Faire un PAS – Parcours Audio Sensible ?

@Transcultures – City Sonic 2016- PAS à Mons

Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est se promener dans un lieu donné, mais plus encore.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est écouter un lieu donné, mais plus encore.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est envisager de construire et d’écrire une, des histoires inspirées, autant que possible collectives, via, entre autres, nos oreilles, curieuses et canailles.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est rencontrer plein de gens, échanger, questionner, savoir ce qu’ils aiment entendre, et où, et quand, et comment, et comprendre ce qu’ils aimeraient entendre, et comprendre ce qu’ils aimeraient ne pas, ne plus entendre.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est raconter in situ une géographie sonore, parmi bien d’autres géographies.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est tout d’abord chercher les aménités, celles qui réconfortent, pour néanmoins se frotter inévitablement aux dysfonctionnements auriculaires, qui ne manqueront pas de se dresser en chemin.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est imaginer des scénari, des mises en écoute, des mises en scène, des processus, des rêves, voire des utopies, qui partiront du terrain, et reviendront au terrain.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est frotter des sons à des images, des couleurs, des odeurs, des saveurs, des matières, des textures…
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est frotter du sensoriel, du matériel, du social, du politique, du poétique, de l’aménagement, et plus si affinité.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est accepter que le terrain, et les co-écoutants présents sur le dit terrain, orientent la lecture et l’écriture vers une aventure sonore la plus inouïe que possible, histoire de se dépayser en faisant un (ou plusieurs) PAS de côté.
Faire un PAS – Parcours Audio Sensible, c’est encore bien d’autres choses, qui restent à découvrir, qui restent à expérimenter.

Pour conclure, sans pour autant en avoir fini avec le sujet : Partout où il y a du vivant, il y a des sons. Partout où il y a du vivant et des sons, on peut imaginer écrire des choses collectives autant que singulières, donc très modestement inouïes.