L’écoute, une poïétique en résistance

Translate this page

Écouter est un geste volontaire, dans un contexte de faire, d’agir, de fabriquer, comme des écoutants impliqués que nous devrions être.

Écouter est un geste de résistance non violente, qui refuse d’absorber sans réfléchir toute pensée imposée, injonctions et autres commandements péremptoires.

Penser un paysage sonore partageable est une action politique, construite sur la poïétique, le faire, l’action, et l’esthesis, le percevoir, le ressentir.
Le son des rues, des voix en colères, des villes exacerbées, ou non, les média toujours plus multi, les injonctions, les actions artistiques hors-les murs, tout cela s’entend, plus ou moins bien, se propage, tisse une rumeur tenace, néanmoins émaillée de stridances, d’émergences saillantes.


Des histoires à portée d’oreilles en quelque sorte.


Tendre l’oreille ne doit pas être un geste innocent, pas non plus une action tiède, soumise à une pensée pré-mâchée, nivelée par les réseaux sociaux et les discours politiques épidermiques.


Porter l’écoute à l’intérieur, dans les hôpitaux, les prisons, les lieux de vie de personnes handicapées… est une chose des plus importantes, pour que la parole, les sons, circulent avec le plus de liberté que possible.
Faire sortir le son en dehors des murs, physiques et sociaux, matériels et psychiques, aide à comprendre des modes d’enfermements, l’expression de corps contraints, qui ne demandent qu’à faire savoir ce que peu de gens savent. Faire savoir, sans rechercher la compassion, sans se morfondre, sans chercher des justifications, des approbations, des félicitations, juste faire savoir, ce qui est déjà énorme.


Il faut également faire en sorte que l’écoute puisse être le témoin, et juger des bouleversements écologiques, biosanitaires en cours, qu’elle puisse être l’émulation, sinon le moteur d’une pensée écosophique, engagée, avec des aménageurs, des politiques, des chercheurs, des artistes, des citoyens…


Écouter, et si nécessaire apprendre à écouter,  sans se laisser noyer par l’écrasante masse sonore, médiatique, est une nécessité absolue pour ne pas devenir trop sourd au monde qui va bon train, sans doute trop bon train.


Écouter le vivant, humain et non humain compris, la forêt, la rivière, comme des co-habitants.es, voisinant et inter dépendants.es, est une façon de décentrer notre oreille vers des aménités qui nous seront de plus en plus nécessaires, voire vitales.


La poïétique de l’écoute est un moyen de créer de nouvelles formes d’entendre, de s’entendre, de nouveaux gestes sociétaux, de nouveaux chemins d’arpentage, de pensées, de nouvelles postures humaines aussi justes et sincères que possible, car nourries d’interrelations fécondes.
On ne peut plus se contenter d’être un écouteur passif, blasé, égocentré sur nos petites créations personnelles, ou trop en distanciel, mais, quels que soient nos terrains d’écoute, il nous faut agir dans des gestes collectifs, même à à des échelles territoriales moindre.


Et de nous rappeler cette maxime de Scarron « Car à bon entendeur salut ! »

Auteur : Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s