Expérience sensorielle nocturne urbaine

Translate this page

Un soir d’automne avancée, après une journée plutôt bureau-ordi, j’éprouvais, comme souvent à la nuit tombante, l’envie de faire ma promenade urbaine quasi quotidienne. Après un bon quart d’heure de marche, je constatais une ambiance très étrange, qui transformait sensiblement l’atmosphère de la ville, sans que je n’ai pu déceler de quoi il s’agissait vraiment.

Puis, la nuit tout à fait installée sur la ville, je remarquais que c’était en fait au niveau des lumières que l’ambiance était devenue singulière. Tout l’éclairage public, sur un très large secteur géographique était éteint, ou plus exactement ne s’était pas allumé. Les rues et places n’étaient éclairées que par les feux tricolores, les phares des voitures, et l’éclairage des enseignes et vitrines des commerces. Commerces qui d’ailleurs, vers 19H, fermaient pour la plupart leurs portes, ce qui contribuait encore à un assombrissement progressif et général du quartier. Pour autant, celui-ci n’était pas plongé dans un black-out total, car en fait, surtout dans les rues les plus passantes, subsistaient de nombreux points lumineux, de la luciole à la tâche éclaboussante selon leurs importances, maintenant la présence d’ambiances lumineuses suffisantes pour se déplacer sans problème. Ces lumières conféraient aux lieux un côté parfois assez fantomatique, avec des reliefs tellement différents de ceux vus et perçus habituellement, qu’une certaine poésie subjuguante imprégnait le quartier. Je décidais alors de profiter de cet obscur glissement assez sensible de la ville pour explorer de nouveaux « univers », en passant de rues très peuplées à de toutes petites ruelles et placettes, où peu de voitures ne circulaient et peu de boutiques avaient pignon sur rue.


Et là l’obscurité s’intensifiait de façon très marquée, quasi inquiétante. Les rares passants que je croisais, loin de partager mon plaisir de la ville d’ombres, semblaient plutôt inquiets et peu rassurés…


Ces allers-retours entre points assez lumineux et zones d’ombres, en transitions fondues ou rapides m’occupaient une bonne heure durant, jusqu’au moment où les lampadaires arrosèrent de nouveaux les trottoirs et chaussées de leur flux de lumière. Le charme était rompu, la ville redevenait espace de lumières, parfois dans une débauche exacerbée par ce retour brutal à la « normale ».


Une autre chose me frappa ce soir là. Je n’entendais plus du tout la ville de la même façon. Plus l’obscurité s’accentuait, plu les sons se faisaient présents, ciselés, perceptibles, discernables jusque dans leurs infimes détails, par une forme de synesthésie sensorielle qui fait qu’un élément sensitif semble vouloir occuper l’absence, ou la diminution d’un autre, dans une sorte rééquilibrage psychosensoriel.
De même, je suis persuadé que le comportement-même des piétons se modifiait au fil de l’obscurité croissante, dans une crainte à la fois de perturber cette « marée noire » ou peut-être de trop attirer l’attention sur soi, un sentiment d’insécurité naissant, parfois puissant, dans ses circonstances.
Les lumières revenues, les sons semblèrent s’estomper, comme un brin noyés dans une polyphonie retrouvée.


En tout cas, cette atténuation et exacerbation concomitantes me donnaient à voir et à entendre la ville d’une bien belle façon, en souhaitant presque que le phénomène, ou simple panne, se reproduisit de temps à autre pour poursuivre cette expérience sensorielle urbaine.

City sonic 2019, Arrivée à Louvain la Neuve, un bien-être auriculaire

1280px-24_heures_velo_30-years_memorial_by_Vincent_Rousseau_in_Louvain-la-Neuve,_Belgium_(DSCF4224)

Je suis arrivé en fin de soirée, vers 19H30 à Louvain La neuve, LLN comme on dit dans ce terroir belge. Cette « ville nouvelle » était à l’origine un campus universitaire géant, qui s’est progressivement développé vers une ville « normale », ouverte à une population plus large.
J’arpenterai cette cité durant trois semaines environ, pour mon pèlerinage sonore qu’est devenu, au fil des ans, le festival international des arts sonores  City Sonic.
Comme à chaque édition, je tendrai oreilles et micros vers les artistes, comme vers les paysages ambiants, pour alimenter notamment, avec ma comparse Zoé Tabourdiot, la web Sonic Radio. De beaux moments d’échanges en perspectives !

Après pas mal d’années à Mons, ville pour moi laboratoire dans laquelle j’ai testé nombre de parcours, rencontré et sympathisé avec beaucoup de personnalités fascinantes, activistes du monde sonore, puisé moult ambiances pour les re-composer en pièces sonores paysagères, puis un rapide passage à Charleroi, me voici fraichement débarqué à Louvain la Neuve.

Les affaires posées dans mon lieu d’hébergement, je sors immédiatement arpenter ce territoire encore inconnu pour moi, premier repérage, errance au gré de mes envies, des sons, des ambiances. Je me frotte toujours avec un réel plaisir aux lieux que je découvre, pour les apprivoiser sensoriellement.
Nous sommes samedi soir, il fait beau, même si la température est assez hivernale, mais donne un peu d’agréable piquant à ma promenade.

Je connaissais, avant s’y arriver, une des caractéristiques de la bourgade, à savoir l’absence totale de voiture dans tout le centre ville.
J’y étais passé rapidement et avait déjà constaté ce fait assez rare pour être remarquable.
Néanmoins, ce premier soir de promenade, je prends conscience de cette singularité, surtout au niveau acoustique. L’absence des bruits de moteurs en centre ville, où même la rumeur des périphériques voisins ne pénètre pas est un confort incroyable. Un plaisir que moi, naviguant bien urbain, j’avais quasiment oublié, hormis dans de profondes forêts jurassiennes, et encore…
Ce samedi, dans le centre parsemé de nombreux bars, restaurants, au gré de larges places assez minérales, réverbérantes à souhait, nombre de badauds, d’étudiants en goguette, déambulent joyeusement.
Les voix, beaucoup de voix, pour la plupart jeunes, les cris, les rires habitent l’espace, créent l’espace, acoustiquement parlant. Elles y ont tout l’espace vierge de voitures pour s’y ébattre. C’est un ressenti jouissif, un plaisir indéniable.
Les voix donnent des repères spatiaux, marquent des champs de profondeurs, du plus proche au plus lointains, dessinant des trajectoires, des mouvements, se répondent d’un bout à l’autre de larges places… Un festival avant l’heure, une installation sonore impromptue, à ciel ouvert.

Pour moi qui, dans quelques jours, emmènerai dans un PAS – Parcours Audio Sensible, ou Soundwalk pour les puristes, des promeneurs écoutants, c’est un véritable aubaine, un cadre rêvé. L’enjeu sera dés lors de leurs faire sentir comme ce ce confort, ce bien-être d’écoute est assez rare pour en profiter, en jouir, et sans doute, pour les architectes et urbanistes, de chercher à multiplier ce modèle de ville apaisée. Pour moi qui fait un travail autour des points d’ouïe, des oasis sonores, des espaces sereins, LLN est un terrain d’aventure qui s’avère d’emblée privilégié.

En fin de cette première déambulation, je trouverai un banc d’écoute qui me convienne, en haut d’une large place passante, un peu retiré, mais en position panoramique Un poste d’observation sonore qui me permet d’épier, d’embrasser un champ auriculaire, à la fois large et profond. Je mets mes oreilles en état de réceptivité maximum, jusqu’au moment où je me laisserai porter par un douce rêverie où les voix chantent joliment. Toute une panoplie d’intensités, de timbres, de mouvements, font entendre une musique des lieux épurée de surenchères, d’hégémonies, d’exagérations soniques. C’est un exemple de ce que Murray Schafer appelle des paysage Hi-Fi, équilibrés, riches en sonorités, agréables, sinon très plaisants à entendre.
Cette première approche nocturne me donne envie de creuser le sujet d’espaces amènes, où l’homme retrouve une place dans laquelle la communication orale se fait naturellement, sans effort, sans tendre sans arrêt l’oreille vers l’autre pour saisir ses propos.
Je pars dés lors à travers le ville, de jour cette fois-ci, magnétophone et micros dans le sac à dos.

A suivre.

Paysages et ambiances de villes 2015

dsc0278

Je relaie ici une page écrite par mon ami et collègue sound designer Frédéric Fradet.

Enseignement dispensé à l’École Nationale Supérieur d’Architecture de Lyon, ENSAL
Enseignants : Gilles Malatray, Jean-Yves Quay, Anna Wojtowicz, Sandra Fiori, Olivier Collier, Cécile Regnault, Frédéric Fradet

Cours magistraux, terrain et séances de projet d’analyse urbaine, réalisation de cartes postales sonores, dispensés à une centaine d’étudiants.

Les séances de montage sonore ont eu lieu dans les studios son de l’école, très bel outil pédagogique mis à disposition pour les étudiants.

Studio

©Frédéric Fradet

 

https://fredfradet.com/2015-paysages-et-ambiances-de-villes/