Points d’ouïe, trames blanches, zones calmes et indisciplinarité

PAS – Parcours Audio Sensible Dedans/Dehors – Loupian (34) Espace d’art contemporain o25rjj

Qu’est-ce qui se trame dans la ville écoutante ?

Les trames, ou corridors écologiques, sont considérés, dans l’aménagement urbain, comme des continuités, des liaisons entre différents espaces, assurant une préservation, voire une reconstruction des écosystèmes urbains riches et diversifiés.

La trame verte comme couloir ou corridor végétal, la bleue pour l’eau, la noire pour la recherche d’espaces dépollués d’un sur-éclairage et enfin, dernière en date, la blanche pour ce qui concerne la qualité acoustique et certains degrés de silence, ou tout au moins de calme.

Cette dernière m’interroge tout particulièrement.
Comment penser des mobilités douces dans des espaces non saturés de bruit ?
Des continuités acoustiques préservant des espaces apaisés, des zones calmes (directive européenne juin 2002), associées aux cartes de bruit pour les grandes villes, autant d’outils qui ne sont pas forcément suivis d’effets, voire totalement ignorés dans l’aménagement urbain.

Travailler sur la mobilité, entre autre la marche, doit amener à reconsidérer ces notions, notamment celles de trames blanches comme un objectif qui permette au marcheur de se déplacer sans trop subir d’agressions, de pollutions sonores, de saturations acoustiques, voire de traverser ou de se reposer dans des points d’ouïe qualitativement remarquables.

Suivre un cours d’eau protégé des voies de circulation, traverser un grand parc paysager, emprunter un sentier urbain ou périurbain, pouvoir entendre de belles volées de cloches, s’arrêter dans des espace où la communication orale se fait sans tendre l’oreille ni hausser le ton, découvrir des effets acoustiques étonnants (échos, réverbérations, mixages)… autant de façons de penser et d’entendre une ville qui serait plus sonore que bruyante. Une ville qui aurait, pour reprendre la pensée de Murray Schafer, une certaine musicalité.

Malheureusement, peu de décideurs ou d’aménageurs prennent en compte, dans une approche globale autant que sensible, cette recherche d’une belle écoute, alors que dans les sondages sur la qualité de vie urbaine, le bruit est largement dénoncé comme une des principales gênes.

Comment le travail d’un urbaniste, d’un paysagiste, d’un acousticien, d’un artiste, d’un designer… Peut-il dépasser les simples approches normatives et métrologiques pour envisager des paysages sonores prenant en compte les aspects santé, sociétaux, esthétiques, patrimoniaux, qui participent au mieux vivre de tout un chacun.

L’approche relevant d’une indisciplinarité assumée, tel que c elle développée dans les travaux de recherche de Myriam Suchet et Laurent Loty prennent ici tout leur sens, et pertinence, sur le terrain complexe des ambiances sonores urbaines.

Il reste un très gros travail à fournir, ne serait-ce que pour la sensibilisation à un monde où l’écoute serait pensée en amont des aménagements, et où la question du sonore dépasserait, sans bien sûr l’ignorer, celle de la seule lutte contre le bruit.

Trames blanches, zones calmes et insisciplinarité sont des façons d’y réfléchir, pour envisager une forme d’écologie écoutante, une écoute partagée comme un commun auriculaire, une valeur ajoutée plus que nécessaire.

Les choses étant ce qu’est le son, à bon entendeur salut !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s