POINTS D’OUÏE – CATALYSER L’ÉCOUTE

Points d’ouïe,                                                 Un catalyseur d’écoute

tumblr_ngcvjyyorx1tgpca3o1_500

Choisir un lien, un endroit précis, et le définir comme un point d’écoute en fait-il un site acoustique exceptionnel ?
Dans certains cas, certainement, dans la mesure où ce lieu présente des caractéristiques exceptionnelles, soit au niveau des sources, sachant que celles-ci sont souvent fragiles, éphémères, ou ponctuelles, soit, plus sûrement, au niveau des qualités ou effets acoustiques  du site, beaucoup plus stables dans le temps.
Néanmoins, en tout cas dans la démarche qui anime mon projet, la localisation, voire l’inauguration d’un point d’ouïe, ne sont pas totalement liées aux caractéristiques exceptionnelles d’un lieu, telles que pourraient l’être un point de vue par exemple, un belvédère, un panorama.
Le point d’ouïe se charge une valeur symbolique, un endroit où est suggérée une consigne, en l’occurrence celle d’écouter. Cette proposition, face à un paysage, a priori plus visuel que sonore, pour le commun des mortels, n’est pas pour autant une injonction. C’est plutôt un moyen de révéler à un écoutant potentiel, la propension d’un espace à changer de statut, passant, au gré des postures, d’un paysage à voir à un paysage à entendre, et sans doute les deux de façon concomitante.
Trouver un lieu qui serait idéal pour ce genre de lecture tient parfois de la gageure.
C’est pour cela que le point d’ouïe pourra s’ancrer dans un espace a priori non spectaculaire, auriculairement parlant. Il sera de toute façon toujours singulier et unique, dans l’instant d’écoute, car il est fort improbable que des ambiances se reproduisent à l’identique sur un point donné.
En fait, un espace que l’on prend le temps d’écouter, en se plaçant dans une attitude d’ouverture sensorielle, à des instants d’hyper réceptivité, moments où les sens seront émoustillés, sera toujours spectaculaire, si l’on veut bien le considérer comme  tel. Question de mise en condition, l’artiste construira le décalage  nécessaire pour entrer dans l’écoute d’un espace musicalisé, sans pour autant que des musiciens y officient, ni même que la  moindre bribe de musique, telle qu’on l’entend habituellement ne soit présente. Juste la musique des lieux.
Même les sources les plus ténues peuvent devenir magiques, poétiques, et enchanter, ou réenchanter notre écoute, en même temps que le lieu lui-même.
Il me revient en mémoire des espaces/temps d’écoute où une grue, quelques grillons et des gouttes d’eau composaient un paysage sonore qui captivaient un groupe d’écoutants de longs moments. Nous étions en présence de ces lieux envoûtants, en partie d’ailleurs composés, musicalement parlant, au fil de notre propre écoute, et d’où il était très difficile de s’extirper, de rompre la magie du moment.
Le point d’ouïe, plus qu’un espace sublime, doit souvent être sublimé par le geste d’écoute. Il appartient à l’écoutant de le rehausser, de le faire accéder au rang de site acoustique exceptionnel.
Le fait d’instaurer, ou d’installer des points d’ouïe, ici et là, même temporairement, renforce la proposition d’écoute, en agissant comme un véritable catalyseur. Qu’il s’agisse d’installer une signalétique, d’inaugurer officiellement, de mettre en scène un point d’ouïe, l’objectif reste de stimuler l’audition, même si le théâtre des opérations ne présente pas à première écoute de grandes richesses apparentes.Tout espace peut sans doute être éligible, même si, pour faciliter l’accès du plus grand nombre aux plaisirs de l’écoute paysagère, on choisira, tant que faire ce peut, des sites qui ne soient pas trop austères, ou saturés. L’habitude aidant, un écoutant aguerris à poster son oreille dans différents lieux des plus variés, sera en mesure d’affronter des espaces plus ingrats, soit dans la grande prolifération de sons, soit dans un minimalisme qui demandera de tendre l’oreille vers des miniatures sonores.
Sans avoir la prétention de gommer toute laideur acoustique, d’ignorer les dysfonctionnement de certains lieux, le fait de savoir re- poser une paire d’oreille avec une curiosité quasi naïve, nous procurera de beaux moments où le plaisir de l’écoute sera loin des salles de concert, à 360°, au cœur de la ville comme en rase campagne.
Le point d’ouïe comme catalyseur d’une belle écoute jouera donc son rôle, si toutefois on trouve les moyens de l’installer naturellement, en fonction de l’espace, on  en s’entendant bien avec le lieu

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s