POINTS D’OUIE – VITRY SUR SEINE

BALADES EN ARDOINAIS

Vitry-Sur-Seine, zone industrielle des Ardoines, le jour, la nuit. quatre bonnes heures de marches, d’arrêts, épuisé mais repu de belles ambiances sonores… Une salle de karting, de nuit. Ambiance étrange, par des fenêtre aux vitres cassées, on entend un engin tourner sur une piste que l’on devine sans la voir. Réverbération de machine sur fond de ventilation assez puissante… Puis soudain, tout s’arrête, karting et ventilation, busquement. Une sorte de torpeur étonnée s’installe subitement sur la petite gare des Ardoines. Les RER, omniprésents, de près, tonituants, de loin, plutôt un feulement. Des rythmes de rails, de voitures traversant encore des rails, ça claque bien ! Un foyer malien. 3000 personnes… Des voix chantantes, des maïs grillés sur le trottoir, du linge multicolore, marché sauvage, des voitures bricolées, une vie mode fourmillière haute en couleur. Une barre metallique trouvée sur le parcours, elle sonne bien si on la fait rouler sur l’asphalte, réveille les zones calmes de tintements glissants. Elle permet aussi un jeu de percussions amusant sur les muliples grilles et portails métalliques des usines. Certains sonnent comme de véritables jeux de cloches, d’autres sont décevants. Deux cheminées géantes et silencieuses signalent une ancienne centrale thermique de chauffage urbain. Deux totems blancs et rouges, muets de sons et de fumées, que l’on voit sur quasiment tout le parcours. Un signal ardoinnais pour les habitants et les promeneurs noctambules. Des voitures, assez nombreuses en journée, et rares le soir, deux ambiances entre excitation et plénitude, lumière et obscurité. La nuit restera cependant en demi-teinte, ville innondée de lueurs oblige… La Seine, magnifique, auréolée des lumières de Maison-Alfort. Un dancing qui égrenne une étrange musique décalée, venue de nulle part dans cette forêt d’usines et d’entrepôts… Des vélos, des pêcheurs, des voix chuchottantes, au cœur de la nuit, feutrées. Une incroyable séquence sonore, sous des silos enjambant le chemin du rivage. En journée, deux péniches viennent de passer. L’eau s’engouffre progressivement, crescendo, dans de petits réservoirs de chaque côté du chemin, un mini tsunami provoqué par les bateux, à contre-coup, de plus en plus fort. Ça gronde, ça écume, ça ruisselle, ça gicle, ça étincelle de sons de chaque côté d’un pont de pierre. Des trous, sur ce même pont, font entendre l’eau qui s’agite sous nos pieds, à droite, à gauche, l’aquatique glougloute et noie nos oreilles de folles gerbes moussue. Ici, les mots connaissent leurs limites, quasi impuissants… Une multitude de paysages, de lumières, de sons, étranges et poétiques, de nuit.

ECOUTEZ – Carte postale sonore façon Desartsonnants

Reste à emmener ce soir des promeneurs écoutants, pour entendre et voir, sans doute tout autre chose…

Dans le cadre d’un travail entamé avec Gare au Théâtre de Vitry/Seine (Frictions urbaines/Balades en ardouanais) et son fondateur et directeur artistique Mustapha Aouar.

D’autres images ICI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s