Chemins de travers

Mes mots réseaux écoutes en coin…

 

510_12

©Martin Savoie

Des mots bâtisseurs, entre contes et récits

Ne pas prendre les voix, ni les voies les plus logiques, les plus sages, pour se perdre en conjonctures stimulantes.

Des mots et démos…

Tordre le cou aux dires, les prendre au pied de la lettre, leurs faire dire ce qu’ils ne voudraient surtout pas dire…

Des mots pour (ré)activer d improbables réalités, car trop résolument fuyantes.

Des mots qui tentent de produire du récit (presque vérité) ou du conte (presque imaginaire), ou du contre (presque pas), ou les trois entremêlés pour féconder une extrapolation hybride.

Lâcher l’hybride, il revient au galop !

Je marche de concert, sans OGM (oreilles Génétiquement Modifiées), mais avec OGM (Oreilles de Gilles Malatray), steppe bye steppe, par ouïe-dire et ouïe-faire, ouïssiblement – connaître son ouïr de gloire sans pour autant prendre la grosse oreille.

Lobe-trotters, j’assume…

Le mot pour déclencher du rêve d’espaces, qui peut devenir expérience, et pourquoi pas projet, et pourquoi pas réalisation, et pourquoi pas trace, et pourquoi pas rien de tout cela, voire rien tout court…
Mot pour mot…

Œil pour ouïe, je suis l’écoute du regard.

Il n’est jamais trottoir pour bien faire… Et pourtant, les péripatéticiens… Jusqu’au Lycée marchèrent…

Mais ça rime à rien disait un poète un brin trop à droite, limite extrême… Contresens ou impasse ?

Le mot comme tentative de détournement anachroniquement inspirant

ZEN : Zone d’Écoute Naturelle

ANPE : Agencement Naturel Pour l’Écoute

ZAD : Zone Acoustique Déterminée

PAS : Parcours Audio Sensible – Oui je sais, il existe déjà celui-ci, c’est même me semble t-il un certain Gilles Malatray qui l’a commis.

OASIS : Organe Auriculaire Sans Intrusion Saturante

IPON : Inauguration de Points d’Ouïe Narratifs

VILLE : Voix Imaginaires Liant Les Échos…

Réseaux en marche

Marcheurs, à votre sentier les oreilles !

Des réseaux de réseaux

Passons en mode réseau.

Des réseaux sociaux dans un premier temps.

Évitons les asociaux.

Oui, je sais, on peut y déblatérer sa vie, ses misères, angoisses, phobies, lubies et orbi, vindictes, discourir sur la broutille, commettre d’insipides inepties, ou pire, désinformer sciemment, ou non…

On peut tendre des filets, des perches, pour noyer le poisson, jouer du verbe, attirer, sirène, vers soi de potentiels amis, alliés, altruistes, alter ego, écoutants complices, ou combattants…

On peut construire sur du presque rien des récits farfelus dont le vide apparent, contre toute attente, contre toute entente, fertilisera nos gestes, réflexions, contacts embryonnaires ou à venir, ou utopiques…

…Le vide sonne comme un foisonnement de matières…

On peut également, à une lettre près, dynamiser ou dynamiter, ou les deux, nombre de projets. Peut-être qu’une action ne va t-elle pas sans l’autre dans la chaine détruire/construire.

On peut réseauter en méandres encyclopédiques, sauter d’un mot à un autre, du mot à l’idée, ou au concept, du concept à la page, de la page au volume, du volume au portail, du portail à la liste, de la liste au fichier, du fichier au mot…

… J’écoute le temps qu’il fait, tout en faisant faisant la sourde oreille à une époque dont l’avenir se présente déjà comme chose révolue, ainsi qu’en ignorant tout marqueur sonore susceptible de crédibiliser un paysage sonore digne de ce nom… Provocation ?

On peut traficoter des contresens, et jusqu’à des non-sens post carrolliens, à tel point qu’il en restera toujours quelque chose à bricoler sur le terrain, même si juste un murmure informe.

… Chuuuuut, j’écoute en silence des bribes de mes marches nocturnes, peuplées de rêves parties, que les mots sonnent comme une cloche sans battant…

Quant aux réseaux humains…

L’avis ne fait pas le moine.

Le réseaux de chair et de sang, d’écoutes intimes et/ou indiscrètes, et de mal entendus, sans parler des qui à propos, parlent en sourdine, ou claironnent sans complexe… Réseau tympanique, en cochlées labyrinthiques… Réseaux complexes de par la mixité des voix brouillées de super positions…

Le mot participe du récent récit réseau, à l’écoute que coûte, aux jeux de l’ouïe en spirales piégées, avec le risque de retourner à la case Arrivée.

Advertisements

Une réflexion sur “Chemins de travers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s