PAS – Parcours Audio Sensibles dans le Haut-Bugey

40635155_2124253930918324_6290376116372766720_n

Une résidence Tiers-lieux, workshop d’une dizaine de jours dans le Centre d’Art Contemporain de Lacoux
Une problématique autour de l’Anthropocène
une fin de plateau montagnard en éperon saillant, dominant une profonde faille jurassique
des forêts, cascades, prairies
un camping sauvage
une yourte,
25 artistes de France, Belgique, Allemagne, Maroc
un souffle de folie, jour et nuit (ou presque)
des dessins, sculptures, ondes sonores
des performances
des mises en scène du vivant, du végétal
deux marches sensibles, vibratoires
deux marches où écoute(s) et graphies s’entremêlent
du lâcher-prise
la conscience de la mère nature
de soi
de l’autre
des ondes circulantes
une collecte de sons
de silences, de mots
de gestes
d’expériences kinesthésiques
de matières
de lumières
de rencontres
de croisements
d’hybridations
une profonde écoute
de ressentis parfois exacerbés
des échanges fertiles
humains
profondément humains
une aventure collective
d’une rare intensité
presque hors du temps.

 

Des images

44144327732_f4ed4eb91f_z

 

Encore des images

 

Publicités

PAS – Parcours Audio Sensibles, des phrases et des images

c6175318-2c4b-48c3-b175-865f9fbefc40-original

Je ne suis jamais aussi heureux que lorsque mes oreilles et mes pieds arpentent, avec de nouvelles personnes, de nouveaux cheminements. Mais les retrouvailles de lieux et de gens, les re-parcours qui ne cessent de m’étonner, de me surprendre, sont aussi exaltants.

 

40635155_2124253930918324_6290376116372766720_n

« Je suis le souverain de tout lieu que j’arpente, mon droit en cela n’est pas à discuter » Alexander Selkirk – Cité par Henry David Thoreau – Walden

 

 

40645970_2124205454256505_3005313518955134976_n

« Chaque lieu où je m’asseyais était un lieu où je pouvais vivre, et le paysage irradiait autour de moi en conséquence » Henry David Thoreau – Walden

 

 

40895917_2126481094028941_2036569922921824256_n

Il me faut marcher avec les autres, conteurs, poètes, plasticiens, performeurs, théâtreux, écologistes, urbanistes, sociologues, écouteurs, paysagistes, ou tout simplement marcheurs… Il me faut marcher avec les autres pour comprendre la teneur de mon propre projet et peut-être un peu mieux la façon de le forger. Il ne s’agit pas là de trouver une inspiration, un éclair de génie, de nouvelles explorations reproductibles, mais de partager des moments de rencontre, des situations, des contextes, de chercher l’esprit de la marche, de l’écoute, tout au moins celui auquel j’aspire.

Paysages toniques, micro récits auriculaires

Projet Titre à venir
Haut plateau du massif du Bugey

Centre d’Art Contemporain de Lacoux – 16/27 août 2018

43286532505_17a5267279_k_d

Lundi 8H15
Brume
Une brume effilochée, et pourtant tenace, court sur les arêtes boisées des combes environnantes.
Durant de longs moments, seul un vent tonique se fait entendre, déversant par à-coups une fraîcheur à la caresse par trop revigorante.

Mardi 6H30
Dialogue
Deux buses invisibles devisent, l’une dans une futaie en contre-bas, face au banc sur lequel je suis assis, l’autre à l’orée de la forêt, à flanc de coteau, juste derrière moi.
Elles entament un dialogue matinal, joute de cris-réponses perçants, entrecoupés de silences
qui tracent une ligne d’écoute quasi stable.
Je suis un point d’écoute focal, médian entre les deux rapaces bavards.

44196362921_46ff419d80_k_d

Mercredi 8H30
Rituel
Chaque jour ou presque, dans le champ voisinant notre campement, un rituel sonore se répète à mes oreilles.
Progressivement, une «enclochatement » paysager se fait entendre, poudrant la prairie de droite de tintements malicieux.
Le troupeau de chèvres de notre hôte s’installe en gambadant, parfois caché dans les prémices de la forêt, parfois courant à notre rencontre.
Ces animaux au regard malicieux et aux mouvements tintinnabulants nous font rentrer dans le vif de la matinée, si ce n’est de la journée.

Jeudi 7H30
Retournement
Ce matin là, le vent a tourné, et le paysage sonore semble avoir subi une révolution auriculaire conjointe.
De nouvelles sources sont ainsi apparues, mécaniques, en quasi opposition avec la quiétude pastorale visuelle.
Une carrière invisible, derrière la colline, assène des chocs métalliques au paysage, qui viennent buter en sourds échos dans le foisonnement de la forêt.
Ils jouent à tromper sournoisement la, notre perception des espaces sonores.
A ne plus savoir qui est l’écho ou la source initiale, comme matrice énergétique acoustique.

44196361931_227d9e4389_k_d

Vendredi 10H
Apparition – disparition
Je marche, nous marchons au fil d’une rivière, ou torrent, ou les deux.
A son extrémité, ou début, elle s’achève, ou nait au grand jour, tout en haut d’une falaise en imposante cascade jaillissante.
Sur le sentier capricieux, l’écoute nous joue des tours.
Au gré d’un dénivelé, d’un détour boisé, d’un obstacle minéral, des basculements incessants, glissements ou cassures acoustiques scandent un paysage aquatique en continuel évolution.
La rivière joue à cache-cache, je l’entends, elle disparait de mon champ auditif, puis revient, puis s’en va, se rapproche, s’éloigne, semble loin, puis toute proche… Méandres d’écoutes.

samedi 16H
Récurrence
Un groupe d’une dizaine de personnes entament un PAS – Parcours Audio sensibles aux alentours du village de Lacoux.
Marcher lentement, faire halte sur des points d’ouïe, écouter ensemble, les règles sont toujours très simples.
Au départ, une fête, repas villageois au lointain; puis une sente forestière; un silence presque (trop) parfait.
Le sentier nous ramène au-dessus du village où la fête en contrebas nous revient à l’oreille, invisible, claire, un brin fantomatique. Nouvel estompage sur le chemin du retour. Réapparition fugace à l’approche du centre du village, comme un yoyo sonore.

Dimanche 8H
Réminiscence
Le séjour touche à sa fin, le village s’ébroue, s’éveille doucement, très doucement, dans une fraîcheur automnale. Bientôt, les randonneurs arriverons. Bientôt, l’oreille reprendra sa place urbaine, avec l’empreinte prégnante de cette résidence montagnarde en contrepoint, tenace et douce réminiscence.

 

43290440765_b7a1cb78d6_k_d

Point d’ouïe Titre à venir, Prémices en banc d’écoute

p1200397

Premier jour sur place pour les trois ou quatre premiers arrivants au workshop Titre à venir#5.
Nous procédons à l’installation de nos toiles de tente dans un site magnifique, un coteau à flanc de forêt dominant une combe peu encaissée et assez étroite, loin de toute habitation, espace de calme s’il en fut, acoustiquement, autant que visuellement; un oasis en espace naturel, montagnard, au sein des les haut-plateaux du massif du Bugey, entre forêts, combes, reculées et falaises un peu plus bas; une douce rupture avec l’urbanité Lyonnaise nous avons quittée ce début d’après-midi.
C’est dans cet espace de camping joliment sauvage que nous installons notre campement pour la dizaine de jours qui vont suivre.
A nuit tombante, ce beau moment si joliment nommé entre chiens et loups, nous marchons du Centre d’Art Contemporain de Lacoux, là où nous travaillons, vers notre campement, un peu plus haut, à près de deux kilomètres, effectués en devisant, sans nous presser.
Nous arrivons avec la nuit.
Un banc, que j’ai installé devant la combe dans l’après-midi nous accueille, sereinement.
Une halte pour notre trio, après cette petite marche de fin de journée.
D’un commun accord, sans rien nous dire, nous nous installons sur ce banc; nous nous installons également progressivement dans le silence; ou est-ce le silence qui s’installe en nous ?
Instant magique.
La lumière tombante, les ombres paysagères et les sons, même les plus ténus, prennent alors une place imposante, nous incluant dans ce décor, comme des guetteurs, à l’affut du moindre signe-bruissement, mais aussi rêveurs noctambules, s’enfonçant dans une quiète rêverie.
Cette posture de banc d’écoute, que j’affectionne tout particulièrement, mais qui reste assez rare dans une action commune, non préméditée, renforce un geste sensible, et surtout collectif.
Nous partageons, en silence, des ressentis, une forme de douce extase sensorielle sans doute, tels des randonneurs habitués à marcher ensemble de longues heures, au même rythme, sans mot dire, mais dans une forme de communion intime et quasi secrète pour le non initié, pour celui qui en est extérieur.
Nous ne savons pas combien de temps va durer cette scène, n’osant pas rompre ce silence qui laisse place à tous les micros bruits ambiants, chien au loin, rapace nocturne, feuilles qui chutent presque imperceptiblement du grand tilleul voisin, sans oublier deux voitures et quelques avions, comme pour nous rappeler notre appartenance à la civilisation contemporaine. Rien d’agressif toute fois, même les moteurs semblent un brin ouatés pour ne pas trop perturber, déranger, un paysage nocturne toute en rondeurs apaisantes.
Après avoir vérifié, c’est un peu plus d’une heure que nous avons passée sur ce banc, où la perte de repères temporels a gommé toute notion du temps écoulé, et construit un paysage qui aurait pu être ici comme à des milliers de kilomètres.
Et si la fraîcheur montagnarde, allant de paire avec l’épaississement de l’obscurité, n’avait pas mis fin à cette séquence impromptue, qui sait jusqu’où nous aurions poussée une forme de performance perceptuelle, aiguisée par le jeu de l’épuisement.
Je poursuivrai une heure encore, en solitaire, cette station d’écoute, jusqu’à ce que la fatigue me gagne, et me fasse sombrer dans un sommeil encore bercé de cette envoûtante ambiance.
Une très belle entrée en matière pour un workshop où le sensible est au centre de beaucoup de nos pratiques, dans un cadre qui devrait nous réserver encore beaucoup d’agréables surprises. A nous de les laisser venir et d’en tirer une matière que, malgré tous les plans que nous avons pu tirés en amont, reste encore sujette au micro événement non programmé, aux phénomènes inattendus, diraient certains philosophes de la perception.
A suivre…

Point d’ouïe, paysage qui cloche

Carillon Vaise

C’est un concert de carillon, église Saint Pierre aux liens de Vaise, Lyon 9e, dimanche 12 août 2018.

800px-c389glise_saint-pierre_de_vaise_-_cc3b4tc3a9_sud-ouest

Il fait bon, un public assez nombreux est venu dans le petit jardin du presbytère, endroit isolé de la circulation, juste sous le clocher où chanteront les dames d’airain, 12 au total. Beaucoup d’habitants du quartier Vaisois ne connaissent d’ailleurs pas ce petit carillon caché tout en haut de la chambre des cloches. Il faut dire que, contrairement aux régions Nordiques, aux Flandres, les carillons Lyonnais se font hélas très discrets et sonnent de plus de plus rarement. le grand carillon de l’Hôtel de ville centrale, fort de ses 65 cloches est pourtant un instrument remarquable ! Raréfaction des carillonneurs sur la région, grogne des empêcheurs de sonner en rond, un peu des deux…

Le maître carillonneur Valenciennois Gilles Lerouge* sait parfaitement tirer partie du  petit carillon de Vaise, jonglant avec brio pour garder la mélodie au plus proche de sa source en évitant habilement les notes manquantes. Son jeu est tout en nuances, de Morricone à Bach en passant par des chansons traditionnelles Françaises, sans oublier le « P’tit quinquin », hymne national populaire du Nord.

Les cloches, je le dis souvent, sont de véritables instruments de musique et qui plus est, une des plus belles et anciennes installations sonores en espace public. A ce titre, elles méritent non seulement toute notre attention,mais qu’on les défendent de ceux qui voudraient les faire taire, préférant sans doute laisser plus de place au  bruit des voitures.

Chaque fois que j’entends un carillon, ou même une cloche égrener ses notes d’airain, je tends une oreille réjouie vers ce joyeux remue-ménage aérien, qui vient joliment réveiller le paysage de ses nappes sonores bienveillantes,  n’en déplaise à certains.

 

*Gilles Lerouge est né à Valenciennes le 22 octobre 1959
Co-titulaire du carillon de Saint-Amand-les-Eaux, dans le Nord.Gilles Lerouge commence le carillon dès l’âge de 10 ans à Saint-Amand-les-Eaux. Il obtient, à Valenciennes, le Premier Prix de solfège et piano et entre à l’Ecole Française de Carillon. Il obtient le diplôme de Maître-Carillonneur en 1991. Gilles Lerouge est Directeur de l’Ecole Municipale de Musique et de l’Harmonie municipale de Saint-Amand-les-Eaux (Nord) Musicien professionnel en formation de jazz, il est le grand spécialiste du répertoire de jazz. Sources http://asso.nordnet.fr/arpac/carillon/interpretes.htm

 

JEU ÉCOUTE – Espaces – postures

Promeneur écoutant toujours inassouvi, quelques questions se posent à chaque PAS – Parcours Audio Sensibles, remettant en question mes façons de faire, selon les sites investis.

Qu’elle est la place de mon corps écoutant dans l’espace ?

Comment je place, déplace, mon corps écoutant dans l’espace ?

Comment l’espace propose à mon corps écoutant des postures qui « vont de soi » ?

Il est évident pour moi que la balade sonore, silencieuse, le PAS – Parcours Audio Sensible, ne sont en aucun cas des finalités. Ils sont plutôt des moyens d’action, des supports – dispositifs d’écoute, y compris et surtout à oreilles nues, des invitations à rencontrer le Paysage, le Monde, l’Autre, par le seul fait de tendre l’oreille, et d’avoir l’oreille tendre.

La question de la posture, je marche, je m’allonge, je m’adosse, je longe, je traverse, je m’assois, je suis avec l’autre, les autres… est au centre de l’écoute, et se construit pour, dans et avec l’espace.
Espace personnel, espace commun, singulier, physique, mental, autant de strates hétérotopiques que le corps traverse, et qui traversent le corps.

Le mouvement, le geste, la posture, la façon d’investir les lieux, vont créer un terrain propice pour entrer en vibration avec les lieux, trouver des résonances sympathiques, activer des empathies, partager des aménités, mettre l’écoutant en position de récepteur actif.

Trouver la bonne cadence, le moment opportun où s’assoir, le geste qui va caresser, effleurer, tendre la main, mettre en perspective le regard et l’oreille, implique d’avoir conscience d’une très forte adéquation entre le corps et l’espace, ou pour citer Perec, les Espèces d’espaces.

Le geste chorégraphique est sans doute celui que je sens le plus proche de ma façon d’appréhender l’écoute, bien que n’étant pas personnellement, tant s’en faut, un danseur digne de ce nom.
C’est d’ailleurs à ce point que peuvent se jouer des rencontres où chacun amène ses compétences pour enrichir mutuellement les expériences auriculaires, en croisant des sensibilités et savoir-faire, de façon à trouver des réponses et des enrichissements circonstanciés.

L’œil du photographe, du vidéaste, ou la maîtrise d’un paysage par le coup de crayon d’un artiste dessinateur, peintre, posent également d’autres repères, des représentations qui peuvent mettre l’oreille et la pensée dans des situations inédites, inouïes, en créant des stimuli dynamiques décalés.

Tout ce qui peut élargir le jeu, stimuler des postures qui me placent et me font agir au cœur même de l’écoute, de la construction de paysages sensibles, m’entraine à pousser plus avant mes pérégrinations d’un corps-oreille en quête de belles écoutes.

J’ai collecté ici une petite série d’images qui présentent ou me suggèrent des cheminement possibles. Et il y en a tant ! Tant d’autres possibles !

 

IMG_5617

Le dossier images par ici

 

Avant PAS, pré-ambulation

Les PAS – Parcours Audio Sensibles que je préfère sont ceux que j’ai pu préalablement murir sur le terrain, le temps de l’arpentage, le plus long que possible, précédant leurs versions publiques.

C’est dans ce premier repérage où je me joue des surprises et autres impromptus, au détour d’un carrefour, ou je crée du détournement de sites par trop emblématiques, pour en montrer/faire entendre l’envers du décor, fut-il sonore. Traverser une place historique, monumentale, pour en visiter son parking souterrain est un gentil contrepied que ne peuvent se permettre les guides conférenciers du patrimoine, moi si, et qui plus est avec grand plaisir !

C’est là où les préludes à la marche finale, solitaires ou accompagnés, sont des hors-d’œuvres savoureux, et je trouve ici cette expression tout à fait bienvenue, carte en main, ou se fiant à ses seules oreilles livrées sans contraintes à l’espace investi.

Ce sont dans ces pré-ambules que les PAS trouvent leurs rythmes, leurs cheminements, même approximatifs, leurs histoires, dans cette maturation féconde. Et ce y compris dans des lieux que je connais, ou crois connaitre très bien.

Mise en jambe, mise en oreille, en écoute, pré-installation du parcours sonore, j’amorce ce qui deviendra par la suite une construction mobile, éphémère et partageable.

Pour cela, il me faudra sans doute jouer de l’errance, du désordre (et Dieu sait si je suis capable du pire désordre) sans chercher à cadenasser le parcours dans un préconçu mode touriste qui doit voir, passer par, admirer, ne pas rater…

Si au fil du temps et des PAS, il me semble avoir retenu une idée pertinente, c’est qu’il ne faut surtout pas que j’impose mes points de vue, d’ouïe, aux espaces et aux moments, mais que je fasse confiance à l’esprit des lieux pour guider mes cheminements, gestes d’écoute et postures. Quitte parfois à les contredire pour mieux m’y frotter.

Et c’est lors de préambules encore informels que je peux oser et tenter beaucoup de choses, dont certaines viendront tisser la trame du parcours en gestation.