Point d’ouïe automnal

Translate this page

Aujourd’hui, en écoutant/ressentant la ville, j’ai perçu une franche bascule automnale.

Le gris profond du ciel est balayé d’un vent capricieux, complice gémissant. Les feuilles se rouillent en grattant et raclant le sol, s’accumulent dans des tapis ramassés en camaïeux ocrés.

Les gouttes de pluie toquent et ploquent sur ces obstacles végétaux, comme des poignées de sable jetées dans une eau étale, micro miroirs urbains.

La nuit tombante se complait de ces ambiances en demi-teintes, voire les débauchent de pénombres chuchotantes.

Les passants se faufilent entre les rafales primesautières et au besoin s’abritent silencieux sous un porche, tout en ombres fugaces.

Les lumières s’étalent en flaques sur un l’asphalte indolent, entourant les feuilles encore frémissantes.

Des sons et lumières restent à l’échelle de l’intime, sans débordements indécents, l’oreille en témoignera.

Il faut aller, il faut sortir, il faut vivre la cité, dans un brèche d’espaces enfermés, ou refermés, mi-clos mi-ouverts.Il faut déguster à l’envi ces ambiances qui ne s’offrent pourtant pas franco.

Il faut aller gratter, fissurer la croute, celle qui nous mène au sensible, vent debout sons debout.

Rien ne presse, ou presque

Translate this page

Screenshot_2020-10-29 couvrefeulyon jpg webp (Image WEBP, 1024 × 683 pixels) - Redimensionnée (98%)

Aller
on va crapahuter la ville
sans se presser
on va s’y détendre l’oreille
on va y marcher sirènement
à l’appel d’un grand large urbanique
hola, doucement j’ai dit
plus lentement
bien plus lentement
qui va lento va sono
ou plutôt qui va lento va audio
alors moins vite STP
elle nous va attendre la ville
et puis on s’en fout si on rate des choses
il s’en passera toujours bien d’autres
on prend le temps de faire
on prends le temps de défaire
on prends le temps de parfaire
on prends le temps de refaire
un ou des théâtres sonores in progress
chantier d’écoute en cours
on s’ébroue dans la lente heure
on s’ébruite comme dans un flux continuum
on s’étire l’oreille gentiment augmentée par notre seule attention
care audio ou audio care
doucement les basses
molo les aigus
du calme les médiums
on joue sur tous les tons
ou presque
tessiture étendue et néanmoins apaisée
on joue dans les heures creuses
côtoyant le calme à fleur de pied
en le recherchant si besoin est
en le privilégiant quiètement
on joue dans les recoins que le vacarme ignore
on joue dans les ilots que la rumeur évite
on joue dans les oasis où tinte l’eau gouttante
on joue dans les refuges camouflés et étanches au tintamarre
on se planque à l’affut du moindre bruit qui coure
on cherche la surprise du presque rien roi du silence
on avance à l’oreille-boussole audio-aimantée
quitte à se perdre pour une ouïe pour un non
hypothèses de vespéralités et d’heures bleues
d’aubades en sérénades surannées
dans une ville qui nous susurre
de ses mille anfractuosités sonnantes
des chuchotements ou des cris derrière ses murs
de l’intimité volée en voyécouteur
des frémissements végétaux
qui plissent et déplissent l’espace acoustique
des fontaines qui pleurent comme il se doit
mais je n’insisterai pas encore ici
sur les pesanteurs morbides et plombantes
d’un silence par trop silence
préférant glaner des friandises sonores
les extraire de leur gangue potentiellement bruyante
si ce n’est assourdissante
les poser comme un souffle tout contre l’oreille
notre oreille
nos oreilles
tout contre ton oreille aussi
je t’offre des sonorités toutes fraiches si tu veux
tirées de gisements et d’extractions audiorifères
celles que l’on creuse et où l’on recueille sans rien excaver
sans meurtrir le milieu en bruitalités stressantes
sans laisser de violentes cicatrices soniques
comme ceux qui strient et défigurent parfois la ville de pièges à sons
juste en accueillant dans nos pavillons sidérés et bienveillants
des bribes de mondes en délicates boules de sons
que l’on pétrira de mille sonorités amènes
pour s’en faire une histoire à portée d’oreilles
une histoire que je pense à remodeler sans cesse
dans une polysonie complexement contrapuntique
modulations à tue-tête ou chuchotements mezzo voce
et dans toutes les nuances et subtilités entre-deux
un concert déconcertant par sa trivialité pourtant tissée d’in-entendu
qui fait de nous des ravis béats auditeurs auditant
alors allons y tout doucement
très doucement si tu veux
adagio adagietto rallentendo
ralentissons encore cette marche de concert
presque jusqu’à l’immobilité du point d’ouïe
qui nous livre la bande passante de la ville ébruitée
quitte à la recomposer sans cesse
à la recomposer de toute pièce
mais ne sommes-nous pas là pour ça
compositeurs d’audio-urbanités
agenceurs de slow listenings
et au final de paysages sonores pour qui
dans l’idéal
rien ne presserait
ou presque
sauf l’urgence d’en préserver les aménités
et d’en inventer d’autres.

Le 29/10/2020 à Lyon
Sans avoir anticiper le confinement #2

Points d’ouïe, nouveaux écrits

e4b7912
@photo Nicolas Frémiot

 

Dernières mises en ligne

Une compilation d’écrits « Chronique d’un promeneur écoutant confiné » autour de la crise sanitaire que nous traversons et de ses ambiances sonores

https://www.academia.edu/43306986/Chronique_dun_promeneur_%C3%A9coutant_confin%C3%A9

 

Un texte « L’écoute à la carte » autour des cartographies sonores

https://www.academia.edu/43307361/L%C3%A9coute_%C3%A0_la_carte

Entre presque silence et bruitalisation urbaine

tumblr_60dafb510c7fc89c383fccaa21eec699_bcc199c3_1280
Solitaire sifflant @Blandine Rivière

 

Après la stupeur de l’effondrement, de la ville fantômisée, des espaces démesurément vierges d’activités, passé l’installation d’un calme plus inquiétant que serein, la ville s’ébroue à nouveau.

Elle s’ébruite progressivement.

Pas besoin de la regarder, juste lui tendre une oreille de sa fenêtre ouverte.

Le silence, à défaut d’être rompu, perd du terrain, en même temps que son calme.

Les ouatures cotonneuses se déchirent.

Les voitures rouleuses se déconfinent sans vergogne, redonnant du moteur et du claque qui sonne à tour de roues.

Les gazouillis s’estompent car eux sont aussi masqués, et ce n’est qu’un début.

Et comme l’espace public, ainsi que l’autre, notre co-habitant, sont potentiellement de dangereux ennemis semant la pandémie.

Et comme le transport en commun est aujourd’hui trop en commun, terreau de germes viraux, brouillon de culture insanitaire, espace bardé de contraintes…

L’habitacle carrossé fait effet de refuge inviolable, invirussable.

La sécurité distanciée d’un chez-soi sur pneus.

Et la voiture de reprendre la route, peut-être plus que jamais, ou pire que jamais, ou les deux on ne sait jamais.

A tombeau roulant, bruitalisant la cité, et même urbi et orbi.

Mais le piéton aussi repeuple la cité.

D’abord ombre fugitive esquivant le voisin trop pressant.

Heureusement, les postillons ne roulent plus, le crachat de la poste faisant froid !

Ainsi le passant, masqué, défie croit-il, la reconnaissance faciale, pour un instant, pour un instant seulement.

Piéton redonnant de la voix dans la voie.

D’ailleurs à propos du masque,  c’est à l’origine objet de théâtre, antique.

Il se nomme personna, mon nom est personne, et mon masque le personnage que je joue…

Du verbe latin per-sonare, qui sonne par, à travers, et par extension qui parle à travers, et non pas à tord et à travers. Quoique…

Car le masque d’alors ne cache pas la parole, bien au contraire, artifice acoustique, il l’amplifie, la fait porter, publique.

Pas sûr que cela soit vraiment le cas aujourd’hui.

Un théâtre urbain d’ombres solitaires distanciées n’aide pas l’échange cordial.

C’est un terrain miné, qui musèle brutalement des velléités de révolte, jugées sanitairement bien trop bruyantes !

L’ether nu ment !

Si le silence se déchire par voix et voitures, la société s’est  sensiblement désociabilisée, sans doute via la politique entretenue de la peur généralisée, bâillon plus redoutable que bien des masques, même de fer.

 

tumblr_bcf3a62d760805349c6133675278a12e_0942bcde_1280
Ombres urbaines @Blandine Rivière

 

Photos Blandine Rivière – Texte Gilles Malatray

Écrit et ouï  de mes fenêtres 06 mai 2020 – https://soundatmyndow.tumblr.com/

Les écrits urbains, ce que la voix ne peut aujourd’hui faire entendre

Translate this page

Sur fond de crise sanitaire

entre autres crises

la révolte s’étouffe

ou se fait étouffer

taclée d’espaces empêchés

la parole

surtout celle dissidente

se confine

se tait

se fait taire

des rassemblements proscrits

interdits

sanctionnés

réprimés

des voix muselées

parfois éclatées en fenêtres

confinées en silence

confinées au silence

alors

le texte

l’écriteau

la banderole

donnent de la voix

s’affichent publiquement

sur murs support

fenêtres support

mobiliers urbains support

portes support

28b66f7defee58acd7f6548a8e05121c43b70723

ainsi la grogne couve toujours

s’écrit

se placarde

ce que l’on met sous cloche d’un côté

réapparait d’un autre en mots collés

le fait n’est pas nouveau

mais en ces temps de crises

crises multiples et sclérosantes

nourries de silences imposés

de censures généralisées

l’écrit prend du poids

prend un autre poids

en guerilla de mots dits

et parfois

rassérénante ou non

s’installe la poésie.

acda3482872b775c45413bceadceba5ae27d56b1

@ Photos Blandine Rivièretexte Gilles Malatray

Fenêtres d’écoute/Listening windows : https://soundatmyndow.tumblr.com/

https://soundatmyndow.tumblr.com/archive

Point d’ouïe, comme un pesant silence

6168d4044ca44f6fe756e3d00ff197d6796578cb

Ici 

ma rue

déserte

désertée

abandonnée 

ou presque

quartier fantôme

ville fantôme

trottoirs fantômes

parfois secoués

en quelques minutes vespérales

de liesses passagères

ou d’un camion vrombissant

vomissant ses vivres

et chaque sons grinçants

ferraillant le trottoir

ronronnements de chambre froide

claquements de porte

prennent des proportions décuplées

si bien que même dans la durée

des gestes ralentis

des mouvements confisqués

l’oreille s’étonne encore

de ce quasi silence 

pesant

que nargue l’insolent soleil

et que les cloches perchées

animent sans scrupules

toniques scansions

bouffées d’oxygène auriculaires

ce printemps manque d’air.

 

@photo​ Blandine Rivière @texte Gilles Malatray

 

Fenêtres d’écoute – Listening windows – https://soundatmyndow.tumblr.com/

Un banc, point d’ouïe modifié

b21c30500b61cd66b64a55ad3ddc71e9e0847eab

Ceci est un banc

tout près de chez moi

un banc où

très souvent

je m’assois

j’écoute

je regarde

je lis

j’écris

je parle à des habitués

ou à des rencontres fortuites

un lieu de repos

parmi d’autres bancs

un point d’observation urbaine

d’observation curieuse

des choses répétées

des choses singulières

des aléas du moment

un point d’ouïe ittéré

un espace de tentative d’épuisement

comme une terrasse façon Pérec

une forme de rituel urbain

intervention minimaliste

prenant corps dans la durée

les rencontres causeries

ma présence qui s’installe

mais aujourd’hui

confinement sanitaire oblige

je l’ai déserté

lui préférant

dans mes rares sorties

une marche dégourdissante

ma fenêtre est alors devenue

l’erzatz d’un banc

momentanément inoccupé.

 

@Photo Blandine Rivière @texte Gilles Malatray

Points d’ouïe et questionnements

_E4B9039
@photo Laurent Jarrige

 

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’entre les périls climatiques s’amplifiant à la vitesse grand V et la pandémie qui nous frappe de plein fouet, cette situation inédite nous questionne, parfois violemment, en grattant là où ça fait mal, en nous montant les terribles dérives financière, sociales, économiques, humaines…
Elle nous ramène surtout à notre modeste, voire misérable condition de vivants (encore), parmi les vivants, dans un espace fini, si grand nous paraisse t-il, et rien de plus.

Ces questions nous assaillent sans ménagement.
Quelle est notre propre part, personnelle et collective, d’inconscience, de responsabilité, de négligence, de déni, d’incapacité, de passivité, de complicité ?
Peut-on encore se ressaisir, faire quelque chose qui, à défaut d’inverser la tendance, mettrait de l’huile dans les rouages, voire infléchirait des décisions politiques jusqu’alors plutôt catastrophiques, dans le vrai sens du terme, évitant si possible une violence croissante et exacerbée ?
Utopie ou brin de sagesse ?
En a t-on vraiment la volonté, la capacité, les moyens ?

je ne me complairais pas pour autant dans un constat nihiliste et irrémédiablement désespéré, bien que…
J’essaie sans doute de ne pas me laisser submerger par ces questionnements, justifiés, mais qui peuvent, in fine, devenir par trop anxiogènes et paralysants.

Par l’écoute, en situation de confinement, mesures sanitaires obligent, je croise les sons, les images, les vidéos, les textes, comme des bribes d’existences, d’expériences sociales au prisme de l’oreille.
Par l’écoute, je me questionne sur les changements radicaux de l’espace public, de ses acoustiques, de ses fréquentations, de ses contraintes actuelles, de ses usages, en grandes parties suspendus.
Comment se rééquilibrent des paysages sonores qui, tout à la fois s’apaisent, laissent ré-émerger notamment des chants d’oiseaux, tout en se paupérisant par la brusque diminution de la vie sociale in situ.
Mais aussi vu de l’intérieur, comment un enfermement assez rigoureux, modifie en profondeur nos modes de vie, jusqu’aux cœur même des cellules familiales, entre exiguïté et séparation.
Tout cela se sent, se ressent, et bien évidemment s’entend.

Il y a quelques semaines, je travaillais encore ferme autour des parcours sonores, des marches d’écoute, du soundwalking, en arpentant la ville et battant la campagne.
Brusquement, une bascule aussi radicale qu’imprévisible a confiné mon écoute vers des intérieurs, où la fenêtre est devenue l’espace échappatoire, le cadre d’écoute quasi imposé, si se n’est de très rares sorties pour des courses.
Les rapports humains se sont physiquement distendus, et de nouveaux, via notamment les réseaux sociaux se sont mis en place, parfois pour le meilleur et pour le pire.
Des rituels, par exemple France les applaudissements et vivats de soutien, mêlés aux huées et charivaris de protestation, apportent, à nos fenêtres, balcons et terrasses, des réconforts, plaisirs partagés d’être encore un peu ensemble, solidaires, et de dire en commun nos reconnaissances et colères.
D’autres échanges, autour de choses entendues, toujours de nos fenêtres, tissent un réseau informel d’écouteurs confinés, panel d’ambiances, de gestes domestiques, de points d’ouïe issus de territoires géographiquement assez larges. Une chaine active d’écoutants reliés. https://desartsonnants.bandcamp.com/album/des-sons-ta-fen-tre-sounds-at-your-window

Mais aussi des photos, des textes, des vidéos, contrepoints de ces écoutes covidiennes.
Et des échanges, projets, via cams, messages, sms…
J’y entends, vois et lis des traces qui expriment parfois l’étonnement, la sidération, l’inquiétude, la solitude, l’espoir, la colère…

Pour ne pas rester que dans l’ordre de l’affect, des projets de recherches croisées s’amorcent entre spécialistes de différents champs, artistes et autres activistes impliqués et désireux de partager leurs pratiques, savoir-faire et réflexions, de les faire se développer dans un pot commun.

Ma pratique repose toujours sur le champ acoustique, auriculaire, et autour des sociabilités acoustiques, considération qui prend de plus en plus de poids dans ces temps compliqués.
Comment, à l’aune de cette crise multiple, collecter, tisser des écoutes, les mettre en commun, les questionner, en faire à la fois des créations esthétiques et/ou es objets d’études, et pourquoi, pour qui ?
Des questionnements se font jour, cette fois-ci un peu plus positifs que ceux que j’évoquais en début de ce texte.
Une façon de rebondir, au cœur des événements, tout en prenant un peu de recul salvateur.
Une opportunité de créer du commun, même si je manie cette expression avec moult pincettes tant elle est parfois galvaudée, si ce n’est politiquement instrumentalisée.

Entre constat d’impuissance et réaction stimulante, je n’irais pas à prétendre, comme certains, à une grande prise de conscience qui changerait (sauverait ?) le monde à jamais, néanmoins, l’écoute portée sur le monde environnant, et sur ceux qui l’habitent, le vivent, le construisent et le défont (moi y compris) n’a jamais été, pour moi en tous cas, si remuée, re-mise en questions avec tous les pluriels que cela implique .

Paysages (rien que) pour les oreilles ?

1fc93d67-945a-49c9-bacc-15012030f250 copy

Paysage(s),
représentation
artistique
d’un fragment de nature,
de lieu
de scènes
de mythologies…

Peinture,
paysage-toile,
vue de et par l’homme,
homo artiste,
picturaliste
naturaliste
urbaniste
idées à listes…

Représentation(s),
étalée de couleurs,
agencée sur la toile,
paysage re-présenté,
non naturel,
re-construit,
transmission,
vision,
artefact
inclinaison dominatrice
environnement capturé
entoilé.

Paysage et picturalité,
des écoles,
des genres.

Paysage photographique,
carte postale,
tout est
en partie
affaire de cadrage
ou de décadrage
d’éclairage
ou d’obscuricissement
polysémies lumineuses.

Paysages cinématographiques
le mouvement en plus
kinesthésie à volonté.

Le paysage se montre
dans et par l’espace
délimité,
points de vue,
parti-pris
que le regard choisit
en s’aidant de la main.

Quid d’un paysage sonore ?

Idem,
parcelle d’espace
de temps
d’espace-temps
mis en boîte,
capté
enregistré
conservé.

Traces in-fidèles ?
fossiles d’écoute ?
reliquats acoustiques
résidus acoustiques
échantillonnages de territoires…

Technicité
choix du lieu,
des sources
des sujets
de l’instant
de la durée
des mouvements…

Composition,
re-composition,
de l’espace
plan auditif,
réagencé,
remixé pour l’oreille.

Décision de captation sonore
geste prémédité,
volontaire,
contraint de subjectivité latente.

Le micro,
asservi par l’écoutant,
manipulé,
à l’instar de l’objectif,
à effet loupe
grossissant jusqu’au presqu’ inaudible,
aspirant les sons,
travellings auditifs,
gros plans auriculaires
fabrique d’artifices…

Micro parfois complice de l’oreille,
et parfois dissident

Les sons nettoyés,
certains expurgés,
débarrassés de leur gangue
ou de résidus indésirables,
selon la définition de chacun
sons traités
parfois maltraités;
renforcés
amoindris
mélangés
malaxés,
étirés ou raccourcis dans le temps,
séquencés,
déplacés,
pour de trompeuses histoires.

Paysages en fabriques,
admirés,
dénoncés,
caricaturés,
incarnés,
par ou pour l’oreille.

Nouvelles histoires
à croire ou ne pas croire.

Paysage sonore
volonté politique
une approche sonore écho-citoyenne,
une pensée et des gestes d’écosophie sonore
les utopies s’entendent-elles ?

Le paysage,
sonore,
n’est pas fidèle au réel,
mais sans doute un reflet
un miroir déformant
de l’écoute elle-même,
personnelle,
parcellaire,
modelée
contaminée de culture,
et c’est en cela
que le son se fait paysage,
ou bien inversement.

Points d’ouïe sur l’écoute

f43ed3a6-03e1-495c-b8ec-8cc1766406d8
Point d’ouïe, PAS-Parcours Audio Sensible à Saint Pétersbourg- Institut français de Russie – Rencontres Paysages sonores –  Juin 2019

Écouter de concert, c’est repérer et s’approprier des marqueurs paysagés.
 
 C’est partager une expérience sensible, relationnelle.
 
 C’est agir pour défendre des causes sociales, chercher du bien -être,
des partages de sensibilités, d’aménités…
 
 C’est construire, avec des artistes, chercheurs, pédagogues, aménageurs, politiques, écoutants au quotidien… une recherche-action contextualisée, in situ.
 
 C’est mieux s’entendre avec…
 
 
 L’écoute se déploie dans une multitude de paysages, ou de pratiques, liées à :
l’esthétique/L’artistique
le patrimoine
l’écologie/l’écosophie
la citoyenneté
la communication
le travail
la santé/le handicap/le bien-être
l’étude de genres
l’aménagement du territoire…