Point d’ouïe, une gestuelle auriculaire de l’intime

Translate this page

 

27851473253_769d05d842_k_d
Inauguration d’un point d’ouïe – Prieuré de Vausse – CRANE Lab –  Festival Ex VoO – @photo Yuko Katori

L’oreille (tout) contre

Il existe d’innombrables façons d’écouter, de tendre l’oreille, des plus intimes, celles qui nous intéressent ici, jusqu’aux plus ostentatoires.
Parmi ces façons, nous trouvons une posture physique que j’adore, coller l’oreille à, coller l’oreille contre, que j’ai d’ailleurs déjà mise en scène, dans une partition de PAS – Parcours Audio Sensible N°5.

Je colle mon oreille
Au cœur ou au corps d’un ou ou d’une amie
Aux feuilles d’arbres frissonnantes dans le vent
Au sol vibrant de pas
Contre une porte, de l’extérieur vers l’intérieur, ou inversement
Contre le tronc de l’arbre enlacé
A la rambarde d’un pont frémissant
Sur la peau de tambour caressée
Sur le chéneau qui s’égoutte après la pluie
Contre une gaine de ventilation vibrante
Contre un pylône électrique vrombissant
Contre « un fil qui chante »
Contre une bâche qui claque au vent
Contre les piliers d’un échafaudage grinçant
Contre une tôle légèrement secouée, grattée, une sculpture résonante
Au portillon métallique qui grince…
Contre des centaines de matières/objets vibrants croisés par hasard, ou non…

Ici, la vibration est reine, de matière à matière, pas de transports aériens, distanciés, du touche-touche, de matière à Tympan.
C’est une façon de réduire la distance, d’entendre l’infiniment petit, le presque inaudible, de faire corps avec le sonore, d’établir une relation fusionnelle, par un contact physique, charnel on ne peut plus proche.
C’est une posture parfois étrange, décalée, un peu fofolle, regardée du coin de l’œil par les passants dubitatifs et moqueurs dans l’espace public.
C’est un geste de l’intime, de l’auscultation au plus proche des choses et des sons.

Appel 2020 | Fenêtres d’écoute (Field recording –

DESARTSONNANTS - SONOS//FAIRE

Fenêtres d’écoute/Listening windows 2ème phase #NoLA2020

Déconfinez l’écoute

Dans le cadre de l’action NoLA – No Lockdown Art 2020, lancé par Transcultures et les Pépinières européennes de Création, les 2 partenaires ont été très heureux de s’associer au projet Fenêtres d’écoute, initié au début du confinement par leur complice Gilles Malatray (animateur/fondateur de Desartsonnants) qui a invité à développer des formes de “Points d’ouïe” adaptés aux circonstances contraignantes. Inspiré par les performances chantées et musicales des fenêtres et balcons italiens, mixés à ses propres points d’ouïe et autres bancs d’écoute, Desartsonnants a lancé un appel collaboratif et participatif.

Après cette première phase pendant laquelle ont été collectées des captations sonores de différentes villes, pays, voire continents, témoignages d’écoutes enfermés, confinées… réunis par Gilles Malatray et consultables par tout un chacun sur une plateforme dédiée, l’artiste lance la 2ème phase créative et participative du projet.

Par le biais d’un appel…

Voir l’article original 287 mots de plus

Point d’ouïe à distance

81dbc3516c2f6dd577a638543eecac3f87f04514
@photo Nicolas Frémiot

Translate this page

 

Quand un virulent virus

met nos vies à distance

met nos écoutes à distance

de rues en fenêtres

et de fenêtres en rues

l’oreille en pavillon sanitaire

l’oreille en pavillon solitaire

celle de la quarantaine

qui entend bien les distanciations

les barrières auriculaires

se parler mais de  loin

s’écouter mais de loin

sans intime proximité

la voix ne sonne plus au creux de l’oreille

le chuchotement devient un geste trop proche

peut-être trop complice

comme un symbole d’infraction sociale

qui mettrait nos paroles hors de portée

dans une une résistance non tracée

d’un Big Brother qui vous écoute.

 

https://soundatmyndow.tumblr.com/

 

 

Fenêtres d’écoute – Listening Windows

56b14d16af968b81b0d60d5686843e196c3b6423
@Mathias Arrignon

L’appel à contributions autour des sons à la fenêtre change de nom, et devient « Fenêtres d’écoute – Linstening windows », en meme temps qu’elle s’associe avec les partenaires européens Transcultures – Media Arts Center et les Pépinières européennes de Création
D’autres développements et prolongements autour de créations sonores associés sont en cours – A suivre

https://drive.google.com/file/d/1vVxQjJjjZ1rfBtUe7TPORBFRliegfcNz/view?usp=sharing

Compil’à sons

13769478_10153779061984856_8296010975499282897_n

Chronique d’un promeneur écoutant, déambulations et points d’ouïe #4

Tout frais posté chez Academia, une compilations de carnets de notes, expériences, petites phrases et autres réflexions en vrac.

PAS – Parcours Audio Sensibles, écoutes, espaces publics, création sonore outdoor, in situ, écologie et autres espaces sonnants ou dissonants…

Chronique d’un promeneur écoutant, déambulations et points d’ouïe #4

Points d’ouïe – Cartographie auriculaire de Lyon Vaise

43263268740_37e4dc39ae_b

Lyon Vaise, extrémité nord de la métropole lyonnaise, 9e arrondissement, quartier gare de Vaise/Gare d’eau/Industrie et quais de Saône.

Mon quartier, où je réside depuis une vingtaine d’année.

Un quartier que je connais bien, voire très bien, où je flâne, fait mes courses, marche vers des rendez-vous, teste mes points d’ouïe, bancs d’écoute, PAS en solitaire, en duo, en groupe, note, enregistre…

Un quartier laboratoire d’écoute et de machécoute.

Cartographie en chantier  :  radio aporee ::: maps – 23 Quai du Commerce, 69009 Lyon, France

 

City Sonic 2019,Louvain dessus/dessous

75311430_2861883577155352_4147611778437611520_n

Grosse journée sonore à City Sonic #16 Winter Sessions l Opening Louvain-La-Neuve. Après de belles rencontres avec de jeunes artistes, et une exploration de la ville surface, agréable à l’œil et à l’oreille, une plongée dans les sous-sols plus underground. Voitures souterraines grondantes, parkings archi réverbérants et à la muzzak improbable, quais en sous-sols jonchés de détritus et de fientes de pigeons, nombreuses ventilations tonitruantes… J’ai adoré ces ambiances à la trivialité peu rassurante ! L’énorme décalage entre le calme d’une ville conviviale et de ses entrailles peu, voire pas du tout avenantes. Au final, une manne pour un PAS – Parcours Audio Sensible bien décalé, qui montre deux facettes Oh combien dissonantes d’une même ville. Jouer avec ces paradoxes.

77260765_2861883803821996_1312896864445530112_n

76727064_2861883963821980_5093449845729918976_n

Soundwalk, promenade sonore, balade sonore… pour poétiser, ou poïetiser l’espace

DESARTSONNANTS - SONOS//FAIRE

SOUNDWALK, PROMENADE SONORE, BALADE SONORE POUR POÉTISEZ, OU POÏÉTISER L'ESPACE

Écouter en marchant, ou marcher en écoutant, sont deux actions qui se posent comme des gestes complémentaires et finalement indissociables dans le fait, gestes acoustico-déambulatoires que des artistes anglo-saxons nomment la soundwalk.

La marche ayant la propension à stimuler l’expérience sensorielle, si l’on axe sa déambulation autour d’un sens en particulier, l’écoute par exemple, ce dernier verra sa sensibilité ainsi décuplée.

Les espaces traversés prennent alors à l’oreille une importance qu’ils n’ont pas dans une déambulation au quotidien, acquérant, par le biais d’un décalage esthétique, voire artistique, une indéniable dimension poétique.

Au delà du constat d’une certaine jouissance sensorielle, la promenade est pensée, agencée et proposée comme une fabrication de parcours, la mise en place d’itinéraires, des propositions favorisant une immersion sensorielle via par exemple une parole conditionnante, des postures intellectuelles et physiques suggérées, sans parler de toutes les variations possibles, installées, performées… Tous ces processus participent à une construction…

Voir l’article original 446 mots de plus

Des géographies sonores, Sabugueiro opus 5

Rentré à Lyon de résidence Portugaise, je poursuis là , le travail d’écriture autour du paysage sonore, commencé in situ, à Sabugueiro, Serra de Estrela.

Je fais maintenant le point sur différentes zones géographiques spécifiques du village, qui, au cours de mes promenades ou points d’ouïe statiques m’ont permis de mieux comprendre une topologie sonore locale, celle qui m’a guidé, tant pour trouver des lieux d’enregistrement que pour repérer un PAS – Parcours audio sensible publique, le jour de la World Listening Day. Mais également celle qui m’aidera pour le montage audionumérique en chantier, à construire le paysage environnant autour des sons.

J’ai au final relevé quatre zones, périmètres ou parcours d’écoute assez différenciés, tout en restant dans le village de Sabuguerio, ou dans une proximité qui arpente des cheminements piétonniers à partir du centre du village.

Zone 1

Rue des commerces

Route 1 Sabu

La première zone est naturellement la rue principale, celle qui traverse le village de bas en haut, ou inversement, selon d’où on arrive. Rue assez pentue, bordée de part et d’autre de commerces touristiques, vendant des produits locaux, des hôtels, bars, restaurants.

Grande rue

Des voitures, mais pas trop invasives

Des voix dans les commerces et bars

Des chiens, des chenils

Une fontaine/lavoir, encore en activité, et de multiples sources le bord de la route.

Zone 2

Le vallon de la rivière Fervença

Rivière 2

En contre-bas, tout au pied du village, une petite rivière, Fervença, enchâssée dans un vallon de verdure.

Une aire de pique-nique

Une aire de baignade aménagée

Des sentiers qui relient la rivière au villages

Des jardins accrochés à la colline entre le village et la rivière.

Rivière

Des sons d’eau courante , des oiseaux, baigneurs, promeneurs, des jardiniers sur le chemin du haut, des chiens dans le lointain, et un poulailler…

Possibilité d’une jolie boucle pédestre, entre jardins et sources, rivière en contrebas.

Zone 3

Le cœur du vieux village historique

Sabugueiro Centre 3

A l’écart de la rue principale, un village de pierres granitiques aux rues étroites, pentues et tortueuses.

Des fontaines et lavoirs, une église.

Une belle place ombragée et des bancs, point d’ouïe idéal et aussitôt exploité en tant que tel.

serra-da-estrela

Des voix de l’eau ruisselante, des chiens, encore, mais aussi des chats, une cloche, quelques voitures et motos, motoculteurs, un troupeau de chèvres ensonnaillées, des enfants, toute une vie de village tranquille.

Zone 4

Les montages alentours

Sabugueiro dessus 4

Dés que l’on quitte le village, on monte vers un ligne de crêtes, souvent assez abruptes, cernant le village de sommets décharnés et rocailleux, tout en offrant de magnifiques points de vue.

Montagnes

Oiseaux, cigales sur le peu d’arbres ayant échappé aux incendies des dernières années, souvent des rafales de vents bruissonnant dans les taillis, le rythme de pierres roulant sur les chaussures, parfois quelques sonnailles de chèvres souvent invisibles. Sons d’altitude estivale.

Quatre zones qui tentent donc de tracer une géographie globale, en même temps que zoomée prenant comme centre/cible l’écoute, avec des marqueurs sonores spatio-temporels, des spécificités, des ressentis tout à fait subjectifs, des récits parmi tant d’autres, des formes d‘écritures croisées, en chantier.

S’immerger dans une vie sonore, dans ce village de montagne, ou dans d’autres lieux, en prenant le temps de les arpenter, d’en mesurer leurs rythmes d’en saisir le centre et les alentours, tout en restant dans un mode de déplacement pédestre, demeure toujours une expérience, solitaire collective captivante, d’où l’on ne ressort pas indemne, mais fortement marqué par de nouvelles expériences sensorielles, sociales, esthétiques…

Métropoles, villes, villages, espaces naturels, peu importe la taille de ces derniers, à partir du moment où l’oreille nous connecte au lieu, à humain, au(x) monde(s) environnan(s), les géographies sonores deviennent captivantes .

En écoute