Point d’ouïe – Les flâneries d’un promeneur solidaire

YrfaJB4tXwdxACRmWAVv9Tl72eJkfbmt4t8yenImKBXEejxNn4ZJNZ2ss5Ku7Cxt

Marcher, même seul, même sans but annoncé, est pour moi un geste éminemment social
Pour cela il me faut
Sortir de ma boite, de mon appartement, de mon cocon, prendre l’air, prendre l’air du temps, l’air de rien, et surtout l’air non conditionné
Faire corps, de pied en cap, avec le monde qui m’entoure, ma ville, mon quartier, mes espaces investis d’écoutes
Regarder au long cours, mon quartier, ou d’autres qui n’en finissent pas de se transformer, en démolitions – reconstructions – requalifications, avec de nouvelles rues, de nouveaux parcs, de nouveaux magasins, de nouvelles personnes, et moult espaces et bâtiments qui s’effacent, pour laisser place à d’autres, ville chantier, ville tentaculaire
Instaurer des sortes de rituels spatio-temporels à mes PAS – Parcours Audio Sensibles, mais aussi en faisant mes courses, ou en flânant tout simplement
Regarder, sentir, apprivoiser là où je vis, ou ailleurs, les aménités et dysfonctionnements, les apaisements et crispations, les transformations et résiliences
Oser se croiser, se regarder, s’écouter, se parler, s’humaniser urbaniquement, un peu plus encore,
Aller à ma propre vitesse, et à celle des passants non pressés, de mes sensations, sans forcer la marche, dans une forme de décroissance pédestre et mentale assumée
Ressentir des paysages tracés par la relation kinesthésique le mouvement de nos corps arpentant l’espace public
Déambuler de concert, tout en devisant de tout et de rien, façon refaire le monde, ou dans un silence partagé
Saluer des inconnus, leur sourire, au détour d’un parc, d’un sentier, d’une ruelle, et pourquoi pas d’un boulevard, d’une place publique, ou d’une avenue
Sortir des sentiers battus, se surprendre, se laisser surprendre, ou surprendre, par des trajectoires inhabituelles, des écarts poétiques, des gestes décalés, de drôles de situations voire des situations drôles
S’encanailler dans les délaissés touristiques, les recoins de la ville non patrimoniale, non monumentale, en tout cas hors d’une historicité visiblement répertoriée et valorisée en tant que telle
Partager des histoires, des tranches de ville, ou de vie, des récits d’expériences, mais aussi des repas, pique-niques, grignotages dans l’herbe d’un parc, ou sur des bancs, y compris entre deux périphériques
Faire œuvre de pédagogie, transmettre au PAS à PAS, l’écoute, ou d’autre valeurs perceptuelles
Résister, quitte à aller manifestement contre
Se poser sur un banc, ici ou là, tout simplement
S’immerger dans une société qui, pour le meilleur et pour le pire, les longues marches urbaines me le faisant bien voir, reste avant tout ce que nous en faisons, et ce que nous en ferons

La marche, un repérage de territoires sensibles ?

playmobil-funpark-4

 

Il y a peu, nous avons marché en groupe*. Une vingtaine de personnes je pense. Des artistes, écoutants, regardeurs, pourfendeurs, raconteurs, photographes, urbanistes, auteurs, paysagistes… Et plus encore, que je n’ai pas identifié.

Une vingtaine de kilomètres parcourus, dans des routes, chemins, ruelles, lotissements, banlieues, villes presque nouvelles, sentiers, parcs, folles prairies et gentilles jungles, gares, centres commerciaux… Une ville en morceaux recomposée au fil des pas.

Une géographie incluant Massy Palaiseau, Antony, la Plaine de Montjean, Wissous, Rungis, Wissous, Orly… Sans doute pas dans le bon ordre et avec des carences, tant je découvrais le territoire trajectoire.

 

image-plaine-de-montjean_image_mediatheque

Passages frivoles, speed, folâtreries, détours et lignes presque droites, nous jouons avec des figures de trajectoires en mode péri-urbain, que nous empruntons, plus ou moins.
Des paroles, des récits, des « que fais-tu – qui es -tu ? », des connaissances communes qui rézautent à n’en plus finir, des bribes d’histoires au gré de la traversée, parfois trop de paroles sans doute, à perdre de vue et d’écoute les enchainements de situations, d’ambiances, de traces de villes.
Mais néanmoins cela brasse et foisonne de façon quasi jubilatoire.

Un bout d’itinéraire parmi tant d’autres, parmi tant de possibles chemins.

À cet endroit, le repérage laisse entrevoir, voire implique une suite, un prolongement, dénote un projet en chantier, qui nous conduit à attendre une version marchée définitive ou presque, plus ou moins achevée.

La ville se lit en même temps que le paysage s’écrit, parfois dans la complexité digressante des paroles de chacun.
Qui du regard, de l’oreille, de la voix n’a pas histoire à proposer, fragmentée au gré des rythmes accidentés, des hiatus urbanus, des embuches trébuches, de cailloux en herbes folles.

79257478_o

Ici, la problématique n’est pas de tisser une cohérence renforcée par des attitudes concentrées, quasi studieuses, ou au moins perceptuellement attentionnées.

Ici, l’ambiance est sujette à l’aléa d’un groupe qui parcellise les perceptions pour au final, trouver des moyens de malgré tout faire ensemble, dans tous les sens du terme.

Da la lumière de Giverny aux frissonnements des peupliers trembles, des tâches de couleurs saillant sur des façades faux-semblant, des beaux châteaux d’eau au béton léprosé, des rampes à chats descendant des balcons et avec une rampe main-courante s’il vous plait, d’un opéra au style un brin désuet ,jusqu’à l’architecture commerciale Play Mobil, le paysage se construit au fil de la marche. Paysages surprenants, d’autant plus qu’on s’y plonge sans trop de retenue, pour en faire saillir les incongruités, celles-là même qui le rendent au final plus humain, plus attachant, y compris sous d’étranges aspects ou dérapages urbano-arcihtecturaux.

C’est un repérage issu d’autres repérages, effectués apparemment de bien d’autres façons, et que je n’ai pas connues.
.
Le repérage est une forme d’écriture en projet, en action, un Projectum, une forme de prospective qui lance devant elle des idées, des essais de mises en situations, des ressentis-stimuli qui s’additionneront pour entamer une ou des collections, des carnets de notes, donnant corps, incarnat de ce qui deviendra l’Œuvre. œuvre sur laquelle pourront s’encanailler de multiples marcheurs, sur les traces de…

Ici, le repérage revient à ses sources, étymologiquement parlant, un trait, une marque que l’on fait pour retrouver une hauteur, une distance, un alignement, pour ajuster avec exactitude différentes pièces d’un ouvrage. La trace trait est le chemin que suivent nos pieds, qu’interprète notre imagination, ce que brasse le groupe, qui fait ainsi vivre une forme de trajectoire sensible dans un paysage polymorphe.

Le repérage est une lecture sensible, polyphonique, de tracés infinis, mais qu’il faut bien cerner, circonscrire un jour, tout en laissant la possibilité de de les transformer, de les varier, ou d’user de la variation, concernant les itinéraires choisis.

Cette action pré-déterminante est elle-même un processus d’écriture qui convoquera le sensible, autant que puisse se faire, dans la modélisation d’un territoire arpenté.
Chacun n’ayant pas les mêmes formes de sensibilité, l’effet groupe pourra contaminer L’action se révèle, par différents ressentis personnels, où l’œil, l’oreille, la sensation cinétique, l’odorat et le toucher, qui parfois, seront partagés dans un mode d’écriture plurielle et (presque) commune.

Le repérage n’en finit pas de repérer des espaces, de se repérer lui-même, de nous y repérer, pour mieux se construire au final, lequel final fuyant sera d’ailleurs toujours remis en question par une série d’arpentages d’un territoire qui se reconstruira au fil des aménagements successifs.

*Des marcheurs acteurs du Sentier Métropolitain du Grand Paris – http://www.enlargeyourparis.fr/sentier-grand-paris-en-marche/

 

 

À votre sentier les oreilles !

23738841696_719edbf737_o_d

Le sentier, la sente, le passage presque secret, intime, un brin aventureux, dépaysant, à demi-caché, sinueux, embroussaillé, celui tissant un entrelacs d’espaces où l’on a envie de se perdre, ou de jouer à se perdre…

Le sentier peut être également urbain, d’un monde bétonné et asphalté, faufilant ses trajectoires contraintes de bloc en bloc, suite d’allées, cours et placettes, longeant une jungle verticale qui ne se laisserait pas appréhender du premier regard, ni de la première écoute.

Le sentier est un fil rouge, ou vert, ou gris, trame d’un terrain parcours d’écoute incitant à pratiquer des cheminements de travers, piégés d’incertitudes rayonnantes.

Le sentier est souvent un moyen de tendre une oreille canaille en des lieux résistants, qui ne se livrent qu’aux écoutants aimant ou osant sortir du droit chemin.

Le sentier est parfois à peine visible, tout juste lisible, à deviner du bout des pieds par d’infimes traces, quand il n’est pas à inventer.

À d’autres moments, à d’autres endroits,  il est parfaitement marqué, poli, comme patiné et tassé d’une multitude de foulées faisant trace.

À votre sentier les oreilles !

 

1261656539_490d7336bb_o_d

PAS – Parcours Audio Sensible, marcher, écouter, cartographier

Une, des cartographie(s) sonore(s), des écoutes à la carte ?

 

ob_26989ba39e8e7a55485e84aff5157690_soundmap

Arpenter un territoire c’est originellement le mesurer, le diviser en arpents, mais peut-être également s’y mesurer.
Marcher un territoire c’est aussi en prendre la mesure, du centimètre au kilomètre, pas à pas.
Réduire un territoire à une certaine échelle, c’est amorcer un geste cartographique, l’appréhender « vu de haut », en discerner les contours, parfois les détails.
La cartographie sonore est une cartographie du sensible qui mettra en avant la matière sonore et l’écoute posée sur un espace géographique donné.
La cartographie sonore est un mode de représentation territorial pour et par l’oreille. Elle peut être centrée sur les seules informations auditives, ou venir s’insérer dans une carte plus hétérogène, lui rajouter une couche d’information auriculaire…
Un territoire sonore est un ensemble construit sur des flux, des rumeurs, des émergences… Moteurs, brouhaha, voix, oiseaux… Un mille-feuilles acoustique.
L’échelle de l’écoute peut-être donnée par un jalon stable dans la temporalité, la puissance, la localisation géographique. Une cloche par exemple. Néanmoins cette échelle peut être plus ou moins précise, s’effacer ponctuellement. L’oreille reste le capteur qui mesurera les échelles et plans sonores, non sans une certaine subjectivité, voire une subjectivité certaine.
La ou les signatures sonores d’un territoire cartographié se révèleront autour de « singularités communes ». Des cloches, fontaines, espaces acoustiques spécifiques et enchainements ou ruptures dans le mixage urbain, voix avec intonations, accents, langues, parlers locaux…
Une cartographie sonore demande un certain temps d’immersion pour repérer et comprendre les indices que nous choisirons de représenter, ou d’utiliser comme représentation sensible d’un lieu.
La carte/charte sonore peut utiliser différents modes de représentation, différents médias. Le symbole-pictogramme, le sons lui-même, l’image, le texte/onomatopée, le graphisme décrivant la matière sonore, sa puissance, sa « couleur, sa hauteur, ses déplacements spatiaux et dynamiques… sont autant d’outils cartographiques pouvant être utilisés, mixés…
La mise en place d’une représentation sonore peut-être participative, s’appuyer sur la connaissance des autochtones de leurs espaces de vie, se construire en fabriquant nos propres codes,, outils de représentation, esthétisme… Elle en gagnera d’autant plus à être une création collective, partagée, une œuvre contextuelle, perceptuelle autant que relationnelle.
Nous pourrons développer plusieurs degrés de lecture selon les cartes ou couches empilées – Sources et nature des sons, puissances, rythmes et temporalité, ambiances et couleurs, éléments spécifiques (cloches, fontaines, transports publics…)
La carte pourra se décliner en différents formats ou média – Papier, maquettes/matériaux, supports numériques, formats mixtes…
Ce mode de représentation restera, surtout en ce qui concerne la notion de paysage sonore, éminemment subjectif, comme beaucoup de cartographies du reste.
La parole d’habitants, d’usagers, de visiteurs peut-être inclus comme un élément d’une cartographie singulière. qui s’appuie sur une série de témoignages récits oraux.
La cartographie sonore peut être pensée comme un mode de déambulation, offrant différents chemins, trajectoires d’écoute, précisant des points d’ouïe où s’arrêter, singuliers, intéressants, emblématiques.
A chaque territoire, à chaque arpenteur, à chaque projet et histoire, sa propre carte.
Nous produisons bien là, une véritable écoute la carte en quelque sorte.

 

Annexes :
– Un panel de cartographies sonores (article Desartsonnants) – https://desartsonnants.wordpress.com/2014/06/27/cartographier-le-monde-a-loreille/
– Un exemple de projet mené avec une artiste graphiste, Chloé Bonnard – https://fr.scribd.com/document/212484867/Cartographie-ABIABO

Images

Cartes sonores et dérivés (Article Desartsonnants)http://desartsonnants.over-blog.com/cartes-sonores-et-d%C3%89riv%C3%89s-repr%C3%89sentations-de-la-chose-sonore

 

 

 

 

 

 

 

Écoutant marcheur, acteur chercheur

33322483813_c102daed51_k_d

Suite à une semaine riche en rencontres avec des chercheurs et laboratoires de recherches, notamment dans des rencontres-actions marchées, une petite pause écriture s’impose.

Il me faut parfois tenter de prendre du recul sur mes propres pratiques pour voir comment elles évoluent au fil du temps et ces expériences, et surtout faire en sorte qu’elles continuent d’évoluer.

Je marche, j’écoute, je triture des idées, malaxe des concepts, écris, partage des réflexions et actions de terrain, marche encore…

Du terrain, de l’action à la réflexion, de l’expérience individuelle ou collective à la cogitation intellectuelle, et vis et versa, la « des-marches » avance, empruntant souvent des chemins de traverse à peine défrichés, ni donc déchiffrés.

Je reprends ici un extrait de texte du chercheur Hugues Bazin*, que je trouve très intéressant dans son approche d’activisme décloisonné.
« … L’acteur-chercheur n’est pas défini par un statut, une mission, une appartenance professionnelle ou sectorielle. Il peut jouer sur ces rôles, mais ne peut se cantonner à une posture entre agent, acteur et auteur. Qu’il vienne du milieu de la recherche ou d’autres environnements socioprofessionnels, sa posture est de nature hybride et se définit par la capacité de construire une démarche réflexive vers laquelle il ira puiser les éléments méthodologiques utiles. Autrement dit, l’acteur-chercheur se définit par l’espace circulaire qu’il crée entre implication et distanciation.
C’est un espace aussi bien social, mental que géographique qui le caractérise comme sujet autonome, auteur de sa pratique et de son discours. C’est dans cet espace que l’on peut s’impliquer tout en impliquant l’autre… »

Revenons de ce fait à la marche et au marcheur écoutant les environnements sonores qu’il a choisi d’investir.

Marcher pour marcher n’est pas une fin en soi, pas plus qu’écouter pour écouter, et au final théoriser ces actions sans volonté d’agir sur le territoire n’est pas très stimulant ni productif. Il faudra que le geste de mettre un pied devant l’autre, comme celui d’ouvrir ses oreilles au monde environnant, engendre non seulement de nouvelles formes de récits, de pensées, mais s’ancrent dans un processus d’aménagement du territoire, autant que faire se peut.

Emmener des personnes écouter la ville, ou une forêt, est un engagement physique et intellectuel dans lequel chaque individu, quel qu’il soit, peut devenir co-auteur d’une petite histoire d’écoute, voire d’un paysage sonore collectif en gestation.

Ensuite, souvent, les rencontres feront le reste. Dans tel ou tel atelier d’écoute en marche, des habitants, géographes, artistes, chercheurs en sciences humaines, élus, aménageurs, seront amenés à croiser leurs gestes de marcheurs écouteurs, leurs ressentis, retours d’expériences personnelles et travaux… Et c’est peut-être à cet endroit que naîtront de nouveaux projets, des actions partagées in situ.

Battre le pavé, courir la campagne, flâner le long des rues, qu’elles qu’en soient les raisons premières, font que le territoire à la fois se révèle et se construit, se raconte et se partage, mais aussi que les réseaux s’étoffent, que les recherches gagnent en profondeur, tout en me laissant dubitatif devant l’étendue croissante de ma propre ignorance.
Du bout de l’oreille, du pied, de l’action, du verbe, le projet devient aussi passionnant que fuyant, chaque rencontre entre des lieux et des personnes dérobant un peu plus des réponses, des problématiques et postulats de départ. L’effet chemin de traverse de l’arpentage du terrain jouant certainement le rôle de questionneur permanent qui nous montre au jour le jour une multitude de chemins possibles, dans un parcours qui n’a de cesse de se modifier au gré de la marche.
Le statut du paysage sonore se trouve à cet endroit confronté ainsi à une belle incertitude.
C’est ainsi que mes propres PAS – Parcours Audio Sensibles, et les productions qui en découlent, se trouvent constamment remis en question, mais qu’ils gagnent de ce fait une in-stabilité jubilatoire.

*chercheur indépendant en sciences sociales depuis 1993, animateur du Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Actionhttp://recherche-action.fr/hugues-bazin/presentation-de-lauteur/

Improbable paysage#1 – Nœuds d’écoute

14074250306_493087ba4d_k_d

Ceci n’est pas un paysage.
Ceci est un amalgame paysager.
Ceci est un jeu.
Ceci est un mixage débridé.
Ceci est un mixage live, d’un seul tenant, non retouché.
Ceci est un mixage live à partir de multiples échantillons paysagers glanés sur Aporee.
Ceci est un voyage dans ma tête, un raccourci sono-spatio-temporel.
Ceci est un rêve de voyage immobile.
Ceci est ce que vous en ferez, ou non, à l’écoute.

14284325748_2fd06230a0_k_d

Situation d’écoute, musée sonifère à ciel ouvert – opus1

Préambule
Je commence aujourd’hui, officiellement à construire mon propre musée des situations sonores.
Je précise ainsi que :
– Chaque situation est singulière, unique, impossible à reproduire, éphémère, et sans doute invisible
– Chaque visiteur se construit sa situation et l’expose à ses propres oreilles
– Cette situation peut être partagée, effectuée de concert, même si elle restera personnelle à chaque auditeur
– Un auditeur est à la fois bâtisseur de situations et réceptacle, avec l’interaction intrinsèque que ces gestes peuvent produire
– Il n’y a pas de règles strictes pour cadrer une action , ni dans les choix spatio-temporels, ni dans les postures adoptées, objets rapportés, sollicitations extérieures… Tout lieu et tout instant, toute circonstance peuvent être considérée comme une scène propice à la construction de ce musée sonifère.
– Les scénographie des espaces sonores varient fortement selon les espaces, les moments de la journée, ou nuit, les saisons, les transformations urbaines, les occupants et leurs occupations, tout en restant reliées par le geste d’écoute-même.
– Le projet est librement ouvert à tous les écoutants potentiels, où qu’il se trouvent
– Il est bon de garder la trace de ces situations, non pas pour les ériger en modèles absolus, mais pour éventuellement que d’autres puissent s’en inspirer, s’en emparer pour en bâtir de nouvelles, en construire des prolongements, des variations…

PDPMARCH2

Situation d’écoute Opus1 – Où je fais mon marché de sons
Le 3 juin 2017
Un marché, vers 10H du matin, place de Paris, quartier Vaise, Lyon 9e arrondissement, un banc sur le marché-même.
Soleil et chaleur.
Le commerce bat son plein, chalandise vocalisée, des voix, des voix, des voix… Même les voitures semblent avoir mis la sourdine !
Scène politique, campagne législative oblige, quelques militants, tracts en main, ici mélanchonistes, là macronistes, tentent de se rassurer avec leurs sympathisants, ou d’appâter les autres, encore des voix, pré électorales celles-ci, ou à venir, dans le silence des urnes.
Le marché et une scène sonore qui met les productions vocales au tout premier plan, couleurs, accents, intonations, haranguent… On y raconte ses potins, marchande, se hèle, rit ou énonce doctement…
L’espace est large, les sons s’y déploient, s’y ébattent, s’y répondent, s’ignorent, se mêlent, s’emmêlent, sans même le savoir, dans une polychromie acoustique – cherchez le détail dans une masse grouillante car organiquement bien vivante.
Cherchez les plans, à côté de vous, à l’autre bout, sans ligne d’horizon bouchée, tant par la gare barrière que la masse sonore impassible.
Un continuum qui résiste en toile de fond, percé d’émergences, elles encore humainement vocales, essentiellement, si ce n’est parfois l’énervement d’un klaxon furibard. Eclat coloré.
Midi, les cloches prennent le dessus de la scène, écrasant tout sur leur passage en volée, mais un joli vacarme qui fait presque danser l’espace.
Puis se taisent, comme regrettant d’avoir trop parler, ou trop fort, sans prévenir. J’en arrive à les regretter, alors que d’autres soulagés reprennent le fil de leurs discours.
Ainsi les voix reviennent en surface, et les voitures en arrière-plan, presque une quiétude après le bel orage cuivrée.
13 heures, l’estompage est amorcé, decrescendo incontournable, des étals claquent, des portières aussi, les voix se raréfient, les voitures reprennent de l’espace, la scène évolue vers d’autres équilibres, eux aussi instables, à saisir dans l’instant.
3 heures d’immersion, comme face à une toile trop grande pour être appréhendée d’un seul coup d’oreille, comme une sorte de fresque à la Géricault, qui nous aurait noyé de prime abord, puis de laquelle on s’extirpe pour plonger vers le détail, histoire de ne pas se laisser engloutir sans résistance.
Diriger l’écoute à droite, à gauche, zoomer sur nos voisins, aller chercher le lointain, si possible, tout en ayant l’air de ne rien faire, sans bouger d’un iota. Ruse d’écouteur anonyme, qui vous pille sans vergogne vos bribes sonores, sans que vous vous en doutiez le moins du monde.
Faire son marché de son sans bourse délier, un bébé  crie de faim ou de colère, deux commerçants chargent de lourdes caisses en les faisant claquer sur les hayons métalliques des camions, les arroseurs du service de nettoyage friturent l’espace par de longs chuintements asphaltés…
Pour cette première scène de ma sono-muséographie naissante, j’aurais pu choisir un espace moins rempli, faisant place à des vides et des creux, des respirations plus apaisées. Mais sans doute le marché s’imposait aujourd’hui comme un début logique, une évidence à portée d’oreilles, un terrain connu aussi, une source qui ne laissera que peu de repos à l’oreille, mais à la fois la sauvera de l’effet page blanche.
Sans doute aurais- je pu également appuyer l’écriture de cette situation par une prise se son.
Mais sans doute était-il plus sage que seules les oreilles soient principalement sollicitées, pour ne pas que les vu-mètres de l’enregistreur ne se montrent trop présents.
Sans doute les trois heures n’ont pas été dans une écoute contemplation sans faille, sans relâche, sans égarements rêveurs, comme toute visite de musée, à l’heure où les sens saturent de matière prolifique engrangées.
Mais voila, c’est au cœur de ce Point d’ouïe lyonnais que s’inaugure, sans autres invités que moi-même, mon musée sonifère, avec la néanmoins précieuse collaboration des lieux et des gens ignorant combien ils m’ont été très agréablement utiles.