LES LISTES NOURRICIÈRES

LE POUVOIR DES LISTES
Ou la construction de paysages sonores par des procédés langagiers énumératifs

x510_ombre_luc_kerleo-pagespeed-ic-ssghbkzngo

J’ai toujours aimé les listes, les suites logiques, même si personnellement j’ai une logique assez distendue et capricieuse, les inventaires, les accumulations, les énumérations…
Rabelais et ses litanies, Prévert et ses inventaires, Anne-James Chaton et ses listes de courses, Eco et ses listes linguistiques et littéraires, Perec et ses tentatives d’épuisement ou ses variations, les listes me fascinent.
Lorsque le mot, l’image, ne suffisent plus, il faut les étendre, les augmenter, les traverser  par d’autres, vers d’autres. Et cela selon une certaine logique, ou non – Listes/classements alphabétiques, numériques, ordonnées, ou désordonnées, cadavres exquis, associations d’idées, même singulières et anachroniques, voire loufoques, associations de sonorités, de rimes… La liste semble s’auto-entretenir pour construire son propre monde. Cherche t-elle une forme d’épuisement, de finitude, de variations en redondances, via des saturations, des sauts et des passages sans fin ?
Par la liste, c’est ainsi, parfois, souvent, que j’appréhende certaines méthodologies, ou rendus, via l’écriture in situ, et certains paysages sonores qui en émanent.
Je liste, j’énumère, j’amalgame, je brasse, je confronte, je juxtapose, je mets bout à bout, pour tenter de donner  vie, pour justifier une partie de l’existant, pour espérer trouver un brin de logique génitrice.
Pour cela, je convoque des accumulations de sources sonores.
Voix, moteurs, oiseaux, pas, valises à roulettes, téléphones, vent dans les branchages, autoradios, skate-board, cornes de trains, claquements de portières, balayeuse, ambulances…
C’est ce que je viens de noter ici, à l’instant, sur mon banc test d’écoute.
J’évoque des actions, par verbes interposés
Bruire, résonner, pépiller, claquer, pétarader, vrombir, souffler, chuinter, corner, gémir, gronder, gazouiller, crier, racler…
Des actions toujours prises sur le vif du banc d’écoute.
J’évoque des ressentis, des ambiances, des sensations – Saturation, apaisement, sérénité, décalages, vivacité, tristesse, dynamisme, fragilité, redondance, monotonie, pression, bienveillance…
Je convoque de l’espace, du mouvement.
Devant, sur le côté, derrière, à droite, fond sonore, à gauche, pointillisme, traversée, background, émergence, immersion, de droite à gauche, l’inverse…
Je convoque des dynamiques, des volumes sonores.
Prégnance, micro-sons, tintamarre, silence, calme, envahissement, bruissements, pollution, decrescendo, chuchotements, vacarme, amplification, disparition, apaisement, tonitruance, crescendo…
C’est en croisant ces prémices, ces ébauches de listes, d’énumérations, très, trop vite ici notées, à la volée, que le paysage se matérialise un peu plus, se nourrit, jusqu’à une forme de satiété, de rassasiement, quand ce n’est pas à la limite de la saturation, d’un excès langagier tissé de proliférations propres à une liste, qui aurait son propre feedback. Saturation néanmoins, me semble t-il, salutaire, un trop plein, susceptible d’être épuré, valant souvent mieux qu’un grand vide.
C’est en tous cas par l’usage de ces procédés littéraires énumératifs, et la conscience de leur capacité à donner vie, à incarner, que je construit en partie mes écoutes, leurs traces, les paysages qui en découlent, et surtout leurs partages.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s