Points d’ouïe, Paris 8, genres d’espèces et espaces de genres

GENREDEP

Assez tôt le matin, quartier du Télégraphe dans le XXe parisien, je sors prendre un petit-déjeuner sous une belle averse de neige, et me dis que le parcours d’écoute qui s’annonce ce matin devrait nous rafraichir les oreilles.
En en effet…

Arrivé à Paris 8 Saint-Denis, lieu de l’action, après un bon bain de foule sardinée dans le ligne 13, je retrouve deux enseignantes du LEGS ( Laboratoire d’Étude de Genres et de Sexualité) qui mont invité, et avec qui se déroulera un PAS – Parcours Audio Sensible, ainsi qu’avec des étudiants.

Il s’agit cette fois-ci un PAS d’un genre nouveau, que mes comparses universitaires ont pour l’occasion nommé Cont’errance. Ce jeu de mot-valise n’est pas, loin de là, pour me déplaire, et je préviens la rédactrice du texte de présentation que je l’emprunterai volontiers dans certains de mes parcours causerie à venir.
Le but de cette déambulation expérimentale est d’arpenter pour écouter et parler des espaces traversés, sous le prisme du sonore, mais aussi de l’approche d’espaces genrés (ou non), de la place de chacun, des habitus d’un campus… sans toutefois être dans une véritable conférence marchée, plutôt dans un mode causerie dé-ambulante.

Nous alternerons donc les moments de silences, les expériences sensorielles, les jeux d’écoute, des échanges autour de la vie universitaire, via une approche résolument polyphonique, plutôt flexible dans son déroulé.
La conversation embraye d’ailleurs devant un thé et café, alors que les étudiants arrivent. Musicologie, science de l’éducation, sociologie, littérature et genres, les profils et expériences sont diverses. Se joindra à nous un chargé de mission qui travaille sur une étude des espaces publics de l’université, et qui en profitera pour tendre l’oreille vers des lieux qu’il n’appréhende pas habituellement de cette façon.
Nous avons là un petit groupe d’une dizaine de personnes, mais avec un beau potentiel de croisements sensibles.

Quelques lieux et architectures ont été préalablement repérés, tels la bibliothèque, des halls, cours extérieures, passerelles, maison des étudiants, espaces verts peuplés de moutons éco-brouteurs urbains, qui finalement, garderont obstinément le silence.
Nous jonglerons entre intérieur et extérieur au gré d’averses parfois virulentes et d’un bon petit vent frais.

D’acoustique en acoustique, d’architecture en architecture, nous cherchons tout à la fois les ambiances, les signes, parfois genrés – tags, affiches, sons – observons les mouvements d’étudiants, d’ailleurs assez peu nombreux ce matin entre les mouvements de grève et la météo très ingrate.

La bibliothèque nous livre quelques pistes, disparates, sur papier, des écrits et es penseurs, philosophe, sociologues, anthropologues…. Nous aurions aimé descendre dans les incroyables sous-sols techniques, que nous avions déjà exploré lors d’une rencontre précédente, mais la personne habilitée à nous y conduire n’étant pas présente, nous resterons donc hélas en surface.

Entre deux écoutes, les enseignantes commentent le campus à l’aune de leurs recherches respectives, et de l’actualité un brin surchauffée.
Tout cela se mélange dans un sympathique petit chaos qui emprunte des chemins de traverses, lors d’une déambulation qui bouscule quelque peu les pratiques enseignantes universitaires habituelles, ce qui n’est pas pour me déplaire. Un brin de désordre dans l’institution remet parfois quelques idées en ordre de marche.

187461231_0fe1568f4a_k_d

Le auvent d’un restaurant abritera temporairement une installation sonore quadriphonique (à quatre haut-parleurs autonomes), à partir de voix et de chants de femmes de différents pays et continents, mixées et spatialisées. Le tout est composé spécialement pour cette déambulation. Genre oblige.
Nous promènerons d’ailleurs un moment ces voix à travers les couloirs et halls, histoire de faire sonner autrement les lieux dans une intime et bavarde polyphonie mobile, et de surprendre les personnes croisées sur notre passage.

Et comme à l’accoutumée, nous ausculterons un espace extérieur à l’aide de stéthoscopes et autres longues-ouïes, malgré le temps capricieux et particulièrement humide.

Cette forme de PAS mêlant silences, marches, points d’ouïe, jeux de l’ouïe et installations, paroles et commentaires, échange autour de ressources écrites ou sonores, est assez vivifiante, dans les marges qu’elle explore, y compris architecturales, sociales et acoustiques. Elle permet une intervention qui questionne l’espace universitaire et ses pratiques, entre approche sensible, histoire des lieux, usages, aménagements et cohabitations humaines, dans les tensions sociales et politiques du moment, et comme une appréhension spatio-temporelle vivante… tout en restant dans une approche privilégiant le sensible.

Avec certains, en fin de parcours, nous avons longuement continué à échanger, à réfléchir, à nous questionner. Que reste t-il vraiment de l’espace public et des libertés d’action et d’expression qu’il pourrait nous offrir, au travers les tensions qui le traversent et le secouent régulièrement, les emprises institutionnelles et politiques ?
Quelles sont les modes d’interventions, dans des espaces politiques et sociaux complexes, surveillés, encadrés, les désobéissances civiles, militantes, qui résisteraient à une instrumentalisation paupérisante ou à un violente chape de silence ?

Cette journée passée à tendre l’oreille et déployer la parole dans une ambiance universitaire marquée de mouvements sociaux, conforte en moi le fait que travailler sur le paysages et les écosystèmes sonores, au-delà de leurs esthétiques, d’une approche écosophique, ne peut faire l’économie du geste politique, tant s’en faut. Ce qui me questionne à nouveau sur les leviers d’action, de résistance, de militance, pacifistes, à commencer par le niveau dans lequel j’interviens, le monde des sons et de l’écoute, à leurs portées, si modeste soit-elle, et intrinsèquement, à leurs limites.

mg_0107_sd_liberte_rue_de_universiteparisviii