PAS – Parcours d’écoutants en duo à Vaulx-en-Velin

PAS – Parcours Audio Sensible en duo, avec Pauline Sémon, Vaulx-en-Velin centre

 

3269323-710435-jpg_3085408

Rendez- vous très matinal, 6H30 devant le planétarium de Vaulx-en-Velin, les oreilles presque sous les étoiles. Le temps est assez humide, l’heure bleue, la nuit cède progressivement la place au jour, fondu au gris troué de belles couleurs roses orangées, sur fond de piaillements d’oiseaux prolixes.
Nous partons lentement vers l’intérieur d’îlots bâtis, à travers allées, parcs, cours et espaces de jeux. Le sablé des allées crisse sous nos pas, rythme de marche apaisée. Peu de monde à cette heure, l’espace est essentiellement occupé par les oiseaux qui s’en donnent à corps joie pour saluer le lever du jour et affirmer, entre cris rauques et vocalises virtuoses, leur territoire urbain. Des grands platanes abritent d’innombrables corbeaux, qui nous saluent en croassant avec énergie. Les arrières du campus de l’école d’architecture et de l’ENTPE sont en fait d’agréables espaces, protégés des grands axes, très verdoyants et aérés, résultat d’une recalcification assez radicale du quartier.
Nous arrivons progressivement sur de grands axes routiers. Le niveau sonore s’amplifie graduellement mais sûrement. La voiture (re)devient omniprésente, écrasant le paysage sonore de ses flux parfois hégémoniques. Le contraste entre les allées et parcs que nous avons parcouru en début de promenade et ces artères tracées au cordeau est saisissant, tant visuellement qu’acoustiquement. Zones calmes où il fait bon flâner derrière, zones assez saturées et agressives devant, à l’oreille j’entends. Le point commun est la rareté du piéton, de l’humain, entre heure indue et temps maussade, plus le fait que nous soyons en période  de vacances scolaires, ce qui diminue fortement les flux d’écoliers, de lycéens et d’étudiants dans le centre ville.
Les lumières sont magnifiques, ciel plombé de noir, troué de gris, de rose, d’orangé, de bleu, hésitant à s’obscurcir ou à s’éclairer, jouant de belles et instables variations colorées.
Au terme d’une boucle autour du campus universitaire et de la rue centrale, l’espace se réveille progressivement. Une manifestation sportive, autour du basket a priori, se met en place. Des voix, de l’activité humaine qui nous ont un brin manqué durant votre périple, s’installent en douceur dans l’espace public, révélant à un moment un magnifique et fugace écho.
Aucun PAS, aucun duo ne ressemble à l’autre, tant les lieux, les sons, les couleurs, les espaces, les odeurs, et les dialoguent qui s’installent entre les deux protagonistes écoutants marcheurs raconteurs sont à chaque fois très différents.
Ce sont toujours des tranches de ville, tranche de vie que j’apprécie tout particulièrement. Prendre le temps de marcher en discutant, et vis et versa, c’est s’offrir le luxe d’un partage au rythme des pas, de beaucoup d’improvisations spontanées, sans hâte, plutôt avec quiétude, de belles pages relationnelles.

Pauline Sémon : http://www.p-sem.com/

En écoute

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s