PAS – Parcours Audio Sensible, vers une esthétique de la fragilité

3375520115_47dc561be9_o

Est esthétique ce qui recherche la beauté, ou sa définition, voire ses différentes définitions, ce qui tend à cerner la perception, si ce n’est la fabrication du beau, avec toutes les variations culturelles et subjectives de ces notions. Le beau, ou la notion du beau, est donc de ce fait fragile

Est fragile tout ce qui peut se rompre, s’altérer, voire se détruire, ou être anéanti.

L’esthétique de la fragilité cherche à construire une beauté pouvant constamment être remise en question, sans canons académiques figés, mais plutôt dans une inconstance constructive, dans un ressenti aussi mouvant que la marche elle-même.
C’est d’ailleurs enfoncer une porte ouverte que de constater la fragilité des ressentis et sentiments humains. Il en est comme de l’état d’esprit, le moral, comme on dit, d’un marcheur, qui variera au fil des dénivelés, kilomètres, embûches du terrain, conditions météorologiques, forme physique…
Le marcheur peut-être fétu de paille dans la tempête, mais aussi, fort heureusement, roseau résiliant, plus tenace et coriace que jamais.

Quand au PAS – Parcours Audio Sensible, il nous ramène au promeneur écoutant, concentré sur des espaces et périodes où les sons prennent une place des plus importantes dans sa perception du paysage.
Là encore, la non matérialité et non visibilité du sonore, comme une trace vibratoire d’action énergétique, nous ramène une fois de plus à la notion de fragilité, de caractère éphémère.
Le parcours, fut-il tracé, balisé, cartographié, prolongé via différents média-supports, pourra lui aussi être dans une logique de cheminement non définitif, chemin de traverse, soumis à de multiples contraintes, modifiable à l’envi par d’innombrables variantes, ou variations, obstacles, égarements, détours, impasses, impraticabilités chroniques.

Si on considère le PAS comme un geste collectif, ce qu’il est intrinsèquement pour moi, vient alors s’ajouter l’aventure humaine, avec toutes ses beautés justement, mais avec aussi tous les risques de ruptures, de non collectif ou de sa dissolution, d’écoutants disparates, de mayonnaise non prise, quand ce pas n’est l’exacerbation de tensions durant de longue marches.

Dés lors, bâtir une esthétique partagée, sur des terrains semblant aussi incertains, peu balisés parfois, peut relever de la gageure, pour qui s’aventurera dans des territoires aux contours et aux contenus sans cesse mouvants. Mais la société, qu’elle qu’elle soit, n’est-elle pas constamment dans la fragilité et la force conjuguée, d’une perpétuelle transformation.

Par expérience, j’aurais tendance à prendre ici le problème via une pensée positive. Une esthétique de la fragilité viserait ainsi à resserrer des liens dans des territoires géographiquement et politiquement plus ou moins dissouts, si ce n’est dissolus, fragmentés, désagrégés, et à exploiter les faiblesses et situations parfois peu amènes, pétris de de tensions, comme une arme de cohésion massive.
Je parlais il y a peu avec un ami de l’ex ZAD de Notre-Dame-des Landes, terrain d’expérimentations sociales aussi fertile que fragile. Fertile parce que sa précarité, soudant sa militance, a conduit à revisiter et repenser des usages et des rapports sans passer par un modèle étatique souverain. Fragile, c’est ce qui lui a d’ailleurs valu d’être violemment détruit par ce type d’État compresseur, comme on désherberait un terrain envahi d’adventices* indomptées via une grosse dose de Round-Up. La métaphore n’est pas évidemment sans références.

Donc un territoire sonore, au sens large du terme, acoustique, esthétique, social, écologique… s’il est précisé par la marche de l’écoutant, des écoutants, via un dispositif a minima, éphémère et lié aux gré des pratiquants, peut construire des aménités et autres bénéfices équitables. La marche traversant des territoires parfois secoués de violentes crises sociales, ne peut ignorer les tensions, souvent nettement perceptibles à l’écoute, et devrait y trouver force de dialogue, de réflexions, bâties sur des politiques sociales de proximité.
Il ne s’agit pas de mettre en avant le bruit comme une violence supplémentaire, ce qu’il peut être parfois, mais aussi de le considérer comme un révélateur de tensions sous-jacentes, sans toutefois tomber dans un catastrophisme résigné.
Marcher, écouter, c’est aussi prendre le temps, prendre de la distance pour échapper au poncifs amplifiés par des média et réseaux sociaux avides de sensations bon marché et régulièrement fabricants de d’images et clivages populistes.
Occuper le terrain, l’arpenter, n’est pas une position conquérante, donneuse de leçon, mais un acte d’agir in situ, de tout simplement marcher à la rencontre de l’autre, pour entre autre sortir des grands discours pré-mâchés.

En déambulant avec une certaines ténacité, les failles et aspérités sociales du terrain nous apparaîtrons avec sans doute plus de force au tout au moins plus de clarté.
Un jour, marchant avec des ados d’une cité stéphanoise, l’un deux me disait » Ici, t’es comme dans le 9.3, mais la ville (ses politiques), elle s’en fout, elle vient tout juste éteindre les incendies de voitures qui crament, il faut que tu viennes la nuit pour écouter ce qui se passe, … » Alors je l’ai pris au mot, et je suis venu, la nuit, avec le même groupe. Force a été de constater que cette nuit là, tout était particulièrement calme. Le récit construit parfois en interne, fait de la cité comme un espace souvent plus violent qu’elle ne l’est en réalité, fort heureusement.
Ce qui n’exclue pas le mal-être de certains territoires, qui se traduit aussi par des pétarades de motos, rodéos de voitures et langages vif et colorés, à l’invective et à l’injure facile, et des voitures qui brulent. Mais reste l’écoute et dialogue, auxquels je suis très attaché, qu’un marcheur sait généralement enclencher, plus facilement en tous cas qu’un automobiliste plus soucieux de sa voiture, propriété intouchable sur quatre roues.

Marcher et écouter différents lieux, c’est explorer des lisières pas toujours très lisibles, entre centres urbains et périphéries, qui d’ailleurs peuvent glisser d’un coté comme de l’autre au fil des grands travaux d’aménagement et requalifications de quartiers.
Des zones deviennent de vraies enclaves, des presque délaissés, d’autres sont absorbées et nettoyées avec la bonne conscience d’une bienveillante gentrification.
Encore une source de fragilité sans doute, que ces porosités, lisières peu claires, parfois récupérées par des politiques instrumentalisantes, celles dont l’artiste marcheur urbain doit entre autre se méfier pour garder son libre arbitre.

Mais c’est bien sur toutes ces incertitudes et mutations constantes qu’une forme d’esthétique, non pas souverainiste, imposée comme un modèle labélisé « politique de la ville » mais plutôt comme une action concertée sur le terrain, ne serait-que prendre le temps d’écouter ensemble, doit se construire. Prendre conscience, avec le plus de partialité que possible, des fragilités d’un territoire, y compris par l’oreille, c’est aussi entrevoir des améliorations qui ne seraient pas de l’ordre du ravalement de façade, aussi coloré fut-il, mais plutôt d’un dialogue où chacun s’écouterait un peu mieux.
Mettre du rap, tout comme du Mozart, partout ne résoudra pas les problèmes si on ne les écoute pas de l’intérieur.
Ce que j’entends par une esthétique de la fragilité passe tout d’abord par des rapports humains, de bouche à oreille, dirais-je dans ce cas là. Construire de l’écoute, et au-delà une esthétique de l’écoute, c’est chercher des points d’apaisement à même le quartier, à même le social, à même l’écoutant.
Et avec ta ville, tu t’entends comment ?

* Une adventice, appelée également mauvaise herbe, désigne, pour les agriculteurs et les jardiniers, une plante qui pousse dans un endroit (champ, massif…) sans y avoir été intentionnellement installée1. Les adventices sont généralement considérées comme nuisibles à la production agricole, bien qu’elles puissent également être bénéfiques.
Leur contrôle est le principal objectif des pratiques agricoles de désherbage.

Publicités

Points d’ouïe, vers une éco-écoute sensible, sociale et politique

17828026848_35a0746c7d_o

PAS – Parcours Audio Sensibles, Points d’ouïe et paysages sonores partagés, vers une éco-écoute sociale et écologique

Dés le milieu des années 80, les rencontres que je fis, notamment avec Elie Tête et l’association ACIRENE, m’ouvrirent tout un champ de pensée, d’actions, que je ne pensais pas alors si durables, voire essentielles aujourd’hui.
C’est à la lumière des travaux de Raymond Murray Schafer que nos réflexions, recherches et constructions se firent, m’engageant d’emblée dans une démarche liée à l’écologie sonore*.
Aujourd’hui, plus que jamais, face à des réels dysfonctionnements, pour ne pas dire dangers qui guettent nos sociétés, tant écologiquement que géo-politiquement, les deux étant d’ailleurs souvent liées, mes simples PAS – Parcours Audio Sensibles, si ils ne révolutionnent pas les modes de pensées et d’agir, s’inscrivent franchement dans une démarche politique et sociale. Ré-apprendre à écouter, à s’écouter, à écouter l’environnement, à sentir ce qui reste en équilibre, ce qui dysfonctionne, ce qui est devenu véritablement intenable, ce qui crée des liens, ce qui les mets en péril, ce qui peut être pris comme modèle esthétique, social, partageable, aménageable… Le monde sonore ne peux plus être, selon moi, pensé dans une seule visée esthétique et artistique. Il nous avertit par des signes ou des disparitions, des hégémonies et des déséquilibre, par une série de marqueurs acoustiques, des dérèglements sociaux et écologiques. La raréfaction des silences, ou tout au moins des zones de calmes, l’homogénéisation d’écosystèmes, l’accroissement des villes mégalopoles, avec leurs sirènes hurlant nuit et jour, la violence des affrontements et des armes ici et là… tout un ensemble d’alertes qui, malgré la résistance d’oasis sonores, nous obligent à considérer notre environnement, et global, comme sérieusement menacé de toutes parts.
Emmener des promeneurs écoutants au travers une cité, dans une zone d’agriculture céréalière intensive, ou ailleurs, c’est forcément les confronter, à un moment ou à un autre, à des situations d’inconfort, et parfois de stress. Les questions qui suivent ces déambulations le confirment bien d’ailleurs.
Sans tomber dans les excès d’une dramaturgie du chaos, un anthropocène omniprésent, on ne peut rester insensible à des phénomènes d’amplification, ou de raréfaction, qui se traduisent à nos yeux comme à nos oreilles.
Le promeneur écoutant, même s’il le souhaiterait bien intérieurement, ne peut plus se retrancher derrière une cage dorée pour l’oreille, territoires idylliques, âge d’or d’une écoute peuplée de chants d’oiseaux, de bruissements du vent et de glouglouttis des ruisseaux.
L’acte d’écouter est bien liée à l’écologie, au sens large du terme, voire de l’écosophie façon Guattari Deleuze, qui décentre l’omnipotence humaine pour replacer l’homme dans une chaine globale. Chaine qu’il faut aborder avec des approches environnementales, sociales et mentales, économiques, si ce n’est philosophiques, donc éminent subjectives et diversifiées. Prendre conscience de l’appartenance à un tout au travers une a priori banale écoute replace, modestement, l’écoutant dans un rôle de producteur/auditeur et surtout acteur de ses propres écosystèmes, fussent-ils auditifs.
La démarche liée au paysage sonore implique que le son soit pensé à l’échelle d’un paysage en perpétuelle construction, évolution. Un paysage où le jardinier aurait pour rôle de préserver, d’organiser sans trop chambouler, de cultiver des ressources locales, de retrouver et de partager du « naturel », d’éviter l’envahissement hégémonique, de préserver la diversité… Imaginons filer la métaphore paysagère et jardinière avec la notion, ou le projet d’un jardins des sons. Un espace abordé non pas comme un simple parc d’attractions sonores ou d’expériences ludiques, mais comme une forme approchant les systèmes ouverts, favorisés par exemple par la permaculture. Un espace (utopique?) où il y aurait des friches sonores, sans pour autant qu’elles soient colonisées par la voiture ou la machine en règle générale, où il y aurait des accointances favorisées, entre le chants des feuillages dans le vent, des espèces d’oiseaux et d’insectes liés à la végétation, les sons de l’eau, liés à des topologies d’écoutes, des Points d’ouïe aménagés de façon la plus discrète et douce que possibles, façon Oto Date d’Akio Suzuki. Appuyons nous sur des modèles « naturels », qui pourraient servir à concevoir l’aménagement au sein-même des villes tentaculaires, alliés aux recherches scientifiques, acoustiques, économiques, dans lesquelles l’écoute serait (aussi) prise en compte d’emblée, comme un art de mieux vivre, de dé-stresser les rapports sociaux. Recherchons une qualité d’écoute tant esthétique qu’éc(h)ologique, en rapport avec les modes d’habitat, de déplacements, de travail, de loisirs, de consommation, de nourriture… Conservons des espaces d’intimité où la parole peut s’échanger sans hausser le ton, ni tendre l’oreille. Il ne s’agit pas ici d’écrire une nouvelle utopie d’une Cité radieuse de l’écoute, bien que… mais de placer l’environnement sonore en perspective avec un mieux vivre, un mieux entendre, un mieux s’entendre, un mieux communiquer, un mieux habiter, ou co-habiter. Il faut considérer le paysage sonore à l’aune des approches économiques, des savoir-faire, de la santé publique, des domaines des arts et de la culture, de l’enseignement et de la recherche, tant en sciences dures qu’humaines. Il nous faut l’envisager dans une approche globale, systémique, où l’humain et ses conditions de vie restent au centre des recherches.
A chaque nouveaux PAS, je me pose, et pose régulièrement et publiquement la, les questions liées aux lieux avec lesquels on s’entend bien, on se sent bien, que l’on voudrait conserver, voire installer, aménager ailleurs. A chaque fois, les réponses sont diverses, même divergentes, prêtant à débat, mais en tout cas très engagées comme une réflexion sur la nécessité de considérer le monde sonore comme un commun dont nous sommes tous éminemment responsables, pour le meilleur et pour le pire.
L’écoute d’un paysage, sans forcément l’ajout d’artifices, le fait entendre ses pas sur le sol, sur différentes matières, sa respiration mêlée au souffle du vent, ses gestes et sensations kinesthésiques qui construisent des cheminements singuliers, intimes, mais aussi collectifs et partageables, sont des prises de conscience de nos corps et âmes éco-responsables d’un environnement qui concerne aussi nos oreilles. Ces gestes de lecture-écriture territoriales en marche, tentent de mettre en balance les lieux où il fait « bon vivre », dans un bon entendement, comme les lieux plus problématiques, plus déséquilibrés. Une des question étant de savoir comment les premiers pourraient sensiblement et durablement contaminer les deuxièmes, et non l’inverse. Comment de ce fait, le politique, l’économiste, l’aménageur, mais aussi le citoyen, peuvent mettre l’oreille à la pâte, dans une action où le son n’est certes qu’une infime partie d’un système complexe, mais néanmoins partie importante pour l’équilibre social.

* https://www.wildproject.org/journal/4-glossaire-ecologie-sonore

 

22737949963_a75064d040_o

Enregistrer

Points d’ouïe, des paysages sonores sociaux et politiques

Le paysage sonore est (aussi) un paysage social et politique !

gilles-malatray_parcours-audiosensible-gare_city-sonic_art-sonore_transcultures-2016-1170x777
@City Sonic 2016 – PAS -Parcours Audio Sensible à Mons

S’il est vrai qu’au travers de mes PAS – Parcours Audio Sensibles, mes Points d’ouïe, je recherche souvent à partager des esthétiques apaisantes, des aménités paysagères, le plaisir d’écouter collectivement le monde environnant, je ne voudrais pas pour autant réduire mon travail à une écologie (acoustique) fleur bleue, qui ignorerait, éviterait, fuirait, ou pire, tendrait à cacher les tensions ambiantes de nos sociétés.
Car le paysage sonore est un véritable marqueur social, avec toutes les frictions que ces territoires peuvent contenir et engendrer, un paysage audiblement politique, où se font entendre les grincements, les violences urbaines, ou rurales, les solitudes également, celles d’espaces délaissés, en friche, quasi abandonnés.
Bien sûr un promeneur écoutant n’est pas forcément armé pour analyser socialement, politiquement l’énorme masse d’informations qui lui tombe sous l’oreille, tel un sociologue pourrait par exemple le faire. Néanmoins, à force d’écoute, la vie s’impose belle et bien l’oreille, avec ses joies et ses misères, parfois oh combien cruelles et tragiques !
Un écoutant aguerri ne peut pas faire abstraction, ne peut pas tout filtrer, se boucher les oreilles devant quelques désordres, sans doute un euphémisme, sociaux et politiques qui marquent régulièrement les paysages sonores traversés.
Se promener dans la rue, arpenter la cité, ne peut laisser l’oreille indifférente aux fractures sociales, à l’emprise du politique, même hors discours.
Si l’oreille perçoit nettement le dynamisme de certains quartiers où existe encore une saine mixité inter-culturelle, un véritable brassage social, qui peuvent rendre des espaces plus « vivants » que d’autres à l’écoute, les tensions sociales, les ségrégations, la gentrification, la ghettoïsation, d’y perçoivent aussi nettement par l’auditeur. arpenteur
Violences langagières, cris, exhortations, bagarres de rues, insultes, harcèlement, discriminations, harangues, scènes de ménage, conflits de voisinage, d’automobilistes à cran, et j’arrêterai là cette liste assez sombre, tissent aussi le quotidien de l’espace public, comme de l’espace privé qui transpire parfois ses rancœurs et violences dans la rue, bafouant  ainsi tout intimité.
J’ai d’ailleurs personnellement assisté, à différentes reprises, promeneur écoutant en repérage, et témoin auriculaire involontaire, à des scènes de ruptures, ou de profondes fractures sentimentales extrêmement violentes, en tous cas dans la douleur exprimée par les mots et les intonations vocales, exacerbées, de celles qui nous glacent, nous atteignent profondément,  nous émeuvent dans ces drames, pourtant à l’origine  intimes.
Des conflits dune « tragédie humaines» révélée à l’écoutant, des cris, pleurs, supplications, qui parfois se mettent en scène via les smartphones où les acteurs hurlent leurs haines et leur vindicte aux oreilles de tous, entre colère surjouée et débordement catharsis, et qui d’ailleurs rajoutent des couches de tensions dans l’espace public. Ces violences quotidiennes s’ajoutent, ou se superposent aux concerts de klaxons exacerbés, et même aux insipides, lénifiantes et insupportables musaks d’ambiances, qui envahissent parfois nos rues, comme des empilements de sons contraignants.
De même, les revendications sociales, mouvements sociaux, grèves, entre harangues et slogans parfois drôle, parfois violents, des cornes, un vacarme social plus ou moins orchestré, portés par des flux, des masses organisées en défilés contestataires, et parfois marches silencieuses en mémoire de, construisent des espaces de contestations éminemment sonores.
D’autre part, l’espace sonore est marqué depuis longtemps par la volonté de montrer une puissance sociale et politique aux yeux et aux oreilles de tous.
Le nombre et la puissance des cloches, à l’époque ou châteaux et églises marchaient de concert, non seulement comme des rythmes marqueurs temporels, journaux d’information dans l’espace public (naissances, baptêmes, mariages, décès…) mais aussi révélateur de la richesse et du poids politique des villes, duchés, comtés…
De même les fanfares d’apparat dans les grandes cours, et celle, plus guerrières, de  troupes avec tambours fifres et clairons en avant-garde des batailles rangées, dont l’importance du nombre et la puissance sonore soulignait la potentielle force militaire qui avançait en chargeant au contact de l’ennemi.
Je ne m’étendrai pas ici sur les sons de guerres et d’actes terroristes, dont parlait déjà Luigi Russolo dans son manifeste « L’art des bruits » et parfois mis en poésie, de Victor Hugo à Guillaume Appolinaire.
Sans compter les discours politiques, commémoratifs, en campagne, parfois déversés par voix de puissants haut-parleurs dans l’espace public, le verbe haut comme force de propagande.
Le paysage sonore, l’espace sonore, le territoire sonore, sont donc bien construits sur des terrains sociaux et politiques parfois radicaux et très violents, et donc inévitables « écoutables » comme des marqueurs nous montrant les soubresauts d’un monde jamais vraiment apaisé.
Si j’ai souvent l’habitude de vous montrer, et de vous inciter à entendre les beautés intrinsèques des paysages sonores, je ne romps pas ici avec mes positions plutôt esthétiques, cherchant un apaisement social, mais je mets simplement au clair ma position d’écouteur public qui n’occulte pas la force obscure  du sonore, en tout cas les révélations parfois violentes et inattendues que l’écoute amène à nos oreilles ouvertes sur le monde, pour le meilleur  et pour le pire.

PAYSAGES SONORES PARTAGÉS, DES VALEURS EN ÉCOUTES

Des écoutes, des marches, et au-delà, des valeurs à défendre

14729185947_944331ed94_h

 

Mes modestes réflexions, et les événements actuels, confortent l’envie d’associer ma pratique à la défense de certaines valeurs, qui me semblent plus que jamais nécessaires pour tenter de rester encore, autant que faire ce peut, debout.

L’écoute est une façon de garder le contact, mais aussi de se protéger de quelques préconçus réducteurs, de respecter l’autre, même si beaucoup de choses peuvent a priori nous séparer, voire nous opposer, dans une altérité ambivalente.

Si, depuis longtemps, je constate, au-delà des grands discours, les limites d’une sacro sainte démocratisation culturelle, je tente de proposer des actions simples, des ambiances collectives, dans des territoires de vie au quotidien, accessibles… Si ensemble, nous donnons d’un quartier, d’une ville, d’un village, un éclairage légèrement décalé, laissant une petite place au rêve, à une poésie qui viendrait adoucir les aspérités et les tensions du terrain, ne serait-ce qu’un instant… Si nous pouvons retraverser un espace, avec un œil et une oreille bienveillants, ré-étonnés…

Je puise l’essentiel de mes forces dans le quotidien, le trivial, le geste simple, la proximité, le partage d’expériences, de paroles, d’énergie, de relationnel…

J’essaie de ne pas (trop) participer à une surenchère généralisée, d’objets, de gestes, de paroles, de choses sonores rendant illisible un monde souvent plongé dans un brouhaha chaotique effréné, schizophrénique…

17828026848_35a0746c7d_o

J’essaie de prendre le temps, ce qui est bien difficile dans une société zapping, dans une course pour survivre, gagner plus, étendre son territoire… Prendre le temps de marcher la ville, la campagne, à deux ou en groupe, prendre le temps d’actions simples, collectives, intimes, en dehors des paillettes et des artifices clinquants…

Il n’y a pas dans mes propositions, d’injonctions sans appel. Plutôt des propositions, des aspirations, à construire des valeurs communes  sans autre prétentions que de croiser humainement nos routes, à l’aune de paysages sonores partagés.

Tendre l’oreille est un geste social, politique, au sens premier du terme, une façon d’interroger et j’espère de participer à une construction, plus respectueuse et apaisée, de notre société oh combien malmenée par des tensions et des violences parfois insoutenables.

Un promeneur écoutant debout.

15023385172_2037b27f9c_o

MARCHER, ÉCOUTER ?

POURQUOI PAS ?

tumblr_np5m1eo3nv1tgpca3o1_500

Marcher, y compris pour écouter, n’est pas satisfaisant en soi. L’important est de savoir, de comprendre, pourquoi et comment je marche, pourquoi et comment j’écoute, qu’est-ce que j’écoute, avec qui et pour qui…. De savoir et qui plus est, in fine, de faire savoir, non pas pour satisfaire un « moi je », mais pour partager tout à la fois les beautés et l’extrème fragilité de notre monde commun. Il me faut donc assumer une place de promeneur écoutant concerné, dans une société de plus en plus complexe et agitée. Il me faut savoir où placer le curseur entre l’écouteur contemplatif et l’acteur militant, qui engage une oreille active, politique, dans un monde plus que jamais en profonde métamorphose.

POINTS D’OUÏE, ET DE VUE LA VILLE SONORE

Points d’ouïe – En ville et contre tout !

Lorsque nous avons commencé à m’intéressé aux problèmes liés à l’environnement sonore, avec l’association  ACIRENE, fin des années 80, nos étions esentiellement interpellés par des problématiques concernant des sites naturels, ruraux, tels les parcs nationaux. Certes, la ville, et surtout ses périurbanités se questionnait, et nous questionnait déjà sur les pollutions sonores, les nuisances, liées en grande partie aux flux de circulation routière, mais aussi à la cohabitation parfois tendue de certains groupes de population, dans des architectures tentaculaires de banlieue, typiques des années 60.

Bref, il semblait avoir deux faces du miroir bien distinctes, assez dichotomiques. L’une, plutôt rurale, associée à une certaine qualité de vie, l’autre urbaine, ou périurbaine, plutôt connotée comme difficile à vivre. Bien sûr, ces visions tranchées, même si fondées sur des constats avérés, ne sont pas, dans leurs approches en bloc, aussi représentatives de la réalité du terrain. La solitude rurale peut être, par exemple, toute aussi insupportable que la solitude des « grandes villes », et la paupérisation désertique des grandes plaines céréalières au niveau sonore, une véritable catastrophe. Le trop comme le pas assez sont aussi difficiles à vivre.

Pour en revenir à la chose sonore urbaine, la cité, au sens original du terme, cherchait donc, voire cherche encore, à se protéger, à s’isoler de ce qu’Elie Tête appelait « la grande bataille des sons ». Murs anti-bruits, triples vitrages, les bruits dehors et la tranquillité chez soi, quitte à fabriquer une forme d’autisme qui n’oserait plus ouvrir ses fenêtre sur le Monde.

Constat pessimiste, sans doute exagéré, parfois, qui fait que la ville tente d’exorciser le démon Bruit, et dans certains cas à le minimiser, sans pour autant remettre en cause les erreurs d’un urbanisme concentrationnaire voué à l’échec, et le fait que les problèmes de bruits ne sont souvent que l’infime partie visible de l’iceberg. Lorsque l’on gratte un peu le discours, on s’aperçoit que ce que l’on qualifiait de nuisances sonores révéle en fait bien d’autres peurs cachées. Peurs de l’autre, des rassemblements dans l’espace public, des deals, voitures incendiées et autres incivilités ou frictions urbaines.

Le danger d’intervenir sur les problématiques liées au son des villes est bel et bien le risque d’instrumentalisation politique, comme dans beaucoup d’actions culturelles relatives aux contrats de ville par exemple. Et ici le risque devient souvent réalité.

DAS - Bonne entente ?

Aujourd’hui, l’approche a quelque peu, fort heureusement dirais-je, changé. Certes, les conflits de voisinages et autres méfaits du bruit, proximité de grandes voies routières, aériennes, et bruits de voisinage, intérieurs/extérieurs, subsistent, mais il me semble que la prise en compte de l’environnement sonore urbain tend à se dégager des carcans de la pollution, du nuisible, de l’oppression, qui a prévalu depuis les années 80. Sans dénigrer les dysfonctionnements, les intervenants, tels les artistes travaillant sur le terrain, évitent de tomber, enfin je l’espère, dans un négativisme radical, une noirceur sonométrique, une impasse où seule les appareils de protection auditive s’offrent comme solution de repli, et c’est ici le cas de le dire, de repli sur soi…

La notion de paysage sonore, se superposant à celle d’environnement sonore, a fait émerger des idées plus sereines, sensibles, apaisées, laissant une place pour le rêve urbain, sans renoncer parfois, voire même en renforçant la volonté de défendre la qualité d’écoute, via une approche de l’écologie sonore post Murray Schafer.

DAS - Résistance tympanesque

Les arts de la rue, les arts urbains dit-on aujourd’hui, mais aussi d’autres expérimentations plastiques, performatives, ont conduit des artistes et collectifs à jeter une oreille plus ouverte, curieuse, décalée, sur une ville de plus en plus dense et complexe. Des balades et parcours sonores  non plus seulement pédagogiques, mais sensorielles, artistiques ont été, et sont développées dans un imaginaire assez fécond. Je citerai par exemple Décor sonore, le Collectif Mu, Ici-même Grenoble, Espaces Sonores, parmi d’autres. Le sons est aussi montré pour ses qualités intrinsèques, ses beautés, n’ayons pas peur du mot, ses surprises… On redécouvre, façon Max Neuhaus au cours de ses Listen, de belles plages de « musiques urbaines », des échos et des réverbérations qui colorent les sonorités de la ville, des ambiances parfois beaucoup plus riches que ce que l’on pourrait penser a priori. On laisse ainsi quelques idées bien arrêtées au vestiaires, telles : La campagne c’est beau, la ville c’est laid (à entendre). L’artiste se risque même à parler au politique en terme d’esthétique, dépassant la sacrosainte cohésion sociale… Et il ose aussi, qui plus est, aborder les aménageurs, urbanistes, architectes, paysagistes, écologues, pour discuter de sa vision, ou plutôt de son audition des choses. Enfin avec ceux qui juge un artiste suffisamment sérieux pour accepter de l’écouter, et de dialoguer de concert… Installer du son dans l’espace public n’est pas une mince affaire, surtout si l’on entreprend une action pérenne, ou tout au moins sur un long terme. Il faut savoir ne pas rajouter une couche de bruit, c’est à dire de dérangement, à l’existant. Pourtant, je reviens à Max Neuhaus, certains artistes ont parfaitement réussi le pari, d’amener un signal qualitatif dans un espace paupérisé par le trop plein de moteurs, ou au contraire un vide mortifère. Le simple fait, qui n’est d’ailleurs pas si simple que cela, de porter l’oreille de promeneurs écoutants (expression empruntée à Michel Chion) potentiels sur leurs lieux de vie, en insufflant dans ce geste une part de poésie, de rêve, d’émerveillement, constitue déjà un pas vers une écoute moins partiale, voire radicale, vis à vis de certaines approches politico-sociales dans lesquelles le discours sur le sonore est d’emblée biaisé.

Ceci dit, il reste un énorme travail pour creuser la piste des paysages sonores, tant avec les politiques, les aménageurs, les chercheurs, les artistes, que les habitants des cités, pour renforcer les rencontres transdiciplinaire.

DAS - Brouhaha et désordre Urbain