Points d’ouïe dits

ir1c-vtqomsvjim8m2-c-puk_cq

 

Très haut, un point noir parcourt le ciel blanc.

La pluie déchiffre une délicate partition.

Les merles font silence.

Une poutre craque.

Une gouttière déborde.

L’eau trouble la rêverie muette d’un forsythia en fleurs.

De la mousse verte coule sur le mur gris.

J’écoute l’air soudain immobile.

Texte de Philippe Baudelot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s