Point d’ouïe, de l’écoute confinée à des formes de protocoles

aa5847b6007024c5f957260478acab03bf38860e

Troisième semaine de confinement sanitaire.
L’écoute reste toujours au centre de mes préoccupations, déchiffrant progressivement un paysage sonore ambiant, local pour le peu, cadré, transformé au fil des jours et des captations de ma fenêtre.
Tant et si bien que de nouvelles formes de protocoles se sont progressivement mises en place, s’adaptant à ces conditions pour le peu inhabituelles, avec leurs lots de contraintes, de restrictions, liées à des formes d’enfermements qu’il nous faut néanmoins gérer au jour le jour.

Répétitions et rituels temporaires comme socle de travail
Le fait de travailler dans un seul lieu, celui de son habitation, de ne plus avoir d’autres terrains d’action, d’inter-actions, d’autres contacts professionnels, de visu en tous cas, impose une forme de vie plus ou moins répétitive. On organise un emploi du temps qui tente de conserver des repères spatio temporels, on prend d’autres marques, et les sons qui nous parviennent de l’extérieur rythment ainsi nos journées sédentaires, y compris dans nos activités professionnelles.
Le soir à 20 heures, par exemple, un rituel récurrent devient un élément structurant de la journée, avec ses applaudissements, cris, casserolades de fenêtres en balcons. Rituel de retrouvailles entre voisins également. On s’habitue à des voix, devant, à gauche à droite, dessus… A des instruments bruitistes. On se fait des signes. Une forme de sociabilité se fait jour, grandement portée et exprimée par l ‘expression sonore, donnant une signature acoustique singulière au quartier, à la rue, signée mais jamais la même de soir en soir.
L’occasion pour moi de sortir les micros à heures régulières, et au « long court », en l’occurrence chaque soir depuis plusieurs semaines.
Une façon de collecter par itération, tentative d’épuisement aurait dit Pérec, par séries récurrentes.
Un rituel installé, enregistré, collecté, renseigné, et partagé au quotidien
Jamais je n’avais autant pris conscience de la façon dont la répétition pouvait enrichir l’écoute, quelque part rassurante aussi, car vivante, face à une répétition de chiffres annonçant quotidiennement des morts toujours plus nombreuses.
C’est un véritable socle de travail, qui confère une certaine solidité, voire une profondeur à mon écoute, surtout expérimentée dans la répétition, et dans la durée.
Pour illustrer ces constats, je viens d’ailleurs de me mettre à ma fenêtre, pour capter une fois encore ces ambiances de vingt heures, qui me font entendre les acoustiques de ma rue comme jamais je n’aurais pensé le faire, avec une attention toujours renouvelée, est une bienveillance réconfortante envers mes voisins solidaires.

Cadres d’écoute
Je parlerai ici de cadres d’écoute plutôt géographiques, même si la géographie en question est celle, relativement réduite, de mon appartement lyonnais.
Un cadre topologique, celui auquel je me poste pour écouter, regarder, respirer, sentir, la rue au bas de chez moi.
Un cadre dimensionné par les proportions d’une fenêtre, d’ailleurs assez imposante dans ce très ancien immeuble.
Un cadre orienté, plutôt sud-ouest, très ensoleillé en après-midi, donnant à droite sur une place et une église et à gauche sur un alignement routier conduisant vers la Saône, notre rivière/fleuve locale.
Bref un cadre qui cadre, et de ce fait, qui contraint l’écoutant à des dimensions et placements dans l’espace, lui donnant, bon gré mal gré, des barrières et horizons construits, ouverts et fermés par ces ouvertures en trouées de façades .
C’est ainsi que le protocole prend en compte ces données spatiales quasiment imposées, ou avec des variantes limitées. Non seulement prend en compte, mais qui plus est en joue.
Tout d’abord, j’ai opté pour le côté rue plutôt que celui jardin. Ce qui d’ordinaire n’est pas le cas, je préfère échapper au flux automobile en installant mon bureau tourné côté verdure. Aujourd’hui, devant l’effondrement sonore ambiant, je cherche une scène acoustique où la vie se fasse encore entendre, non pas comme si de rien n’était, ni ostensiblement, mais avec suffisamment de dynamique pour garder l’oreille alerte.
J’ai donc élu une fenêtre d’observation et d’écoute favorite, privilégiée. Elle donne sur des immeubles en face, pas trop loin des cloches de l’église, mais pas trop près non plus pour que, notamment à 20 heures, leurs sonneries n’écrasent pas trop les autres sons ambiants, cris, applaudissements et autres percussions.
Car cette fenêtre est aussi un point d’ouïe stratégique, remplaçant par ailleurs momentanément, mes rituels de banc d’écoute. Le protocole va bien évidemment considérer les points et les moments d’enregistrements combinés. Certains se feront au gré des aléas sonores, d’autres sur une série récurrente évidente, celle de 20 heures, dont j’ai déjà parlé ici. C’est donc la conjonction de l’endroit et du moment, mais aussi du matériel utilisé, et de la photo prise chaque soir, qui vont infléchir une certaine logique auriculaire, en lui donnant des points d’appui, de repère, de comparaison, au fil des jours qui s’allongent peu à peu, dans ce printemps confisqué.

L’ici et l’ailleurs, le dedans et le dehors
Malgré le cadre d’écoute réduit que j’évoquais précédemment, les technologies de réseau et de communication, via notamment l’internet, peuvent sensiblement élargir les champs de perception et d’échange.
En ce qui me concerne, la mise en place, au tout début du confinement, d’un appel à contributions autour de la thématique de l’écoute à la fenêtre – aux balcons- a tissé assez rapidement un réseau d’échange, alimenté par des prises de sons contextuelles venues de nombreux lieux. Des apports sonores, visuels, textuels ont permis de mailler des territoires à l’origine très différents, urbains ou ruraux, bien au-delà parfois du territoire national, contribuant dans un premier temps ouvrir des espaces auriculaires collectifs assez rafraichissants en temps de confinement.
Entendre et voir hors de chez moi, téléporter mon oreille et mon regard parfois loin, parfois tout près, envoyer en retour mes espaces d’écoute vers des géographies ouvertes, n’est finalement pas chose courante.
Les comparaisons s’effectuent à l’écoute, comment sonne une rituel de 20 heures dans plusieurs quartiers de Lyon, mais aussi de Marseille, Grenoble, Ajaccio, Paris ?
Comment chantent les oiseaux dans un jardins danois, français et québécois ?
Comment, chaque jour à 17 heures, un duo de photographe et de musicien auscultent-ils leurs rues parisiennes ?
Comment l’ailleurs se frotte à l ‘ici, s’y confond parfois, dans une sorte de global soundscape qui brasse les similitudes et les singularités ?
Comment tout cela peut prendre corps pour faire récit, récits à voix multiples, de cette période si bouleversée et bouleversante, au sens premier du terme ?
De nouveaux espaces, parfois virtuels, ou distanciés voient le jour. Des partenariats et collaborations s’échafaudent, entre artistes, chercheurs, aménageurs et citoyens, voisins ou non. Des projets post crise également, mais là, on ne peut guère préjuger du quand et du comment.
Les infos et les matières, circulent, se distribuent, sont remises en question, ou proposées comme objets de créations croisées, musées virtuels, espaces de co-constructions online, où se mêlent espoirs, prises de conscience, et inquiétudes, voire peurs sous-jacentes.
Bref, le monde s’adapte comme il peut, tendant des antennes ramenant de l’information, la triturant de différentes façons.
Des questions se posent aujourd’hui, au fil des protocoles adaptés in situ, mettant parfois le doigt là où ça fait mal.
La question de l’enfermement notamment me taraude.
Entendre dehors, entendre dedans, pouvoir passer de l’un à l’autre, sans contraintes, ou avec un minimum, ou bien être, pour différentes raisons, dans la situation de personnes empêchées.
L’écoute que je pose comme une fenêtre ouverte, doit garder, au mieux que possible, la capacité de maintenir, ou de créer du lien, pour échapper à certaines formes d’aliénations potentiellement dangereuses.
Rêves d’évasion entre les deux oreilles…

Lyon le 07 mars 2020

 

https://soundatmyndow.tumblr.com/

 

Un banc, point d’ouïe modifié

b21c30500b61cd66b64a55ad3ddc71e9e0847eab

Ceci est un banc

tout près de chez moi

un banc où

très souvent

je m’assois

j’écoute

je regarde

je lis

j’écris

je parle à des habitués

ou à des rencontres fortuites

un lieu de repos

parmi d’autres bancs

un point d’observation urbaine

d’observation curieuse

des choses répétées

des choses singulières

des aléas du moment

un point d’ouïe ittéré

un espace de tentative d’épuisement

comme une terrasse façon Pérec

une forme de rituel urbain

intervention minimaliste

prenant corps dans la durée

les rencontres causeries

ma présence qui s’installe

mais aujourd’hui

confinement sanitaire oblige

je l’ai déserté

lui préférant

dans mes rares sorties

une marche dégourdissante

ma fenêtre est alors devenue

l’erzatz d’un banc

momentanément inoccupé.

 

@Photo Blandine Rivière @texte Gilles Malatray