City Sonic 2019 -Voirmarchécouter Louvain la Neuve

49192235153_65d32ce013_z_d

Parcours entre chiens et loups

L’obscurité gagne du terrain
entre-deux
le fond de l’air est frais
humide
je parcours la cité
un circuit festivalier
bien connu de mes pieds
et de mon corps marchant
depuis plusieurs semaines en zigzag
ou en lignes traversantes
aujourd’hui sans micros.
à oreilles nues dirais-je
cette fois-ci avec un appareil photo
celui de mon GSM (appellation locale)
très low-etc
comme enregistreur de nuit tombante
ce qui m’amuse beaucoup
piètre photographe que je suis
alors la trace est visuelle
instinctive

49192730606_f6b4b9213e_o_d

espaces imprécis
détails improbables
mais si l’on tend bien l’oreille
on peut sentir les vibrations urbaines
les sonorités sous-jacentes
l’ambiance en arrière-plan
hors-champs peut être
parfois
superpositions baveuses
propres à déconstruire
plus qu’à reconstruire
traces de ville
d’arpentage

49192730566_07e1570535_o_d

dessus-dessous
clair-obscur
balance diurne/nocturne
marché de Noël en chantier
réminiscences made in Duchamp
sons odeurs lumières
parcours détours
traversée de travers
assoupissement urbain
la nuit est tombée…

 

Cliquez sur l’image ci-dessous

pour visionner toutes les photos

Louvain la Neuve

Point d’ouïe, accordage des lieux swingants

Restaurant-Cipiace-coktail-Bruxelles-622

Parvis Saint-Gilles à Bruxelles

Réflexes musico-motri-sensoriels.
J’arrive dans une ville, un quartier inconnu, ou peu connu, par moi en tous cas.
Exemple personnel cette semaine, le quartier Saint-Gilles à Bruxelles.
En soirée, nuit tombée.
En début de week-end.
Presque en hiver, mais avec un temps frais et clément.
Réflexe, le parcourir pour l’entendre, mieux l’entendre, tendre à mieux s’y entendre.
Se laisser guider par l’instinct, les lieux, les mouvements, les gens, les imprévus, le sons, et encore les sons…
Marchécouter, marcharpenter.
Repérer des lieux où se poser, ou poser ses oreilles, son écoute, un banc de pierre, des marches d’escalier…
Prendre le pouls de la ville, du lieu, en sentir les pulsations, autrement dit, musicalement parlant peut-être.
Ville groove.
Ici, c’est encore le temps où Bruxelles chante, si l’on veut bien, autrement, en capter les rythmes et mélodies, parfois cadencées dans une frénésie expansive.
Si l’orchestre urbain, son installation sonore ambiante, semblent s’emballer, l’oreille doit rester indulgente, patiente; elle doit lâcher prise pour s’ouvrir un peu plus, ou totalement, à une composition sonore qu’elle ré-orchestre elle-même, posture post Russolienne, au cœur, au corps de la ville-sons.
Ville scène ouverte, où Schafer, Russolo, Neuhaus, parmis d’autres, l’avaient bien senti, ville qui ouvre des champs de possibles audibilités dont on ne fait qu’effleurer les sonopotentiels.
Tuning of the World, disait Murray Schafer, l’accord(age) du monde, comme une musique trublionne, canaille, indisciplinée, ionisée, façon Varèse.
Accorder ses sens à, vers, dans, pour la ville, ou accorder la ville à ses sens, dans une syntonisation réciproque, en perpétuel ré-accordage.
Sentir la pulse, ou l’impulser.
Construire, composer une écoute groovante, qui emprunterait au Jungle Ellingtonien, au swing made in Basie, à un lyrisme de Gershwin, comme à la rêverie de Yves ou aux paysages de Ferrari, dans un brassage melting-pot que j’aime à imaginer sauce Bruxelloise.
Filer la métaphore de la ville swing.
Penser le beat, les lieux qui groovent, qui swinguent, ou qui s’étirent dans des balades hyper slow, qui sembleraient faire marcher la cité à reculons.
Traquer les breaks, les cassures, ruptures de tempi, ponts/transitions, modulations, dissonances, impros et chorus…
Une ville à vaux-jazz, que je perçois ce soir, sur le Parvis Saint-Gilles, dans une grille d’accords qui laissent une large place à l’improviste, et à l’humain, bien présent.
Des trames sonores qui se déroulent comme des thèmes, des t’aimes, in the mood…

Résidence City Sonic Winter Sessions
23 novembre 2019
Parvis Saint-Gilles à Bruxelles

City sonic 2019, Arrivée à Louvain la Neuve, un bien-être auriculaire

1280px-24_heures_velo_30-years_memorial_by_Vincent_Rousseau_in_Louvain-la-Neuve,_Belgium_(DSCF4224)

Je suis arrivé en fin de soirée, vers 19H30 à Louvain La neuve, LLN comme on dit dans ce terroir belge. Cette « ville nouvelle » était à l’origine un campus universitaire géant, qui s’est progressivement développé vers une ville « normale », ouverte à une population plus large.
J’arpenterai cette cité durant trois semaines environ, pour mon pèlerinage sonore qu’est devenu, au fil des ans, le festival international des arts sonores  City Sonic.
Comme à chaque édition, je tendrai oreilles et micros vers les artistes, comme vers les paysages ambiants, pour alimenter notamment, avec ma comparse Zoé Tabourdiot, la web Sonic Radio. De beaux moments d’échanges en perspectives !

Après pas mal d’années à Mons, ville pour moi laboratoire dans laquelle j’ai testé nombre de parcours, rencontré et sympathisé avec beaucoup de personnalités fascinantes, activistes du monde sonore, puisé moult ambiances pour les re-composer en pièces sonores paysagères, puis un rapide passage à Charleroi, me voici fraichement débarqué à Louvain la Neuve.

Les affaires posées dans mon lieu d’hébergement, je sors immédiatement arpenter ce territoire encore inconnu pour moi, premier repérage, errance au gré de mes envies, des sons, des ambiances. Je me frotte toujours avec un réel plaisir aux lieux que je découvre, pour les apprivoiser sensoriellement.
Nous sommes samedi soir, il fait beau, même si la température est assez hivernale, mais donne un peu d’agréable piquant à ma promenade.

Je connaissais, avant s’y arriver, une des caractéristiques de la bourgade, à savoir l’absence totale de voiture dans tout le centre ville.
J’y étais passé rapidement et avait déjà constaté ce fait assez rare pour être remarquable.
Néanmoins, ce premier soir de promenade, je prends conscience de cette singularité, surtout au niveau acoustique. L’absence des bruits de moteurs en centre ville, où même la rumeur des périphériques voisins ne pénètre pas est un confort incroyable. Un plaisir que moi, naviguant bien urbain, j’avais quasiment oublié, hormis dans de profondes forêts jurassiennes, et encore…
Ce samedi, dans le centre parsemé de nombreux bars, restaurants, au gré de larges places assez minérales, réverbérantes à souhait, nombre de badauds, d’étudiants en goguette, déambulent joyeusement.
Les voix, beaucoup de voix, pour la plupart jeunes, les cris, les rires habitent l’espace, créent l’espace, acoustiquement parlant. Elles y ont tout l’espace vierge de voitures pour s’y ébattre. C’est un ressenti jouissif, un plaisir indéniable.
Les voix donnent des repères spatiaux, marquent des champs de profondeurs, du plus proche au plus lointains, dessinant des trajectoires, des mouvements, se répondent d’un bout à l’autre de larges places… Un festival avant l’heure, une installation sonore impromptue, à ciel ouvert.

Pour moi qui, dans quelques jours, emmènerai dans un PAS – Parcours Audio Sensible, ou Soundwalk pour les puristes, des promeneurs écoutants, c’est un véritable aubaine, un cadre rêvé. L’enjeu sera dés lors de leurs faire sentir comme ce ce confort, ce bien-être d’écoute est assez rare pour en profiter, en jouir, et sans doute, pour les architectes et urbanistes, de chercher à multiplier ce modèle de ville apaisée. Pour moi qui fait un travail autour des points d’ouïe, des oasis sonores, des espaces sereins, LLN est un terrain d’aventure qui s’avère d’emblée privilégié.

En fin de cette première déambulation, je trouverai un banc d’écoute qui me convienne, en haut d’une large place passante, un peu retiré, mais en position panoramique Un poste d’observation sonore qui me permet d’épier, d’embrasser un champ auriculaire, à la fois large et profond. Je mets mes oreilles en état de réceptivité maximum, jusqu’au moment où je me laisserai porter par un douce rêverie où les voix chantent joliment. Toute une panoplie d’intensités, de timbres, de mouvements, font entendre une musique des lieux épurée de surenchères, d’hégémonies, d’exagérations soniques. C’est un exemple de ce que Murray Schafer appelle des paysage Hi-Fi, équilibrés, riches en sonorités, agréables, sinon très plaisants à entendre.
Cette première approche nocturne me donne envie de creuser le sujet d’espaces amènes, où l’homme retrouve une place dans laquelle la communication orale se fait naturellement, sans effort, sans tendre sans arrêt l’oreille vers l’autre pour saisir ses propos.
Je pars dés lors à travers le ville, de jour cette fois-ci, magnétophone et micros dans le sac à dos.

A suivre.

City Sonic 2017 – Points d’ouïe et PAS-Parcours Audio Sensible à Charleroi

Charleroi , écoute by night

37448550131_4dbc6b514c_o_d
©Zoé Tabourdiot – Transcultures

 

Ce nouveau PAS Belge répond à une commande de Transcultures, association fondatrice et organisatrice du festival international des arts sonores City Sonic.
Cette commande comportait deux opus dans une même fin de journée et soirée. Le premier consistait en une conférence autour de l’œuvre du compositeur américain Max Neuhaus. devant un parterre avec beaucoup de « gens du son ». j’y évoquais les recherches et réalisations de ce visionnaire et précurseur des arts sonores, tels son travail sur l’espace, notamment l’espace public, la perception, le design sonore, les représentations graphiques d’installations, et bien entendu, une de ses actions phares, les Listens. C’est en effet au cours de ces soundwalks, performances d’écoutes urbaines, que l’artiste expérimente une posture d’écoute en marche, performative, transformant la ville en une scène d’écoute musicale. Par delà l’approche pédagogique de Murray Schafer, Max Neuhaus nous invite à une expérience esthétique forte, ce qui résonne fortement en moi depuis que j’ai regardé de près les gestes et les écrits de ce pré-soundwalker.
Le PAS que j’ai effectuer à Charleroi, suite à la conférence, et prolongeant également un fabuleux concert de Charlemagne Palestine, je vous en reparlerai bientôt, sont en effet tout naturellement, et très modestement, en écho des Listens de Max Neuhaus, comme une illustration pratique de ce que j’ai énoncé durant la conférence.
Il ne s’agit pas pour autant de copier le modèle Neuhausien, ce qui ne représenterait que bien peu d’intérêt, mais de mettre la ville en écoute façon Désarsonnante. Pratiquant ces écoutes en marche depuis le milieu des années 80, plutôt dans l’esprit didactique d’un Murray Schafer au départ, j’ai découvert, quelques années plus tard, les Listens, qui ont certainement influencé mes marches pour les rapprocher plus près des arts sonores, tout en gardant une forme de militance pour la belle écoute et une sensibilisation autour de Points d’ouïe remarquables.

 

37191250430_c9a404984f_o_d
©Zoé Tabourdiot – Transcultures

 

Pour effectuer un PAS dans de bonnes conditions, maîtriser un tant soit peu le paysage investi, ne pas trop s’y perdre, physiquement comme sensoriellement, tout commence par une série de repérages.
Ma première journée à Charleroi fut une grande marche urbaine entre la ville basse et la ville haute, le centre en grand travaux de réhabilitation et la périphérie post industrielle. Bref beaucoup de kilomètres pour s’imprégner des ambiances, des acoustiques, dans un journée très physique, avec quelques bonnes dénivelées. Mais au final, ce fut une plongée vivifiante dans une ville très tonique.
Charleroi est incontestablement, aujourd’hui, une ville de contrastes, auditivement et visuellement parlant. Ancienne cité industrielle, minière, sidérurgique, elle fut très prospère dès la révolution industrielle. De la fin des année 60 jusqu’à 2012, les secteurs industriels qui faisaient vivre la ville s’écroulent les uns après les autres, laissant d’immenses champs de friches industrielles désertées, un paysage digne des meilleurs albums de la BD science-fiction, et une catastrophe économique, sociale.
Le paysage alentour est bordé d’immenses crassiers, certains de plus de 200 mètres de haut, reliefs signant la feu prospérité minière. La Sambre, rivière sinueuse sur laquelle naviguent d’imposantes péniches, canalisée entre d’énormes entrepôts, longe la ville basse. Un incroyable réseau routier ceinture la ville, rings en hauteur dominant la cité d’un entrelacs de ponts et de voies suspendues. Le réseau ferroviaire est lui aussi assez gigantesque. Tout ceci vous vous en doutez bien, n’est pas sans conséquence sur l’ambiance sonore de la ville! Ajoutons à cela d’incroyables trompes, identiques à celles de gros bateaux, qui sonorisent les tramways, notamment à un carrefour où voitures et trams cohabitent, plutôt mal à certaines heures, et la ville se fait se fait parfois trépidante, voire bruyante, n’ayons pas peur des mots.
Fort heureusement, la requalification de certains quartiers a aménagé un réseau de places et de rues piétonnes qui viennent donner un peu d’air à la cité, y compris pour les oreilles.

 

37448550221_0956a66301_o_d
©Zoé Tabourdiot – Transcultures

 

Mon parcours devant s’effectuer en nocturne, situation que j’apprécie et recherche d’ailleurs de plus en plus, une bonne partie du repérage s’effectuera durant une semaine, de nuit, après avoir interviewé les artistes du festival pour la Sonic Radio.
A ces heures obscures la ville prend une toute autre allure, surtout si l’on se promène sous les rings, le longs d’usines désaffectées, et sur les bords de la Sambre, ce que bien entendu, je ne manquerai de faire, parfois micros en mains, pour capter l’ambiance un brin canaille de cette cité en pleine mutation.
Car la ville, surtout basse, est un immense chantier où les places et les quais sont réaménagés, où un imposant centre commercial flambant neuf a vu le jour, ainsi que plusieurs centres culturels, restaurants lieux d’exposition, cinémas… Déjà riche de quelques lieux phares, culturellement parlant, dont le célèbre Charleroi Danse, la cité mise, comme l’a fait quelques années auparavant Mons sur un développement de l’offre culturelle. Ceci pour redynamiser une ville que les séquelles d’un violent déclin industriel stigmatisent encore, et faire en sorte d’oublier le slogan qu’a développé une équipe artistique « Charleroi Adventure ». Cette dernière propose des circuits safari dans la ville, élue à ce titre comme « la plus laide d’Europe ». Bien sûr, aussi surprenante et contrastée que soit le tissu urbain, il s’agit là également d’un effet d’annonce de ce Safari urbain décalé, même si je me rendrai compte que, inconsciemment, je suivrai plus ou moins ces chemins post industriels de l’oreille. On ne peut, en tant qu’arpenteur, échapper à ce qui fait de Charleroi une ville un brin sauvagement fascinante, même s’il ne s’agit pas pour moi de construire une nouvelle série de situations touristico-artistiques. La ville en tous cas, est multiple et il faut s’en saisir par un bout, celui des oreilles pour moi…

 

36778564283_985dd2b3bf_o_d
©Zoé Tabourdiot – Transcultures

 

Le jour J, qui s’avère le plus humide de tout mon séjour, mais un PAS Belge, ça se mérite ! À 21H30 devant la basilique Saint-Christophe de Charleroi, se forme un groupe d’intrépides et sympathiques marcheurs écouteurs noctambules.
Sous une pluie fine, qui finalement s’estompera au fil ne notre déambulation, nous entamons une descente de la ville haute vers la ville basse. Beaucoup de passants flânent encore, leurs voix réverbérées entres les murs serrés. Nous zigzaguons pour suivre des passants, coller nos oreilles à une bâche derrière laquelle se déroule une fête, nous arrêtons sous des porches, auvents, fenêtres d’écoute(s) où les gouttes de pluie rythment joliment l’espace. La ville chuinte finalement, joliment en fait, sous les pneus des voitures, dans ambiance caractéristique des journées pluvieuses. A l’approche de la grande place centrale de la ville basse, dite Place verte, alors que paradoxalement son réaménagement l’a transformée en une immense aire minérale, intégralement bétonnée, les voix se font plus denses, plus présentes, dans un crescendo progressif. Essentiellement des étudiants qui s’égaillent en volées de rires partagés.
Nous partons vers la périphérie où l’effet acoustique inverse va se faire sentir, un decrescendo lié à la raréfaction progressive des passants, un apaisement sonore que la nuit renforce sans doute.
Arrêt Point d’ouïe, moment fort du parcours, sous un nœud routier où les rings distribuent nombres de véhicules, quelques mètre au-dessus de nos oreilles. La scène acoustique nocturne est saisissante, entre chuintements tout autour de nous et d’incroyables claquements, grondements, infra basses rythmées juste sur nos têtes. Impressionnant, même pour les carolorégiens qui n’ont finalement pas l’habitude de s’arrêter sous des rings pour en écouter leurs sauvages plaintes nocturnes. J’installerai en contrepoint, de façon éphémère et en décalage, des sons d’une forêt francomtoise et une histoire d’Écho cherchant désespérément à séduire l’inatteignable Narcisse.
Nous longerons ensuite cet entrelacs sonique pour nous éloigner encore un peu plus du centre ville. Une petite rue s’éclaire à notre passage, ilot très vert, très fleuri,féerie passagère en parfait décalage avec le site environnant hyper bétonné, un petit havre de paix pour l’oreille et la vue. Sans prévenir, au détour de cette ruelle, c’est un champs d’usines en ruines, sombres, inquiétantes, qui servent d’ailleurs visiblement à la fois de squats sauvages et de dépôts d’ordures en tout genre. Acoustiquement, c’est plutôt calme, visuellement, plutôt violent, dans une distorsion, un paradoxe sensoriel. Nous voilà débouchés sur les quais de la Sambre, que nous remonterons vers le centre. Arrêt Point d’ouïe sur des clapotements à nos pieds, des gouttes d’eau tombant d’un surplomb, espace aquatique où les lumières de la villes flirtent avec l’eau, dans des miroitements irisés, comme les sons cette fois-ci plus en adéquation. Ce passage des quais de nuit est un vrai délice, sensoriellement parlant, une autre magie urbain qui vient donner à notre PAS une coloration finalement très sereinement inattendue.

 

37448550381_64cca2e4f9_o_d
©Zoé Tabourdiot – Transcultures

 

Remontés sur les hauts-quais, là où s’aménagent moult nouveaux lieux de culture et de loisirs, nous nous retrouvons dans une lumière et des sons plus organiquement urbains. Ce sera notre dernière halte, utilisant mes longues-ouïe et audio-stéthoscopes pour ausculter les sols, les mobiliers et plantations, histoire de finir le parcours en ramenant l’écoute vers une micro matérialité, de promener l’oreille de vastes champs vers des parcelles intimes.
Nous nous retrouverons au final dans un de ces nouveaux lieux disposant du reste d’une excellente brasserie, endroit idéal pour échanger sympathiquement autour de notre expérience d’écoute partagée.

Charleroi a donc conquis mon oreille, à tel point je souhaiterais évidemment prolonger la sonique aventure vers d’autres terrains encore inexplorés pour moi.

 

En écoute, deux portraits sonores de Charleroi effectués lors des repérage du PAS

Charleroi, dedans dehors et Charleroi Song Industries

 

 

POINTS D’OUÏE – MONS 2015

MONS LE SON !

20291159539_342c073660_b

Revenir chaque année dans la même ville, en y marchant de jour comme de nuit, de haut en bas, de droite à gauche, en y cherchant sans cesse la petite ruelle discrète, en laissant trainer oreilles et micros, c’est un peu plus creuser un sillon de l’écoute au fil du temps.

Prenons par exemple la ville de Mons, je tente toujours d’en prendre le pouls bruissonnant, d’en faire saillir à l’oreille les plaisirs, comme les choses agaçantes, décevantes, voire franchement désagréables. Une galerie marchande couverte qui résonne joliment, avec comme signal la porte d’une librairie qui tinte agréablement depuis des années, des bancs, postes d’écoute au cœur d’ilots retranchés, dans des parcs discretement lovés dans la cité, ou sur des des hauteurs d’où l’on embrasse un panorama sonore intéressant, un beffroi qui ne sonne malheureusement plus que le dimanche, la grande rue, toujours polluée de sa muzac commerciale, le jet d’eau de la grande place qui a perdu, avec sa programmation, qui faisait varier la fréquence, l’alterrnance et la hauteur des jets d’eau, beaucoup de son intérêt, le rythme des ouvertures et fermetures des commerces, avec raclements de chaises et de tables sur les pavés rythmant la vie quotidienne aux beaux jours…

Une ville se dessine aussi par ses mille sonorités, de celles qui font que l’on s’entend plus ou moins bien avec elle. Une chose cependant est sûre, plus j’acoquine mon oreille avec cette ville, plus je m’y reconnais, dans ses travers et plaisirs, en faisant mien moult détails, repères, infimes choses sonores qui me donne peu à peu l’impression de m’approprier un peu plus l’espace, d’y trouver de belles affinités.

Texte écrit dans le cadre du festival d’arts sonores City Sonic et de Mons 2015