Écarts…

wce3fya8-gu1jthrhxj2utl72ejkfbmt4t8yenimkbvvk0ktmf0xjctabnaljim9

L’écart.
Il me semble plus que jamais important de considérer l’écart comme un moteur de pensée et d’action. Non pas comme un grand écart, renoncement ou compromis douloureux, extrême, geste subversif, avec sa dose de violence intrinsèque, mais comme un simple pas de côté. Ce sont les écarts qui élargissent le cercle de nos relations, les rencontres, qui infléchissent des idées trop arrêtées, qui nous font visiter l’arrière-cour, là où nous n’aurions sans doute pas été sans lui. Si petit soit-il, l’écart est une moindre façon, parfois quasiment imperceptible, de nous glisser dans des ailleurs stimulants. L’oreille est d’ailleurs capable de bien des écarts, pour peu qu’on lui en laisse un iota de liberté.

30339725815_5576b27c12_o_d

 

Publicités

A oreille nue

25228911362_09898c092e_z_d

Et bien voilà, je propose des PAS – Parcours Audio Sensibles, parcours d’écoute, à oreille nue. Sans rien d’autre que l’écoute, sans appareillage, sans artifice… Oreille à poil, pour écouter (un peu plus) juste. Juste l’écoute mise à nu… Dépasser l’apparente trivialité du sonore pour être dans l’état d’un instant naturel, brut, dans sa strict beauté, déshabillé de tout parement. Sonore qu’il faut accepter de rencontrer tel qu’il est, à la limite du décevant, mais dans la jouissance du non surfait, échappant aux canons d’une beauté acoustique trop rassurante.

Écouter, comment s’entendre (mieux)?

aea8c947-47ae-467a-964b-48c0aeedf9a9-original

Écouter c’est trouver l’endroit, le moment, la posture…

Écouter c’est trouver le rythme, la présence, le partage…

Écouter c’est trouver le détour, la surprise, le plaisir…

Écouter c’est vivre, un peu mieux…

Et avec ta ville, comment tu t’entends ?

Et avec toi, comment tu t’entends ?

Et avec moi, lui, avec eux, comment tu t’entends ?

PAS – Parcours Audio Sensibles et Marchécoute, des générateurs d’émotions contemplatives

gilles-malatray_parcours-audiosensible-gare_city-sonic_art-sonore_transcultures-2016-1170x777

Un PAS – Parcours Audio Sensible, une Marchécoute doivent chercher l’empathie territoriale, sensitive, parfois transcendée via une forte charge émotive. Quitte à assumer une subjectivité à fleur de peau et de tympan. Ne pas ressentir une affinité pour le terrain, ses ambiances sonores, visuelles, lumineuses, olfactives, kinesthésiques, c’est risquer de passer à côté de tellement de micros événements, ceux qui donnent tout le sens, l’essence de la marchécoute.

…Une nuit, un lieu sombre, un commerce encore ouvert, un groupe qui devise en sirotant des bières, des espaces résonnants…Nous jouons les voyeurs auditeurs dénués de toutes mauvaises intentions, si ce n’est que d’emprunter quelques bribes sonores dans la chaleur d’une nuit d’été pour écrire notre histoire…

Marcher pour trouver des aménités, ce n’est pas refuser l’inhospitalier, c’est lui trouver son pendant, comme une réponse en négatif, un miroir ou un écho généreux. Je me sens souvent comme électrisé par l’immersion auriculaire que je mets en place par la marche, l’écoute, le déploiement d’antennes sensorielles qui vont puiser les sucs invisibles de la cité comme de la forêt. Je me nourris de mille détails qui mettront en branle mon récit.

…Une sente qui s’enfonce dans un espace indéfini, aux lisières de la cité, couloir vert habité d’oiseaux pépiants, espace abandonné, ou pas encore colonisé par l’excroissance citadine, espace fragile, entre les rumeurs de la ville et les abords d’une campagne voisine, entre-deux incertain et de ce fait attirant…

Marcher pour se sentir vivant, les corps animés d’une jouissance à pousser les pieds et les oreilles vers les frontières du tangible, de l’audible, vers d’autres corporalités en mouvement, vers l’in-habitude chronique des lieux sonifères. L’altérité est comme une rencontre permanente, laissant venir au marchécouteur les rumeurs les plus tenaces comme les douceurs sucrées de sonneries et autres tintements campanaires.

…Une traversée, elle aussi nocturne, d’un très ancien hôpital, des voûtes, jardins intérieurs aux fontaines accueillantes, des charriots qui émergent en ferraillant de ces couloirs enchevêtrés, les ronronnements de distributeurs de boissons, les souffles rauques d’une multitude de ventilations cliquetantes… Une cloche sonne au loin. Une science-fiction estivale, post Tarkoskienne…

La géographie des émotions, des sentiments, n’est pas chose délétère, mais source de plaisirs vagabonds, d’expériences sociales, humaines, affectives, tant avec les lieux arpentés qu’avec les êtres qui les parcourent, habitent, aménagent, racontent…

…Une balade de banc en banc, fabriquant des affûts auriculaires, espace matérialisés où s’assoir devant, au centre, contre, derrière, des scènes sonores dessinent un parcours singulier, des haltes comme des oasis sonores, accueillant le flâneur urbain avec tout l’égard qui lui est dû…

La marchécoute ne peut pas être simple outil d’analyse, d’expertise, carnet écritoire et réceptacle de données, elle doit remuer des émois, exalter des forces vives, riches en sons en couleurs, exacerber des ressentis, peut-être des résistances, comme une symphonie vibrante d’une orchestre chauffé à blanc…

…Une traversée d’un gigantesque marché à Tananarive; tout y est pour moi démesure, l’espace, la foule, les couleurs les odeurs, les sons… Je m’y noie avec au départ une certaine apréhension, puis avec allégresse. J’avale de tout mon corps ce maelström sensitif, ce torrent sensoriel, qui laisse pantois le primo promeneur que je suis, et marquera à vie ma mémoire, aujourd’hui encore stupéfaite…

La Marchécoute doit être une forme d’abandon, d’acceptation de l’imprévu, de l’irrationnel, du trivial, comme objets de surprises tonifiantes. Il nous faut quitter les sentiers rebattus pour les chemins de traverse canailles, ou bien alors avoir un regard/écoute qui va creuser notre connaissance des lieux, jusqu’à lui donner une autre consistance, une autre vie, une perception chamboulée, une remise en question du beau et de ce qui pourrait ne pas l’être, une exaltation de celui qui se défait pour refaire autrement, auraient dit les situs.

…C’est un long tunnel urbain, humide, sauvage, ténébreux, où coule une rivière, où les sons et les lumières paraissent, dans l’étalement, dans la durée, surréalistes, où le corps expérimente le passage avec la curiosité d’un explorateur qui ne risque pas de se perdre, juste de s’étonner d’être là, de vivre ce moment hors du temps où des ombres et des voix flottent sur sa tête, tout étourdi de vivre la ville dans ses dessous cachés…

La Marchécoute doit souder un collectif, ou tout au moins affirmer une action collective, une communauté d’oreilles grandes ouvertes, prêtes à ausculter les recoins du paysage sans a priori discriminant. Un guide écoutant est en mesure de proposer des espaces de contemplations auriculaires, une forme de visite tel un musée de l’écoute en plein-air, où les œuvres seraient sérendipitiennes, ou l’état contemplatif serait accentué par la valorisation d’une esthétique relationnelle – telle que la conçoit et défend Nicolas Bourriaud.

…Plus de trente personnes mirent presque deux heures, en nocturne, pour descendre les pentes de la Croix-rousse, lentement, très lentement, zigue-zaguant, en silence, s’arrêtant, traversant des terrasses de bars, des jardins publics, s’asseyant ici ou là sur des bancs, s’offrant aux regards étonnés des promeneurs croisés, bousculant les ambiances, passant d’ouvertures en fermetures spatiales, de rumeurs en sonorités ténues… Le groupe y résista, se solidifia, fit corps, et oreilles, adopta et partagea un rythme quiet de déambulation, des points d’ouïe mettant en scène le moindre son. Peu de consignes, beaucoup de postures non injonctives, plutôt généreusement proposées…

Je pratique et propose une écoute, ou plutôt une collection d’écoutes manifestes, volontaires, assumées dans un mixage esthético-écologique, ou plutôt écosophique, des cheminements avant tout sensoriels, souvent réfléchis par la suite, des constructions-traces mémorielles ne prétendant pas être la réalité environnementale, plutôt un faisceau de fausses ou de réalités biaisées de subjectivité, et pourquoi pas de pures inventions… Mais je doute que les pures inventions naissent ex-nihilo, le terrain, le vivant, l’arpentage, abreuvent sans cesse les récits, d’autant plus riches si collectifs, s’ils sont notre. Je construis également des collections de chemins, de terres sonores, de promenades, de rencontres, d’échanges, d’autre-parts itinérants, salons à la fois publics et intimes, au bord d’une route, d’un sentier, d’une place, d’une clairière… En duo ou en groupe, l’échange et la partage, le plaisir de faire, de se glisser dans l’espace sonore, y compris silencieux, sont les maitres mots.

Des lieux anachroniques déportent nos habitudes; parkings souterrains, terrasses de hautes tours, tunnels, chantiers, églises, impasses, gares, centres commerciaux, chemins et rivages obscures, forêts en nocturne… Ce sont des lieux de décuplement sensoriels, amplificateurs d’émotions, vecteurs de contemplations, prêtons leurs l’oreille, suivons des guides passionnés de curiosités en marge du rassurant, en marche jubilatoire et communicative…

Si nous considérons que les choses étant ce qu’est le son, il nous faut parfois aller à la limite de perdre connaissances pour remettre à neuf des modes perceptifs décuplés. Cent fois sur ton sentier tu remets ton courage.

A bon machécouteur salut !

Paysages toniques, micro récits auriculaires

Projet Titre à venir
Haut plateau du massif du Bugey

Centre d’Art Contemporain de Lacoux – 16/27 août 2018

43286532505_17a5267279_k_d

Lundi 8H15
Brume
Une brume effilochée, et pourtant tenace, court sur les arêtes boisées des combes environnantes.
Durant de longs moments, seul un vent tonique se fait entendre, déversant par à-coups une fraîcheur à la caresse par trop revigorante.

Mardi 6H30
Dialogue
Deux buses invisibles devisent, l’une dans une futaie en contre-bas, face au banc sur lequel je suis assis, l’autre à l’orée de la forêt, à flanc de coteau, juste derrière moi.
Elles entament un dialogue matinal, joute de cris-réponses perçants, entrecoupés de silences
qui tracent une ligne d’écoute quasi stable.
Je suis un point d’écoute focal, médian entre les deux rapaces bavards.

44196362921_46ff419d80_k_d

Mercredi 8H30
Rituel
Chaque jour ou presque, dans le champ voisinant notre campement, un rituel sonore se répète à mes oreilles.
Progressivement, une «enclochatement » paysager se fait entendre, poudrant la prairie de droite de tintements malicieux.
Le troupeau de chèvres de notre hôte s’installe en gambadant, parfois caché dans les prémices de la forêt, parfois courant à notre rencontre.
Ces animaux au regard malicieux et aux mouvements tintinnabulants nous font rentrer dans le vif de la matinée, si ce n’est de la journée.

Jeudi 7H30
Retournement
Ce matin là, le vent a tourné, et le paysage sonore semble avoir subi une révolution auriculaire conjointe.
De nouvelles sources sont ainsi apparues, mécaniques, en quasi opposition avec la quiétude pastorale visuelle.
Une carrière invisible, derrière la colline, assène des chocs métalliques au paysage, qui viennent buter en sourds échos dans le foisonnement de la forêt.
Ils jouent à tromper sournoisement la, notre perception des espaces sonores.
A ne plus savoir qui est l’écho ou la source initiale, comme matrice énergétique acoustique.

44196361931_227d9e4389_k_d

Vendredi 10H
Apparition – disparition
Je marche, nous marchons au fil d’une rivière, ou torrent, ou les deux.
A son extrémité, ou début, elle s’achève, ou nait au grand jour, tout en haut d’une falaise en imposante cascade jaillissante.
Sur le sentier capricieux, l’écoute nous joue des tours.
Au gré d’un dénivelé, d’un détour boisé, d’un obstacle minéral, des basculements incessants, glissements ou cassures acoustiques scandent un paysage aquatique en continuel évolution.
La rivière joue à cache-cache, je l’entends, elle disparait de mon champ auditif, puis revient, puis s’en va, se rapproche, s’éloigne, semble loin, puis toute proche… Méandres d’écoutes.

samedi 16H
Récurrence
Un groupe d’une dizaine de personnes entament un PAS – Parcours Audio sensibles aux alentours du village de Lacoux.
Marcher lentement, faire halte sur des points d’ouïe, écouter ensemble, les règles sont toujours très simples.
Au départ, une fête, repas villageois au lointain; puis une sente forestière; un silence presque (trop) parfait.
Le sentier nous ramène au-dessus du village où la fête en contrebas nous revient à l’oreille, invisible, claire, un brin fantomatique. Nouvel estompage sur le chemin du retour. Réapparition fugace à l’approche du centre du village, comme un yoyo sonore.

Dimanche 8H
Réminiscence
Le séjour touche à sa fin, le village s’ébroue, s’éveille doucement, très doucement, dans une fraîcheur automnale. Bientôt, les randonneurs arriverons. Bientôt, l’oreille reprendra sa place urbaine, avec l’empreinte prégnante de cette résidence montagnarde en contrepoint, tenace et douce réminiscence.

 

43290440765_b7a1cb78d6_k_d

Point d’ouïe, Charabotte, au fil de l’eau

p1240419

A droite, en contre-bas,
le défilé d’une petite rivière
montagneuse et tortueuse,
enserrée au creux d’une profonde combe,
murs minéraux et boisés quasi a-pic.
accidentée de micros chutes cascadantes
contrainte de blocs de pierre
obstacles perturbateurs
suivie discrètement de sentiers capricieux
apparaissant et disparaissant à l’oreille
au gré d’un détour soudain
parsemée de gourds bains sauvages
cernée d’une foisonnante végétation
Éole tricotant des tissus venteux à fleur de sentes
crissement de graviers roulant sous nos semelles
peu d’humain, ni d’animalité
une cascade repoussant toujours plus loin la faille falaise
qui la déversera enfin
au bout du chemin
ou presque au bout
assis sur des rochers bienveillants
maquettes d’ archipels pétrifiés
que les sinuosités de la rivières viennent caresser
et mille nuances d’aqua bruits sonnances.

Charabotte – Massif du Haut Buggy – Lundi 20 août 2018
Parcours Sensible – Workshop Titre à Venir

JEU ÉCOUTE – Espaces – postures

Promeneur écoutant toujours inassouvi, quelques questions se posent à chaque PAS – Parcours Audio Sensibles, remettant en question mes façons de faire, selon les sites investis.

Qu’elle est la place de mon corps écoutant dans l’espace ?

Comment je place, déplace, mon corps écoutant dans l’espace ?

Comment l’espace propose à mon corps écoutant des postures qui « vont de soi » ?

Il est évident pour moi que la balade sonore, silencieuse, le PAS – Parcours Audio Sensible, ne sont en aucun cas des finalités. Ils sont plutôt des moyens d’action, des supports – dispositifs d’écoute, y compris et surtout à oreilles nues, des invitations à rencontrer le Paysage, le Monde, l’Autre, par le seul fait de tendre l’oreille, et d’avoir l’oreille tendre.

La question de la posture, je marche, je m’allonge, je m’adosse, je longe, je traverse, je m’assois, je suis avec l’autre, les autres… est au centre de l’écoute, et se construit pour, dans et avec l’espace.
Espace personnel, espace commun, singulier, physique, mental, autant de strates hétérotopiques que le corps traverse, et qui traversent le corps.

Le mouvement, le geste, la posture, la façon d’investir les lieux, vont créer un terrain propice pour entrer en vibration avec les lieux, trouver des résonances sympathiques, activer des empathies, partager des aménités, mettre l’écoutant en position de récepteur actif.

Trouver la bonne cadence, le moment opportun où s’assoir, le geste qui va caresser, effleurer, tendre la main, mettre en perspective le regard et l’oreille, implique d’avoir conscience d’une très forte adéquation entre le corps et l’espace, ou pour citer Perec, les Espèces d’espaces.

Le geste chorégraphique est sans doute celui que je sens le plus proche de ma façon d’appréhender l’écoute, bien que n’étant pas personnellement, tant s’en faut, un danseur digne de ce nom.
C’est d’ailleurs à ce point que peuvent se jouer des rencontres où chacun amène ses compétences pour enrichir mutuellement les expériences auriculaires, en croisant des sensibilités et savoir-faire, de façon à trouver des réponses et des enrichissements circonstanciés.

L’œil du photographe, du vidéaste, ou la maîtrise d’un paysage par le coup de crayon d’un artiste dessinateur, peintre, posent également d’autres repères, des représentations qui peuvent mettre l’oreille et la pensée dans des situations inédites, inouïes, en créant des stimuli dynamiques décalés.

Tout ce qui peut élargir le jeu, stimuler des postures qui me placent et me font agir au cœur même de l’écoute, de la construction de paysages sensibles, m’entraine à pousser plus avant mes pérégrinations d’un corps-oreille en quête de belles écoutes.

J’ai collecté ici une petite série d’images qui présentent ou me suggèrent des cheminement possibles. Et il y en a tant ! Tant d’autres possibles !

 

IMG_5617

Le dossier images par ici