L’écologie sonore, encore et toujours

L’écologie sonore, développée par feu Raymond Murray Schafer dans les années 70, est bien plus qu’un concept.
C’est un approche esthétique recherchant une meilleure, voire une belle écoute de nos éc(h)osystèmes, et de ses habitants, usagers…
C’est une façon de poser une écoute critique in situ, vigilante aux dysfonctionnements de nos milieux auriculaires, entre saturations, paupérisations et disparitions, mais aussi vers des aménités paysagères.
C’est un façon d’introduire la notion de paysage sonore comme une constituante, non seulement sonométrique, quantitative, mais aussi esthétique, patrimoniale, sociétale, dans des groupes de recherches, des équipes d’aménageurs, artistes, décideurs politiques…
C’est un inventaire des lieux fragiles, ou des espaces oasis acoustiques, à préserver et à modéliser/adapter pour des aménagements urbains ou non.
C’est une action de tous les jours et de chacun.es, quelle que soit son échelle.

Tendre l’oreille de concert !

Votre territoire, quel qu’il soit, mérite qu’on lui prête l’oreille !


Aménités paysagères inouïes, écologie sonore, sociabilités auriculaires, parcours sonores éducatifs, patrimoniaux, valorisation via un éc(h)otourisme culturel, programmation, actions culturelles et artistiques in situ, ateliers et formations contextualisés…


Desartsonnants, plus de 30 ans d’expérience autour du paysage sonore !
Tendons l’oreille de concert !

Appel à communication : « Paysages inouïs écouter | résonner | habiter »

Translate this page

« Paysages inouïs écouter | résonner | habiter » du 8 au 10 avril 2021 à Blois

Le 10e symposium international FKL (Klanglandschaft Forum – Forum pour le paysage sonore) est organisé avec l’Ecole de la nature et du paysage (INSA Centre Val de Loire), AAU-CRESSON et le Réseau International Ambiances.
Ce partenariat inédit s’inscrit dans une démarche prospective pour imaginer de nouvelles façons de considérer l’apport de la question sonore dans nos existences. Les situations expérimentales seront privilégier.

Pourquoi Paysages inouïs ?

La métaphore ouvre un champ libre pour l’imagination, l’impensé ou l’inconnu, mais aussi pour le passé et le futur, pour des scénarios sonores encore inexplorés. Cette image touche aussi au domaine multiforme de la perception auditive. Par l’intermédiaire des qualités auditives, des phénomènes acoustiques, des pratiques de conception spatiale, des créations artistiques et des expériences d’écoute, le son constitue une entrée transversale inspirante sur les paysages et les ambiances.

L’appel à communication pour ce 10e symposium international FKL est construit autour de cinq thématiques :

  • Dans quels paysages sonores aimerions-nous vivre ?
  • Que pouvons-nous apprendre en écoutant le monde à venir ?
  • Utopique / dystopique / hétérotopique  ;
  • Des écoutes différentes à travers les formes et les rythmes de la vie  ;
  • Quelles voies pour les actions collectives ?

Les auteurs, musiciens, scientifiques, artistes, étudiants, pourront envoyer des propositions scientifiques ou des compositions sonores, qui peuvent être soit des enregistrements audio, soit des compositions instrumentales écrites, soit des installations sonores, ou encore des propositions vidéo.
Parmi les propositions créatives il y a aussi la possibilité d’inventer et de proposer des jeux qui comportent, dans les modalités de déroulement ou comme objet même, une référence au son et à l’écoute. Des photos, des cartes, des enregistrements des lieux prévus pour les installations seront disponibles en ligne à partir du 30 septembre 2020.

Contact AAU-CRESSON : Nicolas Tixier

Comité d’organisation :

  • FKL : Giuseppe Furghieri, Francesco Michi, Stefano Zorzanello
  • Ecole de la nature et du paysage INSA Centre Val de Loire, CNRS CITERES : Olivier Gaudin, Lolita Voisin
  • AAU- CRESSON ENSA Grenoble :  Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier.