POINTS D’OUÏE ET MÉMOIRE URBAINE

VILLE SONORE
VILLE MÉMOIRE

rue_juiverie_lyon

 

Parce que la ville est comme un immense catalogue, constitué d’une foule d’histoires, des récits, à déchiffrer, du bout de l’oreille.
Écoutez ces cloches, ce carillon, ces tintements, dont certains sont installés depuis plusieurs siècles et qui sonnent à l’identique depuis, véritable fossiles sonores bien vivants, archéologie sonique.
Écoutez cette magnifique acoustique d’une cathédrale, qui résonne depuis bien longtemps déjà, et ses grandes orgues virtuoses, instruments historiques, rescapées d’un baroque flamboyant…
Regardez ces rues, ces pavés, ses portes anciennes, imaginez lorsque les chevaux et les véhicules hippomobiles faisaient claquer le pavé, vibrer sans ménagement la rue entière.
Regardez ces entrepôts, usines, qui fut un temps, en plein centre ville, grondaient, sifflaient, déversaient ou avalaient d’impressionnants flots humains, à intervalles réguliers…
Et cette verrière de gare 1900 qui a connu les halètements et les stridences des locomotives à vapeur.
Le kiosque à musique trône au milieu de la place, du jardin, même muet, il garde dans son architecture des polkas endiablées, ou des transcriptions d’airs d’opéra patinés de cuivres par les orphéons locaux.
Écoutez les accents, les expressions, les argots, les patois, avant qu’ils ne s’éteignent, en partie balayés par l’aplanissement des flux médiatiques.
Dans un marché populaire, quelques camelots haranguent encore le chaland, successeurs des crieurs de rues, colporteurs en tout genre, gardiens municipaux, veilleurs de nuit, qui portaient haut la voix dans la cité.
Partez en promenade avec les habitants, écoutez les raconter la ville, leur quartier, ce qui résiste, ce qui n’est plus.
Cueillez les sons de la ville comme un patrimoine vivant.
La mémoire des villes s’entend et se fabrique au gré des sons, sans forcément être teintée de nostalgie, bien vivante. Approchons la comme un simple livre ouvert sur la cité, que façonnent aussi moult sonorités sans cesse en mouvement, entre disparitions, apparitions et métamorphoses.

timthumb.php

Publicités

POINT D’OUÏE IMPROMPTU

L’INSTANT ÉCOUTE

12805791_1161658127177914_5473017278947268843_n

Je vais prendre le le métro, quartier Grange blanche à Lyon, 18H30 environ, beaucoup de passages piétons.
Un merle attire mon attention.
Il chante, joliment, non sans un vraie virtuosité, comme un merle qu’il est. Il se tient à ma droite, perché sur la plus haute branche d’un arbre au sommet dégarni, en oiseau bien visible, ostentatoire chanteur.
Il s’impose, de son champ aigu et véloce, tout en trilles véloces, par dessus, très en dessus, du flot sonore bourdonnant de la circulation urbaine.
Annonce printanière dans cet hiver encore frisquet.
Cependant, personne ne le remarque.
Je m’arrête, campé au milieu du trottoir, l’écoutant, le regardant, fasciné par ses superbes mélopées.
Je le regarde-écoute, posé sur le trottoir, œil et oreilles vissés, braqués vers l’oiseau séducteur.
Trois personnes passent, me regardent écouter, sans vraiment savoir que j’écoute, mais sans doute le pressentant. Elles braquent également leurs regards/oreilles sur l’arbre, sur le merle, zoom collectif, s’arrêtent, écoutent aussi, le même oiseau.
Yeux et oreilles convergents, presque par hasard, mais pas tout à fait.
Quelques minutes après, l’oiseau s’envole, fin de la séquence sonore, terminé le récital offert.
Une personne me dit qu’il leurs semble que ce merle, ou un collègue sosie avicole, chante souvent ici, mais qu’elles ne l’ont jamais vraiment ni remarqué, ni écouté.
Chose désormais faite, en séquence improvisée, aléatoirement partagée.
Tranche de ville, tranche de ouïe in situ, sérendipienne, le lieu et le moment captés sur le vif.
Son installé, sans le savoir, et surtout partagé, à l’improviste.
C’est sans doute cette posture qui compte pour beaucoup.