POINTS D’OUÏE SUR BANC D’ÉCOUTE

MONS LE SONS – NOCTURNE CENTRAL 2016

53b7d508357013fdc9c5ade3

Au fil des années, de mes passages à Mons, somme toute assez réguliers, dans cette cité belge, certains de ses lieux sont devenus pour moi, des espaces d’exploration sonores tout indiqués. Quelques bancs, bancs d’écoute, ici et là, notamment sur la grande place centrale, au pied des jardin du beffroi, me servent régulièrement de refuge -affût d’écoute. Ils me permettant, à différentes heures, ou époques, de prendre le pouls acoustique de la ville, de noter ses changements d’ambiances assez sensibles d’un moment à l’autre, et qui plus est d’une saison à l’autre.
En été, une fontaine a tendance, surtout de nuit, à devenir un brin envahissante dans son flot ininterrompu de bruits blancs, gommant ainsi beaucoup de détails et d’arrière-plans. En hiver, cette fontaine étant hors d’eau, l’espace retrouve une ampleur et une finesse qui se déploie sur toute l’entendue de la place, et cette dernière est très vaste. Le lieu est minéral, avec de nombreux débouchés de rue ou de passages piétonniers, ce qui donne à l’espace acoustique une magnifique spacialisation agrémentée de réverbérations qui nous donnent l’échelle du paysage. Le soir, peu de véhicules y circulent, ce qui laissent aux voix et aux activités humaines une belle place.
Des badauds, des étudiants, quelles fêtards, des patrons de bars restaurants, très nombreux sur ce site historique, qui vantent les spécialités, rangent les terrasses, des clients qui sortent fumer, des francophones, des néerlandophones, une palette de sons bel et bien vivants.
Et puis, agréable surprise de cette écoute nocturne, après des années de silence dues à d’interminables travaux, le beffroi surmontant la ville de Mons sur sa colline (Mons/Bergen…) à retrouvé de la voix. Tous les quarts d’heure, il égrené une courte mélodie joliment ciselée dans l’espace. Un vrai bonheur que de réentendre ces sonneries, ces musiques repères spatiaux et temporaires !
D’ailleurs, hier soir, une intéressante expérience d’écoute à l’improviste. Je marche dans la rue principale, noyée sous un flot de musique/muzac à mon goût bien trop présente  quand soudain, à 19 heures, elle s’interrompt brusquement. Et la ville retrouve enfin ses espaces acoustiques subtiles. Nous la réentendons subitement, comme le notait parfois et le faisait constater Max Neuhaus dans ses installations sonores. De plus, le carillon du beffroi, enchaine par une délicate sonnerie dans ce nouveau « silence installé». La ville comme j’aime l’entendre, et la faire entendre.

Texte et captation sonore lors d’une invitation par Transcultures – Balades, conférences et workshops avec la Faculté d’architecture et d’urbanisme de Mons (cycle de conférences les territoires augmentés par le son) et l’école supérieure des arts Arts au Carré de Mons

Le 24/12/2016 – Grand Place de Mons – 19H30

En écoute

Publicités

POINTS D’OUÏE ET SCÉNOPHONIES

POINTS D’OUÏE
Scénographies de paysages sonores « au naturel »

Pour donner à entendre, voire à écouter un paysage, à l’apprécier jusque dans ses formes en apparence les plus intimes, anodines , sinon triviales, il faut parfois installer un cadre d’écoute surprenant.

La question serait, comment faire en sorte que l’écoute paysagère devienne source de plaisir, musicale, éphémère, sans pour autant rajouter quel que sons que ce fut.

Prôner une belle écoute suppose de ne pas entrer dans le jeu de la surenchère acoustique.

Il s’agit donc de mettre en écoute, en scène, les élément sonores de l’espace même, en un lieu et à un moment donné, et de les mettre à disposition de l’écoutant potentiel, à portée d’oreille, sans autre artifice que les sons eux-même.

Poser un cadre d’écoute qui invite l’écoutant à se poser, en toute simplicité, et à tendre l’oreille, sans plus, ce qui est déjà beaucoup.

Organiser une sorte de musée exposition in situ, dans lesquels les sons sont au centre de la médiation.

Choisir un lieu qui s’y prête, acoustiquement pas trop saturé.

L’envisager comme un cadre de vue et d’écoute. L’un stimulant l’autre, et vice et versa…

L’installer dans l’espace public, même de façon très temporaire.

S’y installer. Avec d’autres…

Décaler aussi le regard pour décaler l’audition, rendre la scène poétiquement sonore.

Construire et disposer des images, des scénographies, des mobiliers, des signes qui infléchiront des postures d’écoute…

Provoquer l’imaginaire
…
Si nécessaire, puisez dans l’existant, peut-être en le détournant de son ou de ses usages.


 Si cette question vous questionne, un projet in situ ?… desartsonnants@gmail.com

 

En images, cela peut donner ceci

IMG_2620

 

tumblr_nl7s9cJS6f1tgpca3o1_500

310449_10150307590527507_1249254704_n

681_1122649701078757_2547301016570689846_n262184_585424544801278_1514331665_n283829_604018052941927_1702647280_n

 

486847_860269560650107_942239726128716886_n

544392_564125500264516_688697015_n

1011277_874737112536685_8002520870946447345_n

10313831_936787416331654_5255821813633046462_n

10394469_800059553337775_4682349832112226472_n

10425078_847448948598835_2492915813000726613_n10440203_913298022013927_4399857541292175266_n

10476489_965154220161640_8552914756268566103_n10516720_815083001835430_7426044878629890592_n

10606347_847453971931666_3896924599817667710_n

10610685_847453235265073_5001757498943157698_n

10653396_847456401931423_4607522757846799105_n

10660095_847449711932092_9190762952213334244_n

10712830_885754111434985_1530545005759837096_n

10923225_940599692617093_204639412218323677_n

10955690_940599545950441_9012074656022797174_n

10983353_965152116828517_5121559582083903575_n

12063659_1075531602457234_294173307775118979_n

12190036_1088434041166990_8370567446677356366_n

 

14915724445_882c45ab01_h

00

01

 

 

 

 

 

PAS – PARCOURS AUDIO SENSIBLES UNE EXPÉRIENCE DE LA RÉSISTANCE

Marcher, écouter, résister

15023385172_2037b27f9c_o

Ralentir le pas,
prendre le temps de l’écoute,
du paysage ici et là,
de soi, de lui, de l’autre
instants slow life,
oasis de calme,
résister au speed,
ne pas céder au zapping,
temps d’immersion,
décroissance en mode doux,
écologie sonore,
pour mieux s’entendre,
défense d’une belle écoute,
urbi et orbi,
résister au repli sur soi,
écoutez la différence,
savoir s’étonner,
savoir étonner,
rechercher l’altérité,
ne pas (trop) s’isoler sous casque,
cultiver un art relationnel…
Écouter, c’est résister !

 

tumblr_nl7s9cJS6f1tgpca3o1_500

APPEL À CONTRIBUTIONS – RACONTEZ CE QUE VOUS ENTENDEZ

RÉCITS DE PAYSAGES SONORES

IMG_2656

Un paysage sonore comme le support, ou comme l’acteur d’un récit….

C’est la question principale qui me préoccupe actuellement. Comment le raconter, le partager, le transmettre ? Par des mots, des images, des sons… ?

Sémiologie et narratologie sont convoquées pour construire et instruire le récit.
Je recherche de l’aide, des coopérations, des expériences, de la matière.

Vous avez envie de dire ou d’écrire un, ou des paysage(s) sonore(s) ? Je vous invite cordialement à le faire. Par écrit, ou enregistrement audio – n’enregistrez pas un paysage, mais vous commentant/ décrivant un paysage (sonore). Pas de format imposé; texte libre, sans contraintes.

Si cette idée résonne ou trouve écho en vous : desartsonnants@gmail.com

Merci par avance aux généreux donateurs.

 

TRACES D’ÉCOUTE ET ÉCOUTES TRACÉES

PAYSAGES SONORES, HISTOIRES DE TRACES, TRACES D’HISTOIRES

 

IMG_7200

Crédit photo – Yuko Katori – CRANE Lab

 

Appréhender un paysage, quel qu’il soit, c’est prendre très vite conscience de l’importance de la trace, de des traces, au sens large du terme. Ces traces plurielles, matérielles ou immatérielles, empreintes, marques ou marqueurs physiques, qui constituent souvent l’essence première de ce qui subsistera en mémoire, sont intrinsèquement liées au paysage, d’autant plus si celui-ci est abordé dans sa composante sonore.
La trace, ou l’ensemble de traces, sont ici comme un corpus documentant et précisant des actions aussi simples que le fait de marcher, d’arpenter, pour ressentir le paysage, notre paysage en l’occurrence. On peut en effet penser que la compréhension, même parcellaire, d’un paysage, se fait pour beaucoup dans une approche perceptive, sensorielle, sensible, propre à chacun, et que l’analyse, la formulation, la théorisation ne viendront qu’après le rencontre physique avec le terrain. Tout au moins peut-on espérer qu’il en soit ainsi.
Promeneur écoutant, je sors mes oreilles prêtes à cueillir, accueillir des sons, des ambiances, des sensations, et prêtes également à les emmagasiner dans un coin de mon esprit, de façon plus ou moins prégnante, ou volatile, selon ce qui sera advenu lors de mon parcours exploratoire.
La trace sera donc ici mémorielle, infiniment personnelle, peut-être totalement et volontairement tue, cachée aux autres, si je ne la relate pas à autrui, oralement, scripturalement. Cependant, si je décide de partager, de vive voix , par des mots, des signes, des écrits, des décrits, des graphismes ou autres signes, de transmettre des expériences vécues sur le terrain d’écoute, je donnerai à la trace mémorielle. j’assoirai une existence tangible, qui pourra se diffuser, s’incarner, prendre corps en donnant plus de consistance, de matérialité, à l’abstraction d’un paysage sonore aussi volatile qu’intangible. Rémanences…
Coucher des mots décrivant des ambiances, des couleurs sonores, des ressentis, même les plus intimes donc les plus subjectifs sera pour moi une autre façon de donner vie à des paysages sonores, et je l’espère de donner envie à d’autres de les visiter, à leurs façons, tout en prêtant une oreille plus respectueuse à l’entour.
Pour d’autres, la trace, le rendu passeront par le graphisme, le dessin, l’image. Créer une image, voire une imagerie sonore, peut s’avérer un projet passionnant, qui favorisera, avec ou par la trace, une approche transmédiale, à la limite de la synesthésie peut-être. Je n’aime pas, pour ma part, trop cloisonner et séparer les médium, hiérarchiser les sens, disant qu’un tel est asservi par un autre, ou sous-exploité, et que tel autre est dominateur, hégémonique… C’est un discours que j’ai certes tenu, voire défendu, à une époque, et dont je me méfie beaucoup aujourd’hui, de par son côté radical et dichotomique. Je préfère maintenant convoquer une forme de trace plutôt œcuménique, dans l’esprit, où le dialogue inter-sensoriel s’appuie d’avantage sur une entente, une synergie, que sur une confrontation.
Pour en revenir aux formes traçables, traçantes, l’enregistrement audio est bien évidemment un outil qui semble incontournable, même si je n’ai pas commencé par citer ce dernier. Il faut savoir qu’au au fil des ans, je suis  devenu quelque peu méfiant et parfois réticent à construire l’essentiel, l’essence d’un paysage sonore, autour du seul, ou principal média qu’est le son. Paradoxe? J’ai en effet été très souvent déçu de ses limites, en tous cas de celles de l’enregistrement, à retranscrire les singularités, les finesses, les changements, les espaces, les beautés, et tout ce que j’avais perçu à l’oreille. Tout d’abord, l’état d’esprit du moment, la disposition, l’humeur pourrait on dire, sont autant de facteurs colorant la perception, influant sur notre ressenti, nos sentiments, in situ, dans l’instant, et restent globalement étrangers à ce que capte, assez froidement, le magnétophone. Mais justement, ne cherche t-on pas une forme de neutralité objective ? Parfois, la réécoute s’avère en différé très décevante. On pensait avoir ramené une petite perle sonore, un moment de ravissement, et on ne retrouve pas du tout la magie du moment. On pensait retrouver des sensations fortes, et on ne les entends plus.
Sans compter les limites intrinsèques de la technique qui, même avec le meilleur matériel, l’usage de techniques binaurales, multicanales, et le savoir-faire du preneur de son, n’arrivent pas encore à retranscrire la fine complexité de l’environnement sonore à portée d’oreilles. Je me montre sans doute un peu trop méchant avec la trace phonographique, car pour autant, le magnétophone reste pour moi un outil incontournable pour collectionner et conserver, archiver, voix, cloches, fontaines et autres sources et ambiances multiples.
Les traces enregistrées peuvent être des constituantes de formes d’échantillonnages, de catalogages, de collections indexées et documentées, d’observatoires, d’inventaires, de données propres à définir des typologies singulières de paysages sonores, selon les travaux d’Aciréne**. Vaste sujet qui devrait faire l’objet d’un article spécifique.
Voir également le formidable projet cartographique Aporee***.
D’autre part, et dans une posture bien différente de l’approche raisonnée et quasi protocolaire précédemment abordée, qui viserait à analyser des formes types de paysages sonores, on peut envisager l’approche d’un paysage qui serait plus proche de « l’idée qu’on en a », de l’impression que l’on a conservé dans un coin de sa tête. Il s’agirait sans doute de penser et retranscrire ce que l’on aimerait entendre, ce que le paysage auriculaire nous inspire, plutôt que de chercher une véracité – mais laquelle et pour qui ? – position qui reste une expérience exaltante, à défaut d’être objective. L’artiste s’offre ainsi le ainsi droit de partager des choses qu’il a revisité, transformé par son écoute, ses gestes, ses postures, ses a priori, ses doutes, ses propositions… Et il en assume le fait en toute subjectivité, tout au moins en ce qui concerne l’auteur de cet article ! Emboîter son pas, suivre ses traces, ce n’est pas assurément rechercher une vérité stricte, encore moins une certitude absolue, mais explorer les traces de multiples paysages gigognes possibles, à défaut d’être tout à fait  prévisibles. Hétérotopies, uchronie ? Le paysage sonore étant ce qu’il est, toujours en recomposition, son après son, couche après couche, il convient de se garder, même dans la trace a priori figée, ou fixée, pour reprendre une expression de Michel Chion*, une marge d’incertitude. Nul chemin d’écoute, nul paysage, même jalonné, reconstruit et mémorisé par de multiples traces, n’est jamais tracé de manière définitive. Chacun promeneur écoutant défriche, ou déchiffre, réécrit, et raconte  sa propre histoire, au gré parfois de sinueux chemins de traverse. Chaque parcours se fera singulier, selon les visiteurs auditeurs qui s’y engouffreront, oreilles ouvertes à l’aventure sonique. La trace participe activement à l’écriture sonore, notamment à l’écriture de paysages sonores. Jeux de l’ouïe pour ne pas tout à fait perdre la trace – Signes de piste et jeux de traces pour ne pas tout à fait perdre l’écoute, ou l’entendement.

IMG_7198

Crédit photo – Yuko Katori – CRANE Lab

 

* L’art des sons fixés – Michel Chion – Metamkine/Nota Bene/Sono-Concept, 104 p.

** Aciréne – http://www.acirene.com/recherche.html#ancretitre2

** Aporee – http://aporee.org/maps/

#desartsonnants

POINTS D’OUÏE ET NOTES D’INTENTIONS EN MARCHE

LES INTENTIONS EN MARCHE

Intentions d’un promeneur écoutant
L’intention est de visiter une œuvre d’art à l’échelle du paysage, de la ville, marquée par l’interaction de notre écoute, notre regard, nos pas.
L’intention est de proposer une action-performance marchée et écoutée, tout en douceur.
L’intention est de porter une oreille curieuse et impliquée, soucieuse de bien, ou de mieux s’entendre avec, de défendre un art de l’écoute partagée.
L’intention est de ralentir, de prendre le temps, d’adopter le rythme d’une marche apaisée, voire contemplative, le plus que possible éloignée de toute violence, qu’elle qu’elle soit.
L’intention est d’aller à la rencontre de lieux et des personnes, et surtout d’échanger de concert.
L’intention est de repenser le paysage visuel, sonore, multisensoriel, comme un ressourcement esthétique et spirituel généreux.
L’intention est de reconsidérer des espaces de biens communs fragiles, des cadres naturels ou architecturaux sans cesse renouvelés, bouleversés et remis en question, y compris par les sons.

GÉOGRAPHIE AURICULAIRE – QUIET SOUNDSCAPE

s

Géographie auriculaire et récits de calmes paysages

Sonic Geography and quiet soundscapes stories

18012946352_57c6770759_c

Marcher n’est pas une finalité en soit, ni même écouter, serait-ce en marchant.
Un marcheur écoutant sachant marcher et écouter marche t-il toujours en écoutant, ou bien écoute t-il toujours en, marchant ? Question métaphysique, rien n’est moins sûr.
Les soundwalks, ou balades sonore ou PAS – Parcours Audio Sensibles, dans la terminologie desartsonnantes, seraient-elles propices à créer et à entretenir le récit, un récit, des récits, ceux d’univers sonores aussi multiples qu’il existe de lieux, de situations, et sans doute de paires d’oreilles ?
Le récit fait-il vraiment état de l’audible, au même titre que l’audible s’écrirait dans un récit ?
Récits de ville, expériences de terrain, parcours partagés, tranches de ville et de vie, choses entendues, sous-entendues et imaginées, quelque soit le sens, les sens, l’essence de la marche, la chose entendue et racontée me semble  primordiale, même dans son intrinsèque fugacité sonifère.
Avec ou sans parole, la transmission, le partage d’une exploration sensible, paraissent mettre au diapason de l’écoute différentes sensibilités, en même temps qu’ils font émerger des degrés d’analyses plus ou moins consciente, des situations d’immersion existantes, des plongées urbaines, ou non, concertantes et concertées, des menus ou de grands plaisirs, a priori à portée d’oreilles.
Mais à quelles, ou de quelles oreilles parle t-on ? Oreille interne, externe, impliquée, appliquée, novice, habituée, experte… ?
Pour en revenir à a marche versus écoute, elle nous construit en même temps qu’elle participe à construire nos propres environnements, y compris sonores.
La marche, ici envisagée comme une soundwalk, nous stimule dans l’approche d’une géographie auriculaire – auriculaire donc très singulière.
Nous avons affaire à la singularité de l’inouï, de l’in ouïe, du décalage induit par la mise en avant du sonore, qui prend ici la pas sur d’autres modes de perceptions, tout en ne les effaçant pas.
La marche, et en particulier la balade sonore, nous questionnent et peuvent nous aider à :
créer des chemins d’écoute, les nôtres propres, ou ceux qui seront arpentés, voire conçus collectivement
en dresser les profils, les reliefs, les détours, les embûches, les spécificités, les attraits
entrevoir et concevoir des espaces comme de véritables  territoires inouïs, avec leurs espaces spécifiques, leurs volumes, plans, fonctions, usages
Imaginer et fabriquer des représentations, des images, des partitions, des collections, des inventaires, des cartes
trouver des points de repères auditifs structurant de façon spatio-temporelle l’espace, ou s’y perdre, à l’envi
aller de points d’ouïe en points d’ouïe, cheminer, s’inventer des sortes de pèlerinages sonores, se fixer des marqueurs auriculaires nous ancrant dans les paysages familiers ou exotiques, endogènes, ou exogènes
guider, flâner, parcourir, arpenter, se laisser conduire ou bien errer, tout simplement, si tant est que l’errance soit vraiment chose simple
baliser son chemin, le faire itinéraire, parcours repéré, tout en restant ouvert à l’imprévu, aux chemins de traverse, à l’improviste et à une forme d’improvisation en marche
chercher à bien, ou à mieux s’entendre, ou non, avec des lieux, sa ville, son quartier, les écoutants potentiels avec lesquels nous pourrions partager nos écoutes…

Ces propositions s’appuient en fait très largement sur les expériences in situ, à un moment donné, sur des récits personnels, des géographies sensibles, n’étant peut-être qu’hypothèses, tentatives d’échappées, ou rêveries. Sans doute n’influeront-elles que le marcheur qui veut bien y prêter l’oreille.

Ce sont là  des axes de recherches et de réflexion  bâtis sur de l’immatériel, des objets d’écoute et ambiances  intangibles, éphémères, laissant ainsi, fort heureusement, prise à un imaginaire latent. Cet imaginaire pourrait d’ailleurs bien vite brouiller les cartes, dans toutes la polysémie du terme, et ainsi détourner, mettre en difficulté toute orientation, même des écoutants les plus avertis et aguerris.

Géographiquement parlant.
C’est une géographie bâtie sur la fragilité, la versatilité et les caprices du récit, et donc aussi sur les lacunes du récitant, de sa partialité, de sa mémoire subjective, versatile et fragile.
C’est une géographie du sensible qui sera donc décryptée très personnellement, selon les personnes qui voudront bien prendre pied sur les territoires qu’elle tend à dessiner, et en fonction de ce qui s’y passera.
C’est une géographie de l’instant, du moment, susceptible d’être remise en cause par le chamboulement urbanistique d’une métropole, un orage subit, le passage d’un troupeau ensonnaillé, l’envol d’un oiseau, et bien d’autres micro ou macro événements, à court ou à long terme…
C’est une géographie qui trace des contours incertains autant que mouvants, des espaces poreux, des transversalité, des interstices capricieux, des trompe-l’oreille pouvant égarer, souvent avec bonheur, le promeneur écoutant.
C’est une géographie qui n’est pas pressée de se construire, déployant ses cartes au pas à pas, dans le sens de la marche, ou à contre sens, y compris lorsque la déambulation tend à devenir erratique.

18016955521_dd61128a5f_c

Bref les paysages sonores, dans leurs dimensions spatio-temporelles, qui alimenteront les récits, ce derniers pouvant, par réciprocité, créer les paysages, n’auront de véritables existences qui si nous les entendons, voire les écoutons, et plus encore, les pratiquons. Pratique d’arpentage parfois obstinée qui peut aller jusqu’à une forme d’usure, une érosion du terrain comme de sa représentation, qui mettrait à nu de nouvelles strates soniques.
Il en ira de même pour une géographie sonore, tissée de récits, et/ou tissant des récits, qui n’existera que si des écoutants veulent bien s’engager dans des terrains semés et tissés de sonorités, parfois clairsemées, parfois touffues, où il s’agira de se frayer un chemin d’écoute à travers sons, voire de le débroussailler. Du magma sonore initial à l’apprivoisement de particules auriculaires, vers l’invention du quiet soundscape.

Il convient en tous cas de se garder une marge de manœuvre qui préservera des espaces acoustiques imaginaires, des lieux où l’oreille puisse encore rêver, s’évader, détourner et tordre les paysages quotidiens, pour ré-émerveiller la cité, la forêt, le jardin… La géographie, plus qu’une matière scolaire ou scientifique, nous permettant de situer des lieux, des pays, des villes, m’a toujours fait rêver d’horizons lointains, iles de Robinson ou grand Nord de Jack London, villes du passé ou cités du futur, façon science friction… L’utopie de paysages sonores qui seraient inscrits dans une géographie à la mesure d’un promeneur écoutant, dans sa quiète et longue temporalité, qui résisterait tant que faire ce peut à la folle course/croissance/excroissance, reste un projet collectif. Un projet de terrain, de territoire, une quête d’espaces qualitatifs, auditivement vivables,  jalonnés de « Points d’ouïe », façon Desartsonnants, des sortes de bornes-repères, aussi réels et identifiés qu’immatériels et symboliques, objets d’étude comme espaces oniriques et oasis de calme. Espaces où le promeneur écoutant pourrait faire halte pour y retrouver des équilibres salutaires.

17395666153_95ddfb0323_c