Point d’ouïe, dérive solitaire marseillaise

Digital Camera

Durant ma semaine marseillaise, les promenades se sont succédées. En duo, en groupe, et parfois, en fin de journée, en solo.

L’une d’elle m’a fait audio-dériver, au sens d’audio-errer sans but, oreilles aux aguets malgré tout, dans le quartier de la place Castelanne.

Fuyant l’agitation de la rue de Rome, je m’enfonce dans une petite rue perpendiculaire, rue Saint Suffren de mémoire.

Rue/ruelle étroite, sinueuse, bordée de petits commerces.

Niveau sonore, on quitte très vite l’ambiance sonique tonique de la rue de Rome pour trouver des espaces beaucoup plus apaisés, où la voix retrouve sa place, et l’oreille un brin de répit-repos.

Prendre le temps d’aller.

Je ne sais pas trop où mais ça m’est égal.

Déboucher sur une place, entourée de commerces, bars restaurants, pour la plupart fermés, covid oblige.

Néanmoins, certains commerces conservent terrasse sur rue.

Quelques chaises, quelques tables, quelques clients.

Suffisamment pour garder un brin de vie sociale.

Ambiance agréable, salutaire, dans ces espaces/temps de (re)confinements à répétition.

Sinon, des parasols pliés, comme des arbres qui resteraient frileusement fermés sur eux-même, attendant des jours meilleurs.

Des empilements de chaises enchainées les unes aux autres.

Une fontaine est endormie.

On imagine facilement qu’en temps normal, hors crise sanitaire, cette place vit, tout autrement.

Qu’elle vit véritablement.

Des bancs sur la place.

Je m’y pose.

Des groupes occupent l’espace, différents espaces à vrai dire.

Adolescentes rieuses ici.

Adolescents footballeurs là.

Isolés lisant ou rêvassant ailleurs…

Chacun dans des espaces qui semblent dédiés, habitués.

Chacun dans des sortes de bulles sonores, ou silencieuses, qui néanmoins se mêlent dans une géographie acoustique assez plaisante.

Un morcellement d’occupations tacites qui s’entend autant qu’il se voit.

Le soleil déclinant, la fraîcheur s’installant, je reprends mon chemin, cessant une écoute scrutatrice pour retrouver la posture du marcheur lambda.

Auteur : Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s