PAS – Parcours Audio Sensible et Points d’ouïe en Roannais

W_Facade

Samedi 05 octobre 2019, je suis invité par la Médiathèque de Roanne Agglomération, pour effectuer un PAS – Parcours Audio Sensible, lors d’une rencontre que la structure de lecture publique a judicieusement nommé Point d’Ouïe.

La journée se divisera en deux temps. Le matin 3H30/4H00 de repérage dans le quartier de la médiathèque.
L’après-midi, un PAS collectif suivi d’une petite causerie.

Malgré un temps incertain, un ciel noir roulant de lourds nuages, quelques gouttes éparses durant midi, et un vent frais le matin, je me mets en marche d’écoute.
Si certains quartiers semblent évidents à l’oreille (et au regard), d’autres le sont moins. Les accroches auriculaire et ambiances visuelles ne sautent pas aux oreilles, ni aux yeux.
Le quartier que j’explore est de ceux-là. De grands boulevards tirés au cordeau, des alignées de bâtiments sagement disposés, pas de relief pour prendre un peu de hauteur.
Il faut aller creuser le terrain, le passage, l’interstice, la ruelle, le délaissé, bref, un brin encanaillé l’oreille, le pied et le regard, pour décaler une perception d’un lieu où chercher les aspérités sensibles, les petites surprises urbaines.

11-roanne-2016-otra-a-mc

Je commence a avoir, modestement, une certaine expérience en ce domaine, naviguant de l’oreille et de l’œil pour dénicher là où installer des écoutes, expérimenter des auscultations intimes, questionner les promeneurs écoutants sur la place su son…

En fin de repérage, je choisis un banc et une table dans un petit parc public, pour m’adonner à un petit jeu d’écriture descriptive en temps réel, c’est à dire celui de la fenêtre temporelle de l’écoute.

11H30/12H00
Angle de plusieurs rues, face à une place, la place du Champ de foire
Assis sur banc d’écoute et table de pic-nique, dans un petit jardin public, square urbain, point d’ouïe/arrêt sur sons.

Des oiseaux piaillent, différents, discrets, mais néanmoins bien présents.

Des voitures, beaucoup de voitures parfois, de toutes sortes, plus ou moins audibles, vrombissantes ou feutrées, selon les flux et les cassures des aux feux tricolores, le vent.

Des piétons, adultes passant rapidement, presque furtivement, peu nombreux, souvent solitaires, donc peu bavards; des bruits de pas qui réveillent l’espace à gauche, puis à droite, en étalons de l’espace acoustique ambiant.

Champ de foire

Un bus s’arrête à quelques mètres, à la station « Champ de foire », ligne 3, direction de Mably. Il ronronne, souffle parfois, une annonce vocale st très audible lors de son redémarrage.

Bruits de balai à droite, dans un couloir à la porte ouverte qui fait caisse de résonance.

Du vent, petites rafales fraiches, qui froissent les feuilles jaunissantes d’un catalpa et trainent au sol différents objets de plastic râlant la terre du square; des traces audibles du souffle d’Éole.

Un moto de petite cylindrée rugit en montant nerveusement ses régimes de vitesse, alors que d’autres scooters bourdonnent plus mollement.

Un instant de presque rien. De calme soudain, seule un rumeur ténue autant que tenace subsiste au loin.

La ville paraît un brin endormie à l’oreille, ce samedi midi, les Universités voisines étant fermées.

Un homme sur le trottoir d’en face, marche, silencieux, en tout cas de mon banc, trop d’interférences s’interposent entre lui et son oreille.

Une musique rythmée, ponctuée de basses rageuses, s’échappent d’une voiture discothèque.

Une petite mouche marche sur la table, à quelques centimètres de mon calepin, elle aussi comme un symbole d’un infime silence en mouvement.

Un coup de klaxon bref et isolé fait sursauter l’espace alentours. Un autre est amoindri par l’angle d’un bâtiment, un troisième, plus volontaire, pestant pour que le flux automobile redémarre. Ce qu’il ne tarde pas à faire.

Les voitures ébranlées, des passereaux reprennent le dessus du concert urbain, dans des tranches de calmes relatifs, réapparaissant à l’oreille en pointillés, figures sur fond.

Le vent est tombé, expression étrange, dans une atmosphère se traduisant par une impression de calme renforcé, les arbres se sont tus, le ciel c’est noirci, pourvu que…

Une portière claque à gauche. Petite voiture me semble t-il à l’oreille.

Un jeune homme passe en téléphonant, une pie semble lui répondre, perchée sur un érable lacinié.

Des talons, presque imperceptibles, mais en tendant l’oreille, je zoome pour les garder en ligne de mire (sonore).

Je commence à me refroidir, immobile sur mon banc d’écoute, je vais donc quitter cette posture d’énumération/portrait ponctuel, sorte de petite carte postale auditive instantanée.

C’est un exercice que j’affectionne, c’est comme faire des gammes pour les oreilles. Hier encore, je conseillais à des étudiants de l’école d’architecture de Lyon Vaulx-en-Velin, avec qui nous travaillons sur la notion de Point d’ouïe, de s’y adonner, pour développer leur ses de l’écoute, mais aussi la sensibilité et le plaisir auriculaire lié aux lieux arpentés.

Et encore un immense merci à Georges Pérec, dont certains auront peut-être reconnu ici les influences de sa « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien »; œuvre qui ne cesse de m’inspirer, comme un outil de perception élargie, de rendu et de matière à créations, écrit incontournable.

Après une petite pause restauration, je reprends le chemin de la médiathèque pour attendre mes promeneurs écoutants. Ils sont une vingtaine d’inscrits et seront tous présents rendez-vous. Groupe intergénérationnel, d’une dizaine d’années pour deux enfants, jusqu’à plusieurs dizaines d’années pour d’autres.

Nous partons un peu à l’écart de la médiathèque pour échapper aux automobiles.
Comme à l’accoutumée, quelques mots sur les origines, les pratiques et les desseins des PAS, ou Soundwalks.

Nous mettons nos oreilles en situation, jouant à focaliser, à orienter l’écoute par un jeu de mains plus ou moins ouvertes ou fermées autour de nos pavillons. Petite gymnastique auriculaire douce, exploitable à l’envi le long du parcours.

Le silence est installé, nous partons lentement.

Le silence sera vraiment un acteur du groupe, une composante, une forme de réceptacle sonore, et aussi de lien, ou liant notre communauté écoutante d’un instant.

Nous testerons l’angle d’une architecture orientant l’écoute,
une passerelle bordée de buissons et d’herbacées caressés par le vent,
le dessous d’arbres aux feuilles bruissonnantes,
un parking désert où j’installerai, de façon éphémère, de vrais faux chants d’oiseaux,
des ruelles calmes,
une cour intérieure en friche où nous ausculterons minéraux et végétaux,
un passage étrange entouré de barrières et poteaux métalliques que nous ferons sonner, et sur lesquels nous colleront oreilles et stéthoscopes, improvisant de petites musiques inaudibles à oreille nue…
Des cassures, ruptures, enchainements, passages intimes cherchant à échapper à l’uniformité des grands axes, espaces décalés où expérimenter des postures d’écoutes collectives… Le parcours se boucle par un retour à l’université voisine.

445-campus-universitaire-roanne-tout-et-simplement

Nous ferons une dernière étape/arrêt autour de bancs et de tables, dans le jardin du campus, pour libérer la parole, et les échanges qui, en général, ne manquent pas, après plus d’une heure de déambulation silencieuse.

Les deux jeunes enfants, qui ont fait preuve d’une remarquable attention, d’un silence amusé, complice, ont joué avec tous les objets et postures d’écoute que j’ai proposé, ouvrent le feu. Ils sont ravis, et parlent de tout ces petits bruits glanés ça-et-là. Pour eux un terrain de jeux sonores.
Les adultes ne sont pas en reste.
On commence par parler de l ‘expérience vécue, des perceptions, décalages sensoriels, plaisir de faire lentement, en silence, en groupe… Mais aussi de la place importante du moteur en ville, de la recherche de calme que cela inclue, des gommages que notre cerveaux s’échine à faire pour lui échapper au mieux que faire se peut.
Les échanges élargissent progressivement l’expérience vers des problématiques liées à l’écologie sonore, la place des technologies, de l’architecture, de ce que l’artiste, ou tout au moins l’écoutant sensible peut infuser dans des approches qualitatives, esthétiques, sensorielles.
Puis le débat s’élargit encore vers des problèmes écologiques actuels plus globaux, les dysfonctionnements, et le terme est gentil, les solutions, l’éthique et la responsabilité de chacun, les questions de sociabilité face à des situations parfois exacerbées…
Bref, nous refaisons le monde, ou une partie, par le biais d’une écoute qui vient réactiver la parole.
Nous causerons ainsi une heure.
Via ces partages d’expériences « marchécoutées », ces mini agoras parfois, comme ici, très informelles, constituent des moments que j’apprécie tout particulièrement, qui font intrinsèquement partie de la marche, voire de la dé-marche d’écoute.

Auteur : Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s