Installer l’écoute par mots sons mis en scène

Calligraphie sonore – Texte Gilles Malatray – Calligraphie Nathalie Bou – Parc de la Fessyne (Villeurbanne)

Penser un point d’ouïe

un endroit où les sons s’offrent à nous

un espace d’écoute privilégié

où le son est joliment sonnant

mais néanmoins ignoré

tant il est « naturellement » là

à la fois présent et inaudible

dans son habituelle constance.

Il suffit donc de le révéler !

Il suffit de le pointer, de le faire remarquer

de nous surprendre, passant ignorant sa triviale existence

de le placer dans notre bande passante

de syntoniser notre attention

nous accordant écouteur avec un potentiellement l’écouté.

Il suffit sans doute de dire, de nommer

non pas de dire ou nommer un processus

mais les sons-mêmes, écoutables comme tels

et peut-être de poétiser leurs dites sonnances

Dire, c’est faire exister.

Quelques mots, mis en scène

en scène acoustique, comme il se doit

des propositions et invitations auriculaires.

Faire sortir subrepticement l’ouïrdinaire de l’ordinaire.

Trouver des mots qui comptent

des mots qui content

qui interpellent, qui surprennent

au détour d’une rue

d’une place

d’un mur

d’une clairière

d’un sentier.

Des rythmes partitions aussi…

De micros installations qui s’écrivent dans, pour, et avec un lieu

un lieu et bien sur toutes ses potentielles oreilles traversantes.

Comment ça sonne ?

Comment tu t’entends (ou pas) avec (ta ville, tes lieux de vie)

Comment ça te raccroche au paysage dans tout ce qu’il a de plus – ou moins – trivialement sonore ?

Comment ça te questionne sur l’inouï de tous les jours ?

Comment cet inouï devient parfois partition ouïssible ?

Comment ça écrit une histoire entre tes, nos deux oreilles ?

Et pour se faire

un brin de graphisme

d’écritures circonstanciées

d’humour, pourquoi PAS

de scénophonies non audio invasives

d’invitations à la pause Point d’ouïe

à l’immersion de l’écoute installée

sans sons rajoutés

sans édulcorants auriculaires

sans sur-couches envahissantes

brouillonnes et bruyonnantes.

Juste pour profiter de l’instant

avec le mot et le dispositif a minima

des propositions non audiostentatoires

souvent discrètement éphémères, contextuelles, conjoncturelles

de petites portes auriculo-graphico-visuelles

pour échapper l’oreille vers un ailleurs, finalement de proximité

vers un modeste mais surprenant monde sonore à portée de tympans.

Visitez l’album photos

Calligraphie sonore – Texte Gilles Malatray – Calligraphie Nathalie Bou Festival Les Temps d’Arts – Saint Martin en Haut