Journées d’étude – Les promenades sonores et chorégraphiques en question

Vendredi 12 et samedi 13 janvier 2018
CND (Centre national de la danse, Pantin), studio 14

Journées Promenades 12-13_01_2018

L’histoire des artistes marcheurs au XXe siècle s’est principalement tournée vers les pratiques performatives d’artistes visuels : elle va de dada aux artistes du Land Art en passant par les surréalistes ou Fluxus, jusqu’à des artistes contemporains tels Francis Alÿs, Sophie Calle ou le collectif  Stalker. Si cette histoire s’est volontiers articulée à la littérature, notamment à travers la figure du flâneur, elle intègre rarement les démarches des compositeurs et des chorégraphes.
Réunissant artistes, musicologues, chercheuses en danse, géographes, philosophes, ces journées d’étude interrogeront la marche (solitaire ou collective) en relation avec la création sonore ou chorégraphique : comment penser la dimension « hodologique » (du grec hodos, chemin) de l’art, c’est-à-dire le caractère situé d’une expérience esthétique dont la saisie perceptive implique le déplacement du spectateur-marcheur ? Comment y articuler les notions de milieu, de paysage d’ambiance et d’écoute ? De quelles façons ces œuvres instaurent-elles un lien spécifique avec le contexte de leur effectuation ? Y a-t-il des logiques de composition commune à l’art hodologique ?
Quelle écologie perceptive est en jeu dans l’expérience esthétique multimodale d’une œuvre hodologique ? Quelles méthodes d’analyse spécifiques de tels objets d’études engagent-ils ?
Organisation : Julie Perrin (Université Paris 8, IUF), Nicolas Donin (STMS, Ircam-CNRS-UPMC)

Vendredi 12 janvier 2018 / 13h-18h
Studio 14 (3e étage du CN D)
13h Introduction par Nicolas Donin et Julie Perrin
SESSION 1 : EXPÉRIENCES ESTHÉTIQUES EN MOUVEMENT
13h30 Elena Biserna Marche et pratiques sonores et musicales in
situ. Lire et réécrire les milieux urbains
14h15 Alix De Morant Étendues, sillages, ponctuations : Terrains,
temporalités et pratiques de la marche en danse
15h Bastien Gallet Marcher dans les sons : pratique et esthétique
de la marche sonore

/ 15h45 : Pause /

16h Joanne Clavel Expériences de natures : les treks danse comme
dispositif de médiation
16h45 Gilles Malatray Points d’ouïe et Parcours Audio Sensibles –
dialogue avec Elena Biserna
17h15 Jean-Luc Hervé De l’auditorium au plein air, de l’immobilité
à l’écoute ambulatoire – dialogue avec Nicolas Donin

Samedi 13 janvier 2018 / 9h30-18h

SESSION 2 : ATELIERS CHORÉGRAPHIQUES
9h30 Atelier au choix (sur inscription la veille, jauge limitée) :
Myriam Lefkowitz Toile d’écoutes (studio 1, RdC du CN D)
Laurent Pichaud Démarcher sa disponibilité — ou activer son
corps sensible dans des espaces publics non artistiques
(RDV devant le studio 14, 3e étage du CN D)
/ 11h30 : Pause /
12h Séance plénière (ouverte à tous, studio 14)
avec Myriam Lefkowitz et Laurent Pichaud, en dialogue avec Nicolas Donin, Gilles
Malatray et Julie Perrin

/ 13h : Pause déjeuner /

SESSION 3 : TRACES, MÉTHODES ET PERSPECTIVES
14h Julie Perrin En quête de traces hodologiques pour la danse
14h30 Makis Solomos Promenades sonores : un art en transition ?
15h Roberto Barbanti Promenade écosophique
/ 15h30 : Pause /

15h45 Interventions de Gretchen Schiller et Jean Marc Besse, suivies d’une
table ronde réunissant les participants.

Publicités

PAS – Parcours Audio Sensible – Où il s’agit de faire entendre le dépaysement

26849954809_018df0e443_k_d
© Photo Philippe Joannin

Il s’agit de faire entendre les angles morts d’une ville labyrinthique, d’une forêt non balisée, des abords d’une rivière sinueuse, et d’autres lieux tout aussi imprévisibles.

Il s’agit de faire entendre des lieux que les cartographies ignorent parfois, tout au moins dans des interstices et la mouvance de tiers-espaces (temps) transitoires.

Il s’agit de faire entendre des espaces a priori sans histoire, sans saillance manifeste, des territoires occultés, inécoutés, dans et par leur apparente trivialité.

Il s’agit de faire entendre une forme de paysage sonore vernaculaire, dépourvu de tout artifice ostentatoire.

Il s’agit de faire entendre des points d’ouïe non spectaculaires, en les considérant avec précaution, comme une série non figée, non définitive, de points estimés*

Il s’agit en fait de faire entendre que de là peut naitre la surprise.

Il s’agit en fait de faire entendre que de là peut naitre le dépaysement.

Il s’agit en fait de faire entendre que de là peut naitre la rencontre.

* « On appelle point estimé celui qui donne la position d’un bateau par le fait d’un jugement prudent, ou de données dans laquelle entre une grande part d’incertitude »
Gabriel Ciscar, Cours de navigation – 1803

 

38626117391_71b77febbe_k_d
©Photo Philippe Joannin

PAS – Parcours Audio Sensibles in carnets

58333072

Carnet, du français médiéval quernet (« Groupe de quatre feuilles »), du latin quaternum (« relatif à quatre », « plié en quatre »).

Plions nous ici en quatre pour ouvrir et couvrir quelques feuillets encore vierges, au gré des chemins sauvages.

S’il y a des mots, et plus matériellement des objets que j’aime beaucoup, le carnet en est un !

Carnet de notes, de chèques, de voyage, de comptes, de campagnes, du jour, de bal, de santé, de timbres, de croquis… Les carnets sont multiples. Tous n’ont pourtant pas pour moi le même attrait, ou la même utilité. Celui que j’apprécie et utilise le plus est certainement le carnet de notes. Je vais donc en parler prioritairement.

Iles tiennent dans la poche et pourtant, carnets de notes, de voyages, ils (me) font rêver, sur un écran beaucoup plus large que n’importe quels télévision ou cinéma.

J’en ai toujours un ou deux dans une poche, un sac à dos, une valise, pas des télévisions il va de soi, des carnets.

En marchant, en transport en commun, assis sur un banc, au bureau, ils fixent quelques idées par trop volatiles, fugaces, dont on he sait pas forcément pourquoi elles viennent, d’où elles viennent, et ce qu’elles feront par la suite germer, ou non.

Le carnet est pense-bête, une mémoire papier tangible.
Il est terrain d’explorations sensibles écrites ou griffonnées.
Il est fixateur de ressentis, d’images, de sons, de lumières, pas si fixes que cela du reste.
Il est l’intime et l’extime confondus.
Il est un attribut de la mobilité, d’une forme de légèreté, de bribe de liberté donc.
Il est la porte d’un exotisme dépaysant, ou d’un quotidien, tout aussi dépaysant.
Il est la compilation de signes divers, sur lesquels on reviendra peut-être.
Il est gardien de notes de contacts, d’adresses, de noms, de ressources potentielles.
Il est bien plus encore, ce que l’on veut bien en faire, y compris dans les hybridations les plus singulières.

Les PAS – Parcours Audio Sensibles, ont besoin de légèreté, d’une forme de liberté, sérieusement frivole, d’une souplesse mobile, et d’une trace possible. Un petit bloc de papier, est bien mieux pour moi qu’un ordinateur, un smartphone, une tablette, l’objet qui répondra à mes attentes nomades et parfois imprévisibles.

Un carnet en poche, ou de poche, et plus parfois, est, de façon plus libre qu’un microphone, et la mémoire est sauve, ou presque, ou une partie, propre à être réactivée.

Le carnet, notes à la volée, croquis maladroits, plans de textes, est souvent, dans mon travail, le préliminaire à un écrit plus étendu, développé, prélude à l’article à venir, à des rendus potentiels et différés.

Je suis pour ma part, resté à la matérialité de l’objet, bloc de papier et crayons compris. J’aime les toucher du doigt, rassurants car à portée de main, toujours prêts à l’emploi. J’aime les effleurer dans une poche, sans même y noter quoi que ce soit, sans même les ouvrir, juste sentir leur présence complice.

Pour fixer l’écoute, ou la transcrire, la commenter, la développer, l’interpréter, imaginer sa transmission, son partage, sans en fixer les sons par une quelconque captation, les mots noircissent les carnets, de verbes en adjectifs, de formules descriptives en ressentis poétiques, d’analyses en graphies-utopies, dans des projets en chantiers d’écritures.
Le carnet accompagne mes PAS, les expériences et réalisations, il en recueille les confidences, les scories, les substantifiques moelles, quitte à les re-cuisiner selon les caprices ou rêveries de celui qui le tient.

D’ailleurs, le fait de tenir un carnet, implique non seulement de s’y tenir, avec la force et la ténacité d’un geste répété au fil des marches et démarches, mais aussi un sentiment d’attachement personnel. Je tiens un carnet de notes, je m’y tiens, et j’y tiens !

La richesse de croiser des carnets, ou de savoir les remplir de mots comme de dessins, est une porte ouverte vers l’ailleurs, le demain, parfois en (dés)ordre de marche, en même temps qu’un regard vers ce qui est advenu, et dont on a voulu, même de façon très fragile et éphémère, garder trace.

Ne sachant ni dessiner ni prendre correctement une belle photo, je recherche souvent des carnets à croiser sur des chemins communs. L’un prêtant l’oreille, l’autre aiguisant le regard, l’un couchant des mots, l’autre jouant des formes et des couleurs crobardées sur le vif. Car le carnet n’est pas seulement, et pour moi pas du tout, un repli auto-biographique dans une chambre douillette de post adolescent, ni une tour d’ivoire protégeant des tourbillons du monde. Il est aussi, et surtout, un passeport pour l’altérité, y compris dans ses formes qui n’ont parfois rien d’avenantes.

L’exercice du carnet vagabond m’invite à coucher des parcelles de monde par mots, ou autre signes interposés, à rêver ce monde, tout comme à nous heurter à ses violences sans concessions. À nous de décider, plus ou moins consciemment, ce que nous conserverons et partagerons le cas échéant d’un monde revisité, y compris via le sonore, in-carnets.

En fait, le blog dans lequel vous vous trouvez est principalement un carnet de notes auriculaire, qu’on se le lise et qu’on se le dise.

 

Points d’ouïe, de la veille informatique au terrain

23622368_1767056809971373_2805594696331009864_n

Faire une veille informatique, comme c’est mon cas actuellement autour des parcours sonores et de la marche en général, c’est tous les jours s’étonner de la richesse et de la diversité des projets de par le Monde. Une curiosité toujours ravivée de découvertes parfois très inspirantes, et par delà l’écran, une envie de réseaux, de voyages, de rencontres, d’hybridations… Une aspiration à partager, à transmettre, à échanger. Au-delà de la veille, c’est une sorte de jardin sonore planétaire en chantier, pour reprendre l’expression de Gilles Clément, qui se tisse entre l’immatérialité de la ressource et la concrétude du terrain, et bien sûr de l’humain. A la façon d’un collectionneur addict, plus on avance, plus on se rend compte du chemin qui reste à parcourir, plus on s’engage sur de multiples routes, toutes plus passionnantes, parfois inquiétantes, les unes que les autres dans leurs entrelacs, croisements et bifurcations. Une recherche-action qui invite à un nomadisme fécond, toujours en quête d’amènes humanités.

PAS – Parcours Audio Sensibles et Points d’ouïe sur bancs d’écoute, parcours et cartographie

13325692_1217837998226593_840360610560660901_n
City Sonic -Mons (Be)

 

PAS – Parcours Audio Sensibles et Points d’ouïe sur bancs d’écoute

J’envisage généralement deux principales postures physiques, pour écouter, tout simplement, et mettre en scène, et ou en action, un ou plusieurs Points d’ouïe.
En plus du fait d’être promeneur-écoutant, voire écouteur public, je m’efforce de mettre en scène des espaces d’écoute(s), afin de pouvoir partager ces ambiances où finalement, l’immatérialité des sons pose un voile parfois assez épais sur les oreilles potentiellement intéressées. Souvent, lorsque l’écoute se porte consciemment sur des lieux, cela tient du fait que ces derniers sont soumis à des déséquilibres sonores parfois extrêmement violents, à la limite de l’invivable, d’une insupportable pollution acoustique. Il est évident que, si nous ne pouvons ignorer ces situation de crise, d’excès, il ne faut pas attendre qu’elles se généralisent pour porter une écoute active sur notre environnement. Nous ne pouvons pas non plus ne montrer que ces points de déséquilibre stressants, en ignorant le fait qu’il existe encore, pour l ‘instant, de beaux oasis sonores, y compris en hyper centre urbain.
Bref je tente de mettre en scène ce que le paysage sonore possède comme des aménités environnementales constructives, pour ne pas tomber dans le panneau sclérosant du bruit sans autre échappatoire que de s’enfermer dans un habitat cocon isolé, dans une situation quasi autistique.

L’écoute se pratique bien évidemment au cœur des sons, des cités, de l’espace public, et des personnes qui l’habitent et le façonnent au fil de leurs activités.

Je procède par une approche d’écoute immersive, si possible dans des laps de temps suffisamment conséquents pour prendre la mesure des ambiances sonores, mais aussi plus globalement des ressentis plurisensoriels.
Deux postures se sont ainsi imposées au fil des expériences, l’une statique, en situation d’affut, de guetteur qui laisse venir à lui les sons, l’autre en mouvement, via la marche, pour aller vers les sources sonores, et en mixer des ambiances au gré des PAS.

904389_694132547263810_836298549_o
Invitation à l’écoute

 

Je parlerai ici de la première, celle qui s’effectue de façon statique, immobile, et le plus souvent assise.
J’ai très rapidement élu domicile, en tous cas dans des situation d’écoutant, sur des bancs publics, ceux que je nomme souvent « Bancs d’écoute ». Ils se sont révélés d’excellents points d’ouïe, faisant face à des situations urbaines, ou non, très variées, tantôt sereines, tantôt turbulentes, étant parfois situées dans des lieux surprenants, atypiques. Certains bancs sont posés de façon assez anachronique, faisant face à une rue, tout en tournant le dos à une forêt, un magnifique panorama, une rivière de beaux cas d’étude.
Mais pour moi, c’est bien la visée sonore qui m’intéresse dans un premier temps.
Je suis capable de m’assoir parfois deux à trois heures consécutives sur un même banc, voire plus, écoutant, regardant, notant, enregistrant, parfois conversant… Ce mobilier devient alors, lorsque le temps le permet, un bureau de travail provisoire, susceptible ainsi de se déplacer dans différents points d’un quartier, de la ville, dans différentes cités, via une forme de construction géographique studieuse autant qu’audiophile. Prenant mon propre quartier et ses bancs comme terrain d’expérimentation, tel un laboratoire auriculaire urbain, ou, modestement, une ré-écriture de la performance de Georges Pérec qui tentait de mener à bien l’épuisement d’un lieu parisien, j’ai ainsi cartographié, au fil des écoutes assises et publiques, une série d’ambiances finalement assez caractéristiques, en fonction des jours, des heures, et des saisons.
Il me faut, comme lors des PAS – Parcours Audio Sensibles, construire dans une certaine durée, dépassant de très loin es quelques minutes accordées à des pastilles sonores radiophoniques, pour viser une immersion qui se compte plutôt en heures. Il me faut aussi tabler sur une répétition, une itération des écoutes, sur un même banc, sur une compilation de situations qui feront que j’appréhenderai les scènes acoustiques comme des pauses non contraintes par des rythmes de vie trépidantes, mais visant plutôt le repos du flâneur, une certaine aspiration vers la lenteur, le non pressé, le temps de vivre, de ressentir à l’envi. Pierre Sansot avec ses ouvrage « Du bon usage de la lenteur » et « poétique de la ville », mais sans doute aussi un Gaston Lagaffe travaillant à « rebrousse poil » sont des références des plus inspirante dans mon appropriation en mode doux.

 

544392_564125500264516_688697015_n
Cadre d’écoute et point d’ouïe

 

 

La géographie des mobiliers, la spécialisation des bancs dans l’espace public, urbain, dessine une forme de parcours qui nous conduit d’un point d’ouïe à l’autre, jouant sur les différences sensibles d’un espace à l’autre.

J’ai ainsi conçu un dispositif, un mode d’écriture de PAS qui sont directement liés à des implantations de mobiliers urbains, ici les bancs, sachant que, d’une ville à l’autre, ou dans différents villages, les déambulations, les modes de jeu, seront très donc différents.

J’ai expérimenté ces parcours dans différentes villes ou villages, de Mons (Be), Lausanne (Ch), Malves en Minervois, Lyon, Charleroi, Paris, Orléans, Loupian, Victoriaville (Québec), Tananarive (Madagascar), Nantes, La Romieu, Cagliari (Sardaigne), Vienne (Autriche)…
Dans chaque lieu, sur chaque banc, le parcours et ses haltes sont tellement différents, que l’on peut imaginer une collection infinie de points d’ouïe, tous plus riches et dépaysants les uns que les autres.

 

aaeaaqaaaaaaaavuaaaajguymme1mwm1lwzmntmtndqxzc1hyme2ltq4owm0mjewmzzlyg
PAS – Lyon – Projet Parcours métropolitainS – ©photo Pierre Gonzales

 

Ainsi, un parcours de bancs d’écoutes géolocalisés et cartographié dans mon quartier (Lyon 9e)
https://www.google.fr/maps/d/edit?hl=fr&mid=1IEid3WtJ2bsP92Ejss-iLmauDsNnDIJA&ll=45.77441642784203%2C4.808858875940018&z=18

Un texte
https://www.linkedin.com/pulse/bancs-publics-d%C3%A9coute-gilles-malatray/

Un projet de parcours
https://fr.scribd.com/document/156704291/Bancs-d-e-coute-parcours-sonore-urbain

Desartsonnants, promeneur et metteur en écoute

Lyon le17 novembre 2017

 

9d8a200a72aad0ea0d498cb55a9788b4
Audiographie

PAS – Parcours Audio Sensible au Parc de La Villette à Paris

À La Villette, on tranche l’écoute !

 

38101195432_180027628b_o_d
©photo Frédéric Mathevet – l’Autre Musique

C’est sur l’invitation de chercheurs de Paris 1 Sorbonne, Notamment Frédéric Mathevet et Célio Paillard, dans le cadre d’un  séminaire autour du thème « Partitions »* et accueilli par le CDMC (Centre de Documentation de la Musique Contemporaine) que s’est déroulée ce nouveau PAS Parisien.
Le LAM, structure organisatrice, Laboratoire l’Autre Musique est associé à l’ACTE, UMR 8218 Paris1 Panthéon_Sorbonne/CNRS, équipe Musique et Arts Sonores effectue des recherches/actions; ouvertes à la participation de nombreux artistes et chercheurs, autour de thématiques musico/sonores. Parmi celles-ci, se construisent des des axes de réflexion tels que le corps/corporalité, le rapport social, la circonstance, le bruit, la technologie… Des publications électroniques sont ainsi accessibles à tous pour prendre connaissance de ces foisonnantes recherches interdisciplinaires.
Le CDMC quant à lui, qui nous accueille, est situé entre la Cité de la musique et la toute nouvelle Philharmonie, et à quelques encablures du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de paris, tout près de la Fontaine aux lions et de la Grande Halle de La Villette, donc dans un espace haut en sonore.
La journée de travail portait sur les partitions, objets de conservation, d’interprétation(s), de (re)lectures multiples et variées. Des partitions graphiques aux jardins en passant par l’architecture et le Parcours sonore, il n’y a qu’un, ou que quelques pas, que nous avons allègrement franchi. Des enregistrements sonores de ces débats seront prochainement en ligne.
J’ai donc été invité à présenter mon travail sous deux aspects, une présentation orale des PAS – Parcours Audio Sensibles, de leurs généalogies, objectifs, formes esthétiques… Et une déambulation in situ, démonstration physique et sensible qui vaut bien de longs discours, d’autant plus que le site s’y prête à merveille.
Comme à mon habitude, même si ce n’est pas ma première exploration auriculaire à la Villette, j’ai effectué un traditionnel repérage préalable, mise en oreilles et en jambes, façon de voir les chantiers en cours, les atmosphères de saison, et de me ré-immerger dans le tissu sonore local.

38101195512_5430a60ea1_o_d
©photo Frédéric Mathevet – l’Autre Musique

Le repérage fut tout à fait concluant même si, comme d’habitude, le PAS public ne le suivra pas dans son intégralité, qui peut le plus peut le moins, par manque de temps. La température et l’ensoleillement en ce début d’automne sont très agréables, ce qui ne gâche rien à la balade, bien au contraire.
Le jour dit, je dispose d’une heure et demi de présentation et parcours, devant un public de d’intervenants et de participants, logiquement déjà très impliqués dans les choses sonores et musicales.
L’imposante Fontaine aux lions, formant une sorte de grand rond-point piétonnier, lieu de casse-croûte et de discussion aux margelles fort appréciées, sculpture rafraîchissant l’espace acoustique par sa pétulance aquatique nous attire inévitablement, pour constater l’effet de masque. En acoustique, un effet de masque est un son continu qui cache presque tous les autres. La fontaine en est un exemple flagrant, lorsque que l’on se tient très près de ses jeux d’eau, toute la circulation alentour, la vie animée d’un espace public semblent tendues presque muets, à quelques émergences près.
Nous éloignant lentement de la fontaine, les sons du parc réapparaissent progressivement, dans un fondu croissant, un fade in diraient les spécialistes des studios électro-acoustiques.
Tournant le dos à la fontaine, nous nous dirigeons lentement sous l’immense auvent de la Grande Halle, vestige conservé des anciens abattoirs installés en ces lieux. Nous jouons alors avec l’effet de fondue en sortie, ou Fade out, qui fait disparaître peu à peu le drone aquatique pour laisser ré-émerger les sons ambiants du parc, voix et rumeurs urbaines entremêlées. Longeant les bâtiments de la Grande Halle, nous écoutons à l’intérieur des essais de sons annonçant un concert à venir, en percevant visuellement quelques mouvements internes, sans trop les distinguer. Nouveau mouvement en direction du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse, nouvelles trajectoires dans la partition sonore de La violette, que nous sommes en train d’écrire in situ. Nous nous arrêtons sous le auvent de l’entrée principale, en jouant, comme à l’entrée de la Grande Halle, sur les notions de lisières, de frontières, et à la fois de porosités sonores intérieur/extérieur.
La veille, jour du repérage, des sons instrumentaux, virtuoses, entre gammes et traits techniques, exercices et décorticage d’un passage ardu, partition déchiffrée, travaillée, rabâchée à l’envi, s’échappaient des minuscules fenêtres du conservatoire. Aujourd’hui, vendredi après-midi, aucun musicien ne daigne se faire entendre, le week-end arrivant, beaucoup ont sans doute quitter le navire. C’est toujours la surprise du décalage entre repérage et geste public, où ce qui était n’est plus, ou fort différemment, et où ce qui n’était pas s’est installé depuis, sans vergogne.
Même sans un seul musicien audible, le fait de s’aligner de part et d’autre de l’entrée, d’écouter les flux de personnes passer entre nous, nous regardant d’ailleurs curieusement, d’entendre les portes battantes entremêler le dedans du dehors, par séquences aléatoires, de regarder la dense circulation du proche boulevard sans pour autant que celle-ci envahisse notre espace d’écoute, n’est pas sans intérêt, loin de là. Nous nous offrons un petit concert insolite, que seul notre groupe perçoit, à l’entrée d’un grand temple de la Musique, la Grande…
Nous empruntons maintenant une allée bordée de vastes pelouses et sous-bois, où de nombreux groupes de promeneurs profitent de l’été indien, égrenant ci-et là cris, rires et bribes de voix qui anime l’espace à 360°.
J’en profite pour faire sonner de ma trompe,les échos et réverbérations, et s’envoler en même temps des masses de pigeons, dans un froissements d’ailes et un flot de roucoulements.

38101195302_dfc861be90_o_d
©photo Frédéric Mathevet – l’Autre Musique

Commence alors la partie plus intime, et sans doute la plus surprenante, de ce PAS. Nous nous engageons dans une petite sente qui descend directement au cœur du jardin des bambous, dans lequel se trouve le Cylindre sonore, cette magnifique installation sonore de Bernhard Leitner, que nous ne pouvions pas manquer de visiter, surtout qu’elle n’est pas, au final, pas si connue qu’elle le mérite. Pour ceux qui ne connaitraient pas, Le cylindre sonore est une sorte d’amphithéâtre circulaire, niché dans un espace en creux, à l’intérieur du jardin des bambous. Il est construit de huit plaques de béton arrondies, alvéolées, contenant chacune un haut-parleur. Ces plaques diffusent une composition électroacoustique, dont les sons se confondent parfois avec ceux de l’environnement du parc. Ils entourent le public en jouant des mouvements sonores véloces, en contrepoint avec les sonorités de l’espace alentour. La porosité acoustique de cette grande installation avec son milieu crée un bel effet immersif. Pour ma part, je connais cette œuvre depuis longtemps, et ne manque jamais d’y passer un moment lors de mes déplacements à La Villette. Notons que Bernhard Leitner mène, depuis le début des années 70, un remarquable travail autour des rapports sons/espace/architecture/postures d’écoute (voir le lien ci-avant).

 

38101195392_0b2ced67eb_o_d
©photo Frédéric Mathevet – l’Autre Musique

Mais autour du cylindre, la musique des lieux est elle aussi bien présente. Enfermés dans une fosse plantée de bambous, la plupart des sons nous parviennent en mode acousmatique. Nous les entendons en effet sans en voir les sources, ce qui rajoute un véritable intérêt à ce paysage sonore perçu au maxima par les oreilles. Par exemple, une voix (africaine?) lance de belles mélopées non loin de nous, sans que nous sachions précisément la situer. Nous empruntons une étroite passerelle métallique, zigzaguant au milieu d’une bambouseraie sauvage, que nos pas font sonner. Brusquement, des rollers, ou skates, nous passent juste en dessus de la tête, sur une passerelle surélevée enjambant la fosse dans laquelle nous déambulons, effet de surprise assuré!.
Débouchant sur une sorte de clairière, toujours enchâssée entre murs de béton et végétaux, des sons de voix et de djembés se mêlent à d’autres ambiances, auxquelles je rajoute une éphémère installation sonore personnelle. Ici aussi, ces acousmaties sont saisissantes, tout cela à quelques encablures de la Philharmonie.
Remontant « en surface », nous traversons une grande pelouse qui nous ramène vers la Cité de la musique. Profitant de cette belle journée ensoleillé les, de nombreux groupes se prélassent, jouent au ballon, dans un pointillisme de sons disséminés sur cette aire, qui tranche assez radicalement, de par son ouverture acoustique et visuelle, avec la scène d’écoute précédente, très intimement circonscrite.
Lorsque soudain, bouquet sonore final, retentit, venant du bâtiment de la Philharmonie toute proche, une puissante sirène d’alarme, très rythmique, dont les motifs sonores ne cessent de se répéter, façon minimalisme américain survitaminé. Cette sonnerie d’alarme fait violemment sonner l’espace, le rudoyant même dans sa répétitivité, son insistance tonitruante, et sa durée. Ce leitmotiv n’en finit pas de bousculer l’acoustique des lieux, quelques minutes avant plutôt sereine. Les sons incisifs nous font remarquer de beaux échos contre la façade d’un théâtre, qui se modifieront selon nos déplacements. Tout semble calculé pour nous accueillir, de façon très tonique, en fin de PAS.
Sauf que nous nous retrouvons, avec beaucoup d’autres, refoulés au-delà d’un périmètre de sécurité, contenus par des sentinelles vigipirates, tous les bâtiments ayant été évacués, ou étant en voie de l’été. Alerte à la bombe oblige. Après une bonne attente, l’alerte ayant été levée, nous réintégrons notre salle pour clore ce parcours d’une façon tout à fait imprévue. Néanmoins, le petit parcours effectué dans le parc de La Villette aura tenu toutes ses promesses, voire plus encore, en nous offrant un vaste panel de sons, d’acoustiques, d’ambiances. Un PAS, entre les lieux repérés et les improvisations liées à d’heureux accidents sonores, reste, et restera sans doute toujours, une expérience unique, à vivre en groupe, et entre les deux oreilles.

38101195202_00074c0c88_o_d
©photo Frédéric Mathevet – l’Autre Musique

Enregistrer

Sounds Automn leaves

Ces derniers jours, sous l’effet d’une saison où se raccourcissent rapidement les jours, et où le vent du Nord vient s’enrouler, parfois sans ménagement, dans les arbres qui se déplument, l’espace sonore se teinte d’automne. Dans les allées tranquilles d’un parc urbain, un crépitement de feuilles tombantes nous entoure, de gros papillons marrons/ocres qui viennent tapisser le sol. Le vent pousse ces objets bruissants sur l’asphalte des routes, en les faisant joliment chuinter. Nos propres pas rythment nos déambulations, sur des tapis de feuilles qui crissent sous nos pieds. Petit concert urbain annonçant (peut-être) les frimas à venir.

 

L’image contient peut-être : arbre, plein air et nature