PAYSAGES SONORES EN RÉCITS ANECDOTIQUES

RÉCITS – TRACES

 

25254124531_94d0a7d7dd_k

 

Les détails, les anecdotes, les courts récits, ce qui peut paraître anodin, trivial, sans importance, constituent, sans doute ce qui, à la lumière de l’expérience, de la trace/mémoire, feront qu’un paysage sonore prendra véritablement corps.

LYON – PRINTEMPS

Des oiseaux, nombreux, prolixes, réveillés par les prémices d’un printemps proche, la douceur installée, pépient aux quatre coins d’un espace urbain bariolé de sons. La ville se redéploie à l’oreille dans moult ponctuations avicoles, spots rythmiques, toniques et enjoués. L’espace se révèle, autrement, plus joliment capricieux que jamais. La ville s’en trouve, tout comme l’oreille, ragaillardie, subtilement enrichie, réchauffée par l’approche d’un printemps qui s’annonce à l’écoute.

AMPLEPUIS – FIN D’AUTOMNE
Matin gris, doux et calme. les chuintements des feuilles mortes ont cessé sur
la terrasse, épuisés d’un vent cessant, comme une pluie sèche et tarie au sol,
flux automnal qui se serait évaporé…
Le village s’ébruite lentement, cloches encore endormies.
La maisonnée s’étire dans le vrombissement d’objets réchauffants, le fond
sonore est calme…

LYON – ÉCOUTE ET GOUTTES
Lyon, quartier Perrache, vers 23 heures, en rentrant d’un concert, une pluie
très dense, violente, soudaine… Un pont – tunnel de chemin de fer, assez long
car juste avant la gare de Perrache, donc un abri idéal. Des gouttes d’eau, à
l’entrée, et au milieu, offrant tout une gamme percussive de clapotis
réverbérés à souhait.. Un magnifique concert acousmatique naturel. La ville de
nuit, sous la pluie, sous un pont à l’acoustique ad hoc, un moment somme
toute rare, privilégié, à savourer sur place !

LYON A L’IMPROVISTE
Aujourd’hui, trois heures de déambulations urbaines et lyonnaises
consécutives. Une errance auraient dit les situationnistes. Beaucoup de
dénivelés, de petites rues, passages, escaliers, places… Beaucoup de sons, de
couleurs, de rumeurs, de surprises (un clocher carillonnant la Marseillaise, un
défilé militaire puis une manifestation sociale dans la foulée), de formes, de
perspectives, de points de vue, de points d’ouïe, d’ambiances… Une bonne
fatigue et l’impression d’avoir assimilé un peu plus l’esprit de ma ville, et par
extension, de bien d’autres cités ou lieux. Le sentiment également que plus
j’arpente et ausculte des paysages au quotidien, plus ils m’échappent en se
ramifiant dans d’infinies déploiements et subtilités. Cette impossibilité, ou
improbabilité, d’en embrasser l’essentiel, d’en faire le tour, même a minima,
est d’ailleurs plutôt réjouissante tant elle me laisse d’attrayantes perspectives.

MONS – POINTS D’OUÏE
Différentes ambiances acoustiques à Mons, aujourd’hui vers 14 heures. Le bas
de la ville est un gigantesque chantier, un grand lifting pour Mons Capitale
culturelle 2015, avec tous les sons qui vont avec. Pelles mécaniques, camions
et marteaux piqueurs s’en donnent à coeur joie, alors que le piéton en
chaussures de ville effectue un vrai parcours du combattant entre sable et
pavés.
Sur le haut de la ville, la grande place inondée de soleil s’agite joyeusement.
Les terrasses font recette, les conversations vont bon train, un saxophoniste
vient jouer, assez bien du reste, des airs rétros, en se posant à quelques
mètres de moi. Et toujours le grand jet d’eau en fond. Je profite de la scène
assis sur un plot de béton, au centre de toute cette frivole effervescence. Le
grand jet quand à lui, a d’ailleurs perdu de sa rythmicité. Il reste bloqué sur un
jet haut et continu qui écrase un peu trop le paysage, visuellement et
auriculairement, alors qu’auparavant, il effectuait tout un cycle, variant
l’intervention des jets, leurs hauteurs, dans différentes temporalités
rafraîchissantes, si j’ose dire…
J’emprunte ensuite la grande rue où là, c’est la Muzac qui anesthésie en partie
l’écoute, malgré la diversité et la richesse des voix et des ambiances
résonantes rencontrées. Pour échapper à cette invasion de très mauvais goût,
je m’engouffre au coeur d’une galerie marchande, dans un passage couvert,
lieu animé de belles réverbérations, où les conversations et autres modestes
sonorités prennent juste ce qu’il faut de présence et de couleurs. Hélas, il faut
ressortir de ce petit oasis acoustique pour retrouver l’agression d’une radio
commerciale, infligée sans discernement ni mesure à l’oreille de tout un
chacun… Dommage qu’une des rues principales de la ville, qui pourrait se
révéler très belle à l’oreille, se voit ainsi acoustiquement dévalorisée, voire
même franchement dégradée !

LYON – ENTRE DEUX PORTES
J’adore les portes coulissantes automatiques. Celles que l’on trouve dans les
sas d’entrées des bâtiments publics, des grandes surfaces, dans des halls et
salles d’attente des gares par exemple. J’aime me tenir à proximité de ces
objets rythmiques, de ces zones tampons, qui parfois forment un sas
intéressant par ses doubles cloisons mobiles. Ce ne sont pas tant les propres
sonorités des portes qui retiennent le plus mon attention, même si elles sont
parfois très originales et intéressantes, ce sont plutôt les effets rythmiques et
dynamiques d’ouverture fermetures, de coupures, d’atténuations, de jeux
intérieur/extérieur qui sont pour moi remarquables. Le passage aléatoire de
personnes entrant ou sortant modifie constamment l’ambiance sonore des
lieux, élargissant ou refermant le paysage à l’oreille, mettant en avant les sons
de l’intérieur, ou ceux de l’extérieur, créant une chambre de subtiles mixages
en fondus enchainés plus ou moins rapides… Deux espaces publics se frottent,
s’interpénètrent au gré des va-et-vient des portes. L’oreille est parfois confinée
dans un intérieur spécifique, parfois aspirée vers un extérieur qui lui donne de
nouvelles perspectives, de nouveaux champs (chants) d’écoute, un espace
sonore en mouvement. Dans un PAS-Parcours Audio Sensibles, il y a des points
d’ouïe très riches, presque incontournables, entre fontaines, espaces
résonnants, événements festifs et des entre deux portes…

VILLEURBANNE – ÉCOUTE PANORAMIQUE – TOITS TERRASSES
Villeurbanne, sur le toit Terrasse de la colossale mairie venant barrer
l’emblématique quartier des Gratte-Ciel, dans une architecture post
stalinienne. Temps ensoleillé, et belle lumière hivernale. D’incroyables
perspectives visuelles quasi aériennes, le centre ville à nos pieds. Une douce
rumeur de laquelle se détache de multiples sons de voix, musiques du marché
de Noël, voitures (non envahissantes). Un exemple archétype d’équilibre
son/image, de la proximité au lointain, d’un surplombant où les sons montent
sereinement vers nous.

VILLEURBANNE – ECOUTE UNDERGROUD – PARKINGS SOUTERRAINS
Villeurbanne encore. Niveau – 7 d’un parking souterrain. Aucune
voiture à cet étage ce jour là. Grondement des ventilations. Incroyables
résonances de chaque sources sonores s’enroulant autour d’une immense
rampe hélicoïdale bétonnée. Une pénombre minérale qui renforce cette
ambiance véritablement underground.

ORLÉANS – FLUX AQUATIQUES – LA LOIRE EN FURIE
Orléans un jour pluvieux et très Fraîchement humide. La Loire en crue
sauvage gronde ! Des bancs la surplombant nous offrent un point de vue-point
d’écoute où le forts courant des eaux plaque sur les quais un continuum sonore
impressionnant. La lumière comme l’eau est grise et vibrante. Rarement je
n’aurais entendu grogner si fort un fleuve sous un ciel d’un gris sourd et
menaçant. Paysage d’un pays de Loire souvent assez serein mais ici tourmenté
entre nuages pluies et eaux tumultueuses.

MADAGASCAR – VILLE MARCHÉ
Madagascar, Tananarive, quartier d’Anakelele, plein centre ville, fin d’après-midi,
une belle et chaude journée d’hiver (tropical). Un immense escalier
descendant d’une colline, et remontant sur une autre en vis à vis. Dans
l’escalier, une foule de marchands, de promeneurs, de passants. Au bas, un
gigantesque et tentaculaire marché à ciel ouvert et dans des allées couvertes,
le tout bruyamment coloré et teinté d’une myriade d’odeurs enivrantes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s