Émergences et constructions d’éco-sociabilités, ou éco-auricularités, via le soundwalking

3375520115_47dc561be9_o

Arpenter un territoire auriculaire, ou entendu comme tel, doit soulever quelques questionnements, pointer des problématiques inhérentes aux lieux investis, pour donner du grain à moudre à notre oreille bien pensante, ou en tous cas impliquée.

Par exemple :
Entend t-on, perçoit-on, dans l’espace public notamment, des positions de domination, de soumission, de résignation ? Si oui quelles sont-elles (sociales, économiques, politiques…), comment se manifestent-elles notre écoute ?
Notre oreille décèle t-elle des appropriations genrées, des formes d’écoutes et de perceptions singulières, liées à des cohabitations dans des espaces où la mixité n’est pas toujours un modèle d’équilibre ?
Comment se révèlent des violences de quartier, via les coups de klaxons rageurs, harangues alcoolisées, bris de canettes pulvérisées… ?
Ou à l’inverse, se révèlent des aménités bienveillantes, rires d’enfants, fêtes populaires, marchés animés… ?
Les parcours d’écoute peuvent-ils favoriser des partages de sensibilités, d’aménités, de communs, la conscience de participer à une vie sociale intrinsèquement liée à des paysages sonores partagés ?
Comment ces situations spatio-temporelles, auriculaires, voire ces mises en situation orchestrées par des artistes, chercheurs en sciences sociales et humaines, aménageurs… contribuent-elles à modifier, voir à construire un paysage sonore, via de nouvelles formes d’éco-sociabilités, d’éco-auricularités, objets esthétiques, écosophiques, sociaux, que l’on commence tout juste à entrevoir, à entrécouter.

L’artiste n’est bien sûr pas en capacité à aborder avec toutes les compétences requises de tels sujets sociétaux. Par contre, il sait, notamment via la mise en situation de mobilités sensibles, parcours d’écoutes ici, stimuler des perceptions auditives, déployer des sortes d’antennes vivantes autour de nos oreilles rendues plus curieuses, et donc plus actives, si ce n’est activistes.
Le sociologue, anthropologue, historien, géographe, architecte, urbaniste… viendra co-tisser le récit sensible, construire et affiner des objets d’études où l’écoute et la marche restent des pivots au centre du processus d’éco-auricularités.

Travail en chantier.

La stratégie du banc

Gilles Malatray Desartsonnants
©Photo Zoé Suliko Tabourdiot

Au départ, point de stratégie, pas de plan préconçu, ni la moindre idée d’une action en cours, à venir…
Tout juste le fait de s’assoir sur un banc, presque toujours le même, le soir, en fin de journée, souvent entre chiens et loups, puis nuit tombée, parfois tardivement.
D’assez longues pauses en fait.
Souvent plusieurs heures.
Un poste-observatoire au long cours.
J’y prends l’air du temps.
Le temps de ne – presque – rien faire, un vrai luxe.
Mais ne rien faire n’est pas forcément ne faire rien.
Je peux écouter, regarder, rêvasser, et beaucoup lire.
Des moments non programmés.
La répétition m’inscrit dans un paysage urbain, à quelques encablures de chez moi.
En fait s’ancrer une vieille habitude, d’appréhender une ville en marchant, mais en s’asseyant sur des bancs publics (quand il y en a…)
Cette inscription itérative dans des espaces-temps récurrents m’installe, pour des passants eux aussi récurrents, comme un sorte de repère urbain, qui parfois les questionne.
Surtout que je peux m’y assoir par des températures assez fraiches.
Certains s’en inquiètent.
– Avez-vous besoin de quelque chose ?
– A boire, à manger, une couverture, de l’aide… ?
– Et bien non merci, c’est très gentil de votre part, j’habite à deux pas, ou je suis à l’hôtel, selon les cas…
– Excusez moi, je ne voulais pas…
– Mais ce n’est pas grave vous savez, plutôt sympathique de votre part…
– Que faites-vous donc ?

– Mais rien, je prends l’air, je lis, j’écoute, je regarde, je discute…
– Que lisez-vous ?
– Ah oui, moi j’aime bien… Et puis aussi…
– Je vous en apporterai un…
Et deux ou trois personnes avec qui nous avons parlé littérature, philosophie, me donnent des livres, je leur en donne aussi parfois.
J’ai instauré sans le vouloir une forme de Give Box, avec un peu plus d’humain en supplément.
La stratégie commence à s’élaborer, comme des gestes simples, une micro performance involontaire, une intervention a minima, relevant du “minumental”…
Et la conscience que quelque chose de passionnant se joue à ces endroits…
Avec également d’autres personnes, parfois en grande détresse, en quête d’écoute, tout simplement.
SDF, marginaux récemment sortis de prisons, personne seule menacée d’expulsion, jeune réfugiée Albanaise, je prends leurs désarrois, leurs fragilités, leurs révoltes, leurs abattements en pleine figure.
Je les écoute.
Je les écoute modestement.
Par inexpérience, par crainte, je ne sais guère leur donner de conseils face à la diversité et parfois la violence sociale de leurs situations.
Alors je les écoute, longuement, ce qui est déjà pour eux un geste bienveillant, leurs prodiguant souvent un simple “bon courage” lorsqu’ils s’en vont.
Je ne m’étais pas imaginé que s’assoir régulièrement sur un banc me plongerait, sans le vouloir, au cœur d’une Comédie humaine souvent sombre et Oh combien violente.
Une arrière-cuisine d’une société désabusée, clivante, et a priori peu portée à la bienveillance.
Ici, pas de notes, pas de sons, je respecte leur intimité, leur parole.
Ces instants ne sont pas propices à profiter quiètement du lieu.
D’autres épisodes sont heureusement plus joyeux.
De jeunes étudiants, étudiantes, en fête, qui passent régulièrement en me saluant gaiement.
Certains se contentent d’un signe de la tête, voire d’un sourire timide.
La situation à répétition me fait rencontrer des personnes, commerçants locaux, voisins, qui viennent tailler la bavette.
Un voisin collègue, travaillant sur le son, la parole rapportée, patrimoniale, habite quelques mètre de “mon” banc.
Le sujet de conversation est donc tout trouvé, nous échangeons autour de nos projets, expériences…
Je lis beaucoup sur ce banc
Revues techniques, philosophiques, romans de tous genres…
J’y écris également, des réflexions, des amorces de projets, des jeux de mots, avant qu’ils n’échappent à ma mémoire fugace…
Un banc-bureau en plein-air, dans une scène urbaine à ciel ouvert, à 360°.
Un bureau toujours ouvert au public.
J’aime assez cette idée.
Bureau un brin nomade, l’expérience pouvant se répéter ailleurs, presque partout, entre deux marches.
Pas de prétention esthétique dans un premier temps.
Pas encore.
Juste des instants de sociabilité, qui convoquent beaucoup, énormément, l’écoute, les écoutants.
Les écoutes…
Parfois j’ai tenté de figer des bribes du lieu en l’enregistrant.
Ou en m’enregistrant, comme narrateur improvisateur.
Selon ce qui s’y passe, ou pas.
Parfois je l’ai partiellement écrit sur un bloc-notes.
Les traces, doucement, s’accumulent, prennent de l’épaisseur, font vivre un paysage qui devient de plus en plus tangible, solide.
Même s’il reste fragile, comme tout paysage.
L’idée de construire, avec l’aide des passants, de me mettre en scène, de faire partie consciemment d’un espace en écriture, se fait progressivement jour.
Je tire de la répétition de ces postures, des idées de projets visant à investir subrepticement un espace public inspirant.
Sans rien imposer.
Plutôt suggérer.
Dialoguer.
Faire entendre.
S’entendre avec.
A la fois furtivement et pourtant ostensiblement.
Ce que j’ai parfois nommé des bancs d’écoute.
Mais où l’écoute est très élargie.
Des mobiliers urbains qui deviennent d’autant plus pertinents que lorsqu’une forme de rituel s’installe, dans le temps, dans la durée, dans la répétition, dans une forme d’habitude instable.
Je m’aperçois d’ailleurs que j’ai déjà exploré ces situations dans d’autres lieux, d’autres villes en l’occurrence.
Pendant une dizaine d’années, et durant une quinzaine de jours, sur les hauteurs de Mons (Be), juste en dessous d’un beffroi, et juste au-dessus de la Grand Place.
Espaces sonores assez magiques, tout en rumeurs et tintements, chuchotements et rires, passages acoustiques interstitiels de la ville alentours.
Là aussi des rencontres récurrentes.
Puis récemment au Locle, lors d’une résidence artistique Suisse, en duo avec l’artiste plasticienne Jeanne Schmid, sur un banc de la place de l’Hôtel de Ville.
Et ici encore d’autres rencontres.
Mais dans ce dernier lieu, à l’aune des expériences précédentes, j’avais conscience de m’installer dans un espace urbain, d’être repéré, presque assimilé, dans cette petite ville de quelques 10 000 âmes.
Il me fallait garder la fraîcheur de la posture nonchalante et “naturelle” d’un lecteur-observateur, face à la stratégie de jouer de ma présence, comme une forme d’interrogation sociale.
Réfléchir à la manière de poursuivre ces stations immersives et quelque part interactives, bien que sans dispositifs, en tous cas techniques ou multimédia.
Réfléchir à la manière d’en tirer des formes de récits.
Réfléchir à la manière d’en imaginer des prolongements, des postures, des mises en situations, des stratégies à venir.
Sans doute penser la façon, ou des façons, d’instaurer ces actions dans une continuité, une suite d’actions structurantes, dans une forme de rituel nomade.
Ici sur un banc, ailleurs sur un autre, et ailleurs encore.
Processus d’infiltration douce.
De dissémination contextuelle, et relationnelle.
Rien n’est encore tout à fait joué, mais l’idée germe de poser la stratégie du banc, entre deux PAS – Parcours Audio Sensibles, comme une posture me permettant de m’inscrire plus fortement comme un écoutant-écouteur sociable, dans des processus où la ville se lit en même tant qu’elle s’écrit.
Avec la précieuse aide des passants bienveillants, et de la ville généreuse.

un-banc-pour-gilles
©photo Jeanne Schmid

 

bancs
© Photo Pierre Gonzales is neR

 

 

29818948287_0e36842630_o
©Photo Jules Desgoutte

 

23237191992_430ac03119
©Photo Jules Desgoutte

 

Un banc pour Gilles 72dpi
©photo Jeanne Schmid

PAS – Parcours Audio Sensible, des marches, des silences, des sons, des parcours, des paroles

8693-2086-4083-a787-749620b9a653

 

Suite à un PAS récemment effectué, sur la thématique de l’écologie sonore, que finalement très peu connaissent, je réfléchissais, une fois de plus, aux tenants et aux aboutissants de cette pratique, pour moi incontournable qu’est le Parcours Audio Sensible.

Un PAS est tout d’abord un espace-temps, un instant marché, où mille particules sonores, infimes bruissements, fragments d’un puzzle acoustique morcelés, épars, avec lesquels nous reconstituons un flux-paysage cohérent, un tout écoutablement logique et logiquement écoutable.
Le parcours tisse des lignes géographiques sonores, où se répondent places et jardins, cours et impasses, rires d’enfants et harangueurs des marchés. Une géographie sonore se dessine. Les espaces et les sons, au départ fragmentés, éparpillés en événements disséminés, disparates, sont recollés, recousus à l’aune de l’écoute et des traversées sensibles, kinesthésiques. Ces parcours écrivent un chemin qui prend sens au cœur d’un paysage sans cesse renaissant à l’écoute.
Le promeneur écoutant devient alors à même de se re-trouver dans des écoutes peuplées d’indices auriculaires, qui lui donnent petit à petit des clefs, confortant ses quêtes et recherches. Clés de lectures, ou d’écriture, parmi celles qui nous proposent de reconsidérer le paysage sonore comme un objet d’étude, ou comme une source de plaisirs. Entre autre, plaisir de se reconnaître dans un parcours non pas entièrement balisé, ce qui serait assez mortifère, mais au moins jalonné, tout en gardant la possibilité de se perdre encore à certains moments, pour mieux se retrouver ensuite.

Un PAS, c’est encore une série de gestes qui font que le silence est instauré, installé et entretenu au sein du groupe de promeneurs. Ce silence accepté, y compris sur une assez longue durée, celle de la déambulation, contribue fortement à rendre le monde audible, ou tout au moins un peu plus audible, et ce de façon plus efficace que mille savants discours. C’est dans ce silence qu’est perçue plus finement la complexité de notre environnement sonore, et que nous pouvons devenir un peu plus acteur, ne serait-ce qu’en posant une oreille curieuse sur ce qui nous entoure.

C’est également le moment où, lorsque le silence, intrinsèquement peuplé de sons, est rompu, que la parole collective peut à nouveau se libérer. Après un long silence, pas toujours facile à maintenir, les voix collectives ont à nouveau le pouvoir d’échappées belles, d’exprimer des ressentis, des frustrations, de narrer des gestes ayant donné naissances à de beaux moments, comme à des espaces-temps parfois discordants, dans une expérience d’écoute à la fois commune, et néanmoins individuelle et singulière, que la marche silencieuse a cependant souvent unifiée.

Ce que, pour moi, écouter veut dire

aea8c947-47ae-467a-964b-48c0aeedf9a9-original

Tendre l’oreille
l’oreille tendre
audio, j’entends
je vous entends
ausculto, j’écoute
je vous écoute
mais avec attention
attention portée au Monde
au vent, à l’eau, au tonnerre roulant
aux végétaux et aux animaux
aux choses et aux gens
sans doute plus encore aux gens
attention bienveillante à tout ce qui bruisse
à la parole donnée
à la parole recueillie
à la parole partagée
qui n’est rien sans écoute
comme lettre morte sans auditeur
écouter pour discerner
entendre le sujet et son environnement
percevoir le sujet dans son environnement
distinguer le sujet, ses valeurs, ses limites, ses faiblesses
sa véracité, ses contresens, ses manipulations
entendre en se gardant des choses confondues
par erreur ou à dessein
écouter pour résister
à la frénésie ambiante
aux grondements climatiques
aux murs qui s’érigent en protectionnisme sourd
en barrières de mésentente
en cloisons mortifères
aux parois de silence
dans l’étouffement des voix
muselées de discours totalitaires
qui s’emploient à faire taire
écouter pour comprendre
un peu mieux
pour ralentir la course
dans des marches apaisées
dans un calme silence
écrin de mille bruissements
écouter le Monde par plaisir
s’immerger dans les sons
en prenant garde de ne pas s’y laisser submerger
en prenant garde de ne pas s’y noyer
Ouïr par empathie, altérité aidant
syntonisation de l’oreille et des espaces auriculaires
paysages sonores en communs
plus qu’en lieu-commun
laisser sourdre la sympathie, les émotions
des sentiments et ressentis
des bonheurs bien sonnants
des aménités sonnifères
chercher des oasis quiets
et s’ils n’existent pas
les construire d’urgence
des refuges où parler et écouter sont choses faciles
et avant tout choses tolérées
écouter d’une oreille curieuse
se laisser surprendre pas l’inattendu
par l’inentendu
dans les limites de l’audibe
aux lisières de l’inaudible
des petites parcelles soniques
des micros sons intimes
de la plume soyeuse
de la caresse d’Éole
écouter pour rester vigilant
ne pas s’endormir sur nos certitudes
accepter la sérendipité
voire la rechercher
paysages sonores à perte d’entendement
pensés du petit ou grand bout de l’oreillette
des marteaux, enclumes et étriers
comme un jeu d’osselets sonores
le paysage s’honore
écrit à l’aune d’un tympan réactif
membrane vibrante et fragile
réceptacle des musiques du monde
oreille en coin
oreille verte
oreille en colimaçon
au creux de l’oreille
sans la faire sourde
en tenant compte que les murs aussi en ont
et que ce qui rentre par l’une peut ressortir par l’autre
qu’en cas de bêtise, on risque de se les faire tirer
qu’il arrive qu’ont les ait battues
qu’on en ait par-dessus
quelque soit notre écoute
participons à bien s’entendre
pour nous entendre mieux.

Notes et chroniques d’Audiobaladologie

38101195432_180027628b_o_d

Un document sous forme de dossier téléchargeable, compilant différents articles audiobaladologiques postés sur ce blog ou ailleurs.

Pour lire et ou télécharger : https://www.dropbox.com/s/zlpl83dqn69i2p0/NOTES%20AUTOUR%20DE%20L%E2%80%99AUDIOBALADOLOGIE.pdf?dl=0

 

jecoute

Écouter-marcher pour occuper le monde

32740709844_8fc2bc68da_o_d
PAS – Parcours Audio Sensible à Mons – Transcultures, École d’Architecture et d’Urbanisme –  ©Zoé Tabourdiot

Pour moi, effectuer un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est chercher à occuper, peut-être un peu plus activement, le monde.

Non pas tout le monde, le monde entier, mais au moins les espaces traversés, dans la bulle d’écoute qui m’entoure, et que je déplace ici et là.

Laquelle bulle d’écoute varie, s’élargissant ou se rétrécissant au gré des pas, se déformant constamment selon les lieux, leurs dimensions, constructions, topologies, horizons, les événements et centres d’intérêt, et surtout se mêlant, parfois en résonance, à une multitude d’autres.

Occuper le monde n’est pas se l’accaparer, le dominer en conquérant. Il s’agit au contraire d’y trouver une modeste place, où bienveillance et respect sont deux postures qui contribueront à une belle écoute.

Il nous faut nous positionner comme des promeneurs à l’affût, naviguant à l’oreille dans des espaces peuplés d’objets, de paysages écoutables et d’êtres également écoutants et communicants.

Occuper le monde, c’est mettre en scène des actions, des gestes, notre propre corps, celui d’autres, dans l’espace public, ou privé, c’est être concerné, acteur, influenceur, même comme un simple ouïsseur quasi invisible, voire quasi inaudible.

Occuper le monde c’est y avoir prise, se le forger à notre façon, dans une sphère auditive aussi immatérielle que fragile, qui n’appartient qu’à nous seuls, et pourtant que nous avons à cœur de partager, de confronter, d’altériser, dans des actions in situ et in auditu.

Occuper le monde, c’est prendre conscience des universalités comme des singularités, d’une sociabilité complexe, multiple, incontournable, d’une éco-politique intrinsèque, d’une géographie du sensible. Ceci pour appréhender des espaces acoustiques au départ non tacites, et au final plus humainement vivants, dans une perception à la fois individuelle et collective, moteur de prises de conscience.

Occuper le monde, c’est arpenter ensemble en croisant nos écoutes respectives pour le rendre un brin plus vivable.

Occuper le monde, c’est vouloir sortir l’oreille du trivial trop identifié, trop (re)connu, via des décalages sensibles, créer des fenêtres ouvertes sur un imaginaire acoustique, performer un faisceau de gestes et de postures qui élargissent une conscience de l’espace physique et social, souvent anesthésiée par une lénifiante habitude.

Écouter en occupant le monde, même dans une proximité intime, nous permet de faire ce pas de côté nous attirant vers de nouvelles sphères sensorielles à arpenter, où il reste encore tant à explorer.

Les PAS nous offrent une, ou de multiples façons d’occuper le monde, ou de nous occuper du monde, en se gardant bien de l’envahir, de lui imposer des sonorités prégnantes. Il s’agit a contrario de l’entendre, voire de le faire sonner humblement, à échelle humaine, néanmoins en y étant éminemment présent et acteur, avec toutes les oreilles de bonne volonté !

33973528485_c35ec46832_o_d
PAS – Parcours Audio Sensible, École Nationale Supérieure d’Arts de Bourges – © Roger Cochini

Point d’ouïe, genèse d’un voyage auriculaire

saxe_interieur

J’ai, ces dernières années, parcouru beaucoup de kilomètres en voiture (de moins en moins), trains, bus, et parfois avions et bateaux. Néanmoins, l’aventure, petite ou grande, ne commence vraiment pour moi que lorsque je mets pied à terre. Je me sens bien arrivé lorsque j’arpente et écoute, deux gestes souvent indissociables dans ma pratique, le territoire en bout du chemin, où qu’il soit, et fût-il une des innombrables étapes d’un long parcours toujours en chantier.

C’est également lorsque, durant ces arpentages-écoutes, les rencontres, les échanges, les expériences humaines, les explorations partagées, font que les voyages s’ancrent plus profondément dans un parcours intime, paysage sonore affectif, singulier, personnel et pourtant je l’espère partageable.

C’est sans doute ici que le récit se construit, autre voyage dans le voyage, pétri de mémoires vives, où les sons sont inscrits en exergue d’une histoire rhizomatique, entre les deux oreilles.