Points d’ouïe, Points d’eau

Digital Camera

Au fil des ondes luzéennes

Récit de résidence audio Paysagère pyérénéenne.

Avec toute une bouillonnante, écumante matière sono-aquatique, un paysage se met en place doucement.
Il raconte, à sa façon, à ma façon, désartsonnante, un petit périple de Luz Saint-Sauveur à Gavarnie et alentours.
Il parle d’une haute vallée montagneuse, celle des Gaves de Pau, qui a bien voulu me laisser capturer des sons de ses nombreux cours d’eau.
Torrents et cascades, dans tous leurs états, ou presque.
Un corpus de sons assemblés, truiturés, dessinant un lieu imaginaire issu de plusieurs lieux, bien réels eux.
Tenter de montrer la diversité.
Tenter de montrer la puissance.
Tenter de montrer la douceur.
Imaginer les reflets ondoyants par des moirages sonores.
Imaginer un cheminement aux gré de rives creusées à même la montagne.
Imaginer la montagne environnante, puissante.
Imaginer la voix des eaux qui écument les vallées, dévale les falaises, s’assoupit dans des creux.
Ceci n’est pas une rivière, ni un torrent, ni une cascade, mais ce que j’en entend, ce que j’en écris, ce que j’en invente, ce que j’en raconte.

Onirisme compris.

->

Écoute au casque conseillée

Album Photos

https://photos.app.goo.gl/xZvzTzmTRRugVDQf6

Résidence audio paysagère accueillie Par Ramuncho Studio et Hang-Art à Luz-Saint-Sauveur (65)

Merci à Béatrice Darmagnac de m’avoir si gentiment guidé vers ces écoutes bouillonnantes

Points d’ouïe, des torrents de sons en cascades

Digital Camera

Suite de mes aventures auriculaires pyrénéennes.
Hier, explorations hydrologiques de la vallée du des Gaves et des alentours du Cirque de Gavarnie.
De l’eau à foison, des couleurs plein les yeux, du bouillonnement plein les oreilles, et un vent revigorant.
Grand merci à Béatrice, ma guide, qui m’a conduit le long de ces voies d’eau.
Ce territoire, autour de Luz-Saint-Sauveur est d’une richesse paysagère, sonore y compris, qui met les oreilles et les micros en liesse.
Des torrents qui, parfois quasiment étales, parfois impétueux, dont les flux viennent se briser avec fracas sur les écueils de roches, des éboulis chaotiques, ces versants de montagnes qui canalisent torrents et cascades, ne cessent de nous éblouir.
Au détour d’un virage, un spectacle aquatique des plus impressionnant qu’il m’ait été donné de voir, et d’entendre. La centrale hydroélectrique de Pranières fait un lâcher d’eau spectaculaire. Une bouche à flanc de montagne crache un volume d’eau incroyable, gigantesque vomissure blanche, écume dantesque, dans un bruit de tempête, qui va s’écraser dans le lit d’un torrent en contrebas. Difficile de décrire la scène, et même d’en enregistrer ce bruit blanc démesuré.
Tout au long de notre ascension, nous ferons des haltes, là où les rives permettent de s’approcher des eaux.
De torrents en cascades, toute une nuance de bouillonnements, glougloutis, clapotis, grondements, chuintements, du plus discret au plus invasif s’offrent à nos oreilles rafraîchies. De quoi à écrire une nouvelle Histoire d’eau, récit fluant de cette vallée.

Digital Camera


Le cadre visuel vient  apporter un contrepoint qui offre des points de vue à la hauteur des points d’ouïe, et vice et versa.
Ce voyage au fil de l’eau me laisse épuisé – champ sémantique adéquat – auditivement repu, mais Oh combien heureux de l’expérience sensorielle vécue.
Je sens qu’il reste encore à creuser le sujet, que d’autres scènes aquatiques sont à découvrir, explorer, ausculter.
Et que le travail d’écoute, de montage, de mise en récit va s’avérer aussi riche que difficile, devant la diversité de matière collectée, sonore et visuelle.
L’aventure ne fait que commencer.

Digital Camera

After City Sonic 2019​-​20 | Winter Sessions

Après l’édition 2019/2020 du festival City Sonic, impulsé par Transcultures, une sélection d’artistes ayant participé au festival est en ligne, écoutable sur Bandcamp.

Ce choix de créations audio démontre bien, s’il fut encore nécessaire de le faire, toute la diversité et la richesses des créations sonores contemporaines, activement défendues par City Sonic / Transcutures.

Remarquons au passage, la présence de Desartsonnants qui réécrit une cité sonifère d’après des extractions sonores de jour comme de nuit de Louvain La Neuve.

Cet album en ligne complète la compilation City Sonic Winter Sessions 2019-2020 (CD + download) sortie sur l’alter label Transonic en 2020 avec une autre sélection de pièces sonores réalisées par des artistes-chercheurs sonores d’esthétiques diverses qui ont participé (dans des installations, performances, projections, workshops…) à la seizième édition particulièrement étendue et exceptionnellement hivernale du festival des arts sonores City Sonic (initié par Transcultures – Belgique). Celle-ci s’est déroulée entre novembre 2019 et mars 2020 dans plusieurs villes du Brabant belge (Louvain-la-Neuve, Braine-L’Alleud, Bruxelles, Wavre) et a réuni près d’une centaine d’artistes qui ont proposé des œuvres créées ou réadaptées spécialement pour ce contexte transurbain.

Bonne écoute !

https://transonic-records.bandcamp.com/album/after-city-sonic-2019-20-winter-sessions?fbclid=IwAR1RTYhBMaW2yP2GG4quIyvtPqSn1p-IM8NkkYBsVjK7PpCCYvbRHz9BsNE

Un brin d’écoute

Installer et partager l’écoute
un brin de musique
de sonore
d’architecture
de poésie
d’urbanisme
de danse
de récits
de politique
d’arts en espace public
de parcours
d’expérimentation
de brassage
de théâtre
d’images
d’hybridation
de rencontres
de notes
de partage
de bonne humeur
d’écologie
d’écosophie
d’action
de recherche
de nomadisme
d’amitié (beaucoup)
d’imagination
d’humilité
de transmission
de persévérance
de militance
de rêve
de réalisme
d’utopie
d’ouverture
de doute
d’opportunité
de sérendipité
de plaisir
de résistance
de pas de côté
de curiosité
d’aménité
de tolérance
de réseau
de bienveillance
de folie
de sagesse
de philosophie
de sociabilité
d’espoir
de révolte
d’écritures polymorphes
d’incertitude
de fête
d’attente
d’espoir
d’engagement
d’errance
de probabilité
d’esthétique
de contextualité
de relationnel
et plus si affinité

Paysages sonores, comment ne pas tomber dans la routine écoutante ?

Cela fait maintenant longtemps
Longtemps que j’écoute
Longtemps que je marche
Longtemps que j’enregistre
Longtemps que j’installe des sons
Longtemps que j’en triture
Longtemps que j’en joue
Longtemps que j’écris autour du dit paysage sonore.
Donc le risque est bien là
Celui de s’encroûter
De s’endormir
De rouiller
De s’ennuyer
D’ennuyer
De tourner en rond
Ou en d’autres formes géométriques.
Innover n’est pas chose simple
Inventer encore moins.
Alors l’expérience aidant
Peut-être
Il faut que j’expérimente
Comme échappatoire inconditionnel.
Des choses pour moi inhabituelles.
Par exemple repérer un parcours d’écoute
Et surtout ne pas le suivre
Ou le prendre à l’envers, à rebrousse-poils d’oreille
À contre-sens
Enregistrer des sons
Et en utiliser d’autres
Utiliser un logiciel qui n’est pas prévu pour ce que je vais en faire
Une carte géographique qui n’est pas celle du lieu marchécouté
Un micro à contre emploi
Des sons que je déteste
Des lieux où je me sens mal
Des contraintes à la limite du paralysant
Faire avec ou tenter de, avec des gens qui ne croient pas au projet
Avec des dénigreurs patentés
Avec des détracteurs stimulants.
Se tracer un cheminement pour mieux s’y perdre.
Toujours remettre tout en cause.
Penser à des choses improbables, irréalisables
Les expérimenter malgré tout
Et voir ce que l’on peut en garder au final, même a minima
S’écrire des partitions que l’on ne jouera pas, ou de façon aléatoire
Avec beaucoup de dissonances, de fausses notes, d’erreurs assumées
Trop aléatoire pour qu’il en reste quelque chose de reconnaissable
Accueillir tout ce qui peut l’être, sons, ambiances, personnes
Changer de rythme, ne plus rechercher l’apaisement, le ralentissement, mais l’emballement, l’accélération
Varier les rythmes, alterner tensions et détentes, speed et zen
Ne pas focaliser, ne pas porter attention, laisser faire, laisser venir, sans volonté de contrôler quoique ce soit.
Privilégier l’informel, le non cadré, le non programmé
Chercher le dés-œuvrement, dans toute la polysémie/polyphonie du terme
Expérimenter les variations, les distorsions, du micro changement au chamboulement radical
Explorer les lieux les plus insolites, les postures physiques les plus saugrenues
Réitérer moult fois le même geste, le même parcours, jusqu’à en éprouver l’usure, la dégradation
Ne pas se donner de limites, de fenêtres spatio-temporelles, faire où et quand bon nous semble
Demander des sons à des cuisiniers, mécaniciens, barmen, et même à des musiciens
Ne pas avoir de projet et aller à l’instinct, à l’improviste, aller nulle part et partout à la fois
Imaginer et tester tous les brassages possibles, imprévus, inattendus, voire des plus anachroniques si ce n’est contre-nature
Faire confiance au hasard, le provoquer si nécessaire, rechercher l’aléas
Ne pas fuir l’inconfort
Faire comme si tout était inouï, jamais vu, jamais entendu
Être en capacité de surprendre, d’être surpris
Être en capacité de se surprendre soi-même

Rumeurs du jour, point d’ouïe de ma fenêtre

Un lundi matin, ciel assez clair, lumineux, entre trouées de bleu et floconnements de gris.

Températures plutôt douces pour un début février.

La fenêtre du salon est ouverte sur la rue, vers 10 heures du matin, pause thé.

Je m’y tiens, accoudé à la barrière, écoutant en guetteur de sons pour un instant.

Peu de circulation, vacances et Covid associés font entendre une ville plutôt calme.

Quelques voitures néanmoins, sporadiquement, traversent la scène d’écoute, mais sans vraiment la brusquer, avec un certain ménagement.

Et toujours, à toutes saisons, les pigeons roucouleurs, répétant inlassablement, de façon quasi identique, jusqu’à un certain agacement, la même phrase scandées en trois itérations obstinées.

Des passants, deux exactement, devisant, sortent de la boulangerie voisine. On saisit jusqu’au bruissement du papier enveloppant leur pain. Preuve s’il en fut d’une ambiance auriculaire plutôt apaisée.

J’aime laisser entrer des nappes sonores dans la maison, surtout lorsqu’elles se montrent raisonnables, ou raisonnées, comme aujourd’hui.

J’adore les capter les jours de marché, juste au bas de mes fenêtres, sur un long déroulé de trottoir.

Aujourd’hui, pas de marché, juste une ambiance qui ne fait pas de remous, qui ne s’agite pas outre mesure, qui laisse à l’oreille le temps de se poser, et à l’espace de se déployer.

C’est un point d’ouïe parmi d’autres, dans le quotidien du quartier.

Une courte sonnerie de cloches, hissées sur au sommet de leur tour de guet ajourée, à quelques encablures de ma fenêtre, vient secouer la torpeur ambiante. Ce marqueur spatio-temporel qui signe le paysage sonore alentours, je l’apprécie toujours autant, surtout dans ses grandes envolées de midi. Mélodies joyeuses sur quatre notes d’airain.

C’est maintenant un hélicoptère qui vient trouer l’espace sonore, vrombissant de toutes ses pâles, et traversant sans ménagement, est-ouest, le quartier.

Lorsqu’il a quitté ma zone auditive, son émergence laisse place à un retour au calme, comme une échelle-étalon de décibels posée ponctuellement, pour mesurer les dynamiques, les rapports signal/bruit, les fluctuations vibratoires qui se plient et déplient à mes oreilles curieuses.

Sans être jamais silence, ou bien alors silence relatif, le calme reprend le dessus.

Un chariot à commissions fait sonner les aspérités du trottoir. Il les révèle, les sonifie en quelque sorte. Il crée des rythmes en jouant sur les fissures, les micros anfractuosités, les rugosités de l’asphalte. C’est une sorte de lecture d’une carte sonore déroulée à nos pieds, que les roulettes déchiffrent à la volée, en fonction de leurs trajectoires impulsées par le piéton chauffeur. Telle l’aiguille d’un tourne-disque lisant les sillons d’un vinyle pour leurs donner de la voix.

Le passant tireur de chariot à commissions est une sorte de DJ urbain qui s’ignore. J’aime bien penser à cette image décalée, d’une forme d’orchestre éphémère, avec ses solistes et ses chœurs, jouant des partitions à même le trottoir, improvisant des musiques de ville même un brin bruitalistes.

Cela me rappelle une forme de parcours sonore-performance, avec des étudiants d’une école d’architecture et d’urbanisme de Mons (Be). Durant celui-ci, nous avions fait sonner la ville via les antiques pavés de son centre historique, en tirant des valises à roulettes entourant un public de marcheurs. Nous nous arrêtions brusquement, immobiles, pour jouer d’un effet de coupure assez radical, qui faisait alors se redéployer les sons momentanément masqués par les grondements de nos caisses de résonance mobiles improvisées. Nous écrivions et interprétions ainsi , in situ, un rythme de ville au gré des sols et des pas, arrêts compris.

Mais revenons à ma fenêtre.

Les grands absents du moment sont les bars, les deux débits de boissons tout près de chez moi, muets depuis quelque temps déjà, empêchés par les mesures sanitaires en vigueur. Un seul son vous manque et tout est dépeuplé. Et ce n’est pas ici une simple figure de style, mais un constat personnel de carences. La socialité urbaine, écoutable dans des ambiances conviviales, est fortement bridée par la fermeture de lieux de retrouvailles. Ce qui laisse un creux, sinon un vide, parfaitement décelable à l’oreille. En attendant un hypothétique retour à la normal.

Le calme n’est pas toujours havre de paix, il peut également marquer l’engourdissement, le musellement social, la privation de libertés dont on avait inconsciemment perdu la valeur intrinsèque, et que l’écoute nous rappelle.

Des enfants jouent sur la place voisine. Ballons, trottinettes, cris et autres et rires. Cette place, au cœur du quartier, couvre-feu aidant, n’a jamais été si peuplée d’enfants et de leurs parents, retrouvant par la force des choses une fonction sociale vitale. Si certains sons montrent une paupérisation sociétale, d’autres tendent à rééquilibrer l’ambiance et la vie au quotidien. Et là encore, l’oreille est bonne informatrice pour qui sait prendre le temps de l’écoute, et capter le pouls auriculaire d’un espace, y compris de nos lieux de vie qui nous racontent tant de choses.

La pause que je me suis accordée tirant à sa fin, mais était-ce vraiment une pause ou l’installation d’une énième écoute, d’un des innombrables points d’ouïe venant alimenter mon travail, je referme la fenêtre, mettant fin à cette écoute réflexive, qui a alimenté ce texte à la volée. Comme des cloches tintinnabulantes.

Partition de PAS – Parcours Audio Sensible N°21 « ambiances et frottements »

Lieux : Tous les lieux, intérieur, extérieur, durée variable selon le parcours

Temporalité : Toute période, au cours d’un parcours, ou en spot

Public : Groupe de 2 à 20 personnes

Action : Le guide emmène les promeneurs en silence, parfois, il s’arrête, pose une enceinte amplifiée au sol, des musiques viennent se superposer, se frotter aux environnements sonores ambiants; à chaque halte, une musique, une ambiance différente est écoutée, créant différents climats, décalages, atmosphères aléatoires.

Paysages sonores, Points d’ouïe, recherche de lieux d’accueil et partenariats

Travaillant depuis de nombreuses années sur la question du paysage/territoire sonore, dans des approches esthétiques, environnementales, sociétales, écosophiques… je partage des expériences de terrain, comme des réflexions en chantier lors de séminaires, ateliers, groupes de travail, festivals, résidences…

Je questionne actuellement tout particulièrement la notion de « Point d’ouïe ». Point d’ouïe comme jalons de parcours sensibles, outil d’inventaire, postures performatives et sensibles d’écoute in situ, constituant essentiel à la construction de paysages sonores; à la valorisation de territoires sensibles… Je creuse ces approches en frottant la création sonore, sous diverses formes, à des recherches, notamment autour de l’aménagement du territoire à l’aune des bouleversements et risques climatiques.

Vous l’aurez sans doute compris, je cherche des relais, partenariats, lieux d’intervention, pour avancer et échanger, développer des actions autour de ces problématiques.

Si l’oreille vous en dit !

Quelques partenaires et lieux d’intervention :

PNR du Haut-Jura, Transcultures/City Sonic (Be), Pépinière Européenne de Création, Université Lyon 2, Paris 8, Paris 1, Grenoble-Alpes, Chambéry, Clermont-Ferrand-Auvergne… Agences d’Urbanisme de Corse et Bordeaux-Aquitaine, Santé Environnement Auvergne Rhône-Alpes, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, Aciréne, École d’Arts de Chalon/Saône, Orléans, GMVL, École Supérieure de Design La Martinière-Diderot de Lyon, Centre culturel La ferme du Vinatier et CFMI de Lyon, France Culture et France Musique, RFI, BNF de Paris, Institut Français de Saint-Pétersbourg, Sousse, Tananarive, Bobo Dioulasso, Château de Goutelas, Festival DME à Seia (Portugal); Amichi de la Musica di Cagliari (Sardaigne), Alte Schmiede Kunsterverein (Wien, Autriche), Lieu Unique à Nantes, Gare au théâtre de Vitry/Seine, fondation de France, Centre d’Information du Bruit, Centre d’art GRAVE à Victoriaville et UQTR à Trois Rivière (Québec), Centre pénitentiaire des Baumettes et les Rudologistes Associés à Marseille, CRANE-Lab, Sonus Locus/IMERA de Marseille, CDMC et Cité de la Musique à Paris La Villette, Centre National de la Danse et CNR à Pantin, Saline Royale d’Arc-et-Senans, Festival Back To The Trees …

Écoutes in situ et concerts de paysages improvisés

Écoutes in situ et concerts de paysages improvisés, processus

– Arpenter le terrain, l’écouter, s’y immerger, emmener des promeneurs faire des PAS – Parcours Audio Sensibles
– Enregistrer, cueillir des sons, capter les singularités, les ambiances, les imprévus
– Photographier, recueillir de la matière visuelle, écrire, faire trace encore
– Triturer les images en sons, les sons en images, via des applications souvent détournées de leurs fonctions initiales
– Donner à ré-entendre, à re-voir, les territoires arpentés, écrire de nouveaux paysages sonores en concert, en live, les improviser pour ouvrir l’imaginaire à de nouvelles utopies acoustiques
– Si possible, retourner sur le terrain pour le frotter aux constructions de ces traces paysagères éphémères et dé-concertantes

Je recherche des lieux de résidence où travailler cette démarche, des complicités, avis aux intéressé-es potentiel-les

Partition de PAS – Parcours Audio Sensible N°20 « géographie sonore oulipienne »

Lieux : Près de chez vous, ou loin, ou très loin, en ville…

Temporalité : Quand l’envie vous en prend, pour une durée indéterminée, ou déterminée

Publics : En solitaire ou en groupe

Actions : Se procurer une carte de la ville, ou suivre un itinéraire géolocalisé sur son smartphone
Se noter, au préalable, une liste de contraintes, ou de règles du jeu.
Exemple : Compter six rues à droite (ou à gauche), à l’intersection de la 6e, faites une arrêt écoute de 3 minutes (ou plus, ou moins), installez un point d’ouïe donc; puis prendre la rue à droite (ou à gauche) réitérez l’opération autant de fois que vous le souhaitez.
Arrêtez vous à tous les numéros de rue se terminant par le chiffre 6 (ou un autre de votre choix) écoutez, repartez…
Arrêtez vous à chaque croisement dont le nom de la rue de droite fait référence à un lieu, ville, région… (Rue de Paris, de Brest, de Provence, d’Italie…) Postez votre oreille.
Suivre une ligne de métro, ou de bus, arrêtez vous à chaque station pour effectuer un point d’ouïe de la durée de votre choix.
Inventez d’autres consignes de jeux, vous pouvez, à certains moments, les tirer au sort ou les faire choisir à l’aveugle par des membres du groupe.

Variantes : en forêt, comptez le 6e (ou un autre ième) arbre sur la gauche du chemin…
Inventez des variantes selon la géographie locale.