Le paysage sonore qu’on assassine !

9d8a200a72aad0ea0d498cb55a9788b4

Beaucoup assassinent le terme de Paysage sonore (et parfois les pratiques liées), sous différents prétextes.

Ces prises de positions souvent abruptes génèrent, entre « spécialistes », de longs débats tendus, où d’ailleurs on s’aperçoit que les partis-pris inflexibles écornent paradoxalement beaucoup l’écoute de l’autre, du groupe, voire de soi-même. Paysage sonore et éthique sociale ne résonnent pas toujours hélas en harmonie…

Au final, sous l’avalanche de propositions sémantiques, concepts forcément innovants, rien de neuf ni de solide ne se construit. Force est de constater que le paysage sonore, si décrié et complexe fut-il, comme tout paysage du reste, possède aujourd’hui une histoire, des postulats, des pratiques, des recherches, des productions, des acteurs, une continuité temporelle, bref, une existence que l’on ne remet pas en cause si facilement, sous l’envie soudaine de réformer, quitte à flirter avec la pure Tabula rasa.

Le paysage sonore, des premiers travaux de Raymond Murray Schafer à aujourd’hui, ne cesse de se remettre en question, d’écoutes en captations, d’écrits en installations, de parcours en Points d’ouïe, de recherches en actions… et n’est pas, n’en déplaise à certains détracteurs, synomyme de collectages et autres field-recordings qui figeraient un sonore muséal poussiéreux.

Ce n’est pas une impasse, intellectuellement pauvre ou contre productive non plus. C’est en fait tout le contraire, à une époque d’hybridation de pratiques, géographie, aménagement, esthétiques, socialités, mobilités, éthique, écologie à l’appui…

Je pense, au risque de passer pour un indécrottable passéiste réac, qu’il serait dommageable de jeter le bébé avec l’eau du bain, et de raser sans égards un champ de recherche et d’action qui au final, ne fait que commencer et ouvre progressivement nombre de portes à nos oreilles reconnaissantes.

Point d’ouïe, genèse d’un voyage auriculaire

saxe_interieur

J’ai, ces dernières années, parcouru beaucoup de kilomètres en voiture (de moins en moins), trains, bus, et parfois avions et bateaux. Néanmoins, l’aventure, petite ou grande, ne commence vraiment pour moi que lorsque je mets pied à terre. Je me sens bien arrivé lorsque j’arpente et écoute, deux gestes souvent indissociables dans ma pratique, le territoire en bout du chemin, où qu’il soit, et fût-il une des innombrables étapes d’un long parcours toujours en chantier.

C’est également lorsque, durant ces arpentages-écoutes, les rencontres, les échanges, les expériences humaines, les explorations partagées, font que les voyages s’ancrent plus profondément dans un parcours intime, paysage sonore affectif, singulier, personnel et pourtant je l’espère partageable.

C’est sans doute ici que le récit se construit, autre voyage dans le voyage, pétri de mémoires vives, où les sons sont inscrits en exergue d’une histoire rhizomatique, entre les deux oreilles.

Tôt de travers

aaiaaqdgaaoaaqaaaaaaaau5aaaajda5mjaymtuwlthjy2mtndiyyy1iogyyltqyyzm1yme1zjnmnq

Oreille en poupe, il se prit à écrire la route
et se prit au pied de la lettre
se prit les pieds dans le maquis
puis tomba dans le faussé
où se noient des mots passants
rien ne sert de pourrir
il faut mourir à point
c’est un point de côté
il, ses souffles
cahots tandis vaguant
sur des routes cinglantes
comme ornière vicinale
marche arrière incommode
si ce n’est un possible
impasse cible et quiet pied
dans le mur tôt ça va droit
mais de quoi il semelle
on emboite son pas dévisse
lignes d’eau rhizomes des rives
un marcher de dupes
tromperie sur le pays sage
montrant le rang donneur
celui en première ligne
de page ou de combat
l’affleure à la baille honnête
pied à terre face affaisse
il lui faut tranchées
tailler des fentes à seins
quand même le corps se pointe
et pas qu’à danser
le pied ne se prend plus écoute que côute
pour qui se prendrait-il
il pèle, rit, nage, prend cors
mal chaussée dure à cuir
marche en et crabes bouillants
les clos portent des chemins
le premier pas n’écoute que son court âge
car très bûche dorée d’un bois
seuil au monde d’entrée de je
il en dit cap sans pied marin
au pied des stalles, en cœur
encore au bord des lèvres
nous n’en n’avons pas guerre
plié en restant de boue
si dans la marche force est
dont la chaux sûre brûle
la trace fond, chemin faisant l’eau raye
le goût des rances s’opère faute d’heureux pères.

[Conférence] De l’écoute paysagère à la composition musicale

49397691_2234378986805047_1005788552249737216_n

De l’écoute paysagère à la composition musicale et sonore, entre nature et culture
par Gilles Malatray

Le moment où l’homme a imprimé durablement sa trace dans le monde a été qualifié d’ère de l’anthropocène. En conséquence, on pourrait imaginer une longue période où l’environnement et ses sonorités ont imprimé leurs traces dans la composition musicale et la création sonore. Parlerait-on alors d’anthroposonie ? On peut toujours inventer le terme pour l’occasion.

L’intervenant Gilles Malatray, créateur – paysagiste sonore et « promeneur écoutant » jalonnera cette période imaginaire par une série de citations, d’emprunts et de transcriptions musicales et sonores. Entre emprunts, transcriptions et créations de paysages imaginaires, le musicien ou artiste sonore puise régulièrement matériaux, rythmes et inspirations de son environnement quotidien. Loin d’un genre ou d’une esthétique, il s’agit la d’une multitude d’œuvres cosmopolites se référant ou évoquant des sons anthropophoniques, ambiantaux…
La conférence sera centrée sur des œuvres empruntant clairement des éléments rythmiques, des timbres et des éléments issus du field recording.

La conférence s’articulera en trois parties illustrées par des exemples sonores ou musicaux.

La première partie : « Nature, culture, le cas des oiseaux « nous fera parcourir quelques siècles en montrant comment musiciens, chanteurs performeurs et autres installateurs ont utilisés le langage des oiseaux dans leurs écritures.

La seconde partie sera marquée par la ville : vivante, dynamique, toujours en chantier… Les bruits urbains questionnent l’écoute, entre esthétisme et écologie sonore. (D’après le concept de Raymond Murray Schafer)

La troisième et dernière partie portera sur la composition paysagère dans la musique acousmatique : ses emprunts et ses esthétiques spécifiques. La question du paysage sonore est abordée par les compositeurs, recréant des univers à la fois reconnaissables et imaginaires, où la musique acousmatique est un espace de création tout indiqué.

Extraits diffusés :

▰ Première partie – Nature, culture, le cas des oiseaux

Différents compositeurs, de la Renaissance à nos jours, ont retranscrit, interprété, reformulé, installé, composé, à partir de chants d’oiseaux :
– Clément Janequin « Le chant des oiseaux – l’alouette»
– Olivier Messiaen « le catalogue des oiseaux – l’alouette »
– Bernard Fort, « Miroir des oiseaux » Le Bruant jaune»
– Sainkho Namtchylak « Nights birds »
– Gilles Malatray « Les oiseaux-leurres – Canopé »

Deuxième partie – Ville, vitesse, vacarme ?
– Clément Janequin « Les cris de Paris »
– Luigi Russolo – Intonarumoris »
– Pierre Schaeffer « Étude aux chemins de fer »
– Frédéric Acquaviva « Concerto pour ville et voix »

Troisième partie – Le paysage recomposée via la musique acousmatique
– Luc Ferrari « Presque rien n°1 »
– Claude Risset « Sud »
– Yannick Dauby « Phonographie de Taïwan »

A propos de l’intervenant :
Gilles Malatray est un artiste créateur sonore, promeneur écoutant, travaille depuis de nombreuses années autour du paysage sonore. Dans une posture associant des approches esthétiques, artistiques et écologiques, l’écriture, la composition de paysages sonores sont
fortement liées aux territoires investis, sites, villes, quartiers, espaces naturels, architectures, et occupent une position centrale dans la pratique désarçonnante. Formations et interventions artistiques in situ constituent la base de ce travail où l’écoute reste au centre de toute création et construction, notamment via des PAS – Parcours Audio Sensibles, marches d’écoutes collectives, ateliers de lecture et d’écriture du paysage.

Site web : https://desartsonnants.wordpress.com/
Des Arts Sonnants – Earin’ progress  – https://gmvl.org/

INFOS PRATIQUES :
■ GMVL – 25 rue chazière, parc de la cerisaie 69004 LYON
■ Mardi 12 février – 19 h
■ Buvette sur place
■ Prix libre pour les adhérents – 5 euros d’adhésion pour les nouveaux

Écarts…

wce3fya8-gu1jthrhxj2utl72ejkfbmt4t8yenimkbvvk0ktmf0xjctabnaljim9

L’écart.
Il me semble plus que jamais important de considérer l’écart comme un moteur de pensée et d’action. Non pas comme un grand écart, renoncement ou compromis douloureux, extrême, geste subversif, avec sa dose de violence intrinsèque, mais comme un simple pas de côté. Ce sont les écarts qui élargissent le cercle de nos relations, les rencontres, qui infléchissent des idées trop arrêtées, qui nous font visiter l’arrière-cour, là où nous n’aurions sans doute pas été sans lui. Si petit soit-il, l’écart est une moindre façon, parfois quasiment imperceptible, de nous glisser dans des ailleurs stimulants. L’oreille est d’ailleurs capable de bien des écarts, pour peu qu’on lui en laisse un iota de liberté.

30339725815_5576b27c12_o_d

 

A oreille nue

25228911362_09898c092e_z_d

Et bien voilà, je propose des PAS – Parcours Audio Sensibles, parcours d’écoute, à oreille nue. Sans rien d’autre que l’écoute, sans appareillage, sans artifice… Oreille à poil, pour écouter (un peu plus) juste. Juste l’écoute mise à nu… Dépasser l’apparente trivialité du sonore pour être dans l’état d’un instant naturel, brut, dans sa strict beauté, déshabillé de tout parement. Sonore qu’il faut accepter de rencontrer tel qu’il est, à la limite du décevant, mais dans la jouissance du non surfait, échappant aux canons d’une beauté acoustique trop rassurante.