PAS – Parcours Audio Sensible nocturne à Loupian

Les chants de la nuit

visuel-2

 

Je suis cette fois-ci invité par Pascale Ciapp et Thomas Andro, de l’Espace O25rjj à loupian, belle petite bourgade tout près de l’étang de Thau, juste en face Sète (34), dans le cadre d’une soirée consacrée aux arts sonores « Prozofoni#5 ».

Loupian est pour moi un terrain d’écoute qui ne m’est pas étranger, voire même familier. C’est en effet la quatrième fois que j’aventure mes oreilles dans ce village, pour différents PAS, diurnes ou nocturnes, en groupe ou en duo, précédés parfois d’un massage sonore. L’acoustique de cette cité fortifiée, ses points d’ouïe, bancs d’écoute, ont donc déjà été l’objet de plusieurs explorations desartsonnantes, repérages ou actions collectives. Je trouve d’ailleurs très riche ce genre de récurrences où, à chaque passage, on peut creuser différemment les gestes et postures d’écoute, les itinéraires, en constituant peu à peu une collection locale de parcours sonores, et une sorte de géographie sensible, auriculaire, de Loupian. Un site laboratoire en quelque sorte.

Ma proposition était cette fois-ci encadrée, temporairement, par un concert de musique « bruitiste », où le musicien Jules Desgoutte, légataire d’un artiste trop peu connu et reconnu, qui interprétait l’œuvre posthume « Ana-logue #1 de Ulrich Herrlemann (performance sonore, live électronique, synthèse analogique en temps réel) et le Duo électrique par Lionel Malric (clavicorde amplifié) et Pak Yan Lau (Pianet, objets électroniques). Le PAS conduisant ainsi le public d’un lieu à un autre, d’un concert à un autre, c’est -à-dire de l’Espace o25rjj à la chapelle Sainte-Hippolyte, en prenant bien entendu moult chemins de traverse en écoute.

Le PAS s’effectuait à la nuit tombée, comme beaucoup d’autres ce début d’année, et d’autres encore à venir, ceci dans une démarche d’appréhender le paysage sonore dans ses ambiances nocturnes, un axe de travail en chantier.
Après un repérage, comme à l’ordinaire, même en connaissant les lieux, la remise en écoute d’un site est toujours un passage obligé, un élargissement du champ exploratoire, une façon de tester d’autre modes d’action, ou tout simplement de remettre l’oreille dans le bain local.
Le soir premier soir de mon arrivée, le bar du village est en fête, juke-box, voix et rires fusant comme un feu d’artifice de sons éclaboussant la nuit, jusqu’à ce que tout s’éteigne subitement, à l’heure de la fermeture légale de l’établissement. Bel enchainement de séquences, l’une tonique et festive, et l’autre ramenant le village dans un calme profond, serein, tout cela en quelques minutes. La magie des sons en mouvement, qui apparaissent parfois aussi rapidement qu’ils disparaissent.

Le lendemain, est donc le jour du PAS collectif. Le soir venu, un bon groupe, très inter-générationnel (voir les photos au pied de l’article) m’emboite le pas, et de fait l’oreille.
Après quelques mots de présentation, le silence s’installe. Nous partons d’un pas tranquille, dans une belle nuit chaude de son d’été. Des sons s’échappent des fenêtres ouvertes, ambiance caractéristique des rues étroites et placettes enserrées, où le dedans et le dehors se mélangent, où le public et le privé, l’intime et l’extime s’interpénètrent. L’oreille se fait un brin voyeuse, ou plutôt écouteuse, volant innocemment ici et là quelques bribes de vie intime.
Les réverbérations minérales sont toujours bien en place, maintenant les sons dans une jolie brillance, un halo qui séquence l’espace en plans sonores nettement différentiés, du plus proche au plus lointain, du plus nettement perceptible dans ses moindres détails au plus diffus.
Nous débouchons sur une place jalonnée de vieux et imposants platanes où, à cette heure nocturne, des centaines d’étourneaux braillards, de retour d’une grappille viticole, animent les arbres d’une vie trépidante. Je claque des mains et un incroyable mouvement de cris et de battements d’ailes frénétiques inonde la place dans une sorte de folie collective. Puis les étourneaux, peu farouches, se reposent en grappes pépiantes, dans les peupliers, qui semblent trembler de toutes parts dans leurs branchages. Je répète plusieurs fois l’opération, et à chaque fois la même séquence , envole frénétique et retours non moins bruyants se réitère. Un jeu tout à fait improvisé dans cette rencontre inopinée entre promeneurs et oiseaux, lesquels semblent se plier de bonne grâce à orchestrer cet étrange et surprenant ballet aérien, pour le plaisir de nos oreilles amusées.
J’ai distribué, au départ du parcours, des stéthoscopes et autres longue-ouïes, que les enfants, mais aussi les adultes, utilisent ici et là, auscultant un mur, un tronc d’arbre, un lampadaire, le sol et ses matériaux divers… L’écoute peut ainsi se déplier des ambiances globales vers les micro sonorités, généralement inaudibles, effectuant des allers-retours entre le lointain et le très proche, la rumeur et le détail, le spectaculaire et le trivial, de l’éthéré à la matière…
Une place publique en belvédère nous offre une plongée visuelle et acoustique vers le bas du village. J’y installerai ponctuellement quelques sons rapportés, un mythe d’Écho suppliant l’insensible Narcisse (encore une histoire éminemment sonore) transposé en un facétieux conte urbain, une éphémère mythologie pointilliste qui susurre dans la nuit, ramenant dans les lieux des sons décalés et virevoltants.
Cette petite traversée sonore d’une parcelle d’espace et de nuit rejoindra à son terme, après quelques nouveaux détours, la belle et très ancienne chapelle Sainte-Hippolythe, pour le dernier concert.
Nous aurons, durant une parcelle de temps nocturne, arraché à la nuit, au village, quelques doux secrets que seule une oreille attentive, et qui plus est une écoute collective, peuvent faire émerger de la pénombre ambiante. Une poésie des lieux sereine, entre douces sonorités et lumières portant des ombres dansantes.

Cette presque obscurité rend plus pétillantes, plus ciselées, plus délicates, les lumières du village, plus bruissonnants les moindres souffles de vent dans les feuillages, plus intimes les voix filtrant des fenêtres, plus apaisés les moteurs ronronnant au loin, avec parfois la sensation d’un univers ouaté, drapé dans des traines sono-lumineuses qui titillent nos sens plus délicatement et plus curieusement que le jour. Les images ci-après en témoignent je pense.

 

Images – ©Thomas Andro

37610476521_0fbeec3762_o_d

 

37610476601_14910f0d83_o_d

 

37351895910_c7b48e5438_o_d

 

37610476701_a597c58894_o_d

 

37610476761_c2a883a4c2_o_d

 

37351896050_ea776bb27c_o_d

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s