Prendre le temps de… un PAS, de côté

15-09-05-balade_en_ardoinais-anja011

Prendre le temps de faire un PAS*, de côté, à côté, ensemble, comme un geste poético-politique ?
Prendre le temps de marcher la ville, ses lisières, et hors d’elle
Prendre le temps de le faire lentement, en mode doux
Prendre le temps d’être sur le terrain, de l’arpenter
Prendre le temps de nous reconsidérer en piéton citoyen
Prendre le temps de regarder, de sentir, de toucher, d’écouter
Prendre le temps d’écouter ensemble
Prendre le temps d’écouter le territoire
Prendre le temps de nous écouter
Prendre le temps de re-sentir son corps, de faire corps
Prendre le temps d’échanger
Prendre le temps de partager
Prendre le temps de critiquer
Prendre le temps de (mieux) comprendre
Prendre le temps d’apprécier
Prends le temps d’être bousculé, contrarié, retourné
Prendre le temps de prendre du recul
Prendre le temps d’errer sans but, a l’envi
Prendre le temps d’être encore surpris du quotidien
Prendre le temps de faire des pauses
Prendre le temps d’être dépaysé, y compris chez soi
Prendre le temps de rêver, d’être un corps-oreille sensible
Prendre le temps de rechercher les aménités environnementales
Prendre le temps de militer pour une belle écoute
Prendre le temps de militer pour une écologie sonore**
Prendre le temps de s’indigner
Prendre le temps d’être en résonance, en empathie
Prendre le temps de refaire le Monde même partiellement, même très imparfaitement.

* PAS – Parcours Audio Sensible
** https://www.wildproject.org/journal/4-glossaire-ecologie-sonore

Parcours d’écoutes et esthétique minumentale

38101195512_5430a60ea1_o_d

Des parcours

J’ai découvert récemment, dans un roman de Will Self, écrivain prolixe, marcheur à ses heures qui me fascine littéralement, le concept du « Minumental », un pendant inverse du Monumental.

J’ai eu dés lors envie de rattacher ce concept à une exposition qu’avait organisé le MAC/VAL autour de l’ Imagination miniaturante.

Deux approches qu’il me plait de mettre en résonance avec et dans certains PAS – Parcours Audio Sensibles.

Will self évoque le Minumental dan un roman intitulé « Le piéton de Hollywood », ce qui fait qu’implicitement, la marche est d’emblée rattachée au Minumental. Self part du Monumental, et par frottements, par résistance sans doute en contre-pied, laisse entrevoir l’idée, l’existence d’un Mimumental qui lui ferait l’opposé garde-fou. D’ailleurs, dans l’œuvre de l’écrivain, Dieu sait si la folie n’est jamais loin, si ce n’est omniprésente.

Une œuvre minumentale, un courant minumentaliste seraient pour moi, tout ce qui, de prime abord, ne sauterait pas aux yeux, et par delà aux oreilles. Loin de la monstration ostentatoire, du désir parfois mégalomane de créer de l’imposant, du voyant, jusque dans une démesure envahissante. Loin de la débauche de matière et de matériaux, prouesse technique, de désir inassouvi de montrer sa puissance de feu et de création coûte que coûte, quitte à l’imposer sans vergogne dans un espace public souvent saturé dans les hyper centres, est de mise.

Certes, la généralisation amène une banalisation réductrice, et tous les artistes du monumental ne sont certainement pas atteints d’une paranoïa du gigantisme.

Pour ma part, je préfère l’idée du Minumental comme un espace physique et mental plus discret, moins envahissant, plus intime, et au final peut-être plus respectueux.

Le PAS – Parcours Audio Sensible tel que je le développe tente de rester dans des dimensions modestes, tant par ses dispositifs techniques, quasi inexistants, que par les jauges publiques volontairement resserrées, en passant par une règle du silence en générale de mise.

Les postures proposées sont également très souvent des prétextes, ou des occasions, pour aller chercher la plus petite chose ouissible, le détail, le micro bruit, qui résistera à la rumeur ambiante, si forte soit-elle, en se glissant vers l’intimité du micro-paysage. Oreille collée à la source, écoute en duo, dos à dos, stéthoscopes et longues-ouïe bricolés, il faut traquer le micro organisme sonore. Ainsi, la plus grande partie du parcours jouera à passer de larges ambiances vers le microscopique minumentaliste, et retour.

D’ailleurs le monde sonore est d’une grande complexité pour l’aborder dérechef, dans son ensemble, sans risquer de s’y noyer, voire de fatiguer prématurément l’auditeur déambulateur. Prendre le parti d’en écouter, d’en saisir des fragments, c’est commencer à tirer des fils d’écoute qui nous raccrocheront à des choses plus aisément saisissables, sans se perdre dans l’écheveau, ni l’emmêler dans la complexité de ses enroulements, de ses emplilements. Proche des courants philosophiques de la phénoménologie, vers laquelle je reviens régulièrement pour reconstruire des processus de lectures, d’analyses, des gestes perceptuels, je pense que le fait d’entreprendre le monde dans des parties à l’échelle desquelles on pourra circonscrire des espaces auriculaires, construira au final une cohérence du tout.

D’aucuns diront que le tout est parties, et que dans chaque partie est contenu le tout, conception avec laquelle mon écoute résonne, voire raisonne souvent. Dissocier pour assembler, y compris le monde des sons me paraît une saine logique à portée d’oreilles.

J’entrevois l’idée du microcosme minumental qui nous permettrait de sortir la tête des sons indemnes, ou tout au moins pas trop ballotés par des flots sonores aux ondes tsunamiques. Une question qui interroge également des formes de protection contre la violence de l’information massive, y compris sensorielle, en même temps que la recherche d’une bienveillance que le Monumental ne me semble pas des plus apte à partager. Le tout jeune enfant ira chercher le petit bout de laine, le petit gravier, avec lesquels il jouera longuement, pour comprendre progressivement la structure du monde qui l’entoure, et comment il peut y avoir prise en manipulant la petite chose, à son échelle. Il testera par de micro gestes sur d’infimes matières, la place qu’il occupe dans le monde de géants environnant.

Si l’on garde un tant soit peu une âme d’enfant, le Minumental nous fera construire des objets perceptuels à notre échelle, quitte à les ré-assembler au fil de nos découvertes. Un oiseau pépiant, une branche qui craque, un arbre qui bruisse, un ruisseau qui tintinnabule, des pommes de pins qui tombent autour de nous, des feuilles bruissantes qui s’envolent ou que l’on froisse du pied, petit à petit, morceau par morceau, comme des notes de musique élaborant une symphonie en devenir, la forêt se construit morceau par morceau, sous nos oreilles émerveillées.

Le Minumental nous permet de partir du tout petit, pour aller vers le plus grand, sans limitation, en ouvrant notre écoute à une multiple somme de modestes récurrences, pour l’emmener vers un univers infiniment plus complexe, qui échapperait à notre vision de la finitude.

L’imagination miniaturante

Cartes, maquettes et objets

Comme je l’ai précisé en début de ce texte, l’idée d’imagination miniaturisante est empruntée au thème d’une exposition organisée par le MAC/VAL de Vitry sur Seine .

La présentation de cette exposition note en sous-titre, « De la projection d’un imaginaire, d’un idéal, à la modélisation du réel ». Projection, imaginaire, idéal, réel, modélisation, des termes qui construisent une, ou des formes de paysages, de représentations, entre concrétude de terrain et abstraction mentale, comme un idéal de rêve, ou un rêve d’idéal. Il nous faut réduire le sujet pour nous l’accaparer, en faire une maquette, un modèle réduit, une représentation. Réduction certes, mais surtout à l’échelle du volume, pas forcément sonore, de l’encombrement, du poids, non pas une réduction du sens qui serait simplifié, trop épuré. Bien au contraire, cette réduction apparaît comme un condensé en capacité de nettoyer les scories d’un paysage trop encombré, pour nous en faire percevoir, toucher, la substantifique moêlle. L’équivalent d’une réduction culinaire, d’un fumet.

Ramenant le sujet vers la marche, l’écoute, la première réduction qui me vient à l’esprit est celle de la carte, du topo-guide. Une représentation graphique, à une échelle donnée, d’un territoire complexe, avec, vus du dessus, ses reliefs, végétations, bâtiments, voies de circulation, étendues d’eau… espace symbolique, mais oh combien parlant pour celui qui en détient les codes, les grilles de lecture.

Lorsque nous parcourions, avec un ami, les immensités de certaines montagnes, dont le fascinant massif de la Vanoise, ses forêts, alpages, glaciers, lacs, une des premières choses que nous faisions était de consulter des cartes. Nous utilisions celles du randonneur marcheur, les « classiques » IGN au 1:25000, qui assurent une bonne lisibilité du terrain, et où apparaissent suffisamment de détails, de sentiers, pour guider la marche. Ces cartes sont une forme de réduction d’un terrain qui prend place dans un sac à dos, pouvant être déployées à l’envi. La consultation préalable nous permet de construire, presque mentalement, un itinéraire, de repérer les chemins, les passages, les escarpements et dénivelés, les points de vue potentiels. Pour qui sait lire une telle carte, on se représente le paysage de façon assez fidèle, ses vallées, ses sommets, ses cols, ses refuges, la végétation… Un véritable livre d’images codifiées puis décrypté par le randonneur aguerri. Au retour de randonnée, la carte est également mémoire. On peut y tracer, y retracer les cheminements, les passages non balisés pour les retrouver par la suite, se faire défiler le film de nos marches, où chaleur, lumières, effets kinesthésiques, parfois déplaisir de la fatigue physique, mais aussi sons du torrent, du vent sur les crêtes, de la fontaine à l’eau glacée sont inscrits comme gravés dans un simple bout de papier, « par chemin » vecteur d’imaginaire et de réel confondus. Cette carte, réduction a posteriori de nos marches, a le pouvoir de réactiver, bien des années plus tard, des expériences humaines physiques, sensorielles, et bien sur pour moi auditives. J’entends encore nettement, en regardant des cartes de la Vanoise, tels échos capricieux d’une combe, les ensonnaillements de troupeaux traversés, des cris d’alerte des marmottes guetteuses, dont le pelage d’été se confond avec le gris des pierriers, des pierres qui glissent sous nos pas avec des crissements métalliques, le vacarme d’un torrent qui nous surprend au détour d’un chemin forestier… Et celui de nos longs silences respectueux des lieux, et plus complices que bien des paroles futiles. Plus que la photo, elle-même réduction miniaturisante et figée, fixée, d’un territoire, la carte, guide et mémoire, conserve les souvenirs, les crayonnements, les plaisirs et parfois souffrance de marches au final jouissives.

La carte est pour moi une forme d’objet synecdotique, dont la surface réduite contiendrait un tout, à la fois constitué d’actes physiques, de sensations, de ressentis, de mémoire et de condensés de territoires/paysages arpentés, auscultés. D’autres objets dont je reparlerai ultérieurement peuvent également jouer ce rôle.

Une autre réduction modélisatrice est incontestablement la maquette, d’ailleurs très proche de la carte si ce n’est dans le fait qu’elle prend forme dans des volumes à trois dimensions, et avec une matérialité plus tangible, du fait-même de ses matières et matériaux. La maquette est une autre représentation territoriale, non pliable, donc plus difficile à déplacer.

Je prendrai ici comme exemple une carte confrontée à trois maquettes urbaines Lyonnaises. Toutes les trois ont ceci en commun de représenter la ville de Lyon, tout au moins une partie son hyper centre pour deux d’entre elles, et un bâtiment spécifique pour la troisième.

La première n’est pas une maquette mais une représentation cartographique au sol, à l’entrée d’un parking urbain, d’une partie du centre de la cité. Lyon sur lequel on marche, la ville à ses pieds, situation de domination, ou posture plus humble du flâneur qui l’arpenterait en raccourcis, traversant métaphoriquement, en deux enjambées la Presqu’ile Lyonnaise.

Ce qui est intéressant, c’est qu’à quelques mètres, d’ici en entrant dans la librairie Archipel, centre de ressources autour de l’urbanisme et de l’architecture du territoire Lyonnais, nous nous trouvons face à une maquette monumentale de Lyon intra muros. Celle-ci est exposée au mur sur les trois niveaux du lieux. La maquette monumentale réduit néanmoins la ville en relief en une minumentalité posée sur l’espace d’un mur. Une façon d’embrasser presque tout Lyon d’un regard, en en découvrant ses reliefs, notamment architecturaux.

y7mOWw

Cette vision de maquette verticale nous propose un regard curieux d’une ville modélisée, donc réduite pour entrer dans les murs, et posée verticalement, vue non pas par-dessus, comme habituellement, mais de coté. Un pas de côté donc. Cette monu-minumentalité produit un curieux effet de décalage. Cependant, le tissu urbain est bien reconnaissable, surtout pour un Lyonnais marcheur urbain, qui peut se projeter dans cette espace-maquette, jusqu’à en entendre les rumeurs suggérées par la cité. Rumeurs et émergences qui s’échapperaient de cette représentation pour venir titiller nos oreilles urbaines. L’imaginaire permet de mettre en relation des sens synesthésiques, l’image suggérant les sons, et vis et versa, pour qui veut bien se laisser aller à une certaine forme de modélisation du réel, pour reprendre les mots du MAC/VAL.

La deuxième maquette Lyonnaise qui m’intéresse, dans le cadre de cette idée de réduction miniaturisante, est situés sur l’un des plus beaux belvédères (littéralement joliment voir) de la ville, sur le parvis de la basilique de Fourvière, embrassant une large étendue à 180°du paysage Lyonnais. Paradoxalement, et avec bonheur, cette maquette située dans un des plus remarquables points de vue de la cité, est prévue à l’usage de ceux qui n’en profiteront pas, les aveugles. Elle se touche, s’ausculte de la main, se suit des doigts, pour justement avoir conscience de la ville qui s’étend à nos pieds. Cette réduction offre à qui ne voit pas le plaisir de contempler la ville, ses collines, ses architectures singulières, ses promontoires. Et le plaisir est bel et bien de voir avec ses mains, y compris pour un voyant. Si on ajoute alors nos oreilles à ce petit festin sensoriel, Lyon nous apparaît comme un objet modèle réduit décalé, poétique, sensible, à fleur de peau, et de tympan. C’est un jeu que je propose aux promeneurs des hauteurs, fermez les yeux, toucher la ville, écoutez la en même temps, et percevez les espaces en contre-bas, au loin, comme rarement sans doute vous ne l’avez fait. La petite taille de cette maquette nous offre des panoramas incroyablement larges, des projections mentales surprenantes.

mdG3bx

bBOQOC

Et pour en finir avec les maquettes Lyonnaise, une qui réduit et modélise cette fois-ci une seule structure et ses jardins environnants. Elle est située dans la Maison des aveugles de Lyon, sur les sommets du 9e arrondissement, à quelques encablures au-dessous du site de Fourvière, dont je viens de parler. Cette fois-ci encore, cette maquette est à destination d’aveugles, ceux qui résident dans la maison. Elle a été réalisée pour et avec les résidents, dans le cadre d’un projet de « Carte sonore », en complément d’un audio guide géolocalisé autour de la vie de l’établissement, de la parole des résidents, et d’un imaginaire bâti sur et autour ces lieux. Cette maquette s’inscrit dans un important dispositif culturel et artistique mis en place sur trois années, avec des captations de portaits vidéos, sonores, l’intervention in situ de musiciens et danseurs qui travailleront avec les résidents, des paysagistes, graphistes, designers, archéologues… qui apporteront chacun à leur façon leur compétence pour lire et écrire les lieux de vie de cette maison. Dans cet ambitieux projet où le son, et donc l’écoute, tient une place prédominante, la maquette n’est qu’une petite partie du travail, mais néanmoins une représentation qui occupe une place symbolique intéressante. Ce n’est pas une maquette « classique », figurative, reproduction à l’échelle réduite descriptive. Elle est avant tout à toucher, utilise des matériaux, des codes formels, et même des échelles qui sont issus de la représentation des résidents. Comme sa voisine de Fourvière, lle donne à voir en touchant, au milieu d’un tissages de traces sonores, où l’imaginaire d’un non-voyant nous fait appréhender des espaces autrement. Cette forme minumentale illustre pour moi parfaitement cet imaginaire à la fois miniaturisant et ouvrant des portes perceptives pour le peu très élargies.

jyn8Iv

Objets

Objets (inanimés) avez-vous donc une âme, se demandait en son temps Lamartine ?

La question reste aujourd’hui posée.

Objets symboles, objets récits, objets synthèses, objets de l’imaginaire, objets de l’affectif, que peuvent traduire, nous raconter, nous résumer parfois, une chaussure, une carte, un micro, du point de vue du marcheur pu du promeneur écouteur ?

Lors de rencontres nationales des concepteurs et animateursde Sentiers métropolitains, au Mucem de Marseille, une très longue vitrine a été mise en place, racontant à sa façon une vraie fausse chronologie de ces projets de randonnées urbaines, depuis la mise en place du GR 2013 jusqu’aux expériences marchées dans les cités et franges – lisières de la ville aujourd’hui.

ajjNg1

Cette vitrine est un peu comme un livre déplié en longueur, offrant à lire les réflexions, méthodes, explorations, objets usuels, tracés… qui ont jalonné, et jalonnent encore le parcours, ou plutôt les multiples parcours d’un marcheur baliseur animateur de parcours urbains, péri-urbains, métropolitains…

Nous avons là une forme de carte en relief, donnant à voir, mais surtout à imaginer, à extrapoler, les milliers de kilomètres possibles, et les infinies façons de les arpenter. Une modélisation pédestre en quelque sorte. Un imaginaire au pas à pas. Un chemins d’histoires, au sens large des termes.

L’objet re-prend ici toute sa place, bribes de narrations qui, mises bout à bout, façonnent une histoire, une ribambelle d’histoires des marches exploratoires, sensibles, sociales, esthétiques, politiques, poétiques, des marches qui projettent la marche plus loin que la marche, dans le sillage des flâneurs baudelériens, des psychogéographes situationnistes debordiens…

La chaussure éculée, le carnet de croquis, le tracé d’une carte, la boussole, le topo-guide, le porte-voix, la photo de paysages urbains, le bâton, le sac à dos, les pierres collectées ici ou là, le texte griffonné sur un calepin, sont autant de petits bouts faisant récit, ou tissant récits, de traversées urbaines parfois surprenantes dans la trivialité de leur décalage. On ne montre plus ici, ou pour ma part on ne fait plus entendre, les beautés grandioses d’une montagne, le mystère d’une forêt obscure et profonde, la puissance des vagues s’écrasant sur une falaise, mais des pavillons de banlieue, les lisières incertaines de la ville en perpétuelle construction, des zones industrielles, des parcs urbains, des voies ferrées abandonnées…

Pas de grands discours pour cela, l’objet, la suite d’objets, concentre, dans son pouvoir évocateur, une force d’imagination à toute épreuve.

Une chaussure de marche en bout de course, trouée, au cuir craquelé, aux formes avachies, suggérera parfois plus que tout autre média, les épreuves physiques du marcheur, la répétition des gestes, la fatigue, l’usure, la persistance, la trace, le rêve, le corps repu.

Des objets traces, des objets traceurs, des objets diseurs, des objets condensés d’expériences, déportés de leurs actions in situ pour venir nous faire voire, quitte à user d’un imaginaire collectif, ou non, l’aventure des cheminements urbains. Un racontage de rêves pedestro-citadins, des chemins de traverse en devenir.

Si Desartsonnants, « marchécouteur », faisait sa propre vitrine, à son image, y compris sonore, on y trouverait également des trompes, morceaux de vuvuzellas, des mini haut-parleurs, des casques, des stéthoscopes, des micros, un magnétophones, des cartes SD, des carnets de notes, paraboles… Un petit monde symbolisant en le réduisant dans un espace confiné, loin des étendues à ciel ouvert, une infinités de PAS – Parcours Audio Sensibles, offrant au corps kinesthésique à voir et à entendre.

Des marches, des cartes, des maquettes, des objets, nous fabriquons ainsi tout un panel de fictions miniatures, de micros récits, de minumentalités qui préfèrent l’intime à l’extime, de discret à l’ostentatoire, le creux de l’oreille au porte voix.

PAS – Parcours Audio Sensibles et Marchécoute, des générateurs d’émotions contemplatives

gilles-malatray_parcours-audiosensible-gare_city-sonic_art-sonore_transcultures-2016-1170x777

Un PAS – Parcours Audio Sensible, une Marchécoute doivent chercher l’empathie territoriale, sensitive, parfois transcendée via une forte charge émotive. Quitte à assumer une subjectivité à fleur de peau et de tympan. Ne pas ressentir une affinité pour le terrain, ses ambiances sonores, visuelles, lumineuses, olfactives, kinesthésiques, c’est risquer de passer à côté de tellement de micros événements, ceux qui donnent tout le sens, l’essence de la marchécoute.

…Une nuit, un lieu sombre, un commerce encore ouvert, un groupe qui devise en sirotant des bières, des espaces résonnants…Nous jouons les voyeurs auditeurs dénués de toutes mauvaises intentions, si ce n’est que d’emprunter quelques bribes sonores dans la chaleur d’une nuit d’été pour écrire notre histoire…

Marcher pour trouver des aménités, ce n’est pas refuser l’inhospitalier, c’est lui trouver son pendant, comme une réponse en négatif, un miroir ou un écho généreux. Je me sens souvent comme électrisé par l’immersion auriculaire que je mets en place par la marche, l’écoute, le déploiement d’antennes sensorielles qui vont puiser les sucs invisibles de la cité comme de la forêt. Je me nourris de mille détails qui mettront en branle mon récit.

…Une sente qui s’enfonce dans un espace indéfini, aux lisières de la cité, couloir vert habité d’oiseaux pépiants, espace abandonné, ou pas encore colonisé par l’excroissance citadine, espace fragile, entre les rumeurs de la ville et les abords d’une campagne voisine, entre-deux incertain et de ce fait attirant…

Marcher pour se sentir vivant, les corps animés d’une jouissance à pousser les pieds et les oreilles vers les frontières du tangible, de l’audible, vers d’autres corporalités en mouvement, vers l’in-habitude chronique des lieux sonifères. L’altérité est comme une rencontre permanente, laissant venir au marchécouteur les rumeurs les plus tenaces comme les douceurs sucrées de sonneries et autres tintements campanaires.

…Une traversée, elle aussi nocturne, d’un très ancien hôpital, des voûtes, jardins intérieurs aux fontaines accueillantes, des charriots qui émergent en ferraillant de ces couloirs enchevêtrés, les ronronnements de distributeurs de boissons, les souffles rauques d’une multitude de ventilations cliquetantes… Une cloche sonne au loin. Une science-fiction estivale, post Tarkoskienne…

La géographie des émotions, des sentiments, n’est pas chose délétère, mais source de plaisirs vagabonds, d’expériences sociales, humaines, affectives, tant avec les lieux arpentés qu’avec les êtres qui les parcourent, habitent, aménagent, racontent…

…Une balade de banc en banc, fabriquant des affûts auriculaires, espace matérialisés où s’assoir devant, au centre, contre, derrière, des scènes sonores dessinent un parcours singulier, des haltes comme des oasis sonores, accueillant le flâneur urbain avec tout l’égard qui lui est dû…

La marchécoute ne peut pas être simple outil d’analyse, d’expertise, carnet écritoire et réceptacle de données, elle doit remuer des émois, exalter des forces vives, riches en sons en couleurs, exacerber des ressentis, peut-être des résistances, comme une symphonie vibrante d’une orchestre chauffé à blanc…

…Une traversée d’un gigantesque marché à Tananarive; tout y est pour moi démesure, l’espace, la foule, les couleurs les odeurs, les sons… Je m’y noie avec au départ une certaine apréhension, puis avec allégresse. J’avale de tout mon corps ce maelström sensitif, ce torrent sensoriel, qui laisse pantois le primo promeneur que je suis, et marquera à vie ma mémoire, aujourd’hui encore stupéfaite…

La Marchécoute doit être une forme d’abandon, d’acceptation de l’imprévu, de l’irrationnel, du trivial, comme objets de surprises tonifiantes. Il nous faut quitter les sentiers rebattus pour les chemins de traverse canailles, ou bien alors avoir un regard/écoute qui va creuser notre connaissance des lieux, jusqu’à lui donner une autre consistance, une autre vie, une perception chamboulée, une remise en question du beau et de ce qui pourrait ne pas l’être, une exaltation de celui qui se défait pour refaire autrement, auraient dit les situs.

…C’est un long tunnel urbain, humide, sauvage, ténébreux, où coule une rivière, où les sons et les lumières paraissent, dans l’étalement, dans la durée, surréalistes, où le corps expérimente le passage avec la curiosité d’un explorateur qui ne risque pas de se perdre, juste de s’étonner d’être là, de vivre ce moment hors du temps où des ombres et des voix flottent sur sa tête, tout étourdi de vivre la ville dans ses dessous cachés…

La Marchécoute doit souder un collectif, ou tout au moins affirmer une action collective, une communauté d’oreilles grandes ouvertes, prêtes à ausculter les recoins du paysage sans a priori discriminant. Un guide écoutant est en mesure de proposer des espaces de contemplations auriculaires, une forme de visite tel un musée de l’écoute en plein-air, où les œuvres seraient sérendipitiennes, ou l’état contemplatif serait accentué par la valorisation d’une esthétique relationnelle – telle que la conçoit et défend Nicolas Bourriaud.

…Plus de trente personnes mirent presque deux heures, en nocturne, pour descendre les pentes de la Croix-rousse, lentement, très lentement, zigue-zaguant, en silence, s’arrêtant, traversant des terrasses de bars, des jardins publics, s’asseyant ici ou là sur des bancs, s’offrant aux regards étonnés des promeneurs croisés, bousculant les ambiances, passant d’ouvertures en fermetures spatiales, de rumeurs en sonorités ténues… Le groupe y résista, se solidifia, fit corps, et oreilles, adopta et partagea un rythme quiet de déambulation, des points d’ouïe mettant en scène le moindre son. Peu de consignes, beaucoup de postures non injonctives, plutôt généreusement proposées…

Je pratique et propose une écoute, ou plutôt une collection d’écoutes manifestes, volontaires, assumées dans un mixage esthético-écologique, ou plutôt écosophique, des cheminements avant tout sensoriels, souvent réfléchis par la suite, des constructions-traces mémorielles ne prétendant pas être la réalité environnementale, plutôt un faisceau de fausses ou de réalités biaisées de subjectivité, et pourquoi pas de pures inventions… Mais je doute que les pures inventions naissent ex-nihilo, le terrain, le vivant, l’arpentage, abreuvent sans cesse les récits, d’autant plus riches si collectifs, s’ils sont notre. Je construis également des collections de chemins, de terres sonores, de promenades, de rencontres, d’échanges, d’autre-parts itinérants, salons à la fois publics et intimes, au bord d’une route, d’un sentier, d’une place, d’une clairière… En duo ou en groupe, l’échange et la partage, le plaisir de faire, de se glisser dans l’espace sonore, y compris silencieux, sont les maitres mots.

Des lieux anachroniques déportent nos habitudes; parkings souterrains, terrasses de hautes tours, tunnels, chantiers, églises, impasses, gares, centres commerciaux, chemins et rivages obscures, forêts en nocturne… Ce sont des lieux de décuplement sensoriels, amplificateurs d’émotions, vecteurs de contemplations, prêtons leurs l’oreille, suivons des guides passionnés de curiosités en marge du rassurant, en marche jubilatoire et communicative…

Si nous considérons que les choses étant ce qu’est le son, il nous faut parfois aller à la limite de perdre connaissances pour remettre à neuf des modes perceptifs décuplés. Cent fois sur ton sentier tu remets ton courage.

A bon machécouteur salut !

A votre sentier !

affiche

Prologue pro podologiste

Au départ, j’avais pensé écrire un texte qui serpenterait dans les idées brassées par les marcheurs, et trop rare marcheuse, lors de notre rencontre Marseillaise, entre faiseurs de sentiers-parcours métropolitains.

Un texte un peu sage, ou pas sage, un passage.

Et puis tout c’est un brin entremêlé. Une incertaine Fédération à venir qui sort insidieusement des sentiers battus, une charte qui prend des chemins de traverse, une rencontre post rencontres, au pied de la gare Saint-Charles, où on re-questionne ce qui  semblait évident.

Les visées se révèlent, a postériori, plus dérivantes que prévues, de l’ordre d’une belle collection d’écritures multiples, sensibles, politiques, esthétiques, sociales, où chaque projet trace à sa façon des chemins singuliers, parfois en devenir, parfois aux lisières du non chemin…

Mais le chacun croise fort heureusement le brassage, et remet en question la singularité-même des projets.

Le chantier en sentier serait-il de l’ordre – ou du désordre, d’un laboratoire d’écritures in situ, ex situ, au foisonnement qui ne craint pas l’inextricable, le fil conducteur indémêlable, aux tracés qui ne sauraient parfois rester en place ?

Toujours est-il que mon projet de texte a cheminé autrement, de façon plus sauvage, b(r)uissonnant, aphorismatique, quitte à risquer le hors-piste.

Pré-texte et texte

C’est à Massalia, l’ancienne et bouillonnante cité, que nous avons été conviés à participer aux Assises Nationales – ce terme par trop statique remet déjà en cause le cheminement, ou propose la pause – des Sentiers métropolitains.

Rencontres, raout, retrouvailles, voire trouvailles, Saint Posium et autre conglomérations urbi et orbi, parfois péri humaines, avec autant de démarches, ou dé-marches.

Justement, des marcheurs, arts penteurs, déambulateurs, et à travers, activateurs écriveurs de chemins post Machado, constituent une brochette de gens qui, au final,  ne savent guère tenir en place.

Ils sont béta-testeurs en chantier, en sentiers, ou l’inverse, .

Ils marchent en maniant le stylo, poétisent, politisent, poëtisent, griffonnent, ont le verbe haut, le pied alerte (polysémiquement), sont agitateurs, Ik(r)éateurs, traceurs, tracteurs, des tracteurs en campagne…

Si bien que nous étions au MuCEM invités à fédérer, peut-être à nous fédérer, métropolitainement parlant, voire charter, voire friser ou oser du manifeste… mais l’heureux doute s’installe au fil des paroles. On re-doute la Grande Redonnée, en s’appuyant hardiment sur des lignes fuyantes, le point de fuite est une perspective paysagère en soi, sans compter des lignes brisées, si ce n’est tremblantes.

On refait le monde, un pied à terre, là où nous habitons, enfin on aimerait le refaire d’un pas qui ne serait pas ricide.

A votre sentier !

Carnets de sentiers, collections de traces partagées.

Sans forcément aligner des rangs donneurs.

On apprend par cours, ou presque, à dé-marcher, sans forcément baliser, des ports en peurs vagues, à l’horizon, où le marcheur n’aura plus pied. Ne restons pas pour autant en rade dans la cité Phocéenne.

Le menu est dense à la carte, au risque d’en perdre le Nord, et ses quartiers. Heureusement les hôtels (du Nord) restent de chaleureux guides, avec leurs bureaux attenants.

En bref, on devient plus sens cibles que prés vus.

Cependant, attention à la marche ! on se dé-file conducteurs, ductiles diraient certains d’entre nous, mais de quoi ils semelles.

Auteurs autour d’une table de dés-orientations pas noramique, l’axe, tout comme le centre, ne font plus toujours ni foi ni loi.

Alors on raconte, on se le raconte (le sentier), on brode, on tri-côtes, en montrant les évidences, les évidements. On invente celles qui le sont trop (évidences), dans le paysage de l’un connu et l’autre pas, de côté.

Traits, points, discontinuités, l’impasse (et l’autre pas), la trace ne fait pas le tracé, et inversement, sans parler du demi-tour ou du rebrousse chemin.

Voix, discours, théorie de la marche en marche, comment restons nous en phase avec le No Made, et le risque du méga pôle éthique.

On peut facilement se perdre en chemin, comme en conjonctures.

Si l’un passe, en silence, l’autre mure murs. Les frontières ne sont pas toujours aussi étanches que le marcheur, grand et généreux ordonnateur universel, le voudrait. Les franchissements parfois risqués, dans un chaotique droit du sol renversé à l’extrême.

Les pieds sur Terre gardons, en prose, en vers,  et contre tout.

De calanques en traboules, d’estuaires en portuaires, les lisières se brouillent, ou se débrouillent au mieux. L’écriture partagée tisse des iles marginaires, archipels et mouvants, entre utopies et hétérotopies. Les gros mots sont lâchés !

Territoires de flous s’il en est !

Chemins faisant, ou défaisant, on trace, on signe, on désigne, mais pas trop, on sonifie, on signifie, ou on tente de le faire. Battre le faire pendant qu’il est chaud n’est pas une posture tiède.

Certains ponctuent le parcours d’abris, nids, où les corps se couchent comme les écrits, en douces performances qui conduisent au rêve, partagé, co-habitatif, reliant des chemins habités.

Bords d’eau et des rivages des rivants.

L’inter se tisse entre des haltes, non injonctives.

Il y a également les ceintures, grandes ou petites, vertes ou noires, qui tentent de circonscrire la cité, barrant parfois la route au marcheur, celui qui n’a de cesse que de transgresser les obstacles, passer et outrepasser, pour relier le disjoint.

Mais les cités comme le marcheur sont indociles, indicibles parfois, à défaut d’invisibles.

Fédérer des marcheurs n’est pas chose facile. Il est toujours un franc-tireur qui vient casser le rythme, fait un pas de côté, quand ce n’est demi-tour; mais c’est là que réside la force,  qui ne nous fait que nous ne croyons guère en l’immobile absolu, quitte à ne jamais boucler la boucle.

Les péripraticiens que nous sommes au final, se rejoignent pour ne pas perdre pied, et résister à la grande route d’une pensée trop commune.

Apologie, podologie, promenadologie sont les semelles du destin cheminant.

Les talons sont mesures d’art d’ares, côtes comprises, et marché, si l’on fait œuvre.

On périurbanise en décentrant le cœur de ville, quitte à s’encanailler du quotidien trivial, caminant en étoiles, en grands huits, en Y, en virtualités des errantes.

Il nous faut chercher les limites pour mieux s’en extraire, ou les repousser plus loin.

Chacun à sa façon, ou en conjuguant nos pas, au risque d’aller vers l’extinction de voies.

Le tracé est-il rang donnable ? Soluble dans la marche ?

Le tracé est-il rassurant, ou somme de fuyantes à la recherche de vérités flux tuantes ? Il peut forcer le trait d’utopies bétonnées, de cités radieuses, ou de tiers-lieux politiquement corrects, ou non.

L’archi texture emboite la cité, comme on emboite le pas d’autrui. Mais le marcheur qui a l’âme pèlerine ne se laisse pas si facilement arrêter pas une mise en boite. Il a besoin d’aires plus vastes et de plus d’air qu’il souhaiterait moins vicié.

L’urbanisme est parfois producteur de chausse-trappes. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il n’est jamais trottoir pour bien faire, mais le terrain est souvent glissant, dans toute l’essence du terme.

Reste à creuser d’autres sillons à fleur d’asphalte, car le marcheur est citoyen, parfois en déplaçant les bornes, voire en les dépassant.

Méfiance, même le marcheur court le risque d’être borné !

Trouver les bords sans être débordés, aurait dit Debord…

GR de rien en réécrivant des prés sentis, ou vers les prés textes, pas toujours échos logiquement fleurs bleues.

Pro-meneur, pro-metteur – en scène, en espace – on conte nos pas super posés, on muse comme à musé. Mais que montrer dans les vitrines sentiers ?

L’entrelacs des sentes montre bien des différences de niveaux, au dessus ou au dessous de l’amer, mais le marcheur résiliant, résidant, résiste mieux aux pires des enlisements. Prendre racine n’est pas mieux que perdre ses racines.

Si le guide a le pied ferme, la ruralité n’est pas trop vacharde, comme traire d’union et pis encore, et pis aller. Le laid peut-être le calcium de nos pérégrinations.

Battre la campagne, sans méchanceté, n’exclue pas la péri-féérie, clin d’œil Nantais.

Périphérie Gonzo, je cite encore, un brin voyeuriste, qui surgit parfois sans prés venir, sujets à banlieues arts, écritures perverses, jouissives ou cathartiques.

Le péril urbain est-il ex-croissance mal ligne. Plus mégapole tumeurs ! Ou tu t’inventes, te réinventes dans l’urgence, comme fée Nixe.

Le syndrome de la grenouille qui périt sans s’en apercevoir, parce que la température de ses eaux ambiantes augmente très très lentement, est-il un symbole d’une décoassance inévitable ?

D’autre part, conter n’est pas duché, ni baronnie, quoique… Les châteaux s’écartent à jouer, pouvant s’écrouler, comme chacun sait. Et pourtant le marcheur s’écarte en corps.

Parler ici, à Marseille, d’écroulement est hélas relié à une funeste actualité, même si je sens la cité à la fois bouillonnante de rage et forte d’une solide résilience.

Le récit n’est jamais si loin du terrain que lorsqu’il y prend sa source, et si proche que lorsqu’il invente, sans vers grogne, le cheminement qu’il va, ou pourra  traverser.

 

Les participants aux Assises : Julie Le Muer, Noémie Galvez, Baptiste Lanaspeze, Philippe Piron, Jens Denisen, Paul-Hervé Levassière, Patrick Mathon, Gilles Malatray, Pierre Gonzales, Fabrice Frigout, Nicolas Maimain, Thibault Berlingen, Yvan Detraz, Alexandre Field, Denis Moreau

 

Suite aux Assises Nationales des Sentiers métropolitains, au MuCEM de Marseille, dans le train du retour, après une discussion impromptue avec Baptiste Lanaspeze au pied de la gare Saint Charles. Le 09 novembre 2018, Ouigo entre Massalia et Lugdunum.

Points d’ouïe, Points de vue, résidences, résistances

Stadt

Une résidence artistique est un moyen de s’immerger dans un territoire, ville, espace naturel, ou autres lisières et interstices hybrides.

C’est un moyen de gratter les lieux, d’y imprimer le poids de ses pas arpenteurs, de s’y asseoir aussi, écouteur observateur, à la recherche de balises urbaines spacio temporelles.

Par exemple sur cette place publique, presque tous les jours, à certaines heures, se retrouvent des personnages sur des bancs, souvent les mêmes, moi compris.

Couples, ados, marginaux, retraités, cadres…

L’histoire se tisse, se lit, s’écrit, façon Pérec.

Les rythmes se précisent.

Et de ce fait les espaces.

Sortie d’écoles, flux de travailleurs, une acmé, un apaisement avec la nuit qui tombe; des cycles qui au final ne varient que par de menus événements.

Les sons et lumières entretiennent de réelles accointances.

Les ambiances se précisent aussi, au rythme des jours et de la saison.

La résidence nous offre de nouveaux repères, qu’ils nous faut aller chercher, des rituels, des ailleurs à se construire, des surprises à accueillir.

L’ailleurs stimule la sérendipité qui nous ouvre des portes inattendues.

Ici, des évidences, des récurrences, quasi universelles, des voix, du vent, de l’eau, des flux.

Ici des singularités, des accents, des expressions, des codes couleurs qui changent, des signalétiques du cru, des architectures singulières, anachroniquement entremêlées.

Ici, nous nous re-créons nos propres symboles, dans un lieu où nous n’avons pas (encore) d’espaces qui puissent nous situer fortement dans l’ancrage d’une géographie sensible.

Une résidence, c’est un moment, plus ou moins long, où le temps et l’espace s’offrent autrement. Ils nous permettent à la fois de développer des gestes, des postures, des dispositifs d’écritures nomades, et de nous créer une nouvelle palette de jeux, ou tout au moins de l’élargir, de l’adapter aux contextes, aux ambiances in situ.

L’hétérotopie de Foucault y prend souvent tout son sens, strates de territoires géographiques, esthétiques, politiques, sociaux…

Mon oreille par exemple, procède par une forme de syntonisation, ocsillant entre le paysage intérieur de mes souvenirs, de mes expériences, et le paysage extérieur plus ou moins inconnu, que j’appréhende peu à peu, me mettant autant que faire se peut au diapason des lieux.

Mon œil sans aucun doute en fait-il de même.

Mon corps entier cherche une syntonie où accorder un maximum de fréquences, internes et externes, tendant à vibrer et résonner de concert.

Le dépaysement est pour cela un stimulateur sans pareil.

Une résidence, c’est augmenter une collection de parcours et de sites liés à des expériences sensibles, ici des Points d’ouïe, Points de vue, des parcours sensibles, entre autres choses.

C’est aussi se frotter à d’autres personnes, autochtones ou non, à d’autres pratiques, d’autres connaissances, hybridations.

Un moyen de travailler l’altérité, de pourfendre l’a priori.

De résidence, non assignée, à résistance, quelques pas, sans plus.

Quitte à déstabiliser notre confort bâti sur une série de repères (trop) bien identifiés.

Une résidence, ou plutôt l’enchainement de différentes résidences, nous fait nous sentir appartenir à un monde multiple, complexe, mouvant, si possible accueillant, sans enraciner nos pensées et gestes dans un cocon terreau trop sédentarisant.

 

Gilles Malatray – Texte en résidence à LuXor Factory (Jura Suisse), avec L’artiste plasticienne Jeanne Schmid

Le Locle, Octobre 2018

Des règlements temporels ?

Spirale barrée 72dpi
©dessin Jeanne Schmid

 

Le temps tic

vraiment vrai ?

le temps tac

passe comme il peut

s’écoule comme il pleut

comme il veut

en non fleuve tranquille

il s’ébroue

soubressaute

est compté

mesuré

scandé

montré

montres en main

mécanismes à l’appui

roues âge défilants

chronos féériques

faucheuse irrémédiable

hors loges sécurisantes

balanciers funambules

sur le fil de je ne sais quoi

et de fils en aiguilles

globe-trotteuses

et réveils difficiles

secondes et moi

une minute s’il vous plait

vous n’êtes pas alors

en retards retors sans excuse

pont que tu, elle

nous avançons

ou retardons

dés lors d’été qui n’est plus

dés lors diverses

qui est un tic

qui est un tact

toujours fuyant

tout passe en ses temps dans

passés composés, ou bien décomposés

de rendez-vous manqués

l’heure des traqués

sur des ruines battant la chamade

y’a quelque chose qui cloche

et quand sonne l’heure

la retraite fuyante

vie est, est-ce demeure

le temps l’emporte levant

car l’arythmie nous guette

en cassures métriques

des pas cadencés

des non cas danses

coucou, montre moi

ce qui s’écroule en sablier

ce qui flux en son temps

aiguilles âges des croisements

l’horloge rit toujours

de nous voir retardés

nous croyant en avance

des mesurés sommes nous

m’user du temps

musée du tant

tempus fugit.

 

 

©Dessins Jeanne Schmid – ©Texte et création sonore Gilles Malatray – Résidence artistique le Locle – LuXor Factory – Octobre 2018

 

En écho

https://jeanne-schmid.com/2018/10/16/le-temps-du-locle/

Marcher, parler, danser l’espace Matières/manières d’écoutes

gilles-malatray_pas-parcours-audio-sensible-balade_en_ardoinais-anja_desartsonnants_city-sonic_arts-sonores_sound-art_transcultures-2016-1170x777

Le corps est dans l’espace
Il y bouge
s’y déplace
s’y déploie
s’y replie
y prend place
danse
écoute
sensible aux stimuli
réceptacle sensoriel
miroir de soi
de l’autre
d’un iota de ville toujours en devenir
le corps construit sa bulle
il occupe sa bulle
croise celles des autres
les traverse
les modifie parfois
y crée des interstices
espaces privés publics
personnels et communs
intimes et extimes
imbriquements complexes
tissu de gestes physiques
tissu de gestes perceptuels
tissu de gestes relationnels
tissu de gestes conceptuels
l’espace est dans le corps.

 

35646769816_f156840651_o

 

La ville comme terrain kinesthésique
arpenter
sentir
se sentir
re-sentir
se protéger
s’ouvrir
entre les entre-deux
les entre-sols
les entre-soi
entre-l’autre et entre autres choses
aller vers ou s’éloigner
tendre l’oreille
prêter l’oreille
bien ou mieux s’entendre avec
une ville un corps autrui
oreille arpenteuse
oreille épieuse
oreille un brin voyeuse
oreille généreuse
oreille voyageuse
oreille cartilagineuse
organe prolongement d’un corps
comme un cap tendu vers
ou aimant sonifère
l’écoute est mouvante
La kinesthésie comme terrain urbanique.

 

H0WF-9b7HmNzxo2X_lLjzDl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

 

Tout espace est in-carné
à prendre corps
à bras le corps
à corps perdus et retrouvés
de villages en cités
l’oreille au pied du mur
le mur à portée d’oreilles
et le mouvement syncrétique
telle hétérotopie mouvante
cité de sons en friche
rumeurs et signes
magmas et émergences
accrochés au construit
architecture liquide
flux et autres flux
le corps s’y noie
le corps s’y baigne
adapte sa rythmie-cité
aménage sa sur-vie
via les sens chahutés
des résistances salutaires à terre
tout in-carnation est espace.

 

38101195512_5430a60ea1_o_d

 

La marche met en branle
le mouvement architecture
la trajectoire balise
le parcours accomplit
l’espace contraint
l’obstacle stimule
la barrière se contourne
ou donne envie de franchir
la lisière se dessine
comme parfois structure
le sensible y fait sens
le phénomène y apparait
la carte peut guider
ou tracer les traces
ou faire perdre le Nord
à celui qui s’y fie
tandis que l’oreille entre autre
jauge juge repère
l’ébranlement met en marche.

 

aaiaaqdgaaoaaqaaaaaaaayjaaaajgvkzmfly2iylwu2owitngmxnc1hnjk3lwq4mmfjmdiymzuwyg

 

La parole se fait nomade
elle dit
commente
invente
raconte
récite
interpelle
appelle
urbanise
ré-unit
critique
revendique
résiste
va de paire à l’action
réinvente l’Agora
fabrique le récit
les mythes de cités inaccomplies
elle se colle à l’écoute complice
s’encanaille d’emprunts
part du corps racontant
des histoires ambulantes
les propose à autrui
ou en son for intérieur
le mot peut se coucher
sur le grand livre des villes
ou s’oraliser façon griot
le nomade se fait parole.

 

27851473253_769d05d842_k_d

Aller plus loin que la marche
danser l’espace
lâcher prise
un brin de révolte douce
des corps à l’unisson
des corps frictions
forcer l’union
prendre prises
les aspérités aidant
des contrepoints urbains
les sons comme musique(s)
donnent le la comme le là
façon de chorémarchécouter
les acoustiques s’en mêlent
la ville est corps écoute
réceptacle sonique
spectacle auriculaire
le bruit se fait complice
le groupe crée de l’espace
l’espace soude les contacts
le spectateur peut y emboiter le pas
ou pas
la marche s’organiser autrement
ses rythmes impulser le tempo
en cadences stimulantes
chamboulements urbains
l’oreille se démultiplie
relie la ville au corps
et le corps à la ville
danser plus loin pour aller.

 

40199676595_09aaf12066_b_d

Ce texte est né de rencontres d’ami.es complices de marches/expériences, qui dansent et performent la cité, la traversent autrement, et me donnent l’énergie d’expérimenter encore en frottant mon oreille et battant le pavé.
Lyon, dans la chaleur de l’été 2018