Traversée dans l’aire du temps

Expérimentation, ou comment tirer parti des plantages numériques

grille-et-trou-empreinte-pour-video2
©Dessin Jeanne Schmid

 

Une traversée urbaine

dans l’aire du temps passant

en parcelles pixels

vaguelettes mouvantes

bribes scansions de sons

pointillismes couleurs

traits de bruits lumineux

qui fragmentent l’espace

dans  des flux modulants

parcours décomposé

parcours recomposé

comme un songe troublé

point par point pas à pas.

 

Vidéo et audio © Jeanne Schmid et Gilles Malatray – Desartsonnants

 

https://jeanne-schmid.com/2018/10/16/traversee-dans-laire-du-temps/

 

Résidence artistique – Écoute voir le Locle, Point d’ouïe, Points de vue – Octobre 2018  LuXor Factory

Publicités

Points d’ouïe, Points de vue, résidences, résistances

Stadt

Une résidence artistique est un moyen de s’immerger dans un territoire, ville, espace naturel, ou autres lisières et interstices hybrides.

C’est un moyen de gratter les lieux, d’y imprimer le poids de ses pas arpenteurs, de s’y asseoir aussi, écouteur observateur, à la recherche de balises urbaines spacio temporelles.

Par exemple sur cette place publique, presque tous les jours, à certaines heures, se retrouvent des personnages sur des bancs, souvent les mêmes, moi compris.

Couples, ados, marginaux, retraités, cadres…

L’histoire se tisse, se lit, s’écrit, façon Pérec.

Les rythmes se précisent.

Et de ce fait les espaces.

Sortie d’écoles, flux de travailleurs, une acmé, un apaisement avec la nuit qui tombe; des cycles qui au final ne varient que par de menus événements.

Les sons et lumières entretiennent de réelles accointances.

Les ambiances se précisent aussi, au rythme des jours et de la saison.

La résidence nous offre de nouveaux repères, qu’ils nous faut aller chercher, des rituels, des ailleurs à se construire, des surprises à accueillir.

L’ailleurs stimule la sérendipité qui nous ouvre des portes inattendues.

Ici, des évidences, des récurrences, quasi universelles, des voix, du vent, de l’eau, des flux.

Ici des singularités, des accents, des expressions, des codes couleurs qui changent, des signalétiques du cru, des architectures singulières, anachroniquement entremêlées.

Ici, nous nous re-créons nos propres symboles, dans un lieu où nous n’avons pas (encore) d’espaces qui puissent nous situer fortement dans l’ancrage d’une géographie sensible.

Une résidence, c’est un moment, plus ou moins long, où le temps et l’espace s’offrent autrement. Ils nous permettent à la fois de développer des gestes, des postures, des dispositifs d’écritures nomades, et de nous créer une nouvelle palette de jeux, ou tout au moins de l’élargir, de l’adapter aux contextes, aux ambiances in situ.

L’hétérotopie de Foucault y prend souvent tout son sens, strates de territoires géographiques, esthétiques, politiques, sociaux…

Mon oreille par exemple, procède par une forme de syntonisation, ocsillant entre le paysage intérieur de mes souvenirs, de mes expériences, et le paysage extérieur plus ou moins inconnu, que j’appréhende peu à peu, me mettant autant que faire se peut au diapason des lieux.

Mon œil sans aucun doute en fait-il de même.

Mon corps entier cherche une syntonie où accorder un maximum de fréquences, internes et externes, tendant à vibrer et résonner de concert.

Le dépaysement est pour cela un stimulateur sans pareil.

Une résidence, c’est augmenter une collection de parcours et de sites liés à des expériences sensibles, ici des Points d’ouïe, Points de vue, des parcours sensibles, entre autres choses.

C’est aussi se frotter à d’autres personnes, autochtones ou non, à d’autres pratiques, d’autres connaissances, hybridations.

Un moyen de travailler l’altérité, de pourfendre l’a priori.

De résidence, non assignée, à résistance, quelques pas, sans plus.

Quitte à déstabiliser notre confort bâti sur une série de repères (trop) bien identifiés.

Une résidence, ou plutôt l’enchainement de différentes résidences, nous fait nous sentir appartenir à un monde multiple, complexe, mouvant, si possible accueillant, sans enraciner nos pensées et gestes dans un cocon terreau trop sédentarisant.

 

Gilles Malatray – Texte en résidence à LuXor Factory (Jura Suisse), avec L’artiste plasticienne Jeanne Schmid

Le Locle, Octobre 2018

PAS – Parcours Audio Sensibles dans le Haut-Bugey

40635155_2124253930918324_6290376116372766720_n

Une résidence Tiers-lieux, workshop d’une dizaine de jours dans le Centre d’Art Contemporain de Lacoux
Une problématique autour de l’Anthropocène
une fin de plateau montagnard en éperon saillant, dominant une profonde faille jurassique
des forêts, cascades, prairies
un camping sauvage
une yourte,
25 artistes de France, Belgique, Allemagne, Maroc
un souffle de folie, jour et nuit (ou presque)
des dessins, sculptures, ondes sonores
des performances
des mises en scène du vivant, du végétal
deux marches sensibles, vibratoires
deux marches où écoute(s) et graphies s’entremêlent
du lâcher-prise
la conscience de la mère nature
de soi
de l’autre
des ondes circulantes
une collecte de sons
de silences, de mots
de gestes
d’expériences kinesthésiques
de matières
de lumières
de rencontres
de croisements
d’hybridations
une profonde écoute
de ressentis parfois exacerbés
des échanges fertiles
humains
profondément humains
une aventure collective
d’une rare intensité
presque hors du temps.

 

Des images

44144327732_f4ed4eb91f_z

 

Encore des images

 

Sounds Automn leaves

Ces derniers jours, sous l’effet d’une saison où se raccourcissent rapidement les jours, et où le vent du Nord vient s’enrouler, parfois sans ménagement, dans les arbres qui se déplument, l’espace sonore se teinte d’automne. Dans les allées tranquilles d’un parc urbain, un crépitement de feuilles tombantes nous entoure, de gros papillons marrons/ocres qui viennent tapisser le sol. Le vent pousse ces objets bruissants sur l’asphalte des routes, en les faisant joliment chuinter. Nos propres pas rythment nos déambulations, sur des tapis de feuilles qui crissent sous nos pieds. Petit concert urbain annonçant (peut-être) les frimas à venir.

 

L’image contient peut-être : arbre, plein air et nature

Cinglante écoute

e

dsc_0131

en hivernal sec parcourerue
froidure telle pierromarbre
coupance telle pointelaméfilée
sons cingleventeux
champ scintillé tel longuouïe
chant des gouttes fluoaqueuses
mordense telle cristalogivre
oreilles auriculairement gelée tympanique
bise crument ocrougissante
lobes ourlés rosempourprés
quasi hypodérature cassante
cristaux scintilletintants
fleur d’eau grasse des rives
fleuve tel paresse clappotembourbée
ville indolente bruitemmitouflée
grondements sourdomeurtris
échappements polufumants
carrosseries réfléluisantes
sonitruance telle audiogelure                                                                                                                villes de grandes sonitudes
échomarche telle réchauffe
rythmes saccadacérés
luminopadaires contre sombrétoiles
apprentinomades tel poctuomarcheurs
glacés de tentaculicité
ville telle improbable sociorefuge
extérieuration telle nocturnuitée
quaidérives tels guides aquasoniques
glougloutances telles microbulles mourantes
pas dissonants au temps qu’hasardeux
pavés tels obscurs sonomiroirs
rues telles labyrhintoméandres
marches telles itérépétitions
itinébravance scandée frisqueuse
promeneur tel permanécoutant.

Écrire dans le sens de la marche

25228911362_09898c092e_z_d

Le corps en mouvement
en mouvements
et mouvance
traçant dans la ville
des sillons d’écoute
des sillons de sons
fendant les bruits
impossibilités chroniques à les capter
trop complexes
trop fragiles
trop puissants
trop fugaces
trop humains
trop doux
trop intimes
trop de trop
au trot au trot au trop
les oreilles connaissent donc leurs limites
et que dire des micros
inaudibilité partielle
tympans en dérive
en déroute
en des routes
hésitations
soniques trajectoires
mouvements encore
mouvements en corps
et mouvoir
et se mouvoir
voir
entendre
les mots s’y collent
les mots sillons
toujours tracer
sur macadam
sur papier
dans sa tête aussi
traces mémorielles
sur papier
laissez sonner les pt’its papiers
encrer le sonore
jusque dans l’cœur des villes
il n’est pas si terrible
et pourquoi pas beau
osons
les mots pallient
à l’handicapé mike
membrane trop froide
et des rives urbaines
mots au fil de l’eau
mots au fil de l’ho !
étonnez moi les sons
ligne écrite de flottaison
se laisser porter
courant d’air acoustiquement
ça vibre joliment
et peut-être ça joli ment
je récite la ville
pour mieux l’en tendre
je vous salue ma ville
pleine de traces
et ça marche comme ça
ou ça dé-marche autrement
claudications en trottoirs troués
l’indécence de la marche
l’un des sens de la marche
attention à la marche
au pied de la lettre
au pied de l’être
à quoi ça rime à rien
a quoi s’arrime
c’est bateau
et pourtant
le mouvement nous maintien debout
être né de boue
être cité
et se l’écrire
oreilles aux vent
oreilles auvents
s’abriter
s’ébruiter
allitérations faites de sons
entendons nous bien
il faut nous aller de l’avant
ou tenter de
pour cela
Écrire dans le sens de la marche…

APPEL À SONS !

Gilles Malatray Desartsonnants

J’aimerais, entre autre moult choses, travailler, ici ou là, autours des voix, des personnes qui parlent de leurs paysages sonores quotidiens, ou non. Le principe : se poser quelques instants dans un lieu, et parler de ce qu’on y entend, tout en s’enregistrant. On s’y sent bien, ou non, on a l’humeur à décrire, à rêver, à imaginer, à expliquer, à critiquer, à s’émerveiller, à autre chose…
Si cela vous tente… Pas de format, pas de style imposé, rien que du participatif brut de pomme, à l’instinct, comme vous le sentez, comme vous l’entendez…
Vous vous enregistrez, et tout ça dans la boite de desartsonnants@gmail.com
Merci par avance !