Les seuils, pour qui apprend à les déceler, nous font jouer avec les marges. Ils nous autorisent, notamment en marchécoutant, de prendre du plaisir à les appréhender, à les reconstruire, espaces hétérotopiques, urbanistiques, sensibles, esthétiques, sociaux, à fleur de tympan.

En écoute

 

51940873_10155705025440672_5979740334651867136_n
©Claire Daudin

Invitation à la marche/danse

13686737_715084088629558_1122443980979311835_n
©Clare Qualmann

Parfois, j’ai l’impression que les danseurs marchent et que les marcheurs dansent.

Je crois percevoir que les frontières en mouvement du corps marcheur danseur ambulateur sont ténues, que le paysage écouté s’y prête, que l’arpentage nous mesure au territoire tracé de nos propres pas, que notre corps-oreille se déploie jusqu’à la pointe de nos doigts et pieds…

Sans doute plus qu’une impression…

Tôt de travers

aaiaaqdgaaoaaqaaaaaaaau5aaaajda5mjaymtuwlthjy2mtndiyyy1iogyyltqyyzm1yme1zjnmnq

Oreille en poupe, il se prit à écrire la route
et se prit au pied de la lettre
se prit les pieds dans le maquis
puis tomba dans le faussé
où se noient des mots passants
rien ne sert de pourrir
il faut mourir à point
c’est un point de côté
il, ses souffles
cahots tandis vaguant
sur des routes cinglantes
comme ornière vicinale
marche arrière incommode
si ce n’est un possible
impasse cible et quiet pied
dans le mur tôt ça va droit
mais de quoi il semelle
on emboite son pas dévisse
lignes d’eau rhizomes des rives
un marcher de dupes
tromperie sur le pays sage
montrant le rang donneur
celui en première ligne
de page ou de combat
l’affleure à la baille honnête
pied à terre face affaisse
il lui faut tranchées
tailler des fentes à seins
quand même le corps se pointe
et pas qu’à danser
le pied ne se prend plus écoute que côute
pour qui se prendrait-il
il pèle, rit, nage, prend cors
mal chaussée dure à cuir
marche en et crabes bouillants
les clos portent des chemins
le premier pas n’écoute que son court âge
car très bûche dorée d’un bois
seuil au monde d’entrée de je
il en dit cap sans pied marin
au pied des stalles, en cœur
encore au bord des lèvres
nous n’en n’avons pas guerre
plié en restant de boue
si dans la marche force est
dont la chaux sûre brûle
la trace fond, chemin faisant l’eau raye
le goût des rances s’opère faute d’heureux pères.

PAS et Marchécoute, du sensible à l’intellect, et vice et versa

14C

 

Les PAS – Parcours Audio Sensibles, où les actions de marchécouter procèdent de deux logiques à la fois singulièrement différentes et somme toute complémentaires.

La première, à fleur d’oreille et de corps, convie l’écoutant à vivre une expérience sensible, à la fois silencieuse et bruissonnante, une action-performance lente, liée à une esthétique minumentale, versus monumentale.

La seconde est de l’ordre du diagnostique territorial ambulant. Qu’est-ce qui “sonne bien”, ce qui “dissonne” ? Pourquoi ? Comment je m’entends avec ma ville, et ailleurs ?

Ces deux approches génèrent chacune des postures physiques est mentales appropriées, parfois nettement différenciées.

Elles peuvent être envisagées séparément, soit l’une soit l’autre, alternativement, l’une puis l’autre, ou simultanément, l’une et l’autre, selon les projets de départ.
Croiser ainsi deux modes opératoires via la marche et l’écoute nous amène à de nouvelles formes d’écritures où la spontanéité sensorielle vient se frotter à une forme d’analyse intellectuelle, sans forcément savoir si, dans une exercice de concomitance, l’une prendra ou non le pas sur l’autre, ni laquelle.

Ces formats que j’ai, plus ou moins inconsciemment parfois, tenté de séparer, tiraillant ma démarche entre l’expérience paysagère plutôt pragmatique de ma formation initiale et celle de musicien qui s’y est constamment superposée, retrouvent ici un terrain d’entente quasi pacificateur. Ils offrent une sorte de réconciliation entre deux pôles, une confrontation fertile clairement assumée, permettant de choisir un ou plusieurs modes d’actions contextuelles, ad hoc, selon les publics, les lieux, les états d’esprit du moment, les objectifs initiaux…

Le sujet est néanmoins encore assez vierge, et reste pour moi creuser pour aller plus loin dans l’expérience de terrain et la réflexion inhérente à ces marches-démarches.

 

13C

PAS – Parcours Audio Sensibles et Marchécoute, des générateurs d’émotions contemplatives

gilles-malatray_parcours-audiosensible-gare_city-sonic_art-sonore_transcultures-2016-1170x777

Un PAS – Parcours Audio Sensible, une Marchécoute doivent chercher l’empathie territoriale, sensitive, parfois transcendée via une forte charge émotive. Quitte à assumer une subjectivité à fleur de peau et de tympan. Ne pas ressentir une affinité pour le terrain, ses ambiances sonores, visuelles, lumineuses, olfactives, kinesthésiques, c’est risquer de passer à côté de tellement de micros événements, ceux qui donnent tout le sens, l’essence de la marchécoute.

…Une nuit, un lieu sombre, un commerce encore ouvert, un groupe qui devise en sirotant des bières, des espaces résonnants…Nous jouons les voyeurs auditeurs dénués de toutes mauvaises intentions, si ce n’est que d’emprunter quelques bribes sonores dans la chaleur d’une nuit d’été pour écrire notre histoire…

Marcher pour trouver des aménités, ce n’est pas refuser l’inhospitalier, c’est lui trouver son pendant, comme une réponse en négatif, un miroir ou un écho généreux. Je me sens souvent comme électrisé par l’immersion auriculaire que je mets en place par la marche, l’écoute, le déploiement d’antennes sensorielles qui vont puiser les sucs invisibles de la cité comme de la forêt. Je me nourris de mille détails qui mettront en branle mon récit.

…Une sente qui s’enfonce dans un espace indéfini, aux lisières de la cité, couloir vert habité d’oiseaux pépiants, espace abandonné, ou pas encore colonisé par l’excroissance citadine, espace fragile, entre les rumeurs de la ville et les abords d’une campagne voisine, entre-deux incertain et de ce fait attirant…

Marcher pour se sentir vivant, les corps animés d’une jouissance à pousser les pieds et les oreilles vers les frontières du tangible, de l’audible, vers d’autres corporalités en mouvement, vers l’in-habitude chronique des lieux sonifères. L’altérité est comme une rencontre permanente, laissant venir au marchécouteur les rumeurs les plus tenaces comme les douceurs sucrées de sonneries et autres tintements campanaires.

…Une traversée, elle aussi nocturne, d’un très ancien hôpital, des voûtes, jardins intérieurs aux fontaines accueillantes, des charriots qui émergent en ferraillant de ces couloirs enchevêtrés, les ronronnements de distributeurs de boissons, les souffles rauques d’une multitude de ventilations cliquetantes… Une cloche sonne au loin. Une science-fiction estivale, post Tarkoskienne…

La géographie des émotions, des sentiments, n’est pas chose délétère, mais source de plaisirs vagabonds, d’expériences sociales, humaines, affectives, tant avec les lieux arpentés qu’avec les êtres qui les parcourent, habitent, aménagent, racontent…

…Une balade de banc en banc, fabriquant des affûts auriculaires, espace matérialisés où s’assoir devant, au centre, contre, derrière, des scènes sonores dessinent un parcours singulier, des haltes comme des oasis sonores, accueillant le flâneur urbain avec tout l’égard qui lui est dû…

La marchécoute ne peut pas être simple outil d’analyse, d’expertise, carnet écritoire et réceptacle de données, elle doit remuer des émois, exalter des forces vives, riches en sons en couleurs, exacerber des ressentis, peut-être des résistances, comme une symphonie vibrante d’une orchestre chauffé à blanc…

…Une traversée d’un gigantesque marché à Tananarive; tout y est pour moi démesure, l’espace, la foule, les couleurs les odeurs, les sons… Je m’y noie avec au départ une certaine apréhension, puis avec allégresse. J’avale de tout mon corps ce maelström sensitif, ce torrent sensoriel, qui laisse pantois le primo promeneur que je suis, et marquera à vie ma mémoire, aujourd’hui encore stupéfaite…

La Marchécoute doit être une forme d’abandon, d’acceptation de l’imprévu, de l’irrationnel, du trivial, comme objets de surprises tonifiantes. Il nous faut quitter les sentiers rebattus pour les chemins de traverse canailles, ou bien alors avoir un regard/écoute qui va creuser notre connaissance des lieux, jusqu’à lui donner une autre consistance, une autre vie, une perception chamboulée, une remise en question du beau et de ce qui pourrait ne pas l’être, une exaltation de celui qui se défait pour refaire autrement, auraient dit les situs.

…C’est un long tunnel urbain, humide, sauvage, ténébreux, où coule une rivière, où les sons et les lumières paraissent, dans l’étalement, dans la durée, surréalistes, où le corps expérimente le passage avec la curiosité d’un explorateur qui ne risque pas de se perdre, juste de s’étonner d’être là, de vivre ce moment hors du temps où des ombres et des voix flottent sur sa tête, tout étourdi de vivre la ville dans ses dessous cachés…

La Marchécoute doit souder un collectif, ou tout au moins affirmer une action collective, une communauté d’oreilles grandes ouvertes, prêtes à ausculter les recoins du paysage sans a priori discriminant. Un guide écoutant est en mesure de proposer des espaces de contemplations auriculaires, une forme de visite tel un musée de l’écoute en plein-air, où les œuvres seraient sérendipitiennes, ou l’état contemplatif serait accentué par la valorisation d’une esthétique relationnelle – telle que la conçoit et défend Nicolas Bourriaud.

…Plus de trente personnes mirent presque deux heures, en nocturne, pour descendre les pentes de la Croix-rousse, lentement, très lentement, zigue-zaguant, en silence, s’arrêtant, traversant des terrasses de bars, des jardins publics, s’asseyant ici ou là sur des bancs, s’offrant aux regards étonnés des promeneurs croisés, bousculant les ambiances, passant d’ouvertures en fermetures spatiales, de rumeurs en sonorités ténues… Le groupe y résista, se solidifia, fit corps, et oreilles, adopta et partagea un rythme quiet de déambulation, des points d’ouïe mettant en scène le moindre son. Peu de consignes, beaucoup de postures non injonctives, plutôt généreusement proposées…

Je pratique et propose une écoute, ou plutôt une collection d’écoutes manifestes, volontaires, assumées dans un mixage esthético-écologique, ou plutôt écosophique, des cheminements avant tout sensoriels, souvent réfléchis par la suite, des constructions-traces mémorielles ne prétendant pas être la réalité environnementale, plutôt un faisceau de fausses ou de réalités biaisées de subjectivité, et pourquoi pas de pures inventions… Mais je doute que les pures inventions naissent ex-nihilo, le terrain, le vivant, l’arpentage, abreuvent sans cesse les récits, d’autant plus riches si collectifs, s’ils sont notre. Je construis également des collections de chemins, de terres sonores, de promenades, de rencontres, d’échanges, d’autre-parts itinérants, salons à la fois publics et intimes, au bord d’une route, d’un sentier, d’une place, d’une clairière… En duo ou en groupe, l’échange et la partage, le plaisir de faire, de se glisser dans l’espace sonore, y compris silencieux, sont les maitres mots.

Des lieux anachroniques déportent nos habitudes; parkings souterrains, terrasses de hautes tours, tunnels, chantiers, églises, impasses, gares, centres commerciaux, chemins et rivages obscures, forêts en nocturne… Ce sont des lieux de décuplement sensoriels, amplificateurs d’émotions, vecteurs de contemplations, prêtons leurs l’oreille, suivons des guides passionnés de curiosités en marge du rassurant, en marche jubilatoire et communicative…

Si nous considérons que les choses étant ce qu’est le son, il nous faut parfois aller à la limite de perdre connaissances pour remettre à neuf des modes perceptifs décuplés. Cent fois sur ton sentier tu remets ton courage.

A bon machécouteur salut !