Les PAS – Parcours Audio Sensibles, catalyseurs d’une communication non verbale.

17393569384_a26d4c71c3_o_d
Silence must be !*
Cette déclaration, a priori impérative, est néanmoins, plus pour moi, une invitation plutôt qu’une injonction.
La marche silencieuse, celle que propose généralement mes PAS, tend à installer une attitude quasi méditative, concentrée, à la fois sur le monde extérieur, et sur nos propres pensées, ressentis, états-d’esprit, rêveries intimes, sur un moi restant cependant fortement connecté au Monde environnant.
Le silence alors instauré comme une règle du jeu, laisse place, plus de place, aux sons ambiants, ouvrant ainsi ce que Pauline Oliveros appelait une « Deep Listening », une écoute profonde, parfois exacerbée, en tous cas souvent amplifiée.
C’est une façon d’investir les lieux par l’écoute, de se créer ses propres paysages, se mettre en vibration, en résonance, en harmonie avec son environnement, les espaces appréhendés, marchés, dans une forme d’augmentation sensorielle sans autre artifice que notre écoute, notre esprit et notre corps consentants, grands ouverts sur le Monde.

Effet de groupe, esprit de groupe
Les PAS prennent pour moi tout leur sens lorsqu’ils sont commis à plusieurs, en groupe, y compris à partir de deux personnes, et qui lus est d’autant plus qu’ils sont effectués en silence. Je l’ai déjà formulé maint fois, mais je reste toujours surpris des synergies, des énergies qui se dégagent d’une marche silencieuse, en groupe. SE ressent alors une véritable stimulation d’une complicité, d’une connivence accrue dans le geste d’écoute, voire dans toute une série de gestes physiques, postures, ressentis…
Le silence du groupe n’est pas la résultante d’un isolement de chaque individu qui se réfugierait dans un silence-muraille, qui sectionnerait le groupe en une constellation d’individus étrangers les uns aux autres, bien au contraire !
Le fait de marcher ensemble, d’écouter ensemble, en silence, dans un cadre spatio-temporel pensée comme un commun, un territoire d’échange développe un pneu de gestes connivents, bien au-delà du langage parlé, ou qui échappe à la parole pour s’adresser directement aux corps interconnectés.

Au corps de l’écoute
Marcher au même rythme, tendre l’oreille aux mêmes sources, s’arrêter ensemble, se sourire, s’échanger des clins d’œil, se guider en se donnant la main, se faire passer des objets, être reliés par des fils virtuels ou réels… Autant de faits et gestes, parfois imperceptibles au non habitué, ou au spectateur extérieur, qui développent un véritable langage, une forme de communication parfois plus forte que la parole-même, mentale, physique, kinesthésique… et qui ne vient pas rompre la magie du silence, écrin de l’écoute active.

Silence on guide !
Le guide de PAS, rôle que j’endosse de nombreuses fois, ressent fortement les moments où se soude un groupe, où les entités humaines font bloc, et rayonnent d’une sorte d’énergie électrisante.
Le guide est tout d’abord celui qui installe, ou qui contribue fortement à installer le silence, plus en adoptant des postures physiques communicatives qu’en usant de la parole pour se faire entendre, voire comprendre. Une immobilité soudaine, un regard appuyé… C’est sa propre énergie d’écoutant qu’il devra, à l’instar d’un chef d’orchestre, communiquer alentours. Plus encore que sa technique gestuelle, l’énergie d’un maestro, jusque dans les silences, est sans doute surtout dans les silences, viendra galvaniser l’orchestre, qui lui-même renverra de l’énergie vers le chef, et au-delà verts le public. Situation finalement assez comparable avec laquelle je me trouve en emmenant un groupe dans un PAS, mais sans doute ma pratique de direction d’orchestre n’y est pas étrangère. L’un des premiers marques de ‘implication d’un groupe, de sa cohésion, est sans nul doute la qualité du silence qui sera « produit » collectivement, lequel sera non seulement une sorte d’écrin pour les sonorités ambiantes, mais aussi éléments constitutifs intégrants d’un langage non oralisé.

Silence on communique !
Dans un PAS silencieux, des gestes discrets, a priori anodins, se révèlent comme des formes de jeux/postures révélateurs, que le groupe se transmet souvent de façon consciente. Mettre les mains derrières les oreilles, en formes de parabole acoustique, fermer les yeux, effectuer un lent tour sur soi-même, à 360°, coller l’oreille à un pont, à une porte… Autant de gestes, de recherches d’écoutes, à la fois simples et singuliers, qui ne demandent aucune verbalisation pour se transmettre, tout juste une réceptivité collective, un mimétisme communicatif, une sorte de danse improvisation intuitive collant aux événements de l’instant, aux ambiances du lieu.
Le langage collectif, sorte de langue des signes pour écoutants, ainsi installé, ne doit surtout pas être troublé par une parole qui serait alors une surcharge interprétative tout à fait inutile, voire franchement déplacées, si ce n’est parasitante. Cette parle « de trop » brouillerait plus qu’elle ne servirait les communications corporelles, sensibles, des promeneurs écoutants. Les gestes en silence sont à même de transcender la plus modeste des promenades, plus qu’aucun discours ne le ferait, si pertinent soit-il. Au gré, et par cette communication intimes, circulant librement dans le groupe, l’écoute se consolide, le paysage devient dessert, et s’ouvre à nos oreilles dans ses moindres détails – Quelqu’un qui cuisine, fenêtres ouvertes, en écoutant la radio, des oisillons qui pépient dans un nid, le souffle du vent dans les feuilles d’un peuplier, les chuchotement et fous-rires étouffés d’un couple d’amoureux sur un banc public… L’oreille se fait gourmande, insatiable, un brin voyeuse aussi… C’est par des regards, des visages attentifs, éclairés, des sourires, que l’on sait que nous ne somme pas seul à écouter sourdre les bruissements du monde. A un moment, plus tard, la pari-olé aura besoin de se libérer, de commenter, d’échanger verbalement, et elle le fera alors naturellement, toujours sans consignes. Ou bien alors une question discrète du type « Quel a été votre moment le plus fort, ou le lieu où vous vous êtres sentis le mieux ? »

Retours humains
Au terme d’un PAS, une mère nous a rapporté l’expérience qu’elle venait de vivre avec sa fille, expérience qui m’a personnellement beaucoup touché.Elle avait amener avec elle sa fille, une adolescente rebelle avec laquelle elle avait des rapports très conflictuels, jusqu’à un silence pesant, bien loin de celui dont je vous ai parlé auparavant, mais a contrario comme le marquer d’une communication devenue impossible. La mère avait proposé à sa fille d’accepter ou non sa proposition, et de rester libre de quitter le PAS quand elle le souhaiterait.
Or non seulement mère et filles sont restées jusqu’au bout u parcours, mais il s’est passé durant ce temps d’écoute quelque chose d’assez imprévisible.
En cours de route, elles se sont sourit, échanger des clins d’œil, appuyé l’une contre l’autre, pris la main. La mère est revenue nous voir le lendemain, sans sa fille, et visiblement très émue de ce qu’elle avait vécue, nous relatant combien ce contact physique, humain,  renoué en marchant, l’avait bouleversé.
Certes, un PAS n’est pas pensé comme une thérapie, ni une façon de guérir, d’apaiser,des conflits humains. Je suis très loin d’une forme de « baladohérapie «  que de toute façon je ne saurais absolument pas gérer, le soin étant loin de mes domaines de compétence.
Néanmoins, suite à ce retour spontané, je me suis plus encore rendu compte combien le geste silencieux, les formes de communication non verbale, pratiqués dans les PAS pouvaient souder, et dans ce cas précis ressouder un groupe, ne serait-ce qu’un couple mère fille jusqu’alors en conflit.
En dehors du mot, de la parole, marcher et écouter ensemble créent indéniablement une connivence dans l’instant, renforcée par un silence que je qualifierais d’habité.
Et si les PAS, sans même cherche à en expliquer le pourquoi du comment, ne servaient qu’à créer ou consolider des liens d’écoutant à écoutant, cela serait déjà pour moi un petit PAS de franchi, vers l’autre.

Publicités

PAS – Parcours Audio Silencieux

Des PAS – Parcours Audio Sensibles aux  PAS – Parcours Audio Silencieux

enjoy_the_silence-1920x1080

Au seuil de cette année à venir, 2017 en marche(s), il me paraît judicieux de travailler en convoquant, autant que faire se peut, le silence.

En le convoquant d’avantage, plus fortement, autrement, en marche ou en points d’ouïe.

Dans une société bruyante, trépidante, voire tonitruante,  où certains espaces sont électrisés de stress sonore, où l’homme qui a peur du vide – silence de mort – meuble l’espace-temps à grands coups de musiques, de vrombissements, d’éclats, de cris, le silence doit se faire résistance !

Le silence, ou faire silence, est un acte épiphanique, faisant apparaitre à notre conscience la richesse du monde par l’écoute.

Le silence est un écrin où se posent les sons. Il les magnifie en offrant à l’oreille de belles plages de  calme, où peuvent s’installer les plus fines et intimes perles soniques.

Le silence est recueillement pour assoir un rituel d’écoute et  pénétrer de pleine oreille dans le monde des sons vivants.

Le silence est un contrepoint, voir un contrepoids, à l’excès qui gangrène certains espaces urbains d’une folle surenchère acoustique.

Le silence est une quête, entrant certainement dans le champ des nombreuses utopies, dont le caractère improbable nous pousse justement à les cultiver pour tenter d’y trouver ce qui pour nous fera sens,  donnera du sens à notre vie.

Le silence est l’instant où chacun retient son souffle, dans l’attente de quelque chose , de la quiétude au pire chaos.

Le silence est une posture, une forme de transe, où  l’on pénètre, sans mot dire, un peu plus profondément dans soi, et dans le monde,  un recentrement initiatique.

Le silence, contemplatif, en marche, est une façon de consolider des synergies relationnelles, où le faire ensemble prime sur toute construction matérielle.

Le silence est l’espace interstice qui cimente les sons, en fabriquant des rythmes de pleins et de déliés, de continuums ou d’itérations, contribuant à écrire le récit des choses entendues, des paysages construits de toute ouïe.

Le silence est bien d’autres choses encore, et bien d’autres choses en corps.

Les PAS – Parcours Audio sensibles, sont donc aussi, parfois, des PAS – Parcours Audio Silencieux, marches silencieuses, quand bien même, et surtout, peuplés et façonnés de sons.

colors-of-silence

POINT D’OUÏE SUR LE SILENCE

OBSERVER LE SILENCE (ET CE QUI LE COMPOSE)

 

silence-2

En lisant le très beau livre d’Alain Corbin*, consacré au silence, que l’intéressante polysémie de l’expression « observer le silence » me frappait soudain. Ayant pour habitude de ne pas trop dissocier, lors de mes PAS -Parcours Audio Sensibles,  la vue de l’ouïe, je trouvais là une entrée symboliquement  très intéressante pour me re-pencher sur le couple Yeux/oreilles.

En fait, lorsque l’on observe le silence, on fait silence ! Nous créons dés lors, un nouvel espace de silence, le matérialisons en quelque sorte, en le rendant presque tangible. Il est évident que ce silence, fabriqué de toutes pièces, ne peut pas s’imposer à tout l’espace environnant. Tout au plus,  faire silence implique, pour un groupe d’hommes, de se taire, d’éviter de « faire trop de bruit » à un moment et dans un espace donné. C’est un phénomène circonscrit, une action locale. Cérémonie avec minute de silence commémorative, lieu d’enseignement, de culte, de spectacle, on fait silence pour différentes raisons, alors qu’autour de nous la vie suit son cours, avec les voitures, les oiseaux, les avions, l’orage, qui n’ont cure de nos injonctions…
Dans cette fabrication d’une sorte d’attention sociétale, parfois rituelle, pouvant relever du cérémonial, nous pouvons donc observer le silence, même de façon très brève, je reviens ici à la célèbre minute de silence.
Or, par glissement sémantique, lorsque nous observons minutieusement le silence, comme un naturaliste observe de près une fleur, nous commençons à discerner de quoi il est constitué.
Dès lors, observer le silence revient à admettre qu’un silence, si profond et pur soit-il, est toujours peuplé, voire paradoxalement constitué de sons, même infimes . Je peux citer ici ’expérience de la chambre anéchoïde (ou chambre sourde) où John Cage vérifiait la véracité d’un silence illusoire, voire d’un « non silence* ». Ce qui lui faisait finalement dire, dans son livre justement intitulé Silence « « Le silence n’existe pas, il se passe toujours quelque chose qui produit un son. »**

Le silence n’est donc pas, physiquement, une absence totale de bruits, mais plutôt un espace où ceux-ci auraient tendance à s’amenuiser, à laisser place à une poche de calme, plus ou moins riche, plus ou moins calme, générant une certaine quiétude, mais parfois, comme un silence de mort, une véritable inquiétude, voire une peur de ce silence par trop…silencieux.
Observer le silence, c’est donc, ou en l’occurrence cela pourrait être, pris au pied de la lettre, une posture qui nous met en retrait de la scène acoustique, nous dé-immerge, pour que notre oreille puisse prendre du recul vis à vis de notre environnement sonore, et que nous ayons les moyens de le  comprendre, de le qualifier , de l’analyser sans doute plus objectivement.
Observer le silence nous ramène à la posture d’un sociologue, pour qui l’observation de terrain est une façon de construire de la « connaissance ordinaire »,  qui donnerait lieu ici un étude sociale du paysage sonore, même réduit à sa portion congrue sous le prisme du silence.
Entre observer pour construire, construire paradoxalement du « moins », et observer pour comprendre, pour savoir, l’écoutant que je suis peux ainsi naviguer entre la pratique partagée d’un geste presque silencieux, apaisant, et l’envie de comprendre un peu mieux comment fonctionnent nos relations avec l’environnement sonore, en tant qu’écouteurs producteurs.
Observer le silence c’est être acteur, avec la volonté de défendre des scènes acoustiques qualitatives, en tentant de faire la part des choses entre esthétisme, vie sociale, et une forme réfléchie d’écosophie du sonore.
Il y a peu, Max Horde me disait au fil d’une conversation »… toi, le musicien du silence… » formule qui m’a je dois dire amusé autant que touché, tant ce beau raccourcis correspond à mes aspirations présentes.

ecoutez-voir-le-remplacant-avec-sylvie-testud|x240-md1

*http://www.albin-michel.fr/ouvrages/histoire-du-silence-9782226323781

** « … La personne qui est entrée dans une chambre anéchoïde, pièce technologiquement rendue aussi silencieuse que possible, a pu y entendre deux sons, un aigu, un grave – l’aigu, le système nerveux de l’auditeur en activité, le grave la circulation de son sang. Ce sont là, manifestement, des sons à entendre et, à jamais, des oreilles pour entendre. »  J. Cage, entretien avec Jean-Yves Bosseur autour de 4’33 » Ed Minerve

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer