L’ÉCOUTE RELATIONNELLE, EXPÉRIENCE D’UN PAYSAGE PARTAGÉ

ALLER VERS, INVITER À VENIR… POUR UNE ESTHÉTIQUE RELATIONNELLE

 

1240162_417422981697218_274752840_n

PAS – Parcours Audio Sensible à Nantes – APO33Festival Electropixel 2013

Si je me suis penché récemment sur l’esthétique ou l’art relationnel, concept théorisé notamment par Nicolas Bourriaud, c’est sans doute à la suite d’un séjour canadien où l’on avait discuté de cette posture. Posture rappelons le,  qui tend à mettre en avant les relations inter-humaines, parfois plus que l’œuvre elle-même.
J’ai en effet l’impression de ressentir, dans le monde de l’art, quelques vides sidéraux, qui relèguent l’approche humaine stricto sensu aux confins des préoccupations artistiques. Ce sont évidemment une opinion et un ressentis tout à fait personnels, et que j’assume pleinement en tant que tels.
Je pense que les rapports sociaux, la recherche de l’autre, d’une forme d’amour d’autrui, qui pourrait paraître naïf et déplacé aujourd’hui, sont à la fois archi présents dans le discours des politiques culturelles, presque stigmatisés, et même temps considérablement dilués, voire inexistants dans la une grande partie de la pratique artistique. Certes, d’aucuns se prévalent de défendre, souvent d’ailleurs à juste titre, un combat politique, une militance sociale, exprimant un écœurement, une indignation, un sentiment de dégoût, de révolte. Néanmoins, lorsque je regarde se construire diverses actions, je remarque au final le peu de cas fait à la rencontre, au partage, à l’expérience humaine et commune. On cherche régulièrement la nouveauté à tout crin, certaines formes d’exemplarité, de singularité. De fait, les chapelles restent des refuges d’un entre soi conforté, où se cultivent des esthétiques qui, au final, ont peur de l’altérité, du regard de l’autre, et surtout de celui qui n’est pas « de l’écurie ». On se cache derrière d’imposants dispositifs, de grosses machineries, des mises en scène sophistiquées, ou bien encore d’ésotériques discours. On ringardise la simplicité, comme une naïveté trop bon enfant, on ne jure que par le fait « avant-gardiste découvreur » parfois superficiellement provocateur. On minimise le geste d’une main tendue, l’usage d’un langage simple et direct. Sans doute, certaines formes de performances restent aujourd’hui proches de ces expériences relationnelles, de celles qui touchent, à certains moments, à l’intime, à la chaleur humaine, à l’accolade sans détour, de celles qui me touchent plus que ces grandes envolées dithyrambiques, enrobées de froides technologies, qui se voudraient modernes à tout prix.
Bien sûr, mon propos n’a rien d’injonctif, ni de systématiquement moralisateur et dévalorisant, et il prend garde à ne pas tout jeter  dans un même panier. Bien sûr, nul n’est contraint de mettre la relation humaine au centre de ses pratiques, et chacun peut mener comme il l’entend sa propre barque. Tout juste me manque t-il souvent des contacts plus proches avec le public, ou d’autres artistes, habitants, fussent-il activement participants. Cette propension à l’altérité comme catalyseur de modes d’action, prend le risque même de révéler ou de déclencher des frottements, des divergences, voire des incompréhensions. Pour autant, il ne s’agit pas d’imposer, avec toute la violence que que engendrer une imposition sine qua none, des co-relations, mais plutôt de les proposer, de les composer au fil d’une balade, de les porter vers qui voudra bien accepter le jeu de la rencontre, tout en restant conscient de  la fragilité de ces fugaces mais souvent très stimulantes relations.

Ce sont certainement les moult rencontres et échanges, lors de mes PAS – Parcours Audio Sensibles, cheminements urbains en duos d’écoute, ateliers autour des paysages sonores partagés, ou préparations d’inaugurations de Points d’ouïe, qui m’ont conduit à poser, ou à reposer ici ces questionnements. Et sans doute non seulement à les poser comme des principes auxquels je tiens tout particulièrement, mais aussi à les considérer comme des moteurs essentiels pour mes projets d’écoutes partagées.

11055378_1026585200685208_7348901140396400239_n

Parcours sensible à Lausanne (CH)- Quartier du Vallon – Journées des alternatives urbaines 2015 – avec Jeanne schmid

L’esthétique/art relationnel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Art_relationnel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s