Points d’ouïe, nouveaux écrits

e4b7912
@photo Nicolas Frémiot

 

Dernières mises en ligne

Une compilation d’écrits « Chronique d’un promeneur écoutant confiné » autour de la crise sanitaire que nous traversons et de ses ambiances sonores

https://www.academia.edu/43306986/Chronique_dun_promeneur_%C3%A9coutant_confin%C3%A9

 

Un texte « L’écoute à la carte » autour des cartographies sonores

https://www.academia.edu/43307361/L%C3%A9coute_%C3%A0_la_carte

Point d’ouïe, le paysage sonore, une approche transversale

Translate this page

00

Je pense, de plus en plus fortement d’ailleurs, que travailler la notion de paysage sonore pour elle-même, de considérer le point d’ouïe de façon autocentrée, n’est pas satisfaisant.
Cela réduit le champ de pensée et d’action à une visée esthétique qui, si elle demeure des plus intéressantes, reste en partie coupée d’une société où les interactions sont de plus en plus nombreuses et complexes, pour le meilleur et pour le pire. L’actualité nous le montre un peu plus chaque jour.

Il ne s’agit pas pour autant de se proclamer artiste spécialiste multi-compétences, pouvant répondre à de nombreux problèmes, possédant des savoir-faire et une super boite à outils universelle, cela relèverait de la plus haute fumisterie.

Il est plutôt question de prendre en compte un paysage sonore à l’aune de différents champs, où différents acteurs viennent croiser leurs compétences pour tenter d’analyser les situations de terrain et d’y apporter quelques réponses des plus pertinentes que possible. Réponses qui seront d’autant plus pertinentes si elles sont frottées à plusieurs enjeux, via différents outils de lecture, dispositifs, processus…

Le champ du paysage sonore est donc une des problématiques soulevées, en regard de questionnements plus globaux concernant des milieux spécifiques, qu’ils soient urbains, péri-urbains, ruraux, en sites naturels ou dans des aménagements touristiques, industriels…

Ainsi, les processus d’aménagement du territoire, l’urbanisme, l’architecture, la gestion paysagère, les questions de mobilités, de santé publique, de loisirs, d’approches artistiques et culturelles… pourront questionner de concert les espaces investis.

Le rôle de l’artiste, que je suis en tant que promeneur écoutant, restant ici dans celui qui propose une approche sensible, notamment par l’écoute, le soundwalking (marche d’écoute) et autres PAS – Parcours Audio Sensibles, comme dans la création sonore paysagère. Ces approches venant décaler les perceptions pour donner à entendre autrement, voire à ré-écouter, pourront compléter des opérations plus techniques, par exemple en terme de métrologie, d’études des comportements…

Paysage géographique, topologique, visuel, sonore, territoire aménagé, espaces sensibles, le terrain est multiple, hétérophonique. Les habitants, les passagers, les visiteurs, les travailleurs… sont à la fois acteurs/producteurs, y compris d’émissions sonores et récepteurs, ou réceptifs, à une grande quantité de stimuli. Parfois tellement grande, avec des phases de saturation, différentes pollutions, qu’il faut s’inquiéter des conditions de vie, de travail, de santé, d’équilibre physique et mental, avant-même de rechercher le bien-être.

On peut travailler conjointement par exemple, la recherche de zones de fraicheur, en prévision de périodes caniculaires, liée à celle de zones calmes, de lieux isolés, ou tout au moins apaisés. Ce qui nous conduit à penser des cheminements piétonniers alliant ombre et calme, où l’aménagement urbanistique, paysager est soumis à différentes contraintes, entre fonctionnalité et plaisir, sécurité et dépaysement sensible…
En cela, l’approche de paysages sonores comme un composante d’un milieu global, qui ne serait pas traités uniquement en terme d’isolation de la pollution sonore, ni comme une seule mise en œuvre esthétique, mais aussi comme une recherche d’espaces de vie ou de loisirs socialement valorisants.

Comment mieux s’entendre, se comprendre, d’un regard et d’une écoute, pouvoir prendre le temps de marcher hors des grandes allées bétonnées, ou des sentiers battus ? Comment s’étonner de l’oiseau ré-entendu, pour rester dans une récente actualité, d’un ruisseau rafraîchissant, de bruits de pas sur différents matériaux, de bruissements végétaux, associés à des couleurs, des odeurs… ? Comment profiter de mobiliers urbains, bancs, abris, pour y faire des pauses, écouter battre le pouls de la cité, jouir de cadres amènes, discuter sereinement… ?

Il nous faut penser des espaces de socialité, où la rencontre est possible, voire privilégiée, comme une nécessité humaine non distanciée, sans trop de contraintes; réfléchir à du mobilier urbain, des aménagements qui soient aussi fonctionnels qu’agréables, non discriminants.

Ce sont pour moi des problématiques récurrentes, qui questionnent ma position de paysagiste sonore, sans tomber dans l’utopie du « tout est beau », mais en restant engagé dans un société où les urgences écologiques sont Oh combien trop négligées, si ce n’est écrasées par des logiques de développement véritablement mortifères.

 

Un paysagiste sonore

Translate this page

 

cadre-dc3a9coute2

Un paysagiste sonore est un homme à l’oreille curieuse, qui puise dans le paysage de la matière sonore, pour la ré-agencer et la réinstaller parfois, la repenser, souvent dans des gestes collectifs.

Il revisite ainsi de nombreux espaces inouïs, des jardins sonores à parcourir, des formes de musées auriculaires vivants, à ciel ouvert, à 360°, arpentés toutes oreilles dehors.

Il pense toujours à l’échelle acoustique des lieux, avec la voix comme étalon, pour ne pas saturer ou déséquilibrer des espaces auriculaires par essence fragiles et instables.

Il pense esthétique, écologie, sociabilité…

Il est essentiellement acteur du dehors, et il enseigne, transmet, participe à des groupes de travail, séminaires, ateliers…

Il a une vision politique, au sens d’une réflexion sur la place et de la responsabilité du citoyen écouteur/producteur, de l’aménagement du territoire qui prenne en compte les milieux sonores, avec leurs beautés et leurs dysfonctionnements.

Il propose des parcours d’écoutes, des balades sonores, PAS – Parcours Audio Sensibles, pour arpenter des sites auriculaires à découvrir collectivement, au fil de marches sensorielles.

Il aime les espaces-temps nocturnes, écrins à des ambiances spécifiques, et propices à des expériences audio-kinesthésiques sublimées.

Il cherches des postures physiques et mentales ad hoc, pour mieux jouir de moult écoutes, sources, acoustiques…

Il cherche des cadres d’écoute, installe des points d’ouïe, les inaugure parfois, invite le public à s’immerger dans les sons, à les découvrir au fil de grands panoramiques, d’espaces intimes, de points fixes ou en mouvement, de coupures ou de fondus…

Il imagine des scripts, des scénari, des mises en situation contextuelles, des mises en scène d’écoutes in situ, gardant en ligne de mire l’importance du relationnel comme moteur de recherche-action.

Il cogite des paysages sonores à partager, avec leurs singularités et leurs communs, leurs spécificités et leurs récurrences quasi universelles, l’espace d’une écoute, et plus encore, et plus en corps…

Il convoque des champs d’expériences croisées, en textes et images, danse et arts plastiques, abordant l’espace public, naturel ou urbain comme un art du sonore pluriel, qui revisite nos lieux de vie en en privilégiant les aménités.

Il garde, voire fabrique des traces, pour alimenter son travail, sa réflexion, partager la transmission, penser des gestes à venir, construire le récit audiobaladologique de ses expériences d’écoutant.
 
Il tente de combattre certaines formes de surdités au monde, de celles qui ferment l’écoute et les esprits, généralisent la contamination de la pensée unique et empêchent la créativité, la résistance à des emballements catastrophiques. Mais là, il se sent souvent bien impuissant ! Alors, il garde plus que jamais l’oreille aux aguets, ouverte à une altérité bienveillante et sans doute salutaire.

Texte original de 2007, toujours d’actualité, remis à jour.

49260923413_3a5a7321e3_o_d
PAS – Parcours Audio Sensible nocturne – Transcultures, Festival City Sonic 2017 à Charleroi     @photo Zoé Tabourdiot

Points d’ouïe, le rituel de vingt heures à ma fenêtre

2020-04-1520casserole20et20plumeauc2a9b20riviere@photo – Blandine Rivière – https://blandineriviere.tumblr.com/

Une composition tout à fait personnelle, vidéo sonore, à partir d’enregistrements et photos de ma fenêtre, et de celle d’une voisine d’en face.
Lyon 9e, place de Paris
Contributeur et contributrice :
Gilles Malatray, sons et photos – https://desartsonnantsbis.com/
Blandine Rivière, photos – https://blandineriviere.tumblr.com/

 

 

Fenêtres d’écoute/Listening windows – https://soundatmyndow.tumblr.com/

Point d’ouïe, de l’écoute confinée à des formes de protocoles

aa5847b6007024c5f957260478acab03bf38860e

Troisième semaine de confinement sanitaire.
L’écoute reste toujours au centre de mes préoccupations, déchiffrant progressivement un paysage sonore ambiant, local pour le peu, cadré, transformé au fil des jours et des captations de ma fenêtre.
Tant et si bien que de nouvelles formes de protocoles se sont progressivement mises en place, s’adaptant à ces conditions pour le peu inhabituelles, avec leurs lots de contraintes, de restrictions, liées à des formes d’enfermements qu’il nous faut néanmoins gérer au jour le jour.

Répétitions et rituels temporaires comme socle de travail
Le fait de travailler dans un seul lieu, celui de son habitation, de ne plus avoir d’autres terrains d’action, d’inter-actions, d’autres contacts professionnels, de visu en tous cas, impose une forme de vie plus ou moins répétitive. On organise un emploi du temps qui tente de conserver des repères spatio temporels, on prend d’autres marques, et les sons qui nous parviennent de l’extérieur rythment ainsi nos journées sédentaires, y compris dans nos activités professionnelles.
Le soir à 20 heures, par exemple, un rituel récurrent devient un élément structurant de la journée, avec ses applaudissements, cris, casserolades de fenêtres en balcons. Rituel de retrouvailles entre voisins également. On s’habitue à des voix, devant, à gauche à droite, dessus… A des instruments bruitistes. On se fait des signes. Une forme de sociabilité se fait jour, grandement portée et exprimée par l ‘expression sonore, donnant une signature acoustique singulière au quartier, à la rue, signée mais jamais la même de soir en soir.
L’occasion pour moi de sortir les micros à heures régulières, et au « long court », en l’occurrence chaque soir depuis plusieurs semaines.
Une façon de collecter par itération, tentative d’épuisement aurait dit Pérec, par séries récurrentes.
Un rituel installé, enregistré, collecté, renseigné, et partagé au quotidien
Jamais je n’avais autant pris conscience de la façon dont la répétition pouvait enrichir l’écoute, quelque part rassurante aussi, car vivante, face à une répétition de chiffres annonçant quotidiennement des morts toujours plus nombreuses.
C’est un véritable socle de travail, qui confère une certaine solidité, voire une profondeur à mon écoute, surtout expérimentée dans la répétition, et dans la durée.
Pour illustrer ces constats, je viens d’ailleurs de me mettre à ma fenêtre, pour capter une fois encore ces ambiances de vingt heures, qui me font entendre les acoustiques de ma rue comme jamais je n’aurais pensé le faire, avec une attention toujours renouvelée, est une bienveillance réconfortante envers mes voisins solidaires.

Cadres d’écoute
Je parlerai ici de cadres d’écoute plutôt géographiques, même si la géographie en question est celle, relativement réduite, de mon appartement lyonnais.
Un cadre topologique, celui auquel je me poste pour écouter, regarder, respirer, sentir, la rue au bas de chez moi.
Un cadre dimensionné par les proportions d’une fenêtre, d’ailleurs assez imposante dans ce très ancien immeuble.
Un cadre orienté, plutôt sud-ouest, très ensoleillé en après-midi, donnant à droite sur une place et une église et à gauche sur un alignement routier conduisant vers la Saône, notre rivière/fleuve locale.
Bref un cadre qui cadre, et de ce fait, qui contraint l’écoutant à des dimensions et placements dans l’espace, lui donnant, bon gré mal gré, des barrières et horizons construits, ouverts et fermés par ces ouvertures en trouées de façades .
C’est ainsi que le protocole prend en compte ces données spatiales quasiment imposées, ou avec des variantes limitées. Non seulement prend en compte, mais qui plus est en joue.
Tout d’abord, j’ai opté pour le côté rue plutôt que celui jardin. Ce qui d’ordinaire n’est pas le cas, je préfère échapper au flux automobile en installant mon bureau tourné côté verdure. Aujourd’hui, devant l’effondrement sonore ambiant, je cherche une scène acoustique où la vie se fasse encore entendre, non pas comme si de rien n’était, ni ostensiblement, mais avec suffisamment de dynamique pour garder l’oreille alerte.
J’ai donc élu une fenêtre d’observation et d’écoute favorite, privilégiée. Elle donne sur des immeubles en face, pas trop loin des cloches de l’église, mais pas trop près non plus pour que, notamment à 20 heures, leurs sonneries n’écrasent pas trop les autres sons ambiants, cris, applaudissements et autres percussions.
Car cette fenêtre est aussi un point d’ouïe stratégique, remplaçant par ailleurs momentanément, mes rituels de banc d’écoute. Le protocole va bien évidemment considérer les points et les moments d’enregistrements combinés. Certains se feront au gré des aléas sonores, d’autres sur une série récurrente évidente, celle de 20 heures, dont j’ai déjà parlé ici. C’est donc la conjonction de l’endroit et du moment, mais aussi du matériel utilisé, et de la photo prise chaque soir, qui vont infléchir une certaine logique auriculaire, en lui donnant des points d’appui, de repère, de comparaison, au fil des jours qui s’allongent peu à peu, dans ce printemps confisqué.

L’ici et l’ailleurs, le dedans et le dehors
Malgré le cadre d’écoute réduit que j’évoquais précédemment, les technologies de réseau et de communication, via notamment l’internet, peuvent sensiblement élargir les champs de perception et d’échange.
En ce qui me concerne, la mise en place, au tout début du confinement, d’un appel à contributions autour de la thématique de l’écoute à la fenêtre – aux balcons- a tissé assez rapidement un réseau d’échange, alimenté par des prises de sons contextuelles venues de nombreux lieux. Des apports sonores, visuels, textuels ont permis de mailler des territoires à l’origine très différents, urbains ou ruraux, bien au-delà parfois du territoire national, contribuant dans un premier temps ouvrir des espaces auriculaires collectifs assez rafraichissants en temps de confinement.
Entendre et voir hors de chez moi, téléporter mon oreille et mon regard parfois loin, parfois tout près, envoyer en retour mes espaces d’écoute vers des géographies ouvertes, n’est finalement pas chose courante.
Les comparaisons s’effectuent à l’écoute, comment sonne une rituel de 20 heures dans plusieurs quartiers de Lyon, mais aussi de Marseille, Grenoble, Ajaccio, Paris ?
Comment chantent les oiseaux dans un jardins danois, français et québécois ?
Comment, chaque jour à 17 heures, un duo de photographe et de musicien auscultent-ils leurs rues parisiennes ?
Comment l’ailleurs se frotte à l ‘ici, s’y confond parfois, dans une sorte de global soundscape qui brasse les similitudes et les singularités ?
Comment tout cela peut prendre corps pour faire récit, récits à voix multiples, de cette période si bouleversée et bouleversante, au sens premier du terme ?
De nouveaux espaces, parfois virtuels, ou distanciés voient le jour. Des partenariats et collaborations s’échafaudent, entre artistes, chercheurs, aménageurs et citoyens, voisins ou non. Des projets post crise également, mais là, on ne peut guère préjuger du quand et du comment.
Les infos et les matières, circulent, se distribuent, sont remises en question, ou proposées comme objets de créations croisées, musées virtuels, espaces de co-constructions online, où se mêlent espoirs, prises de conscience, et inquiétudes, voire peurs sous-jacentes.
Bref, le monde s’adapte comme il peut, tendant des antennes ramenant de l’information, la triturant de différentes façons.
Des questions se posent aujourd’hui, au fil des protocoles adaptés in situ, mettant parfois le doigt là où ça fait mal.
La question de l’enfermement notamment me taraude.
Entendre dehors, entendre dedans, pouvoir passer de l’un à l’autre, sans contraintes, ou avec un minimum, ou bien être, pour différentes raisons, dans la situation de personnes empêchées.
L’écoute que je pose comme une fenêtre ouverte, doit garder, au mieux que possible, la capacité de maintenir, ou de créer du lien, pour échapper à certaines formes d’aliénations potentiellement dangereuses.
Rêves d’évasion entre les deux oreilles…

Lyon le 07 mars 2020

 

https://soundatmyndow.tumblr.com/

 

Points d’ouïe, fenêtres et balcons, une géographie de l’écoute

25384014954_171cf08426_k_d

Des percées Points d’ouïe, un cadre d’écoute
Aujourd’hui, la fenêtre, le balcon, sont devenus des points d’ouïe privilégiés pour tendre une oreille vers la ville, lui faire prendre l’air, et les sons, rester présent, observateur, actif, malgré notre confinement.
Ces lieux donnent un cadre, dans tous les sens du terme, ils orientent nos points d’ouïe, les limitent parfois, imposent des axes, des horizons, des rapports vision/écoute plus ou moins contraints, des confrontations de chez soi vers des ailleurs percés.

Jonctions

Dedans dehors
Je suis plus ou moins dedans, plus ou moins dehors, et mon écoute se joue de cet entre-deux.

Devant derrière
Derrière, c’est une cuisine, un bureau, une chambre…
Devant c’est un jardin, une cour d’immeuble, un champs, une route.
Et les sons sont en conséquence.

public privé
Ce que je vois, ce que j’entends à portée de vue, relève en général du public, ou de l’espace public, ou des usages publics, des espaces privatifs, ou privatisés.
Mais hors-champs, lorsque je suis tourné vers l’extérieur, c’est chez moi, là où j’habite, de l’endroit où j’écoute.
Et les deux se mêlent ainsi, me faisant axe entre deux mondes orientés via l’oreille. Plus ou moins précisément d’ailleurs.

intime extime
L’intimité de chez soi, je l’entends par des gestes confinés, des présences de proches, des voix et bruits du quotidien, de l’eau qui coule, des couverts rangés, ou la solitude calfeutrée.

L’extime, c’est la vie au-delà de l’intime, au-dehors, voitures, chantiers, oiseaux, et tout ce qui résiste encore en laissant des traces auriculaires…

Seuils
La fenêtre et le balcon font seuils
Ils sont entrée, porte ouverte aux sons du dehors
Ils sont sortie, laissant les sons du quotidien s’échapper vers le dehors
Ils sont passage
Ils sont lisière, marge, croisement, recoupement, interstice, superposition
Ils sont espaces de mixage où se confondent les jonctions auriculaires
Se tenir sur la PAS, accueillant la vie sonore, au lieu de faire un PAS – Parcours Audio Sensible.
Nouvelles contraintes, nouvelles pratiques.

 

Texte écrit dans le cadre du projet  » Des sons à ta fenêtre – Sounds at your window« 

https://desartsonnants.bandcamp.com/album/des-sons-ta-fen-tre-sounds-at-your-window

L’oreille, ses gares, mais ne s’y perd pas

site_propre_gare_de_vaise2

Un de mes topos acousticus préférés, les gares

Des espaces entre-deux, ferraillant, cliquetant, bipant, sifflant, grondant, parlant, vociférant, chuchotant

Une impressionnante collection de sonorités humaines mécaniques, médiatiques

Des flux, et reflux, en veut-tu en voilà

Des acoustiques dedans/dehors, ni vraiment dedans ni vraiment dehors, des entre-deux, ambiances neutres, sèches ou réverbérantes

Des annonces, sonals1, haut-parleurs plus ou moins efficaces, parfois brouillons, façon Jacques Tati, annonces et dés-annonces, messages et contre-messages, et ces temps-ci, consignes pour les mesures de précautions sanitaires anti pandémiques moult fois répétées

Une de mes gare expérientielle à l‘oreille, Vaise, 9e arrondissement lyonnais, terminus de la ligne de métro D, extrémité nord de la ville, petit laboratoire d’écoute appliquée

Un nœud intermodal (métros, trains, bus,voitures, deux-roues, piétons), générant un trafic soutenu, et des afflux en pics ponctuellement répétés

Une position stratégique, un point d’ouïe remarquable bien déterminé

Entre-deux dedans/dehors

Couloir couvert arrêt de bus

Au pied d’un talus juste sous la gare de Vaise SNCF, les trains passent au-dessus de l’écoutant

Vers 18 heures, heure flux assez bouillonnante

Un banc d’écoute

Des bus devant, derrière, un banc entre deux voies de bus, comme sur une ilot central

Des métros en-dessous

Des voyageurs en transition, parfois en conversation

Un grand mixe de moteurs, ponctuels, très spatialisés, des trains en échos aux bus, et inversement, derrière, devant, dessus, de gauche à droite et vice-versa, une belle rythmicité qui reste cependant très lisible à l’oreille

Des signaux sonores émergents, bips des trains, fermetures et ouvertures des portes, annonces de départ

Des passages ferraillants, trainée sonore véloce, déferlante acoustique, rapidement à son paroxysme, et aussi rapidement décrue, puis disparue de notre champ auditif

Des grilles d’aération sur les chaussées des couloirs de bus qui claquent joliment

D’autres aérations, suspendues sous une voûte

Des portes automatiques qui ouvrent et referment des espaces ainsi resserrés ou agrandis, presque à géométries auriculaires variables

Une sorte de symphonie qui nous transporte en commun, juste assis sur un banc stratégiquement choisi.

1Mot valise Son-Signal pour franciser le terme de Jingle. Employé notamment pour les indicatifs sonores des gares, aéroports…

Paysages (rien que) pour les oreilles ?

1fc93d67-945a-49c9-bacc-15012030f250 copy

Paysage(s),
représentation
artistique
d’un fragment de nature,
de lieu
de scènes
de mythologies…

Peinture,
paysage-toile,
vue de et par l’homme,
homo artiste,
picturaliste
naturaliste
urbaniste
idées à listes…

Représentation(s),
étalée de couleurs,
agencée sur la toile,
paysage re-présenté,
non naturel,
re-construit,
transmission,
vision,
artefact
inclinaison dominatrice
environnement capturé
entoilé.

Paysage et picturalité,
des écoles,
des genres.

Paysage photographique,
carte postale,
tout est
en partie
affaire de cadrage
ou de décadrage
d’éclairage
ou d’obscuricissement
polysémies lumineuses.

Paysages cinématographiques
le mouvement en plus
kinesthésie à volonté.

Le paysage se montre
dans et par l’espace
délimité,
points de vue,
parti-pris
que le regard choisit
en s’aidant de la main.

Quid d’un paysage sonore ?

Idem,
parcelle d’espace
de temps
d’espace-temps
mis en boîte,
capté
enregistré
conservé.

Traces in-fidèles ?
fossiles d’écoute ?
reliquats acoustiques
résidus acoustiques
échantillonnages de territoires…

Technicité
choix du lieu,
des sources
des sujets
de l’instant
de la durée
des mouvements…

Composition,
re-composition,
de l’espace
plan auditif,
réagencé,
remixé pour l’oreille.

Décision de captation sonore
geste prémédité,
volontaire,
contraint de subjectivité latente.

Le micro,
asservi par l’écoutant,
manipulé,
à l’instar de l’objectif,
à effet loupe
grossissant jusqu’au presqu’ inaudible,
aspirant les sons,
travellings auditifs,
gros plans auriculaires
fabrique d’artifices…

Micro parfois complice de l’oreille,
et parfois dissident

Les sons nettoyés,
certains expurgés,
débarrassés de leur gangue
ou de résidus indésirables,
selon la définition de chacun
sons traités
parfois maltraités;
renforcés
amoindris
mélangés
malaxés,
étirés ou raccourcis dans le temps,
séquencés,
déplacés,
pour de trompeuses histoires.

Paysages en fabriques,
admirés,
dénoncés,
caricaturés,
incarnés,
par ou pour l’oreille.

Nouvelles histoires
à croire ou ne pas croire.

Paysage sonore
volonté politique
une approche sonore écho-citoyenne,
une pensée et des gestes d’écosophie sonore
les utopies s’entendent-elles ?

Le paysage,
sonore,
n’est pas fidèle au réel,
mais sans doute un reflet
un miroir déformant
de l’écoute elle-même,
personnelle,
parcellaire,
modelée
contaminée de culture,
et c’est en cela
que le son se fait paysage,
ou bien inversement.

Points d’ouïe, Paris 8, genres d’espèces et espaces de genres

GENREDEP

Assez tôt le matin, quartier du Télégraphe dans le XXe parisien, je sors prendre un petit-déjeuner sous une belle averse de neige, et me dis que le parcours d’écoute qui s’annonce ce matin devrait nous rafraichir les oreilles.
En en effet…

Arrivé à Paris 8 Saint-Denis, lieu de l’action, après un bon bain de foule sardinée dans le ligne 13, je retrouve deux enseignantes du LEGS ( Laboratoire d’Étude de Genres et de Sexualité) qui mont invité, et avec qui se déroulera un PAS – Parcours Audio Sensible, ainsi qu’avec des étudiants.

Il s’agit cette fois-ci un PAS d’un genre nouveau, que mes comparses universitaires ont pour l’occasion nommé Cont’errance. Ce jeu de mot-valise n’est pas, loin de là, pour me déplaire, et je préviens la rédactrice du texte de présentation que je l’emprunterai volontiers dans certains de mes parcours causerie à venir.
Le but de cette déambulation expérimentale est d’arpenter pour écouter et parler des espaces traversés, sous le prisme du sonore, mais aussi de l’approche d’espaces genrés (ou non), de la place de chacun, des habitus d’un campus… sans toutefois être dans une véritable conférence marchée, plutôt dans un mode causerie dé-ambulante.

Nous alternerons donc les moments de silences, les expériences sensorielles, les jeux d’écoute, des échanges autour de la vie universitaire, via une approche résolument polyphonique, plutôt flexible dans son déroulé.
La conversation embraye d’ailleurs devant un thé et café, alors que les étudiants arrivent. Musicologie, science de l’éducation, sociologie, littérature et genres, les profils et expériences sont diverses. Se joindra à nous un chargé de mission qui travaille sur une étude des espaces publics de l’université, et qui en profitera pour tendre l’oreille vers des lieux qu’il n’appréhende pas habituellement de cette façon.
Nous avons là un petit groupe d’une dizaine de personnes, mais avec un beau potentiel de croisements sensibles.

Quelques lieux et architectures ont été préalablement repérés, tels la bibliothèque, des halls, cours extérieures, passerelles, maison des étudiants, espaces verts peuplés de moutons éco-brouteurs urbains, qui finalement, garderont obstinément le silence.
Nous jonglerons entre intérieur et extérieur au gré d’averses parfois virulentes et d’un bon petit vent frais.

D’acoustique en acoustique, d’architecture en architecture, nous cherchons tout à la fois les ambiances, les signes, parfois genrés – tags, affiches, sons – observons les mouvements d’étudiants, d’ailleurs assez peu nombreux ce matin entre les mouvements de grève et la météo très ingrate.

La bibliothèque nous livre quelques pistes, disparates, sur papier, des écrits et es penseurs, philosophe, sociologues, anthropologues…. Nous aurions aimé descendre dans les incroyables sous-sols techniques, que nous avions déjà exploré lors d’une rencontre précédente, mais la personne habilitée à nous y conduire n’étant pas présente, nous resterons donc hélas en surface.

Entre deux écoutes, les enseignantes commentent le campus à l’aune de leurs recherches respectives, et de l’actualité un brin surchauffée.
Tout cela se mélange dans un sympathique petit chaos qui emprunte des chemins de traverses, lors d’une déambulation qui bouscule quelque peu les pratiques enseignantes universitaires habituelles, ce qui n’est pas pour me déplaire. Un brin de désordre dans l’institution remet parfois quelques idées en ordre de marche.

187461231_0fe1568f4a_k_d

Le auvent d’un restaurant abritera temporairement une installation sonore quadriphonique (à quatre haut-parleurs autonomes), à partir de voix et de chants de femmes de différents pays et continents, mixées et spatialisées. Le tout est composé spécialement pour cette déambulation. Genre oblige.
Nous promènerons d’ailleurs un moment ces voix à travers les couloirs et halls, histoire de faire sonner autrement les lieux dans une intime et bavarde polyphonie mobile, et de surprendre les personnes croisées sur notre passage.

Et comme à l’accoutumée, nous ausculterons un espace extérieur à l’aide de stéthoscopes et autres longues-ouïes, malgré le temps capricieux et particulièrement humide.

Cette forme de PAS mêlant silences, marches, points d’ouïe, jeux de l’ouïe et installations, paroles et commentaires, échange autour de ressources écrites ou sonores, est assez vivifiante, dans les marges qu’elle explore, y compris architecturales, sociales et acoustiques. Elle permet une intervention qui questionne l’espace universitaire et ses pratiques, entre approche sensible, histoire des lieux, usages, aménagements et cohabitations humaines, dans les tensions sociales et politiques du moment, et comme une appréhension spatio-temporelle vivante… tout en restant dans une approche privilégiant le sensible.

Avec certains, en fin de parcours, nous avons longuement continué à échanger, à réfléchir, à nous questionner. Que reste t-il vraiment de l’espace public et des libertés d’action et d’expression qu’il pourrait nous offrir, au travers les tensions qui le traversent et le secouent régulièrement, les emprises institutionnelles et politiques ?
Quelles sont les modes d’interventions, dans des espaces politiques et sociaux complexes, surveillés, encadrés, les désobéissances civiles, militantes, qui résisteraient à une instrumentalisation paupérisante ou à un violente chape de silence ?

Cette journée passée à tendre l’oreille et déployer la parole dans une ambiance universitaire marquée de mouvements sociaux, conforte en moi le fait que travailler sur le paysages et les écosystèmes sonores, au-delà de leurs esthétiques, d’une approche écosophique, ne peut faire l’économie du geste politique, tant s’en faut. Ce qui me questionne à nouveau sur les leviers d’action, de résistance, de militance, pacifistes, à commencer par le niveau dans lequel j’interviens, le monde des sons et de l’écoute, à leurs portées, si modeste soit-elle, et intrinsèquement, à leurs limites.

mg_0107_sd_liberte_rue_de_universiteparisviii

PAS – Parcours Audio Sensibles et Points d’ouïe, vers des territoires élargis

5a15a026-e052-495f-a91c-8b5b7ca5f808

Durant des années, l’écriture et la pratique de PAS – Parcours Audio Sensibles ont été essentiellement liées, en ce qui me concerne, à des approches esthétiques et écologiques, notamment dans la construction de paysages sonores et de points d’ouïe partagés.

Ces marchécoutes collectives s’appuyaient, et d’ailleurs s’appuient encore, sur des notions de paysage/musique et d’écologie sonore, questionnant plus largement le monde de l’écoute, des sociabilités, aménités et sensibilités auriculaires.

Aujourd’hui, au fil des rencontres et des échanges, sans renier ni abandonner les problématiques initiales, les questionnements que soulèvent les PAS élargissent les problématiques vers de nouvelles sociabilités à portée d’oreille.

Je reste évidemment dans un modeste rôle de promeneur écoutant, metteur en situation d’écoute, pratiques dans lesquelles j’ai je pense une certaine expérience et un savoir-faire forgé au fil des expériences, même si mes PAS m’amènent à des hybridations et des croisements où l’écoute in situ se frottent à diverses situations.

M’appuyant sur les actions passées, celles en cours et celles à venir, je citerai de façon non exhaustive quelques domaines élargis, où s’aventurent, généralement collectivement, pieds et oreilles, tels  que :

la santé, physique ou mentale, le bien -être

les espaces publics et les études de genres, la place de chacun dans les espaces piétons

la sécurité, l’insécurité, la surveillance

l’esthétique paysagère

La ville underground, résonances et trivialités

l’architecture sonore,écoutée, l’aménagement du territoire

la qualité d’une belle écoute, les zones acoustiques privilégiées pour la communication orale

la muséographie, ou muséophonie

l’eau, le végétal, bruissonnances

les cartographies et représentations sensibles

l’univers de la nuit

les rapports zones calmes, ilots de fraîcheur

le tourisme culturel, sensible, l’écotourisme

l’écologie sonore, l’écosophie

le patrimoine immatérielle, entre autre sonore

l’écoute et le sacré

les mobiliers et bancs d’écoute

la littérature, la philosophie, la marche

les réseaux d’activistes marcheurs

la création artistique et le projet culturel en espace public

les personnes porteuses de handicaps, publics empêchés (hôpitaux, prisons…)

les populations migrantes…

Je ne prétends absolument pas être un spécialiste, loin de là, de ces multiples questions sociétales, et encore moins apporter des réponses dans des secteurs et pratiques que je ne connais et ne maitrise pas suffisamment. Je tente simplement, par la pratique du Parcours Audio Sensible, de développer une oreille curieuse, des écoutes collectives, vers différents territoires, entre déambulations sensibles, Conf’errances, rencontres croisées avec différents chercheurs-euses, acteurs-trices, arpenteurs-teuses, habitants-es et autres pratiquants-tes de l’espace public.

C’est un terrain tourné vers des formes de recherches-actions, stimulées par une bonne dose d’altérité, des expériences passionnantes, portant l’oreille vers des paysages fluctuants, entrelacés, hybridés, complexes.

C’est une invitation à des PAS de côté, des chemins de traverses, voire ses façons de se perdre pour tenter de mieux se re-trouver, autrement.