Rétrospective et prospective

Une oreille rétrospective, introspective, prospective, de 2016 vers 2017

13325692_1217837998226593_840360610560660901_n

2016 s’achève doucement, très bientôt.
Les nouvelles sonorités à venir seront celles de 2017, que j’espère vraiment plus apaisées que certaines de cette année quasi écoulée.

En 2016, Desartsonnants a beaucoup promené ses oreilles, micros, objets d’écoute, micro-HP, dans moult lieux, de la Bourgogne à l’Ile de France, de la Belgique au pays Nantais, de Lyon à Marseille, et dans bien d’autres sites sonores.
De belles rencontres humaines ont jalonné ses PAS – Parcours Audio Sensibles. Des collaborations (CRANE Lab, La Saline Royale d’Arc et Senans, Transcultures à Mons (Be), collectif Abi/Abo, GMVL, Nomade Land et d’autres encore…) se sont consolidées, entre installations sonores, balades et inaugurations de Points d’Ouïe. De nouvelles équipes de travail collectif se sont ainsi formées, dans de belles synergies et dynamismes d’échange.


J’ai découvert de magnifiques lieux, de nouvelles régions avec beaucoup de plaisir, du Prieuré de Vausse à la campagne mayonnaise de Lernée, en passant par Marseille, Belleville le haut à Paris.

L’arbre,la forêt,  tinrent une place importante dans cette, accueillant trois installations, dont deux collectives, dans une clairière du château Buffon à Montbard (Canopée), au cœur de la Forêt de Chaux pour Back To The Trees (Aqua ça cerfs?) et dans une allée bordée de tilleuls à la Saline Royale d’Arc-et-Senans (Échos de la Saline).


Des interventions et workshops avec des étudiants de Beaux-arts, designers, architectes, des conférences, et autres constructifs échanges ont favorisé des (re)questionnements tonifiants.


Une résidence prolongeant une série de relations franco-québécoises m’a permis de revisiter activement les parcours sonores et plus globalement sensibles, avec Isabelle Clermont.


La question de l’écriture plurielle, transdisciplinaire (sons/gestes/écrits/images…). se pose plus que jamais comme un outil de recherche action, notamment du côté du paysage sonore repensé par le soundwalking (parcours d’écoute), et plus globalement par la marche sensible, artistique, performative. Ceci m’ouvre de nouveau réseaux, internationaux, des rencontres et échanges en cours et à venir qui s’avèrent très enrichissants voire enthousiasmants.


La place du sonore dans un paysage global ne cesse ainsi d’interroger mes actions, et devrait s’enrichir de nouvelles expériences et réflexions en chantier.
La recherche autour des parcours mêlant les pratiques artistiques, socioculturelles, environnementales et écologiques, sociales et politiques, m’apparaît aujourd’hui comme un enjeu primordial.

Mon travail initial autour des soundwalks (parcours d’écoute, ou sonores) m’ont amené cette année à élargir mes recherches, rencontres autour de la marche globale, sensible, artistique, performative, transdisciplinaire. Un réseau d’échanges et de rencontres transfrontalier se met progressivement en place – France – Europe – Afrique du Nord – Québec, et plus encore si affinités...


Je (me) confirme que l’échange, la rencontre, la création relationnelle, les réseaux actifs, sont les moteurs de toute action/réflexion, là où l’on peut se (re)trouver pour construire ensemble.


2017 sera je pense, en tous cas je ferai tout pour, orientée vers ces axes de recherche impliquée et relationnelle.
Au plaisir de vous croiser et de construire ensemble, ne serait-ce qu’un instant, en 2017.

Thèmes à ouïr et à voir :

PAS – Parcours Audio Sensible en milieu urbain, périurbains, naturels, sites spécifiques…

Des exemples lyonnais : Parcours/lecture autour de l’écologie sonore, Parcours d’écoute en parcs urbains ou péri-urbains (Tête d’or, Jardins des hauteurs, La Feyssine, Gerland…), Parcours des résonances, des fontaines, écoutes en traboules, sentiers urbains…

Ailleurs : Découvrez les sonorités de votre ville, village, quartier, forêt… Suivez à l’oreille le fil de l’onde, un sentier déjà existant, ou à créer…

Parcours -ateliers- animation – éducation : Comment tu écoutes ? Comment tu t’entends avec ta ville ? Jeu d’écoute, fabriquer une carte postale sonore (enregistrement et montage audio), une cartographie acoustique (graphisme)… Adapter à différents publics, scolaires, étudiants, familiaux…

Parcours – conférences – Rencontres – La création sonore environnementale, la soundwalk et le promeneur sonore, le field recording ou l’enregistrement in situ…

Parcours – Worshops – Parcours sonores urbains, création sonore environnementale, valorisation de territoire, le paysage sonore dans le champ du tourisme culturel, l’écologie sonore… A destination d’étudiants architectes, urbanistes, paysagistes, designers, dans le champ de l’aménagement du territoire et du tourisme, de la géographie, des Beaux-arts, du développement durable…

Des expériences croisées, sur mesure : PAS et SLAM (écouter faire sonner les espace de la voix), PAS et danse (des postures d’écoute), PAS et improvisation (objets,matières, instruments, acoustiques en écoute et en gestes, PAS et poésie, PAS et cartographie  sensible in situ (dessiner des chemins d’écoute), PAS et écriture (raconter par les mots)…

 
 
 

PAS – Parcours Audio Silencieux

Des PAS – Parcours Audio Sensibles aux  PAS – Parcours Audio Silencieux

enjoy_the_silence-1920x1080

Au seuil de cette année à venir, 2017 en marche(s), il me paraît judicieux de travailler en convoquant, autant que faire se peut, le silence.

En le convoquant d’avantage, plus fortement, autrement, en marche ou en points d’ouïe.

Dans une société bruyante, trépidante, voire tonitruante,  où certains espaces sont électrisés de stress sonore, où l’homme qui a peur du vide – silence de mort – meuble l’espace-temps à grands coups de musiques, de vrombissements, d’éclats, de cris, le silence doit se faire résistance !

Le silence, ou faire silence, est un acte épiphanique, faisant apparaitre à notre conscience la richesse du monde par l’écoute.

Le silence est un écrin où se posent les sons. Il les magnifie en offrant à l’oreille de belles plages de  calme, où peuvent s’installer les plus fines et intimes perles soniques.

Le silence est recueillement pour assoir un rituel d’écoute et  pénétrer de pleine oreille dans le monde des sons vivants.

Le silence est un contrepoint, voir un contrepoids, à l’excès qui gangrène certains espaces urbains d’une folle surenchère acoustique.

Le silence est une quête, entrant certainement dans le champ des nombreuses utopies, dont le caractère improbable nous pousse justement à les cultiver pour tenter d’y trouver ce qui pour nous fera sens,  donnera du sens à notre vie.

Le silence est l’instant où chacun retient son souffle, dans l’attente de quelque chose , de la quiétude au pire chaos.

Le silence est une posture, une forme de transe, où  l’on pénètre, sans mot dire, un peu plus profondément dans soi, et dans le monde,  un recentrement initiatique.

Le silence, contemplatif, en marche, est une façon de consolider des synergies relationnelles, où le faire ensemble prime sur toute construction matérielle.

Le silence est l’espace interstice qui cimente les sons, en fabriquant des rythmes de pleins et de déliés, de continuums ou d’itérations, contribuant à écrire le récit des choses entendues, des paysages construits de toute ouïe.

Le silence est bien d’autres choses encore, et bien d’autres choses en corps.

Les PAS – Parcours Audio sensibles, sont donc aussi, parfois, des PAS – Parcours Audio Silencieux, marches silencieuses, quand bien même, et surtout, peuplés et façonnés de sons.

colors-of-silence

Points d’ouïe – Entrez dans la résonance !

Ponts et tunnels, immersions acoustiques en PAS

Comme tout enfant, qu’une partie de moi-même tente de préserver en lui, j’ai toujours été fasciné par les ponts, les tunnels, et surtout par le fait de pouvoir crier dessous, dedans, en y étant pour une fois autorisé, voire accompagné par les adultes.

C’est en effet une vraie jouissance auriculaire que de se trouver dans une grande masse résonnante, où la matière sonore se fait plus compacte, presque tangible, où nos moindre sons prennent de l’importance, de la densité, où les bruissements se meuvent en rebondissant au gré des surfaces-miroirs de pierres.

Dans mes balades, je cherche toujours des lieux magiques où plonger l’oreille au cœur-même de la résonance, ou plutôt de la réverbération, si je voulais être acoustiquement plus juste. Sauf que j’aime bien le terme de résonance. Il résonne mieux en moi, et me met en accord physique, vibratoire, avec les lieux, les personnes, les acoustiques justement…

La deuxième partie du titre est d’ailleurs un hommage à Élie Tête, fondateur et feu directeur d’Aciréne, avec lequel nous avions travaillé, à Cluny en Saône et Loire sur les acoustiques des lieux, via des concerts et installations –  projet justement nommé « Entrez dans la résonance ! »

Je disais donc que je cherche régulièrement, dans mes PAS – Parcours Audio Sensibles, des églises, cathédrales, basiliques, grottes, ponts, tunnels, parkings souterrains, bref, autant de lieux monumentaux, majestueux, mais aussi triviaux, cachés. Ces lieux s’offrent tout naturellement à l’écoute. Leurs sons y sont joliment spacialisés, amplifiés, rebondissants, englobants, et donc  assez envoûtants. Je trouve d’ailleurs que le rappel de la voûte sonne ici métaphoriquement bien. La voûte porte, transporte le son d’un bout à l’autre de l’espace, et nous sommes au cœur de ces mouvements-flux sonores.

Je vois, et entends parfois des musiciens, chanteurs  de métro parisien, qui jouent le dos tourné aux voûtes carrelées des stations, profitant habilement des effets acoustiques, des effets de portance, qui fait qu’on les entend parfaitement bien, même sans amplification, en mode acoustique, y compris sur le quai opposé.

J’avais donc tout simplement envie de vous faire partager ce goût pour les acoustiques réverbérantes, via quelques mots et quelques images, sachant que rien ne remplace l’action sin itu. Peut-être vous donner envie de vivre ces expériences immersives.

Lyon, Église Saint-Nizier, lors d’un PAS avec des étudiants dans d’une rencontre de l’AGERA (Association des Grandes Écoles Rhône-Alpes). Un arrêt écoute s’impose dans la très belle acoustique de cette église, havre de paix sonore dans un carrefour de centre ville très circulant.

1779847_877684532241943_1600903346730806620_n

Collégiale Sainte-Waudru de Mons (Belgique), PAS avec des étudiants de l’École Supérieure d’Arts et Multimédia. Là encore, la quiétude et la majesté des lieux nous enchante l’oreille, et l’esprit. Écoute religieuse…

25432359542_f41e11124d_o

PAS à Auch, Semaine du son. Une voûte joliment résonante et une verrière sur laquelle tombent délicatement des gouttes d’eau. Superbe moment !

img_1513_dxo800_dxo800-copie

Promenade sensible, traboulante – traboules du Vieux Lyon, quartier Saint Jean à Lyon, au cours d’une résidence artistique « Parcours sonores sensibles » avec l’artiste interdisciplinaire québecoise Isabelle Clermont. Les murs ont des oreilles, et nous aussi !

29623021134_5d56d08a71_k

PAS à Mons, Exploration et installation sonore éphémère dans un parking sous-terrain du centre ville. Les entrailles résonantes urbaines.

25254143281_bc2c54d3ab_k

25458153761_8fd71a11b2_o

Paris, quartier de Belleville le haut, exploration d’un parking dans le cadre de l’enregistrement d’une émission de France Musique « Le cri du Patchwork », avec Clément Lebrun. Où l’on parle de ventilations comme des signatures sonores urbaines.

600_img_7936-jpg-pagespeed-ce-r_cazf8bkm

La « rue » centrale de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon Vaulx-en-Velin. Un workshop autour des ambiances urbaines. Pas besoin d’aller très loin pour traquer les résonances. Tout un poème acoustique à portée d’oreilles.

ECOLE D ARCHITECTURE A VX EN VELIN

PAS et installation sonore éphémère sous le Pont Nord à Chalon sur Saône, avec le collectif La Méandre et CRANE Lab. Dessus, claquements et grondements de monstres métalliques sur nos têtes, tous près – en contrepoint, des sons installés sous le pont, autour des écoutants – Les réverbérations aquatiques en bord de Saône – des lumières entre chiens et loups, instant étrange et poétique, post futuriste, tout comme je les aime…

16-04-2015_19.32.38_P1230013_cb

16-04-2015_19.43.58_P1230050_cb

Parking sous-terrain, niveau -7. Ça gronde, ça crisse, ça tourne en colimaçon au-dessus de nos têtes, un parking installation sonore, et une composition musicale qui s’ignore !

22670696769_f4fc8fe864_k

Exploration urbaine à la recherche de sentiers décalés. Un passage assez méconnu sous la gare de Perrache à Lyon nous offre un beau terrain de résonances tout en en clair-obscurs.

dsc06495-copie

Passage Mermet à Lyon, une cour traboule croix-roussienne qui résonne sous nos PAS. Sonorité réfléchies, comme pensées à l’écoute…

tumblr_nl7st6vpkt1tgpca3o1_500

Quels PAS à Nantes, pour le festival de création radiophonique SONOR de Jet FM. Encore un parking. Encore des installations performances avec Isabelle Clermont, encore des acoustiques propices au jeu de l’ouïe, une salle de concert inhabituelle somme toute.

30339725815_5576b27c12_o

Sous le pont Schuman, enjambant la Saône au Nord de Lyon, quartier Vaise, tout près de chez moi. Regardez dans l’axe du pont, comme sur la photo, et criez, chanter, frappez… Sept échos formidables, de première qualité, vous répondent. Un vrai paysage sonore montagnard dans la ville même. La première fois, je n’en croyais pas mes oreilles. Digne d’être classé et labélisé « Site acoustique remarquable ».

26500629506_42789c7fce_z

Enregistrer

Cinglante écoute

e

dsc_0131

en hivernal sec parcourerue
froidure telle pierromarbre
coupance telle pointelaméfilée
sons cingleventeux
champ scintillé tel longuouïe
chant des gouttes fluoaqueuses
mordense telle cristalogivre
oreilles auriculairement gelée tympanique
bise crument ocrougissante
lobes ourlés rosempourprés
quasi hypodérature cassante
cristaux scintilletintants
fleur d’eau grasse des rives
fleuve tel paresse clappotembourbée
ville indolente bruitemmitouflée
grondements sourdomeurtris
échappements polufumants
carrosseries réfléluisantes
sonitruance telle audiogelure                                                                                                                villes de grandes sonitudes
échomarche telle réchauffe
rythmes saccadacérés
luminopadaires contre sombrétoiles
apprentinomades tel poctuomarcheurs
glacés de tentaculicité
ville telle improbable sociorefuge
extérieuration telle nocturnuitée
quaidérives tels guides aquasoniques
glougloutances telles microbulles mourantes
pas dissonants au temps qu’hasardeux
pavés tels obscurs sonomiroirs
rues telles labyrhintoméandres
marches telles itérépétitions
itinébravance scandée frisqueuse
promeneur tel permanécoutant.

Écrire dans le sens de la marche

25228911362_09898c092e_z_d

Le corps en mouvement
en mouvements
et mouvance
traçant dans la ville
des sillons d’écoute
des sillons de sons
fendant les bruits
impossibilités chroniques à les capter
trop complexes
trop fragiles
trop puissants
trop fugaces
trop humains
trop doux
trop intimes
trop de trop
au trot au trot au trop
les oreilles connaissent donc leurs limites
et que dire des micros
inaudibilité partielle
tympans en dérive
en déroute
en des routes
hésitations
soniques trajectoires
mouvements encore
mouvements en corps
et mouvoir
et se mouvoir
voir
entendre
les mots s’y collent
les mots sillons
toujours tracer
sur macadam
sur papier
dans sa tête aussi
traces mémorielles
sur papier
laissez sonner les pt’its papiers
encrer le sonore
jusque dans l’cœur des villes
il n’est pas si terrible
et pourquoi pas beau
osons
les mots pallient
à l’handicapé mike
membrane trop froide
et des rives urbaines
mots au fil de l’eau
mots au fil de l’ho !
étonnez moi les sons
ligne écrite de flottaison
se laisser porter
courant d’air acoustiquement
ça vibre joliment
et peut-être ça joli ment
je récite la ville
pour mieux l’en tendre
je vous salue ma ville
pleine de traces
et ça marche comme ça
ou ça dé-marche autrement
claudications en trottoirs troués
l’indécence de la marche
l’un des sens de la marche
attention à la marche
au pied de la lettre
au pied de l’être
à quoi ça rime à rien
a quoi s’arrime
c’est bateau
et pourtant
le mouvement nous maintien debout
être né de boue
être cité
et se l’écrire
oreilles aux vent
oreilles auvents
s’abriter
s’ébruiter
allitérations faites de sons
entendons nous bien
il faut nous aller de l’avant
ou tenter de
pour cela
Écrire dans le sens de la marche…