Faire trace(s), suite…

Pour faire suite au texte précédant

D’une humeur silencieuse, je parle peu. 

Les quelques paroles prononcées

 me sembles désincarnées, 

vides de sens, de ma sensibilité. 

Mais je fais de ce silence, 

en réalité grouillis de bruits, agitation de mes pensées,

l’occasion de me concentrer ailleurs.

Écouter : sons, voix, gestes, paroles articulées.

Fatiguée,

chaque petits sons m’apportent des vacances.

Je me laisse bercer, pars en voyage.

Ruissellement de l’eau,

que mes oreilles,

orientées de mes mains,

choisissent l’entrée,

ou de fermer les écoutilles.

Laissant l’eau ronronnante

dans des sonorités saturées,

j’écoute les pas :

silencieux,

sourds,

lourds,

spontanés,

contrôlés.

Contact des pieds sur la terre.

Contact des pieds sur les feuilles.

Branches qui craquellent.

Rythme lent, accéléré.

Les ronces qui accrochent.

Les mûres qui croustillent.

Les bogues, au son du stéthoscope,

qui grattent, grésillent,

titillent vers le grave

une sorte de petite bille dans la cavité,

caverne au merveille de mon oreille.

Sonorité d’une pierre

sa majesté qui retentit

dans le sous-bois.

Des mains qui s’approchent

pour caresser, masser,

en cassant doucement

de petites brindilles.

Un crac bref

mais qui perdure,

résonne,

chaque cellules sonnent.

A quelques mètres,

je suis la dernière,

des sonorités venues d’ailleurs.

Je m’approche d’elles,

elles s’approchent de moi,

je m’amuse de cet espace

où je ne sais plus qui,

 d’elles ou de moi,

crée la rencontre.

Un espace plus loin,

des espaces entre les arbres.

Je me faufile,

et laisse se profiler

un concert

d’oiseaux, de cris, de paroles,

de pas,

actrice ou pas.

Pas lourds.

Pieds qui traînent.

Souffle court.

Ça monte.

Une petite feuille semble,

accrochée à son tremble,

claquer à contre courant,

participant

pourtant à l’ensemble,

du spectacle musical.

Un portail qui grince.

Des gendarmes qui passent

ne laissant aucune trace.

Silence de mort

n’existe pas vraiment

dans le cimetière,

à moins que les morts

vivent sous nos pas.

Et soudain,

voix puissante, masculine,

retentit suivie

par des cordes vocales,

diverses,

vibrantes,

des sons métalliques, boisés, clapotis de bénitier,

dessinant ensemble un nouvel espace :

une église qui chante.

Textes de Pauline M. écrits suite au PAS Parcours Audio Sensible à Tourzel Ronzières, Puy de Dôme

Résidence d’écriture(s) audio-paysagère(s) « Installer l’écoute – Points d’ouie » à Tourzel Ronzières, Puy de Dôme, accueillie par « Danser l’espace – Sous les pommiers ba » , soutenue la DRAC Auvergne Rhône-Alpes

Auteur : Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :