L’ÉCOUTE RELATIONNELLE, EXPÉRIENCE D’UN PAYSAGE PARTAGÉ

ALLER VERS, INVITER À VENIR… POUR UNE ESTHÉTIQUE RELATIONNELLE

 

1240162_417422981697218_274752840_n

PAS – Parcours Audio Sensible à Nantes – APO33Festival Electropixel 2013

Si je me suis penché récemment sur l’esthétique ou l’art relationnel, concept théorisé notamment par Nicolas Bourriaud, c’est sans doute à la suite d’un séjour canadien où l’on avait discuté de cette posture. Posture rappelons le,  qui tend à mettre en avant les relations inter-humaines, parfois plus que l’œuvre elle-même.
J’ai en effet l’impression de ressentir, dans le monde de l’art, quelques vides sidéraux, qui relèguent l’approche humaine stricto sensu aux confins des préoccupations artistiques. Ce sont évidemment une opinion et un ressentis tout à fait personnels, et que j’assume pleinement en tant que tels.
Je pense que les rapports sociaux, la recherche de l’autre, d’une forme d’amour d’autrui, qui pourrait paraître naïf et déplacé aujourd’hui, sont à la fois archi présents dans le discours des politiques culturelles, presque stigmatisés, et même temps considérablement dilués, voire inexistants dans la une grande partie de la pratique artistique. Certes, d’aucuns se prévalent de défendre, souvent d’ailleurs à juste titre, un combat politique, une militance sociale, exprimant un écœurement, une indignation, un sentiment de dégoût, de révolte. Néanmoins, lorsque je regarde se construire diverses actions, je remarque au final le peu de cas fait à la rencontre, au partage, à l’expérience humaine et commune. On cherche régulièrement la nouveauté à tout crin, certaines formes d’exemplarité, de singularité. De fait, les chapelles restent des refuges d’un entre soi conforté, où se cultivent des esthétiques qui, au final, ont peur de l’altérité, du regard de l’autre, et surtout de celui qui n’est pas « de l’écurie ». On se cache derrière d’imposants dispositifs, de grosses machineries, des mises en scène sophistiquées, ou bien encore d’ésotériques discours. On ringardise la simplicité, comme une naïveté trop bon enfant, on ne jure que par le fait « avant-gardiste découvreur » parfois superficiellement provocateur. On minimise le geste d’une main tendue, l’usage d’un langage simple et direct. Sans doute, certaines formes de performances restent aujourd’hui proches de ces expériences relationnelles, de celles qui touchent, à certains moments, à l’intime, à la chaleur humaine, à l’accolade sans détour, de celles qui me touchent plus que ces grandes envolées dithyrambiques, enrobées de froides technologies, qui se voudraient modernes à tout prix.
Bien sûr, mon propos n’a rien d’injonctif, ni de systématiquement moralisateur et dévalorisant, et il prend garde à ne pas tout jeter  dans un même panier. Bien sûr, nul n’est contraint de mettre la relation humaine au centre de ses pratiques, et chacun peut mener comme il l’entend sa propre barque. Tout juste me manque t-il souvent des contacts plus proches avec le public, ou d’autres artistes, habitants, fussent-il activement participants. Cette propension à l’altérité comme catalyseur de modes d’action, prend le risque même de révéler ou de déclencher des frottements, des divergences, voire des incompréhensions. Pour autant, il ne s’agit pas d’imposer, avec toute la violence que que engendrer une imposition sine qua none, des co-relations, mais plutôt de les proposer, de les composer au fil d’une balade, de les porter vers qui voudra bien accepter le jeu de la rencontre, tout en restant conscient de  la fragilité de ces fugaces mais souvent très stimulantes relations.

Ce sont certainement les moult rencontres et échanges, lors de mes PAS – Parcours Audio Sensibles, cheminements urbains en duos d’écoute, ateliers autour des paysages sonores partagés, ou préparations d’inaugurations de Points d’ouïe, qui m’ont conduit à poser, ou à reposer ici ces questionnements. Et sans doute non seulement à les poser comme des principes auxquels je tiens tout particulièrement, mais aussi à les considérer comme des moteurs essentiels pour mes projets d’écoutes partagées.

11055378_1026585200685208_7348901140396400239_n

Parcours sensible à Lausanne (CH)- Quartier du Vallon – Journées des alternatives urbaines 2015 – avec Jeanne schmid

L’esthétique/art relationnel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Art_relationnel

Publicités

POINTS D’OUÏE, UNE EXPÉRIENCE LIÉE À L’ART RELATIONNEL ?

INTERACTIONS ET PRATIQUES RELATIONNELLES  ?

Durant une série de promenades, formations, rencontres, dans la belle province de Québec, nous avons récemment, avec Jocelyn Fiset, un ami artiste et directeur d’un centre d’art autogéré, le GRAVE , à Victoriaville, discuté de ma pratique sonore à l’aune de ce que l’on nomme parfois l’art relationnel.

Nicolas Bouriaud a d’ailleurs longuement développé le concept d’esthétique relationnelle.

Je questionne ici le projet Points d’ouïe pour tenter, sans doute en partie, de mieux définir, ou redéfinir, les spécificités et finalités de l’action, à l’aune donc d’une approche relationnelle.

Points d’ouïe a t-il du sens sans ses actions in situ, partagées de concert avec un public invité ou embarqué ?

Il me semble bien que non. Une des raisons d’être du projet réside dans le geste, l’action, le fait de confronter son écoute, son corps, ses pratiques, à un territoire donné, et de le partager avec d’autres écoutants.  Le faire est ici primordiale, il amène à de nouveaux plaisirs, mais aussi à de nouvelles consciences, celles de l’espace, de pratiques sociales, vers de nouvelles réflexions sur des problématiques en prise directe avec le terrain et ses usagers, passagers, résidents… Le faire ensemble est beaucoup plus pertinent que l’action isolée. Il soude une expérience partagée entre des participants, les aide à développer une énergie communicative, à se mettre en synergie les uns les autres, il contribue à embarquer vers de nouveaux territoires auriculaires.

Points d’ouïe existe t-il encore sans une proposer une réelle interactivité, une sorte d’espace exploratoire ludique, confrontant public et territoires/paysages sonores ?

La question est, avouons le, orientée pour  répondre par la négative. Il faut que l’artiste, tout comme les écoutants embarqués, déclenchent, par leurs gestes, leurs postures, leurs pensées, des réponses paysagères singulières. Il faut que ces réponses-mêmes induisent d’autres gestes et que ces gestes à leur tour enclenchent… L’interactivité n’est pas ici appuyer sur un bouton, passer sous le champ d’un capteur pour déclencher quelque chose. L’interaction, ce sont les nombreux et incessants dialogues et échos qui nous relient à un site, à des ambiances, à une superposition de couches paysagères, acoustiques, hétérotopiques. On ne peut pas se couper de ces réalités, décalages, frottements, de ces aller-retours entre hommes et lieux, provoqués notamment par la marche. Marcher, c’est provoquer des symbioses, des résistances, synthoniser ses sens en les excitant dans d’incessants réajustements, face à l’imprévu du territoire. La sérendipité convoque une interaction qui nous fait écrire des parcours sans cesse renouvelés, chemins de travers, bifurcations, impasses parfois, nouveaux départs… Bref, une interactivité qui enrichit fortement le projet, voire le maintient tout simplement crédible et vivant .

Points d’ouïe contribue t-il a tisser des relations interpersonnelles, à poser une réflexion concernant et impliquant une communauté d’écoutants, via ses relations avec différents espaces sonores ?

Là encore, une évidence s’impose. Ce qui est recherché, au-delà d’un plaisir immédiat, d’une sensibilisation à des problématiques esthétiques, écologiques, sociales, c’est bien aussi une émulation issue de ce qui va se passer entre les participants eux-même, avec l’artiste compris, qui va lui, tenter de catalyser ces énergies. Des énergies d’écoutes, des propositions qui ne viennent pas que de l’artiste, mais aussi d’individus réunis par une marche, un désir de partager un moment singulier, inhabituel, fabriqué de concert. Ce sont les regards, les sourires, des instruments ou objets qui passent de mains en mains, un dialogue qui clôt l’action en permettant d’évoquer ses ressentis, ses frustrations, ses gènes, ses plaisirs.

Le relationnel est au cœur de l’action, et l’artiste, en tout cas celui que je suis, fait tout pour qu’il en soit ainsi ! Un parcours n’est pas une chose inanimée, écrite de façon définitive et sans retour. Un geste d’écoute, une pensée, sont influencés par le terrain, mais aussi par les réactions contagieuses, rhizomatiques, d’un groupe, qui va se construire ses propres connivences, ses propres codes, même fragiles et éphémères, au fil des déambulations, des auscultations, des conversations… Points d’ouïe est un espace d’échange interconnecté entre le lieu, les sons et les écoutants, les artistes et tous ceux qui se laissent embarquer dans l’aventure. Points d’ouïe n’existe que par ses relations tissées de connivences et de partages. Le couper de ses bases relationnelles fait de lui une coquille vide, dénuée de sens, et qui somme toute n’a plus de raison d’être. Le Monde appartient à ceux qui l’écoutent, de concert bien sûr.