Point d’ouïe – Pratiquer le Zone’Art

23237191992_430ac03119

Démarche essentiellement urbaine, en ce qui me concerne, pratiquer le Zone’Art, voire être Zone’Art.

Zone’Art pentage
Souvent entre chiens et loups, nuit tombante, voire plus tard, si ce n’est bien plus tard. Errances, déambulations au hasard des rues, des quartiers, parcs, places, escaliers, impasses, parcours d’instinct, au fil des choses croisées, vues, entendues, entr’aperçues… Post debordage. Dans des villes connues, celle où je vis par exemple, celles parcourues régulièrement, pleines de balises apprivoisées, ou en cités abordées de prime abord, ou depuis peu. Espaces peuplés d’inconnu(s) et réservoir de surprises sensorielles, lieux d’excitantes perditions géographiques, fabriques de repères en chantiers, parfois catalyseurs de dépaysements exosoniques, exotoniques. Pensées vagabondes, souvent fugaces, fugitives, recouvertes par d’autres, au fil des pas. Zone’Arthétérotopique.

Puis le besoin de pause se fait sentir.

Zone’Art soyez vous donc
Un banc, un recoin de muret, d’escaliers… Pause. Ne plus aller vers les choses, les gens, les laisser venir à moi, ou pas. Immersion, être au cœur d’une ville, même dans sa périphérie, ses lisières, plongée dans ses sons, lumières, mouvements, rythmes, ambiances, météo comprise, palpitations plus ou moins ténues, effrénées, mi-figue, mi-raisin… Regarder, écouter, lire, noter, rêvasser, échafauder des scénari, des plans d’actions, plus ou moins réalistes, laisser murir l’idée, celle qui parait pertinente, avoir des velléités d’écriture, désirs d’actions, de rencontres, creuser les choses, différemment… Croiser le chemin de passants, connus ou inconnus. Renseigner sur une direction, échanger sur la pluie et le beau temps, sur le roman qu’on lit, sur l’anecdote, le front social grondant, la galère quotidienne de celui qui a juste envie de s’épancher, et qu’on l’écoute un peu. Banc d’écoute, j’y reviens. Bureau nomade avec ses points habituels, ponctuels, ponctuant, et ses nouveaux spots Zone’Artendus. Parfois, voire souvent Art du presque rien. Zone’Artborés, bordés, ceux de la vie à ciel ouvert, du prendre place à 360°, assises hors-les-murs, espaces du fragile et du solide concomitant. Zone’ Artifices, sans cesse réécrits, pour le meilleur et pour le pire.

Zone’Artchitecture, urbaine, urbanique, lieux publics où vivent et parfois survivent certains, qui auraient pu presque être citoyens. Lieux qui peuvent se donner à entendre si on leurs prête l’oreille. Donner du grain à moudre à mes oreilles, perpétuelles insatisfaites, mais réjouies aussi.

 

PAS – Parcours Audio Sensible Approche kinesthésique et sensible d’un territoire à l’aune du duo photographie/phonographie

FireShot Capture 058 - cropped-paysage-en-c3a9coute.jpg (Image JPEG, 1440 × 812 pixels) - Re_ - desartsonnantsbis.files.wordpress.com

« Le veilleur retient son souffle… jusqu’à entendre le jour se lever » Marc Dugardin, Fragments du jour (Rougerie, 2004)

Un projet en chantier

Tracer, en marchant, un paysage sensible via les interactions du regard et de l’écoute, entre similitudes et dissemblances. Un travail en duo avec un phonographe et un photographe, ou l’inverse

Polysémie de la trace

– Traces et tracés indiciels, chasser, pister, chercher des traces, repérer ce qui peut nous mettre sur la voie, suivre la piste, suivre à la trace, épier, placer des signe, jeux de piste…
– Traces et tracés conceptuels, dessiner, esquisser, brosser à grand traits, portraiturer, crobarder, mettre en plan, en carte, composer avec des images, avec des sons, avec les deux, faire contrepoint…
– Traces et tracés mémoriels, garder, sauvegarder, mettre en forme des traces, archiver, mémoriser, patrimonialiser, collecter, organiser des traces matériaux et supports d’écritures croisées…

Questionnements

Comment faire paysage par l’image et le son comme média contrapuntiques ?
Comment faire intéragir les traces (audiovisuelles) dans une approche hétérotopique ?
Comment trouver les points de convergences tout en conservant les singularités, jouer dans les interstices du semblable et du dissemblable, du différent et du similaire ?
Comment ces jeux de frottements transmédia, intermédia, favorisent-ils des modes de perception, d’interprétation et de représentation singulières ?

casa-munras-hotel-spa

Desartsonnants@gmail.com
https://desartsonnantsbis.com/

PS :  Si un, une photographe est intéressé-e pour réfléchagir et croiser des expériences sur ces problématiques

Directions écoute(s)

77210200_2882679951742381_3833464113627922432_o

Inventaire
Épuisement
Observatoire
Arpentage
Errance
Sensible
Hétérotopie
Arpentage
Ambiance
Sociabilité
Point d’ouïe
Parcours
Paysage
Phénoménologie
Écologie
Esthétique
Écosophie
Éthique
Politique
Milieu
Écosystème
Mobilité
Réseau
Écriture
Mémoire
Territoire
Échange
Acoustique
Postures
Trace
Philosophie
Altérité
Contexte
Concept
Aménités
Relationnel
Narration…

Screenshot_2019-12-04 Gilles Malatray ( desartsonnants) • Photos et vidéos Instagram

Inventory
Exhaustion
Observatory
Survey (march)
wandering
Sensitive
Hétérotopie
Survey
ambience
Sociability
Point of hearing
course
Landscape
Phenomenology
Ecology
Aesthetic
ecosophy
Ethics
Policy
Middle
Ecosystem
Mobility
Network
Writing
Memory
Territory
Exchange
Acoustic
postures
Trace
Philosophy
Otherness
Context
Concept
Aménités
Relational
Narration…

PAS – Parcours Audio Sensible, Soundwalking

aaiaaqdgaaoaaqaaaaaaaayjaaaajgvkzmfly2iylwu2owitngmxnc1hnjk3lwq4mmfjmdiymzuwyg

(English below)

Marcher
Les pied accordés au sol
à l’humus nourricier
humus et humilité ont une même racine
écouter le sol
l’air
le vivant
donc le Tout
les oreilles accordées aux vibrations sonores
dans une écologie où la sociabilité est au centre du projet
un process écho-logique où la bienveillante est essentielle
l’expérience collective est avant la connaissance
être ouvert à l’immédiateté du mouvement
de la perception
du ressenti
déployer des antennes sensibles
traverser les sons et lumières
en être traversé
partager les traversées
accumuler les marches d’écoute
pour un récit tissé de mémoires des lieux
les raconter
même enjolivées
extrapolées
réécrites par la parole
le mot
le son
Sentir le monde sous ses pieds
sous nos pieds
entre ses deux oreilles
et par celles des autres
par tous les pores de son corps membrane
chercher l’accordage du monde*

* « The Tuning of the World » Raymond Murray Schafer

18016955521_eb1a60d26f_o

Walk
Foot granted to the ground
to the nourishing humus
humus and humility have a same root
listen to the ground
the air
the living
so the All
ears tuned to sound vibrations
in an ecology where sociability is at the center of the project
an echo-logical process where the benevolent is essential
collective experience is before knowledge
be open to the immediacy of the movement
of perception
feeling
deploy human sensitive antennas
to cross the sounds and lights
to be crossed
share the crossings
accumulate the listening steps
for a story woven of memories of places
tell them
even embellished
extrapolated
rewritten by speech
word
the sound
Feel the world under his feet
under our feet
between his two ears
and by those of others
by all the pores of his membrane body
seek the tuning of the world *

* « The Tuning of the World » Raymond Murray Schafer

22736311250_372148ba2b_k_d

Point d’ouïe, accordage des lieux swingants

Restaurant-Cipiace-coktail-Bruxelles-622

Parvis Saint-Gilles à Bruxelles

Réflexes musico-motri-sensoriels.
J’arrive dans une ville, un quartier inconnu, ou peu connu, par moi en tous cas.
Exemple personnel cette semaine, le quartier Saint-Gilles à Bruxelles.
En soirée, nuit tombée.
En début de week-end.
Presque en hiver, mais avec un temps frais et clément.
Réflexe, le parcourir pour l’entendre, mieux l’entendre, tendre à mieux s’y entendre.
Se laisser guider par l’instinct, les lieux, les mouvements, les gens, les imprévus, le sons, et encore les sons…
Marchécouter, marcharpenter.
Repérer des lieux où se poser, ou poser ses oreilles, son écoute, un banc de pierre, des marches d’escalier…
Prendre le pouls de la ville, du lieu, en sentir les pulsations, autrement dit, musicalement parlant peut-être.
Ville groove.
Ici, c’est encore le temps où Bruxelles chante, si l’on veut bien, autrement, en capter les rythmes et mélodies, parfois cadencées dans une frénésie expansive.
Si l’orchestre urbain, son installation sonore ambiante, semblent s’emballer, l’oreille doit rester indulgente, patiente; elle doit lâcher prise pour s’ouvrir un peu plus, ou totalement, à une composition sonore qu’elle ré-orchestre elle-même, posture post Russolienne, au cœur, au corps de la ville-sons.
Ville scène ouverte, où Schafer, Russolo, Neuhaus, parmis d’autres, l’avaient bien senti, ville qui ouvre des champs de possibles audibilités dont on ne fait qu’effleurer les sonopotentiels.
Tuning of the World, disait Murray Schafer, l’accord(age) du monde, comme une musique trublionne, canaille, indisciplinée, ionisée, façon Varèse.
Accorder ses sens à, vers, dans, pour la ville, ou accorder la ville à ses sens, dans une syntonisation réciproque, en perpétuel ré-accordage.
Sentir la pulse, ou l’impulser.
Construire, composer une écoute groovante, qui emprunterait au Jungle Ellingtonien, au swing made in Basie, à un lyrisme de Gershwin, comme à la rêverie de Yves ou aux paysages de Ferrari, dans un brassage melting-pot que j’aime à imaginer sauce Bruxelloise.
Filer la métaphore de la ville swing.
Penser le beat, les lieux qui groovent, qui swinguent, ou qui s’étirent dans des balades hyper slow, qui sembleraient faire marcher la cité à reculons.
Traquer les breaks, les cassures, ruptures de tempi, ponts/transitions, modulations, dissonances, impros et chorus…
Une ville à vaux-jazz, que je perçois ce soir, sur le Parvis Saint-Gilles, dans une grille d’accords qui laissent une large place à l’improviste, et à l’humain, bien présent.
Des trames sonores qui se déroulent comme des thèmes, des t’aimes, in the mood…

Résidence City Sonic Winter Sessions
23 novembre 2019
Parvis Saint-Gilles à Bruxelles

PIC – Paysage, Improvisation, Concert

Paysage

Improvisation

Concert

PIC
Les choses étant ce qu’est le son

 

Logo seul

 

Intention

Je suis parfois insatisfait de morceler, de diviser, une démarche qui convoque à la fois des approches liées à l’écoute, la musique, ou la création sonore, le paysage, l’écologie voire l’écosophie et des formes de sociabilités sonores.

Comment trouver une cohérence qui puisse servir un propos alliant le faire et la réflexion, avec un large public, non forcément initié ?

Alors je construis un projet , un processus, un démarche qui pourrait tomber à PIC (Paysage Improvisation Concert).

Marcher, écouter, repérer, enregistrer, improviser des paysages en live, à partir des captations sonores captées in situ, faire ré-entendre, en parler... Un projet contextuel, de quelques jours à quelques semaines, que j’ai expérimenté et pratiqué lors de mes dernières résidences artistiques en Russie et au Portugal… Un dispositif à la fois bien cerné pour être efficace, et assez souple pour se confronter à de multiples espaces géographiques.

Des PICs en chantier qui, bien évidemment, ne demande qu’à s’exporter…

gilles-malatray_pas-parcours-audio-sensible-balade_en_ardoinais-anja_desartsonnants_city-sonic_arts-sonores_sound-art_transcultures-2016-1170x777

oreille

sc zoé

Paysage Improvisation Concert

Le projet:

Un promeneur écoutant preneur de son, un travail autour du field recording, du soundwalking, de la lecture/écriture de paysages sonores.

Phase 1

Se promener, magnétophone en main, oreilles aux aguets.

Capter des ambiances, des échantillons sonores, l’esprit auriculaire des lieux.

Les restituer lors d’un PIC (Paysage, Improvisation Concert).

Phase 2

Improviser, lors d’un concert, d’une performance live, à partir des échantillons sonores, non mixés, récoltés in situ.

Possibilité de précéder le PIC d’un PAS – Parcours Audio Sensible (Soundwalk) et de le poursuivre par une conférence/causerie autour des notions de paysages/parcours sonores et points d’ouïe, des rapports esthétique/écologie/sociabilité sonores.

Timing

Cycle court : 2 à 3 jours d’enregistrement, repérage, écoute, dérushage.

Un jour de répétition, concert.

Résidence sur plusieurs semaines, à définir selon le projet

Dispositif

Enregistreur numérique et logiciels audio amenés par l’artiste.

Sur place, un système son stéréo pour la diffusion improvisation.

cfa3b64c-074a-427d-8570-b5117e2b2dce

concert pic

Photos PIC Saint-Pétersbourg/Kaliningrad – Institut Français de Russie Festival Sound Around 2019

 

Desartsonnants


POINTS D’OUÏE ET PAYSAGES SONORES PARTAGÉS

SONOS//FAIRE

DESARTSONNANTS PROFIL ET PROJETS SUR LINKEDIN

34 rue Roger Salengro

69009 LYON

Skype : desartsonnants
Portable : +00 33 (0)7 80 06 14 65
desartsonnants@gmail.com

Pour en savoir plus

EN ÉCOUTE

EN IMAGES

EN VIDÉOS

EN TEXTES